Légende ou vérité ? Ft. Kosei & Yukito

 :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hayase Sanae
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 200
Messages : 15
Assignée sur une nouvelle mission, je suis encore une fois celle qui devra se démarquer des deux autres qui auront déjà prouvé leur valeur à de multiples reprises. Une condition pesante, voire même accablante. L’aspirant ninja n’est que le petit soldat docile qui doit se plier aux ordres aveuglement, sans user de son intellect. Ses libertés sont bridées par la hiérarchie instaurée par Kiri, organigramme dont je suis la base, le bas de l’échelle. Fière de ma position de kunoichi, je me résous à courber l’échine et suivre les instructions à la lettre ; pour le bien commun, pour la félicité de notre nation, pour l’honneur de ma famille. Bien que les liens du sang soient indéfectibles, les liens qui unissent tous les porteurs de ce bandeau frontal le sont tout autant. La création du village caché du brouillard nous a, à tous, apporté cette seconde famille rassemblée par les lames, pour la paix, contre l’anarchie.

Certains diront que ces remparts qui nous entourent nous réduisent à l’état d’animal en cage. En effet, un mode de vie sédentaire déroute tous ceux qui furent autrefois nomades des marécages. Une émancipation à laquelle ils ont consciemment renoncé pour la sécurité que procure la vie Kirijin. A l’état de nature, les Hommes étaient encore livrés à leurs passions, à leurs pulsions de vie et de mort. Tantôt créatrices, tantôt destructrices. La raison ne fut qu’un lointain concept oublié, voire même omis, pour s’adonner sans états d’âme à une funeste barbarie. La guerre, ce fléau qui déshumanise l’être humain et lui fait perdre toute la superbe qui le différencie du primate primitif. Et dire que son ingratitude l’incite à piétiner le travail et l’implication des unificateurs, ainsi que de regretter l’époque des combats sanglants.

Se mentir à soi-même est synonyme de perdition, mais mentir à l’autre est signe de faiblesse. Comment s’amuser de la peur fondée sur tant d’inepties ? Pauvres enfants, victimes des vices adultes qui pèchent. Prêcher l’existence d’une abominable atrocité pour effrayer les plus jeunes sans aucune raison valable. Cette famille mineure peut s’en sentir déshonorée et couverte de honte. Rira  bien qui rira le dernier et l’arroseur se retrouvera tôt au tard arrosé. Nourrir des légendes facétieuses ne peut que se retourner contre les auteurs. Ils pleurent aujourd’hui les disparus et s’inquiètent de la véracité de leurs histoires. Sachez-le, toute fable contient son lot de vérités et il ne serait pas étonnant que celle-ci ne déroge pas à la règle.

Les portes de Kiri sont le point de ralliement de notre fine équipe. Des inconnus, mais un nom ne m’est pas étranger. Pour l’avoir entendu à plusieurs reprises, le chef des opérations, Hiyari Yukito est un ninja haut-gradé de notre nation. Un shinobi confirmé, donc la mission du jour n’est qu’un travail de routine, une corvée à laquelle il doit assister, faire acte de présence. Hors de questions d’être un fardeau pour ce dernier, ma venue en ce jour ne doit pas être vaine. Mon équipier porte le nom de Kaguya, patronyme qui en dit long sur ses capacités, mais aussi et surtout sur son caractère. Trêve de jugements, les médisances ne doivent pas traverser le fil de mes pensées malgré l’attente qui semble être interminable.
Revenir en haut Aller en bas
Hiyari Yukito
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 555
Messages : 157
timeline:
 
Le ciel, la mer. On dit que l'un est le reflet de l'autre, mais n'est-ce pas plutôt l'inverse ? De retour à Kiri depuis les évènements récents, le Hiyari ne savait pas trop quoi penser de la situation de son pays. Pas mal de changements avaient eu lieu, et tout cela le perdait dans sa capacité à raisonner. Depuis qu'il avait retrouvé le calme de son chez-soi, Yukito avait mit de côté son devoir  et rejeté plusieurs missions que lui proposaient la direction provisoire mise en place après la disparition du Mizukage. Non pas qu'il se refusait de faire son devoir, mais une peur évidente que tout pouvait mal se passer. Il n'y avait qu'à voir cette mission d'infiltration dans la petite bourgeade au nord de Mizu, comment les shinobis arrivés en renforts avaient été dans le mal. L'un d'entre eux y était quand même resté, donc dans son esprit, Yukito se disait que moins il prendrait de risques, plus il permettait de sauver des vies.
Pourtant, les faits étaient là. Tout le monde perdait la vie chaque jour, le raisonnement du Hiyari avait beau être noble, il ne sauvait pas plus de gens pour autant.

