[B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    avatar
    Shinkū Hiro
    Shinobi Errant

    Messages : 28
    Expérience : 70

    [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Shinkū Hiro le Mer 5 Sep 2018 - 18:06

    Le pays des guerres, de la souffrance, des morts. Bien que communément appelé la contrée des montagnes, abritant les volcans, n’oublions l’histoire lourde de ces lieux. La technique n’a malheureusement pas assagit les Hommes, malgré les avancées indéniables et le confort divin qu’elle a pu lui apporter. Allant dans le sens de la violence, il était alors certains que seules les guerres prirent de plus en plus d’ampleur. Peur de l’avenir, même aujourd’hui, bien que les années belliqueuses ne soient plus. Comment atteindre une sérénité angélique si le manque de modération que peuvent avoir les Hommes frappent chaque décennie encore puis violemment que les précédentes ? Ils ne savaient, ne savent et ne sauront jamais comme contenir tout ce qu’ils trouveront, tout ce qu’ils découvriront en ce bas monde qui leur est encore si inconnu. La rancœur qu’ils se livrent annihilera à chaque fois que des marginaux le voudront, une coopération pacifique des nations pour se livrer au seul but qui les poussera à s’unir : s’aventurer sur les terres méconnues qui nourrissent les légendes depuis des temps immémoriaux. Mes voyages m’ont permis de percer à jour certaines connaissances encore non dévoilées. Le savoir est la plus précieuse des monnaies, c’est d’ailleurs l’un des crédos de nous autres Shinkū dont la fortune est bâtie sur le secret. Toutefois, d’autres mystères sont les clés perdus d’un coffre débordant d’incroyables tréfonds. Comme une chasse au trésor qui ne s’achève jamais, je serai celui qui mettre la main sur l’intégralité des arcanes du pays de la légende.

    La vérité est le moteur de la poursuite des mythes. Explorer une chaîne rocheuse dont les écrits se font rares, être l’auteur d’une science diffusible qui deviendra universelle, répertorier les éléments et les êtres qui l’arpente. Être le guide suprême, l’éclaireur d’une grotte à ciel ouverte, l’huile d’une ampoule flamboyante. Lutter contre un obscurantisme voulu, capitaliste. Amoindrir la pensée de la fange c’est assuré la reproduction d’une élite noble confortée dans sa bulle recouverte de coton. Je ne le permettrais pas. Éveiller la bas peuple revient à lui secouer un esprit reposé sur un laxisme aberrant dont profite le savant. Puisque savoir est synonyme de pouvoir, le partager n’a aucun intérêt pour celui qui le détient. La succession par le sang est abomination qui ne devrait plus être d’actualité, notamment parce que les Hommes ont dû apprendre de leurs erreurs passées. La faute est à partager : l’ouvrier qui ne souhaite s’élever, la tête qui ne peut se résoudre à tendre la main. Infâme ironie lorsque l’on pense que les cuillère dorée me fut mise à la bouche à peine mon premier cri poussé et mon premier souffle expiré.

    Je n’avais encore jamais osé arpenté les montages de Yama no Kuni et encore moins ses volcans. La forteresse m’en avaient empêché et mon dernier voyage en tant que ninja indépendant c’était limité aux pays de oiseaux. La proximité de ma famille avec les dirigeants de Taki ne m’aurait aucunement permis d’emprunter les voies rocheuses alors qu’une guerre impitoyable de pouvoir y avait lieu. En un climat officiel de paix, l’harmonie y régnant, impossible de ne pas m’aventurer dans ses collines en quête de curiosités. Les clans de cette région regorge de magnifiques aptitudes, notamment ceux possédant les yeux Kankeishi. Pupilles dont il est dit que le détenteur est maître de toute situation. Je n’ai jamais encore collectionné les parties de corps humain, il y a néanmoins un début à tout et commencer par cette pair de choix ne serait pas déplaisant.

    Cependant, en tant qu’homme vermeil, je ne pus refuser d’entendre les rumeurs colportées dans les confins de ce pays. La bête, comme elle est appelée, aurait frappé. La légende rencontrerait donc la vérité. Le scientifique que je suis se doit de tirer cette affaire au clair, tandis que l’humaniste veut rendre ce service à la famille dévastée. Au sein de leurs terres, je ressens une présence non dissimulée. Excès de confiance ou signe de paix ?

    Sortez. Dis-je d’un ton sec, à l’instar d’un ordre donné à de loyaux subalternes. Accueillez l’étranger comme il se doit. Montrez que l’hospitalité de Yama n’a rien à envier à ses voisins.


    Dernière édition par Shinkū Hiro le Ven 7 Sep 2018 - 21:10, édité 2 fois
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Meikaku Tōmei le Mer 5 Sep 2018 - 20:58

    Tōmei ... ! Tōōōmeeeeiiieeeuuuu !

    Perturbé en plein songe le jeune Meikaku, grogna, la petite Ai avait le don de piailler toujours au moment où Tōmei faisait une pause. Certes les pauses chez lui étaient très nombreuses, mais ce n'est pas une raison, il n'est pas la nounou de cette enfant. Décidé à rouspéter le garçon décida qu'un de ces quatre, ils parleraient aux vieux concernant ce problème braillard. Mollasson et de mauvaise humeur l'afro-shinobi leva sa jambe pour poser pied-à-terre puis la seconde, ce qu'il était bien sur sa botte de paille, le dos agréablement étiré et le soleil pour toute compagnie. C'était sans compter Ai et son imbécile de grand-frère. La petite était arrivée à hauteur du perchoir improvisé de Tomei et tirait sur le short du garçon:

    Quoi Ai, s'emporta légèrement le shinobi ?!

    La petite le regarda de ses grands yeux d'enfants confuse, mais cela ne marchait pas avec un atypique comme Tomei et surtout, il commençait à bien connaître la friponne. C'est qu'elle était maligne pour son âge, six ans à peine et elle manipulait son petit entourage d'adulte comme une vraie kunoichi. Le mensonge et la duperie était ses plus grandes forces, une comédienne née, un renard bien entraîné et surtout une casse-pied de première. Ce visage Tomei ne le connaissait que trop bien, Ai voulait que son ami le shinobi l'aide à faire quelque chose. La dernière fois qu'il lui avait fait confiance, il avait passé la journée à jouer avec elle plutôt que de travailler et il avait dû bosser double le lendemain, pas cette fois.

    Aide-moi, s'il te plaît, j'ai perdu ma bille, fit-elle d'une moue d'enfant sage et larmoyante.

    Que veux-tu que ça me fasse, j'ai beaucoup de travail déjà que ça me tue de le dire imagine quand je devrais le faire. Je t'ai déjà dit que j'avais besoin de beaucoup de calme et de pause pour bien travailler.

    Oui, oui on sait que tu es un fainéant de première, mais tu peux bien m'aider à retrouver ma bille. Elle est tombé en haut de la grange à foin, j'ai juste besoin de toi pour me faire monter là haut. Promis, après je cherche toute seule.

    Son ton était d'un coup beaucoup plus adulte, oser le traiter de fainéant, quel toupet. Quelle galère faire lever Tomei pour ça alors qu'il avait bien mérité son temps calme, cette petite aurait sa peau. Pourtant, il devait beaucoup à sa famille sur ces terres inhospitalières, ils avaient été les seuls à le recueillir alors qu'il demandait un endroit où se reposer et manger un bon repas. Il avait de quoi payer, mais les habitants de Yama no kuni l'avait très mal accueillis lorsqu'ils apprenaient qu'il était originaire du pays des canyons. La guerre avait beau être fini depuis deux ans, les kazanjins et le peuple sous leur protection n'avait pas digéré la défaite face à Taki et à leurs alliés miraculeux.

    Les Teishū étaient des gens respectables et sans doute une famille importante dans la région, car personne ne remis en cause leur décision d'accueillir un étranger natif de Kyōkoku no Kuni. Le vieux Teishū avait accepté d'héberger et de nourrir Tomei à la condition qu'il aide au travail de l'exploitation familiale, faute de mieux, le Meikaku n'avait eut d'autre choix que d'accepter. En route pour le sud, il avait pour but de trouver un coin tranquille au soleil, mais la vie de errant n'est pas une vie facile et c'est un chemin semé d'embûche qui attendait le lymphatique bonhomme. Quoi qu'il en soit cela faisait maintenant un bon mois que le garçon aidait au champ et vivait en compagnie des Teishū et la petite dernière de la famille Ai s'était entichée du nouveau de l'exploitation. De plus, elle pouvait l'embêter du matin au soir puisqu'il vivait avec eux.

    Elle est tombée en haut de la grange, tu vas me dire que tu jouais sur le toit peut-être ?

    Euh..., répondit-elle penaude. Bon, d'accord j'ai joué à la jeter en l'air et elle est restée coincé là-haut.

    Chipie allez, montre-moi.

    Une fois la petite montée dans la grange au foin, Tomei la regarda chercher deux minutes dans tout ce foin, autant chercher... oui, enfin l'expression n'est pas tout à fait adapté. Pendant ce temps, il se demanda où était passé Botan le frère aîné demeuré de la petite. Cela faisait une bonne demie heure qu'il était parti chercher une tête de fourche pour remplacer celle qu'il avait brisé.

    Ai, pourquoi tu ne demandes jamais à ton frère de t'aider plutôt que moi ?

    Bah... c'est quand même plus marrant avec toi, tu râles beaucoup, mais tu es gentil avec moi. Botan ne râle pas il a trop peur de se faire enguirlander par maman. Et puis, je t'aime bien.

    Tomei laissa échapper un sourire, c'était très rare depuis la guerre qu'un sourire se dessine sur son visage. Il ne l'admettrait jamais, mais la petite lui apportait une sorte de réconfort depuis les événements dramatiques du siège de Kazan à Taki. Le Meikaku l'admettrait encore moins, mais il s'était beaucoup attaché à Ai et sa famille, même pour Botan le simplet il avait une pointe d'affection.

    Tu crois que papa va bientôt revenir de la chasse, demanda-t-elle soucieuse ?

    Le sourire de Tomei disparut de son visage, le père de la petite un grand gaillard courageux était parti avec deux autres hommes pour ramener de quoi remplir les stocks de nourriture. Les gars n'étaient pas rentrés depuis trois jours et il y avait cette vieille légende. Elle contait les agressions et les disparitions, une histoire pour faire peur aux enfants à première vue. Un monstre mangeur de chérubins et autres marmailles circulerait et hanterait au crépuscule les montagnes volcaniques. Le vieux Teishū avait d'ailleurs fait part de ses inquiétudes à son jeune invité, il n'ignorait pas son affiliation au clan Meikaku et ses aptitudes aux arts des shinobis. Il voulait engager d'autres shinobis puis proposés à Tomei de se joindre à l'expédition qui consistait à retrouver le père d'Ai et ses comparses. C'était une occasion pour l'afro-shinobi de récolter un peu d'argent avant de reprendre sa route, car la mission était bien sûr rémunérée.

    Je ne sais pas ma grande, mais demain j'irais et on le retrouvera, c'est promis.

    -----------------------------------------------------------

    Une heure plus tard alors que le travail était presque terminé, Botan le resquilleur était revenu et Tomei était remonté, il avait dû se taper le boulot tout seul. Le jeune natif de la région fonçait à vive allure vers la grange l'air réjoui sur le visage. Il se pointa tout essoufflé devant Ai et Tomei avec sa trogne d'enfariné et d'imbécile heureux.

    Un homme est arrivé, Tomei tu devrais rentrer pour l'accueillir avec grand-père.

    Humpf... un homme hein, le vieux ne m'a même pas dit s'il avait trouvé du monde, le travail est fini ici va plutôt leur dire que j'arrive. Je raccompagne Ai avant.