Une missive lui parvint, un énième ordre de mission. S'apprêtant à de nouveau l'épargner comme la plupart, un nom retint son attention. Kaguya Kosei. Le manieur d'os repartait donc en mission, même après avoir vécu tout ça ? Courage ou fougue de la jeunesse ? Les deux probablement. Etait-ce une raison de le laisser partir comme ça, sans protection ? D'autant plus que la personne qui avait été convoqué avait un nom dont Yukito ignorait totalement. Craintif de voir le petit Kaguya subir le même sort que Gekkou, le renard de glace se décida à prendre ses responsabilités. Il était hors de question que cela recommence.


Arrivé aux portes du village, le jônin avait parcouru l'ordre de mission plusieurs fois afin de savoir ce qui l'attendait. Une bête mystique, un groupe parti à sa recherche qui avait disparu... Si sur le papier cela s'avérait être une mission assez banale, rien ne garantissait que cela pouvait mal tourner. Après tout, la mission avec Shirome semblait également facile et tranquille.
Une jeune fille se tenait près des portes, semblant perdue dans ses pensées. Ca devait être elle, la fameuse "Sanae Hayase". De ce que savait le Hiyari sur ce clan, c'est qu'ils possédaient une capacité unique. Le jônin était ravi et pressé de la voir en action, tout comme voir les progrès qu'avait pu faire Kosei. Il avait beau ne rien avoir prit comme mission depuis son retour, Yukito était loin de n'avoir rien fait. Une excursion apparemment, comme celle de Yukito à Yuki. Une quête pour revenir plus grand ? Probablement.

Tu dois être Sanae ? Enchanté, je suis Yukito. On partira dès que Kosei sera là, le chemin est long donc autant le mettre à profit en faisant des présentations plus poussées sur la route.

Rappel de la mission:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Kosei
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 460
Messages : 153

Légende ou vérité ?


Feat Hayase Sanae & Hiyari Yukito



Le retour au village avait été rude pour Kosei. Son petit séjour au village des Loups lui avaient permis de grandir, de mûrir, de penser. Son âme semblait réparée, comme l'avait anticipé Maiko Kaguya. Il n'était clairement plus le même, et l'esprit régnant au village de Yuki l'avait peu à peu conquit. Leur mentalité l'avait touché, et l'avait changé. Un bref bilan de la vie lui avait permis de se remettre sur pied. Sa vie était instable. Un shinobi a toujours un quotidien agité, mais le sien était exceptionnellement vacillant. Tout d'abord la perte d'un coéquipier. Puis un échec cuisant. L'attribution d'un nouveau collègue. La disparition de son sensei. La disparition du Mizukage. Les nouveaux changements hiérarchiques. Kosei en avait été totalement égaré, tracassé et finalement brisé. Mais c'était avant son périple. Avant que son sang ne s'inquiète et ne l'envoie en pèlerinage. Il ne s'inquiétait plus de qui dirigeait Kiri. Ne se souciait plus de ce qu'il pouvait advenir du village. Ne souhaitait plus appartenir à une équipe, éphémère ou non. Il se contenterait désormais de faire ce qu'on lui demanderait, jusqu'au jour où tout s'arrêterait, où ses paupières observeraient le ciel pour l'ultime fois.

En attendant il devait reprendre le quotidien d'un ninja de la brume. Une nouvelle mission lui avait été assignée. Contrairement à l'ordinaire, cette fois Kosei avait tout mémoriser. Du nom de ses équipiers à l'objectif de leur périple dans Mizu. Fait plutôt exceptionnel pour un lunatique comme lui. Une mission importante, classée B. La dernière remontait à cette Mofubuki. Il fit taire l'angoisse naissante. Visiblement, Yukito serait aussi de la partie. Ainsi qu'un autre comparse dont le nom ne lui disait rien. Ou plutôt le prénom, car la renommée des Hayase n'était plus à faire. Une assimilatrice d'eau. Bien campé sur ses nouvelles résolutions, Kosei n'envisagea pas une seconde que sa collègue ne puisse maîtriser l'élément. Il se rendit donc aux portes, et comme souvent arriva le dernier. Une habitude qu'il lui faudrait perdre rapidement. Yukito semblait bien portant, mais quelque chose d'étrange gêna le Kaguya. Son regard était changé, ou peut-être sa démarche.