    Sur ces mots, l'idiot reparti en courant vers le domaine du vieux...
    avatar
    Kaidō Hao
    Shinobi Errant

    Messages : 27
    Expérience : 90

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Kaidō Hao le Jeu 6 Sep 2018 - 0:29


    Présent depuis maintenant quelques semaines dans le pays des montagnes Hao avait fait un passage furtif, mais mouvementé au sein du village caché sous le volcan. Voulant éviter d’attirer trop l’attention le jeune homme avait décidé de prendre ses distances et comme il fallait bien se nourrir il se mit en quête d’un petit boulot . Ainsi, il pourrait se faire oublier pendant un temps et remplir sa bourse, et sait on jamais avec un peut de chance, il pourrait faire une rencontre utile. C’est alors qu’il conversait, au détour d’un chemin, avec un commerçant ambulant qu’il entendit parler de la rumeur contant les méfaits d’un monstre pourvu de crocs et de griffes se délectant de petits êtres humains.Le marchant lui parla aussi du désespoir de la famille Teishū, trois homme manquait à l’appel. La nécessité pour eux de faire intervenir des shinobi semblait être une évidence. Aussi Hao hésita un instant avant de demander plus d’information au sujet du contrat. En effet, ce genre de légende pouvait attirer toute sorte de détraqué, mais l’amoureux des bêtes qu’il était ne pouvait s’empêcher de penser au sort de la bête. Celle-ci allait certainement être transformée en tapis, chaussons, manteau ou autres bien de consommation. Le marchand lui donna une des annonces qui était en sa possession, par chance il connaissait bien la famille Teishū. Il avait pour habitude d’y faire halte une fois par semaine pour effectuer toute sorte de taches telles qu’aiguiser leurs couteaux, redresser leurs casseroles, vérifier les fers de leurs chevaux. Aussi l’homme, avant de reprendre sa route, indiqua au shinobi le chemin à emprunter pour se rendre à la demeure des Teishū. Hao resta la un instant, saisit par le doute, devait il y aller et courir le risque de faire une mauvaise rencontre ? D’un autre coté, pouvait-il laisser un tel spécimen, si tenté qu’il existe, disparaître sans même donner un sens à sa vie ? Oui, car être mise à mort pour nourrir une autre espèce fait partit du cercle de la vie simba. Et puis, à quoi bon vivre sans prendre le moindre risque se dit il, ne serait-elle pas dénuée de saveur ?

    Il ne lui fallut qu’une demi-journée de marche, à une allure assez sportive tout de même, pour atteindre la demeure des Teishū. À peine arriva-t-il qu’il tombât nez à nez avec un homme légèrement plus jeune que lui. Grand et bien bâtit, l’homme n’avait pas l’air commode. Peut-être étais ce une image qu’il se donnait ou un état constant ? Le shinobi l’ignorait, mais il n’allait pas tarder à l’apprendre.

    « Salut ! »
    lui dit-il d’un ton amical.

    « C’est bien la demeure de la famille Teishū qui se trouve là ? »


    Quand l’homme ouvra la bouche, c’était pour s’adresser d’un ton sec aux personnes se trouvant dans l’enceinte du domaine. Bons, visiblement, ils étaient là pour la même raison. Suite à ses mots, deux personnes arrivèrent d’un pas mêlant précipitation et inquiétude. Hao observa le couple d’ancien s’approcher d’eux, sûrement étaient ils les doyens du clan.

    « Bien le bonjour jeunes gens, si j’en juges par votre apparence vous m’avez tout l’air d’être de ceux capable de nous venir en aide... »

    Les deux personnes anciennes observaient une certaine distance de sécurité entre eux et les deux ninja, comme ci celle-ci les protégerait en cas d’attaque de leur part. Certainement n’avait il jamais vue vraiment de shinobi en action, mais bon Hao respecta leurs décisions, après tout, ils étaient chez eux ils pouvaient donc se comporter comme bon leur semblaient, sans toutefois être injurieux. Le Kaido acquiesça d’un signe de tête avant de tourner son regard vers le jeune homme qui se tenait à coté de lui. Au vu de sa façon de parler, il voudrait certainement prendre les choses en main, ce qui n’était pas un problème pour le jeune homme. Bien au contraire suivre des ordres était quelque-chose de simple, et comme il était payé cela revenait à de l’argent facile. Raisonnement simpliste certes mais pourquoi compliquer les choses avec une querelle stérile au sein d’un groupe temporaire, Hao n’en voyait pas l’intérêt. De plus, plus vite ils se mettraient en route plus vite ils seraient payés et ainsi il serait en mesure de se remplir le ventre, tout bénef en sommes.
    avatar
    Shinkū Hiro
    Shinobi Errant

    Messages : 28
    Expérience : 70

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Shinkū Hiro le Jeu 6 Sep 2018 - 16:18

    Encore une fois l’une de ses âmes errantes joviales et enjouées. Je soupire. Les blattes se languissent de ce qu’appellent les simples d’esprit, la joie de vivre. Mais quelle joie ? Le continent censé œuvrer pour la vie regorge de cadavres encore chauds. Des cœurs d’une légèreté que le mien ne connaîtra jamais. Les sourcils froncés, je le scrute de haut en bas. D’où vient-il ? Comment peut-on s’adresse d’une manière aussi cavalière à celui dont on ignore tout, même le nom ? Une indélicatesse surprenante au regard de l’âge apparent de celui qui se permet d’agir en parfait imbécile. La rudesse de ses membres montre indéniablement qu’il ne s’agit pas d’un débutant malgré un comportement aussi primaire. N’avait-il sûrement pas eu la chance de recevoir la haute éducation de la forteresse Shinkū, ou tout autre instruction faisant de lui un homme de noble naissance. Toujours est-il que l’insubordination est désolante, malvenue, voire dangereuse s’il s’adresse à plus téméraire. Le plaisantin ne sait vraisemblablement pas à qui il a décidé de se frotter. Arrivé sur les terres Teishū, je ferais mieux de m’en débarrasser avant que l’escadron d’accueil vienne à ma rencontre. N’étant pas attendu, je ferais mieux d’avoir la délicatesse de me présenter seul plutôt que d’amener un second nuisible dans leurs pattes.

    Mauvais timing, nous sommes deux tandis les anciens se présentent. Merde, il a l’air également au courant de la petite histoire qui se trame dans cette contrée. Les nouvelles vont donc vite dans cette bourgade, le vent les file et les repend comme le petit poucet laisse tomber ses pierres. Deux curieux sur le coup ou bien un chasseur de prime missionné par la famille pour retrouver leurs hommes ? Peu importe, je ne veux pas traîner de boulet. Prenant les devants, j’avance le pas jusqu’à arriver à distance de bras du comité qui eut la délicatesse d’accueillir en bonne et due forme, des inconnus plus ou moins invités. Une jeune homme, dans la fleur de l’âge est là, sans doute pour assurer la sécurité de si frêles personnages.


    Excusez-moi indélicatesse de me présenter sur vos terres sans avoir reçu de faucon. Shinkū Hiro, humble scientifique souhaitant mettre au clair le trouble qui subitiste entre légende et vérité. Ayez la bonté d’accepter ma présence dans l’expédition. Soyez sûr que je contribuerai au retour de vos soldats et que la lumière sera mise sur la bête des montagne.

    L’échine courbée, la tête baissée devant l’âge de mes interlocuteurs, je me fiche réellement de leur réponse. Aucun d’eux ne pourra m’empêcher de découvrir la vérité qui se cache derrière ce mythe intergénérationnel. Il est certain que d’être officiellement invité sur leur territoire m’épargnera la joie d’être traqué par leurs civils et éventuellement les chasseurs de prime qu’ils pourraient mettre à mes trousses. Autant enquêter dans la sérénité plutôt que dans le tracas.


    Redressez donc la colonne. Me répond la grand-mère, visiblement plus au fait des convenances sociales que son amant. Toute aide est la bienvenue, d’autant plus que des renforts sont plus que souhaitables.

    Une bonne chose de régler. Ne manquait plus qu’à prendre la route.




    Nous sommes finalement trois à faire partie de l’escouade enquêtrice. Le basané déjà sur place nous a accompagné sur les lieux. Les présentations n’ont pas été faites, aucune importance.


    Les alliés d’aujourd’hui seront sans doute les ennemis de demain. Je vous prie donc d’aller voir ailleurs et de me laisser faire le travail seul.  J’imagine que votre rémunération n’en sera pas moins conséquente.

    Aucune confiance envers des ninjas de basse naissance, ne connaissant ni loyauté, ni même le concept de retenue comme l’un d’eux a pu me le prouver plus tôt.
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Meikaku Tōmei le Jeu 6 Sep 2018 - 19:25

    Tōmei avait pour habitude de la ramener après le travail, car elle traînait toujours dans ses pattes durant la journée. Le domaine Teishū était très étendu et Botan ne rentrait jamais tout de suite chez-lui la laisser rentrer seul aurait été irresponsable. Il la ramenait toujours en ronchonnant, mais il la ramenait. Ai gambadait toujours autour de Tōmei d'habitude lorsqu'il la ramenait, mais ce jour-là elle était étonnement calme. Ce n'était pas vraiment pour déplaire au jeune homme fatigué des incessants aller-retour de la petite autour de lui. Lorsqu'il posa le regard sur elle, il vit sur son visage de l'inquiètude, elle devait penser à son père et dans son jeune esprit d'enfant s'imaginer les pires choses.
    Ai croyait dur comme fer à la bête monstrueuse de la région volcanique. Selon elle, c'était une bête immense pourvue de crocs aussi long que des tantō, acérés comme la plus tranchante des lames. Elle serait toujours d'après l'enfant, dotée de griffes recourbés capable de déchiqueter un ours d'un seul coup de patte. Et son cuir si dur que même le yoton de Yumin Gaiden n'aurait pu la blesser. Arriver devant la maison à dix pas de sa maman, Ai regarda dans les yeux son protecteur:

    Ramène-moi papa, mais reviens en bonne santé surtout, je serais triste si tu ne reviens pas, dit-elle de sa voix d'enfant.

    La petite parti rejoindre Jun pour aller prendre son bain, tandis qu'elle l'appelait laissant Tōmei devant l'entrée du petit jardin de ses parents. Dans quoi s'embarquait-il encore ? Son voyage l'avait mené dans bien des endroits et il s'en était toujours pas trop mal sorti, mais s'il ne ramenait pas le père d'Ai que lui dirait-il à son retour ?

    --------------------------------------------------------------

    Arriver chez le vieux Teishū en passant par la porte de derrière, il put apercevoir à l'entrée un homme et un second n'était pas loin, mais il ne semblait pas vraiment se connaître. Tōmei arriva juste à temps pour le début des présentations devant la bâtisse enfin de la présentation du premier homme qui était entré. L'homme d'une vingtaine d'année, plutôt proche de l'âge du Meikaku. Il était de belle stature, une chevelure d'un roux auburn et un regard au couleur chaude, mais presque froid. Il émanait de ce regard un feu presque sur le point de mourir, le rouge sanguin de ses iris laissait penser à quelqu'un de dur et droit. Les traits osseux de son visage lui donnait un air impassible et sans émotion à côté le lymphatique Tōmei passait pour un livre ouvert. Qu'avait-il vécu pour avoir un visage si fermé ?

    Le second homme beaucoup plus avenant à première vue était plus âgé de quelques années pas plus, peut-être entre 25 et 28 ans. Son teint blanc et sa longue chevelure d'or l'aurait presque fait passer pour une femme s'il n'avait pas cette mâchoire plutôt carré et sa musculature masculine. Coiffé en queue de cheval l'homme avait un regard plein de vie, il devait être heureux de vivre celui-là avec son gros kimono blanc.