" - Navré du retard. Yukito-San. "


Kosei scruta la jeune femme qui était en sa compagnie. Sanae. Tâcher de se souvenir. Sanae.

" - Sanae, c'est un honneur de rencontrer une représentante du clan Hayase. "


Il ne le savait pas encore, mais d'une certaine façon Kosei avait déjà mis les pieds dans le plat. Leur marche commença donc en direction d'un coin perdu de Mizu. Le trajet serait probablement long et pénible, mais l'occasion de faire connaissance remotiverait sûrement les troupes. De nouveau le Kaguya se retrouvait sur la traque d'un monstre. Le dernier était un Loup géant argenté qui avait hésité à lui croquer la tête. La scène aurait probablement ressemblé à un colosse croquant une tomate cerise du bout des dents. D'une certaine façon il s'estimait rodé à cette situation. La portée mystique de la chose en revanche lui semblait être du baratin pur et dur. Quant aux trois personnes disparues … Kosei espérait que leur village ne se trouverait pas loin de leur zone de chasse, car il se voyait déjà ramenant un corps auprès des siens. Le Kaguya avait désormais pris l'habitude d'emmener sa peau de loup dans son packetage, pour se donner du courage et en cas de nuits fraîches. Dans le pire des cas s'il s'agissait de plaisantins un coup de peau animale et de crâne d'os devrait suffire à les mettre en fuite. Mais si le gibier était plus coriace …

" - J'ignore à quoi on peut s'attendre venant des assimilateurs d'eau, mais je suppose que combiné aux talents de Yukito ton art s’avérera très utile. "


Compliment ou tentative d'en savoir plus sur cette nouvelle rencontre, peut-être les deux ? Si Kosei connaissait les bases des attaques de l'Hiyari, il ne savait absolument pas combiner ses propres talents avec ceux de l'Hayase. Autant profiter de la marche pour commencer à élaborer des stratégies.
Revenir en haut Aller en bas
Hayase Sanae
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 200
Messages : 15
— En personne, enchantée.

Filiforme, la tête surplombée de cheveux d’argent, de petits yeux entrouverts. Le chef de l’équipe en qui je dois vouer allégeance se présente à moi avec ferveur. Il sera la tête et je serai les bras. Hiyari, son patronyme en dit long sur ses capacités. Manipulateur de glace, son pouvoir terrifiant est l’atout de notre formation. Mêler l’eau et le vent pour créer cette nouvelle affinité dont seuls ces natifs du pays des neiges ont le secret. Une prédisposition génétique qui ne saute aucune génération et dont les métisses peuvent se plaindre de ne pas compter dans leur patrimoine. A moins qu’il soit comme moi, le mouton noir de son clan, le canard boiteux de la fratrie, l’enfant maudit. Nous voilà de nouveau dans l’attente que le troisième montre le bout de son nez, une perte de temps intenable qui revient à regarder à l’horizon les grains de sable s’écouler d’un sablier.

Navré du retard avait-il osé répondre. Agacée de sa nonchalance qu’il laisse paraître sur les traits de son visage, je fronce les sourcils. Encore un gamin indiscipliné qui se pense indispensable. Qu’il reste dans l’enceinte de Kiri. S’il est aussi rapide que ponctuel, nul doute qu’il ne fera que nous ralentir. Bras croisés, je l’écoute ou du moins, je le laisse impunément me scruter du regard. Des yeux naïfs qui parcourent les courbes d’une femme formée sans aucune arrière-pensée. Une vision enfantine, voire même touchante ressemblant à s’y méprendre à celle de mon jeune frère. Je plonge mes yeux dans les siens pour interpréter les reflets de son âme.

Je ne réponds pas, inutile de donner des paroles à boire au chiot repu. Présentations faites, nos pas quittent les remparts du village caché du brouillard pour se plonger dans l’épaisse fumée de marécages. Le climat est clément en ce début d’automne qui est souvent synonyme de pluie, de grisailles, d’humidité étouffante. Mes pensées sont interrompues par le Kaguya qui ne peut s’empêcher de se taire quelques minutes, exposer sa science, faire des appels : remarquez-moi, je suis là. Exaspérée, je soupire, je me contiens. D’autant plus qu’il ne rate aucune occasion de me mettre dans l’embarras. Tous deux placent de faux-espoirs en ma capacité d’assimilation. Mon nom les trahit. Je ne donne pas cher de leur stratégie s’ils imaginent que je suis bel et bien capable d’une telle prouesse. Ils devront se contenter d’une modeste Iryônin qui sera relayée en troisième ligne. Se seront eux qui assumeront le poste d’attaque si le besoin s’en fait ressentir.

Un Chûnin apparaît dans l’ombre pour nous intercepter. Nous n’avons quitté le village que depuis quelques minutes que nous voilà stoppés nets dans notre marche. La main accusatrice adressée à Kosei, il semble être le concerné.

— Hiyari Yukito, Kaguya Kosei est prié de retourner au village. Vous assumerez la suite de la mission accompagné de mademoiselle Hayase.

Sans plus d’explications, le Genin s’éclipse. Soulagement ou cadeau empoisonné, notre trio devient un duo. La rang de la mission, classée B, devrait nous permettre de la mener à bien même à un effectif aussi réduit. Je n’aurais plus à supporter ses bavardages et son manque rigueur, aussi doué puisse-t-il être.

— Il est rare que je m’aventure seule dans les marécages. Vous serez mes yeux, j’imagine que vous connaissez l’itinéraire pour nous mener auprès des Teishū.

Actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hiyari Yukito
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 555
Messages : 157
Le Kaguya était donc de la partie, avant qu'on ne vienne le trouver et lui demander de retourner au village. Sûrement pour quelque chose d'important, le clan des manieurs d'os était toujours très mystérieux pour celui qui avait commencé à faire un récapitulatif des différentes familles résidant à Kiri sans le terminer dû à tout les mouvements. D'abord il y avait eu ce clan assez étrange des Karasuma, dont Yukito n'avait pas réussi à comprendre le fonctionnement. Il avait rencontré Shinzoku sans pour autant en apprendre davantage sur son clan, et l'autre membre des Karasuma rencontré semblait être adopté. Chou blanc donc, pour le Hiyari qui adressa un ultime salut à un de ses comparses ayant été là pendant ces derniers évènements. Ils allaient donc y aller en binôme, l'occasion d'en apprendre plus sur l'assimilatrice Hayase. Encore un clan important pour Kiri, et de ce qu'il avait apprit de Shirome et de ses lectures, ce clan était supposé servir les manieurs de glace jadis.

Navré, mais je ne connais pas si bien que ça le pays de l'Eau. Il est si vaste, et sache que je peux me perdre dans Kiri... Donc ça va être comme avancer à l'aveugle.

Lui qui comptait sur Kosei et Sanae pour le guider, voilà qui était fort embarrassant. Fort heureusement, le Chûnin venu récupérer le Kaguya avait fourni une espèce de carte pour se repérer dans l'étendue de terre couplée à la mer qu'était l'archipel de Mizugakure no Kuni. Un bon point, qui permettait de savoir où aller et de s'occuper d'autre chose pendant le trajet. Faire plus ample connaissance par exemple, se renseigner sur le clan des Hayase. Quitte à reprendre ce listing que le jônin avait mit de côté depuis bien longtemps.

Peux-tu m'en dire plus sur ton clan, Sanae ? Votre implication à Kiri, et votre origine ?

Il avait remarqué son expression lorsque le Kaguya était arrivé, mais n'avait rien dit. Et lorsqu'il a été rappelé, cette expression malgré ce visage neutre. Yukito le connaissait très bien, puisque c'était le sien également. La mission allait les occuper pendant un temps, la famille Teishū ne résidait pas si loin que ça en fait. Un bref briefing avant de partir à la recherche de la septième compagnie, sur un territoire finalement très peu connu par ceux qui ont élu domicile au village de Kiri.