    Tōmei observait toujours beaucoup les gens qu'il rencontrait, ces deux-là n'échappèrent donc pas à la règle. Le roux s'exprima en premier avec beaucoup de manière, déclarant se nommer Shinkū Hiro et être un scientifique. Le type avait l'air plus intéressé par la rencontre avec la bête que par l'envie d'aider le fils du vieux Teishū, mais enfin bon un scientifique ne serait pas de trop pour une telle expédition. Quant au second, Tōmein'eut pas le plaisir de l'entendre se présenter, car Ama la femme du vieux accepta tout de suite l'aide des comparses. Le Meikaku n'y compris pas grand-chose quand ils furent fins prêts à partir, il avait espéré une bonne nuit de sommeil avant de prendre la route, mais il semblerait qu'ils allaient partir sur-le-champ.

    Hiro était très condescendant, il demanda à Tōmei et au second d'aller voir ailleurs s'il y était, qu'il allait régler le problème seul et que de toute manière il serait payé. Sa réflexion sur l'alliance sommaire de leur petit groupe ne l'atteint pas pour deux ryos. Cependant, il prit la parole pour exprimer un point de vue:

    Humpf..., exprima-t-il avec toute sa nonchalance habituelle. Finissons en au plus vite, un scientifique, un optimiste et un fainéant. Une fine équipe pour un travail délicat. Je connais cette région pour l'avoir parcouru à plusieurs reprises ce mois-ci et je connais l'itinéraire prévu du groupe de chasseur. Il y a un abri qu'ils utilisent régulièrement pour manger et dormir, suivez-moi c'est par là que commencera notre enquête.

    Sur ces mots, Tōmei prit la tête du groupe sans demander son reste, les présentations officielles seraient remises à plus tard. Il y avait peu de chance que quelqu'un soit plus qualifié que lui pour partir au devant connaissant la région et la nuit approchant les capacités de son clan seraient appréciables pour un éclaireur. Il était déjà agacé par cette histoire et faire équipe avec ce Hiro n'avait rien de réjouissant...
    avatar
    Kaidō Hao
    Shinobi Errant

    Messages : 27
    Expérience : 90

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Kaidō Hao le Sam 8 Sep 2018 - 15:23

    Les trois shinobi s’étaient mis en route, après quelques heures de marche à peine, ils arrivèrent non loin du lieu ou l’investigation allait commencer. C’est alors qu’Hiro afficha clairement l’impression que les deux autres shinobi lui faisait. Ne voyait-il en eux que de simple gêneur ? Était-il a ce point sur de lui qu’il en devenait insultant ? Hao n’en avait que faire, après tout, il pouvait bien penser ce qu’il voulait le fait est qu’ils étaient la tout les trois. Après avoir jeté un regard étonné à Tomei le jeune homme adressa un large sourire au jeune médecin.

    « Voyons, voyons jeune homme ne péchez pas par excès de confiance. Bien que votre proposition soit alléchante, je ne puis me résoudre à vous laisser agir seul. Il me semble qu’en opérant à trois nous seront plus performant. De ce que je crois comprendre, évoluer avec nous ne vous satisfait que trop peu, regardez les choses sous un autre angle. Si nous somme plus performant notre groupe atteindra son objectif plus rapidement, entraînant inéluctablement sa dissolution, n’êtes vous pas en accord avec cela ? »

    Hao s’était exprimé sur un ton dénué d’agressivité, il restait persuadé que l’homme n’était pas foncièrement négatif. Son attitude devait être le reflet de ses expériences passé. Après tout, il était médecin, et avait donc dédié sa vie à aider les autres. C’est alors que le troisième compère prit la parole. Affichant lui aussi son avis tempéré sur ce rassemblement de shinobi aux caractères si singulier. Il est vrai que sur le papier, les caractères des trois hommes étaient assez opposé. Refusant de prendre en compte les paroles du plus strict des trois l’afro-shinobi-albinos prit la tête de l’escouade tout en leur expliquant qu’il connaissait bien les lieux. Autre information importante, l’homme connaissait les habitues ainsi que l’itinéraire que les cibles empruntaient. Hao observa alors la réaction d’Hiro, celui-ci n’allait certainement pas apprécier d’être relégué au rang de mouton par son cadet. Le Kaido haussa les épaules en regardant le médecin, lui emboîtant le pas il reprit sur un ton tout aussi calme.

    « Et bien, en voilà un être intéressant. Il faut croire qu’il vous sera utile finalement. Mais dites moi, il ne me semble pas m’être présenté. Je me nomme Oyaji Akuma, enchanté. »


    Hao s’était présenté sous son nom d’adoption. Il estimait que le nom de Kaido était trop lourd de sens pour l’utiliser a tort et à travers. Tant qu’il ne serait pas sure des intentions de ses compagnons hors de question de les mettre dans la confidence. C’est alors qu’il s’adressa à l’éclaireur.

    « Dites moi jeune homme, vous étiez déjà chez les Teishū lors de notre arrivée. Quelles sont vos relations avec eux ? »


    Hao envisageait le fait que la disparition des trois hommes est pu être autre chose qu’une attaque de bête sauvage. Peut-être étais ce lié à ce jeune homme, si un groupuscule mal intentionné avait prévu de s’en prendre à ce clan, l’arrivé d’un shinobi dans leurs terres aurait pu contrarier leurs plans. Aussi en attirant Tomei hors de la propriété, ceux-ci auraient le champ libre pour agir. L’attitude froide et hautaine de Hiro le rendait quelque peu suspect aux yeux d’Hao qui envisagea le fait que celui-ci pourrait être mandaté par ce groupuscule pour faire disparaître le jeune Tomei. Si cette hypothèse s’avérait être exacte alors Hao et son cadet se retrouveraient certainement dans une situation très inconfortable. Enfin, tout ceci n’était que spéculation, Hao suivait le mouvement d’un pas enjoué, la forêt dans laquelle il s’enffonçaient était particulièrement belle, il observait le paysage à la recherche d’un signe qui trahirait la présence de la bête.
    avatar
    Shinkū Hiro
    Shinobi Errant

    Messages : 28
    Expérience : 70

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Shinkū Hiro le Mer 12 Sep 2018 - 15:23

    L’homme est au cheveux d’argent d’avère être plus teigneux que je n’aurais pu l’imaginer. Mes paroles semblent avoir tranché sa fierté et réveillé son égo. Bien que ses manifestations restent discrètes, il n’en est pas moins que ses soupirs dilatants manifestent une pointe d’agacement et de nonchalance. Que ses souffles insignifiants se perdent dans les vents inaudibles des montages. Je n’ai que faire de ses piètres sauts d’humeur. Qu’il bombe le torse vers un autre bas public que sa basse trempe. Sa jeunesse est sûrement celle qui expose sa présence en laissant flotter dans l’atmosphère son irritation malvenue. Un air condescendant, sûrement l’effet d’un excès de confiance ou de la bêtise d’un jeune adulte. Néanmoins, sa connaissance prétendue des lieux fait indéniablement de lui un membre clé de cette expédition ; à moins que sa fierté l’encourage à endosser un rôle pour lequel il n’a pas les épaules. Espérons juste que l’éclaireur improvisé soit suffisamment efficace pour nous conduire vers le gîte avant la tombée de la nuit. Aucune envie de retrouver à faire face à une bête féroce dans l’obscurité.
    Je vous suis si tant est que vous ne me faites pas tourner en rond. Rétorqué-je, sèchement.
    Le plus âgé semblait avoir acquis la sagesse qui habite ceux qui ont affronté la vie. Une expérience qui visible par ses cicatrices, son corps, sa figure. Il porte pour sûr les blessures de ce qui ont vécu tout ce que ce continent a à offrir. Un ton posé, qui adoucit la tension électrique qui inonde notre équipe, qui aurait tout au tard porté préjudice à notre prétendue coopération. Après tout, mon seul intérêt ici est de gagner un temps qui m’est précieux. Une fois devant la vérité, je n’aurais aucun scrupule pour les abandonner à leur sort, bête ou non. Quoi que si bête il y a, à moi elle deviendra. La seule pensée de rencontrer l’objet d’une légende m’excite, me met l’eau à la bouche. À quoi pourrait bien ressembler un monstre mythique ? Un ours, un loup, un sanglier ? Des crocs, des griffes, des sabots ? Ou bien alors, une créature de temps antiques, un reptile cracheur de feu chimérique ?
    Vous qui semblez connaître la famille des disparus, ne soyez pas avare en informations.
    Tout indice qui pourra m’amener à la bête légendaire est bon à prendre. Faut-il encore qu’il ait fini son caprice et partage les paroles qu’il a pu entendre. Bien que les montagnes représentant un environnement escarpé difficilement praticable, nous atteignons la cabane alors que le soleil commence à se faire orangé.  
    Permettez-moi de vous devancer.
    J’entre dans cette maisonnette de fortune faite de bois mouillé par les averses et affaibli par le temps. Vide. Pas de présence humaine, même pas un cadavre inerte, une goutte de sang, un cheveux. Néanmoins, des armes de chasse. L’acier ne manque pas, mais que serait parti faire ses hommes sans avoir de quoi trancher les chairs du gibier. À moins qu’ils ne se soient faits prendre avant d’atteindre leur refuge … En ressortant des lieux, je ramasse un morceau de tissu blanc largement entaché par les fluides sanguins d’une victime. Je le tends à mes équipiers. Espérons que la teigne ait une explication plausible à cette scène totalement décousue.
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Meikaku Tōmei le Mer 12 Sep 2018 - 21:53

    Tōmei ne prit pas garde à la réponse du scientifique, avançant sur les terres rocailleuses du pays des montagnes, il filait comme le vent attentif aux moindres détails. Les traces du groupe de chasseur n'avaient aucune chance d'être visible après trois jours. D'autant qu'il y a deux journées de cela, une forte pluie avait inondée la vallée. Les vents s'étaient chargées d'effacer le peu qu'il restait du passage de la petite équipe. Ce que le Meikaku cherchait n'était ni plus ni moins que des traces plus fraîches, des traces de retour éventuellement ou pire des traces d'une créature quelconque. Si seulement, les chasseurs finissaient par réapparaitre comme par magie la fin des tracas et le retour aux choses simples. Tōmei était à peine parti et déjà lasse de cette expédition...

    Bien que l'afro-shinobi ne soit pas très jouasse à l'idée de collaborer avec ses deux nouveaux compagnons d'infortune, il dût bien reconnaître que pour le bien de la mission il allait devoir dévoiler un peu ce qu'il savait et les questions d'Hiro et Akuma étaient légitimes.

    Je me prénomme Tōmei, répondit l'utilisateur d'hikariton en réponse à la présentation d'Akuma. J'étais chez les Teishū à votre arrivée, c'est vrai. Je ne l'ai connait que depuis peu, je suis de passage chez eux, ils ont eu la bonté de m'accueillir avec gîte et couvert tant que j'aide à la tenue leur exploitation. Je suis...

    Le Meikaku hésita devait-il vraiment tout dire ou simplement l'essentiel.

    ... un simple voyageur. Durant mon séjour j'ai sympathisé avec ces gens et je m'acquitte d'une certaine dette en tentant de retrouver le fils du vieux. C'est ma façon de les remercier. Les Teishū exploitent cette terre depuis des générations, ils sont une famille respectée dans la région. Je ne dirais pas qu'ils sont puissants, mais beaucoup de gens dépendent de leur production pour subsister. Ils emploient aussi un certain nombre de natifs des montagnes. Si ennemi des Teishū il y a, ils me sont inconnus.

    Tōmei était pensif, si les Teishū devaient avoir des ennemis cela ne pouvait être qu'un potentiel acheteur pour leur exploitation. Cependant, durant le mois écoulé il n'avait vu personne approcher le vieux en ce sens ni son fils. Tous ceux qu'il avait vu n'était que des habitants de la région reconnaissant et bienveillant envers la famille.

    Durant mon séjour, je n'ai vu aucun acheteur, aucun négociant ou autre investisseur ayant approché la famille. Hors, c'est le genre d'ennemi que se font les exploitants de terre. La seule autre hypothèse serait une histoire de famille dont j'ignorerais la teneur. Quant à cette histoire de légende, la cadette des Teishū, la petite Ai semble croire dur comme fer à l'existence de la bête. Une bête aux griffes acérées, aux crocs mordants et à la peau dure comme la pierre. Je n'ai vu trace de cette créature nulle part depuis mon arrivée ici, mais la petite n'est pas la seule à y croire beaucoup d'habitants de la région se méfient des montagnes.

    --------------------------------------------

    Comme Tōmei le pensait, ils arrivèrent à la cabane des chasseurs quelques heures avant la nuit noire. Et le scientifique souhaita s'introduire le premier dans la bâtisse, il était devenu beaucoup plus poli et c'était appréciable. L'intelligence et l'art de parler d'Akuma avait sans doute adoucit l'humeur du jeune pédant. Et si celui-ci se sentait de diriger les opérations, le jeune natif du pays des canyons le laisserait faire sans souci. Tandis que son compagnon de fortune inspectait l'intérieur de l'abri, le Meikaku entreprit d'enquêter à l'extérieur...

    Un feu était éteint au moins depuis la dernière pluie, car les cendres n'étaient pas vraiment sèches. Autour quatre tabourets de bois renversés dont un à plusieurs mètres des du feu de camp et un second brisé en deux endroits, mais pas de traces d'une bête ou d'un monstre ni du passage d'un groupe d'hommes autre que les chasseurs.
    Hiro ressortit de la cabane avec à la main un morceau de tissu blanc qu'il tendit en direction d'Akuma et Tōmei. L'afro-shinobi laissa le morceau de tissu au soin de son camarade pour entrer à son tour dans la maisonnette de bois. Toutes les armes du Teishū et de ses amis avaient l'air présentes. Suspect, mais à l'intérieur de la cabane pas une trace de sang ou de lutte. Tout s'était déroulé à l'extérieur dans ce cas et le tissu devait être imbibé du sang d'une proie abattue, mais où était la carcasse. Le garçon ressortit pour faire part de ses réflexions à ses camarades:

    Si enlèvement ou combat il y a eu, c'est à l'extérieur que cela a eu lieu et le premier jour de leur chasse peut être à la faveur de la nuit. Il y a des traces de lutte autour du feu de camp qui a été éteint par les dernières pluies, étant donné l'humidité et l'odeur des cendres. L'un des tabourets est brisé, mais je n'y ai remarqué aucune trace de griffes ou de crocs encore moins sur le sol vu la météo des derniers jours ce n'est pas étonnant. Le tissu de sang ? Est-ce du sang humain ? Je parierais pour du sang animal, peut-être une prise ? Si tel est le cas où est la carcasse ? La créature a pu la prendre avec elle en plus des hommes ? Pourtant, cela me paraît peu probable je privilégierais un groupe de mercenaires qui aurait pris soin d'effacer le plus clair de leurs traces.


    _________________
    Thème Tōmei:

    avatar
    Kaidō Hao
    Shinobi Errant

    Messages : 27
    Expérience : 90

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Kaidō Hao le Sam 15 Sep 2018 - 10:46

    Hao était resté silencieux jusque là. Il s’était réjoui du fait que Tomei se soit présenté. L’afro-shinobi lui donnait une bien bonne impression que le médecin. Peut-être que cette froideur d’âme était le prix à payer pour acquérir le savoir nécessaire à la pratique de son art. L’homme était peut-être venu au monde de la sorte ou était-ce la guerre qui l’avait ainsi modelé. Le fils des varans n’en avait pas la moindre idée, mais toujours est il que son instinct lui dictait de se méfier de l’individu.

    C’est dans une position d’observateur qu’il arriva sur les lieux. Laissant ses camarades dégrossir le travail, il vit Hiro s’engouffrer dans la bâtisse. Tomei lui se dirigeât vers le feu de camps ou régnait un certain désordre. Il en profita pour faire le tour de la maison, cherchant dans la végétation des traces de passage humaines ou animales. La masse verdoyante oscillait au grès du vent. Le jeune homme s’attarda quelques instants sur un arbre légèrement plus massif que ses congénères. Le shinobi pris le temps d’y grimper. Une fois arrivé aux premières grosses branches, situé à mi-hauteur de celui-ci, Hao observa autour de lui. En contre bas se trouvait la cabane, d’ici il avait une vue plongeante sur le site. Il constata que de sa position, il voyait parfaitement le feu de camp. Derrière lui se trouvait le reste de la forêt. Il se tenait la, statique, presque stoïque, observant chaque détail de l’immensité boisé. Peut à peu un chemin se dessina, ci et la quelques petite branches étaient cassé et de l’écorce arraché. Le jeune homme se mit alors à multiplier les hypothèses, tentant ainsi d’éliminer un maximum de possibilités. Après quelques minutes de réflexion, il s’était fait son idée sur la question, il ne lui restait plus qu’à en faire part à ses camarades.

    Quand il revint devant la cabane, Hiro en sortait. Lui tendant un bout de tissus ensanglanté Hao s’en saisit plus par politesse que par intérêt. En effet, il n’avait aucun moyen de pouvoir y porter une analyse pertinente. Tomei, qui se trouvait à coté de lui pris la parole. Il n’avait trouvé aucun signe de trace animal autour du feu. Il est vrai que lui non plus n’avait pas vue de trace animal derrière la cabane. Hao avait acquiescé lorsque l’afro shinobi avait envisagé le fait que le groupe de chasseurs se soit fait prendre d’assaut une fois la nuit tombée. Il était lui-même arrivé à la même constatation.

    « Je pense que vous avez raison Tomei, j’ai trouvé une piste derrière la cabane. Probablement, sont-ils accompagné d’au moins un shinobi étant donné qu’elle démarre à mi-hauteur d’arbre. Je pense qu’il s’est positionné là-bas. » Hao désigna l’arbre sur lequel il se tenait plus tôt. « A la nuit tombée, et avec le feu de camp, la cabane projette une ombre qui permet une dissimulation plus facile. Le positionnement permet d’avoir une vue globale des lieux. Ils n’ont certainement pas vraiment eux le temps de se défendre. »

    Hao marqua une pause, la nuit approchait.

    « Ils se sont fait attaquer lors de leur première nuit. Nous ferions mieux d’être sur nos gardes, il est probable que leurs agresseurs viennent à notre rencontre cette nuit. Aussi, il serait judicieux d’anticiper leur venu avec quelques pièges n’es ce pas ? D’un autre coté, on pourrait tout aussi bien suivre leurs traces pour essayer de les prendre de court et utiliser l’obscurité en notre faveur. Mais avec la nuit qui se rapproche nous aurions tout de même de fortes chances de nous perdre. Qu’en pensez vous jeunes gens ? »

    Hao n’était pas quelqu’un qui aimait prendre des risques inconsidérés. Il estimait que la communication au sein d’un groupe était primordiale, et vu les caractères des deux shinobi qui l’accompagnait, il s’était naturellement mis dans une position de médiateur. Hiro et Tomei, ayant deux caractères opposés, avaient une propension naturelle à s’exaspérer mutuellement. Hao attendait l’avis de ses camarades, espérant que leur décision ne mènerait pas leur petit groupe tout droit à la mort.
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Meikaku Tōmei le Mar 25 Sep 2018 - 18:57

    Hiro était étonnamment silencieux, mais Akuma sembla confirmer les hypothèses de l'afro-shinobi en faisant part de ses découvertes. Il avait repéré un itinéraire de départ pris par les potentiels kidnappeurs et deux solutions s'offraient à eux. La nuit étant sur le point de tomber le plus âgés du groupe proposait de suivre la piste en espérant surprendre les auteurs de l'attaque au risque de se perdre. Cependant, il proposa aussi une deuxième possibilité, attendre et piéger la zone en espérant voir revenir les brigands.

    Je suis tenté de vous dire de suivre la piste, mais le chemin qu'ils ont pris n'est pas un chemin référencé dans la région. Le seul chemin menant à la cabane de chasse est celui que nous avons emprunté en coupant à travers bois derrière leurs traces de nuit, il est quasi certains que nous nous perdrons. Je ne connais pas encore assez la région pour assurer un rôle d'éclaireur à cette heure avancée. Cependant, nous pourrions attendre quelques heures voir si les auteurs se montrent à nouveau. Après cela, nous devrons prendre le risque de partir sur les traces du groupe. Les chasseurs ne sont pas des combattants, ni des shinobis leurs heures sont peut-être comptées, qui sait ?

    Le shinobi prit un temps pour mesurer ses paroles, s'il prenait la décision de rester sur place il endossait la responsabilité de la réussite ou de l'échec de cette mission. Le tout était de savoir s'il était le genre d'homme à privilégié la mission ou la sécurité de ceux qui la mèneraient à bien. Tōmei avait toujours été un fainéant, mais il ne manquait pas de courage quand la situation s'y prêtait. Il revoyait le visage de la petite Ai Teishū et ré-entendit ses paroles "Ramène-moi papa, mais reviens en bonne santé surtout, je serais triste si tu ne reviens pas." sa décision était réfléchie:

    C'est décidé, si vous n'y voyez pas d'inconvénient nous resterons jusqu'à minuit. Ensuite, nous partirons sur la trace des chasseurs. Trouver leur camp en plein milieu de la nuit ne sera pas aisé, mais si nous les surprenons avant l'aube il y a de fortes chances que tous soient profondément endormis. Leur garde elle sera en train de somnoler épuisé par leurs heures de gardes répétées, exprima le Meikaku.

    Il sortit plusieurs mètres de fil d'acier qui lui permettrait de délimiter un périmètre de sécurité assez large et d'installer plusieurs pièges autour de la cabane. Tōmei demanda gentiment à ses camarades de l'aider et proposa de prendre le premier tour de garde...

    ------------------------------------------

    La nuit était bien tombée désormais, la fin du tour de garde de Tōmei approchait, mais il avait envie de continuer de veiller un peu. La journée avait été longue, une bonne fatigue s'était installé. Ce matin, il travaillait encore dans l'exploitation des Teishū. Ah bien y réfléchir, il ne savait pas vraiment pourquoi il avait accepté de rester si longtemps chez eux. Il détestait travailler en général, le moindre petit effort l'emmerdait profondément c'était un fainéant doublé d'un insatisfait. Sans doute cherchait-il un endroit calme ou prendre le temps de réfléchir avant de vraiment partir plus au sud du Yuukan, ses décisions n'étaient jamais irréfléchies.
    Là sous ce clair de lune, il repensa à une des excuses pour lesquels il était parti soi-disant pour venger la mort du petit Urei. A ce jour, il n'avait fait que jouer le jeu du pisteur capable de retrouver un shinobi haut gradé de Kazangakure no Sato alors qu'en réalité il n'était qu'un enfant. Vingt ans peut-être, mais vingt années à n'avoir rien vécu par faiblesse d'esprit, par peur de l'inconnu et par désintérêt. Cette mission c'était un peu le début de sa prise de conscience, une façon de servir à quelque chose malgré ses travers...

    Soudain, un son parvint à ses oreilles plus loin dans les fourrés bordant la lisière de la forêt... puis à nouveau un bruissement de feuille. Un râle rauque suivit d'un grognement, Tōmei fonça à petit pas vers le bivouac de ses camarades pour les secouer doucement et dans un murmure leur glisser à tous les deux:

    Nous sommes épiés et il n'y a pas que des humains, préparez-vous.

    Une détonation retentit à dix mètres de leur position près de l'itinéraire décelé plus tôt par Akuma, l'afro-shinobi braqua son regard dans cette direction. Là il vit une forme monstrueuse et des yeux couleur fauve le regarder puis une seconde détonation et la bête disparut en râlant dans la forêt suivie par deux ombres à forme humaine:

    Là ! Vous avez vu, une créature, mais pas seulement il y a deux Hommes avec elle ! Venez !

    Spoiler:
    Saut du tour d'Hiro, avec son accord.


    _________________
    Thème Tōmei:


    Contenu sponsorisé

    Re: [B] Légende ou vérité ? | Ft. Hao & Tōmei

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 18:02