Nous devrions plus être bien loin désormais... fit Yukito en balayant l'environnement du regard. Des habitations faisaient leur apparition au loin, reconnaissable par leur toît et l'architecture du pays. Les Teishū étaient d'anciens Kirijins expatriés après tout, et ils gardaient cette habitude. Grand bien leur fasse, Mizu n'allait pas tarder à se rallier à Kiri. Ce n'était qu'une question de temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Hayase Sanae
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 200
Messages : 15
Super. Mes espoirs fondés sur l’élite des shinobis s’effondrent en lambeau. Un Jonin m’avait-on dit, un Hiyari talentueux et d’expérience. Il n’en est rien. Incapable de se situer sur ses propres terres, heureusement que le Chûnin lui apporta un morceau de parchemin lui permettant de se repérer en ces lieux. Sans boussole, je donne peu de crédit à son utilité. Néanmoins, il s’agit du seul espoir auquel de m’attache pour arriver à bon port. Il s’avère également être bavard et en tête à tête, je suis piégée. Je hausse les épaules, il faut que je me fasse une raison. Il saura tôt au tard que je ne suis qu’un arnaque, que mon nom laisse présager des prouesses dont je ne peux être l’auteure.

— Nous sommes un clan jeune. Nos origines les plus lointaines remontent à deux siècles. Une goutte d’eau dans l’échelle de temps du continent lorsque l’on pense aux époques ancestrales au cours desquelles les gardiens arpentaient le Yukan. J’ignore à quel point vos connaissances sur l’histoire de ce monde sont étendues. Jadis, un homme appelé pèlerin ayant arpenté les monts les plus hauts de Kaminari no Kuni fut à même d’assimiler la foudre. C’est la toute première fois que les rumeurs rapportent qu’un ninja réussit à ne faire qu’un avec un élément naturel.

S’il savait, s’il savait que nous sommes nés que ne nous sommes que des dégénérés de ce moine. Descendants de son plus jeune fils, écarté des siens par la haine et l’animosité, nous sommes les fruits du vice humain. Omettre ce détail, pourra sans doute préserver la noble vision qu’ont les Kirijins à l’égard des miens.

— Dans le même temps, l’un de ses fils était capable de se changer en eau. C’est alors que ma famille est née. Un homme de votre condition doit sans doute savoir que les montages du pays de la foudre hébergeaient un champ de guerre. Cette situation, insoutenable pour un peuple aussi pacifiste que le nôtre, mes aïeuls ont décidé d’élire domicile sur la terre que nous connaissons aujourd’hui. Le climat, notamment l’hygrométrie, est propice à l’assimilation Hayase. De nos jours, ma mère est une femme de pouvoir dont les paroles sont d’ors. Elle est connue pour sa poigne, ses croyances inébranlables, mais surtout pour être le médecin le plus talentueux de notre pays. Il n’y a aucun maux dont elle n’a le remède.

Nous continuons de nos enfoncer dans la brume épaisse, le suivant aveuglément. Puis, ses pas se font de plus en plus discrets, de plus en plus lents. Les toitures des habitations se dessinent au loin et transperce l’air pour se montrer.

— Enfin …

Le chemin ne fut pas long, mais pesant. Difficile de garder pour moi le fait d’être une fausse Hayase. D’être celle dont le sang qui coule est pure, mais n’exprime pas de marque visible d’appartenance à mon clan. Le village sur lequel nous foulons les terres peut se vanter d’être modeste malgré l’architecture atypique qui se dégage. Nous sommes accueillis par un ancien qui semble nous attendre depuis bien longtemps. Main posée sur une canne, nous nous rendons à ses côtés pour connaître la situation.

— Hayase Sanae, Hiyari Yukito. Nous sommes les ninjas de Kiri envoyés ici pour retrouver vos hommes. Pourrions-nous avoir tous les renseignements dont vous disposer pour nous permettre de nous mettre au travail.

Son corps est tremblant et frêle. Ses lèvres fines, gercées, semblent peinées de laisser échapper ces quelques paroles.

— Nos hommes sont partis à la chasse. Depuis trois jours, nous n’avons plus de nouvelles, aucun signe de vie, pas même la fumée d’un feu. Ils sont partis à l’est de notre village et on l’habitude de s’approvisionner dans un lieu que l’on appelle le marécage sans fond.

— C’est peu, mais nous ferons avec. Ma mère a pour habitude de prélever des plantes médicinales dans ces marécages. Je serai cette fois-ci le guide.

Actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ROME:la légende du fondateur face à la vérité archéologique.
» [Pratchett, Terry] Les Annales du Disque-Monde - Tome 26: La Vérité
» Salvatore R.A. - L'invasion des ténèbres - La Légende de Drizzt 9 - Les Royaumes Oubliés
» Vos 7 vérités
» DT Louis XIII 1639H (332) légende inédite?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni-
Sauter vers: