[LIBRE] From Water to Blood

 :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato :: Le Capitole Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Expérience : 165
Messages : 5
L’investiture du Nidaime allait pouvoir avoir lieu. La guilde des marchands, devant l’urgence et la situation alarmante, avait choisi le berserker de la Brume pour remplacer Kitase Shinichi. Ce dernier était présumé mort depuis les récents événements et les découvertes effectuées par le groupe ayant combattu Mofubuki et récupéré le traître. Considéré comme tel par la plèbe ou non, Rihan n’en avait que faire. Il n’en avait toujours fait qu’à sa tête et ce n’est pas quelques pécores qui y changeraient quoi que ce soit. Écraser les autres et protéger les siens, c’était uniquement ce pourquoi il avait vécu depuis fort longtemps et c’est probablement ce pourquoi il vivrait jusqu’à son dernier souffle. Voyant les choses en grand, comme toujours, il avait fait construire un imposant échafaudage devant le Capitole achevé. Du haut de ce dernier, il prenait place en se tenant droit et observant la foule avec un léger sourire. La plupart des personnes présentes pouvaient apercevoir que le Mizukage tenait un corps avec l’un de ses bras. Sans peine, c’est d’une voix forte qu’il s’exprimait alors.

Kirijins, je serais bref. De nombreux événements ont eu lieu dernièrement au sein de la Brume. En effet, grâce à l’effort de nos forces armées, le Capitole est sur pied. Kirigakure no Sato brille de mille feux et le destin lui sourit. Seulement...

Puis il leva le bras, affichant aux yeux de tous Hiyari Shirome. Placée au-dessus du vide et face à l’audience que représentait la population de son village, la tortue était tenue d’un seul bras et ne tanguait pas. Vêtu d’une combinaison obstruant chacun de ses mouvements et d’une multitude de fuinjutsu de très haut niveau, le voilà bien devenu un être ironiquement faible.

Seulement ce genre d’énergumène met votre vie, votre sécurité en danger. Ce terroriste ou anarchiste, nommez cette immonde créature comme vous le voudrez, est l’un des responsables de la mort de notre bien-aimé Shodaime. Des comme lui, il en existe bien trop. Il est aussi reconnu coupable de bien des crimes comme l'attaque de diverses bourgades mais aussi avoir comploté avec ceux qui ont enlevé le Shodaime.

Le guerrier osseux laissa un court instant à la loque qu’il tenait afin de lui laisser la possibilité de s’exprimer, si seulement il y avait quelque chose à annoncer ou dire. En fonction de sa réponse, il pouvait très bien s’amuser en écoutant ce qu’avait à dire celui qu’il considérait comme un déchet humain. Toujours souriant sans accorder un seul regard au Hiyari, il céda l’emprise qu’il maintenait jusqu’alors sur le corps de ce dernier, le laissant ainsi tomber sur une dizaine de mètres pour finalement s’écraser au sol devant les habitants du village.

En matière de Nidaime Mizukage, je condamne le traître qu’est Hiyari Shirome à mort. Offrez lui le déshonneur de la manière que vous désirez. Son sort vous appartient. Ses camarades seront rapidement retrouvés et subiront le même traitement, leurs crimes ne resteront point impunis.

Restant droit devant la foule, il attendait d’eux qu’ils se montrent dignes des épreuves qui commençaient à leur tomber dessus. Rien n’était moins sûr pour eux mais ils pouvaient toutefois se déchainer sur le futur cadavre de Shirome, c’était déjà ça de pris.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hiyari Yukito
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 555
Messages : 157
L'annonce avait été faite, et tout le peuple de Kiri avait été convié à rallier la place du Capitole fraichement construit pour un évènement particulier. La mise à mort de Hiyari Shirome. L'interrogatoire avait donné plusieurs indices et malheureusement tous ne jouait pas en sa faveur. Accusé d'avoir attaqué plusieurs villages sur Mizu, même si ca avait pour but d'attirer l'autre captive, tué le Shodaime, Shirome ne pouvait clairement plus obtenir la clémence du peuple de l'eau.
Ca ne lui faisait pas plus plaisir que ça, mais Yukito était venu à cette annonce dans le but de découvrir qui avait été choisi en son absence pour prendre les rênes de Kiri. Et lors de son arrivée sur les lieux, il vit un personnage assez particulier en haut de l’échafaud aux cotés du prisonnier. Se plaçant en retrait, le Hiyari contemple la mise à mort de son compagnon. Celui qui lui a tout apprit sur le clan dont il ignorait tout.

Etait-ce une façon de remercier celui qui avait donné de sa personne pour défendre les siens ? La mise à mort du Shodaime pesait beaucoup dans la balance, mais si Shirome n'avait pas été là, que seraient devenus Kosei, Buta, Yoko, Rantaro et Yukito ? Seraient ils encore en vie ? Probablement pas, ou alors par miracle. Buta et Rantaro étaient toujours présents à Kiri, sans doute au même endroit que toute la population actuelle de Kiri. Kosei avait quant à lui laissé un mot à l'attention de Yukito, lui disant qu'il quittait le pays de l'eau pour retrouver un endroit plus calme, avec les loups. Ils se recroiseraient sûrement un jour, au détour de Yuki. Le village des loups ainsi que le château des Hiyari étaient tout deux présents dans le pays de la neige après tout. Et Yoko, une sucette en guise d'adieu. On l'avait vu quitter le territoire mais on ne savait pas où elle était allé. Il était temps désormais de tourner la page, aussi difficile que ce soit pour le jônin.

La dureté du discours de celui qui avait été nommé Nidaime Mizukage, Yukito ne pouvait pas lui donner tort ou raison. Kiri avait besoin d'un nouveau leader, quelqu'un capable de salir les mains. Si Shinichi avait commencé à préparer le terrain, Rihan Kaguya désirait changer complètement la trajectoire. Instaurer un tout autre régime, de nouvelles idées. Bien loin de ce que Yukito pensait. Il ne s'y ferait sûrement pas pour l'instant, mais le monde ninja évolue bien plus vite que l'on pense. Et si l'on est pas préparé, on y paye le prix fort de sa vie.

Cette exécution, Yukito n'y prendrait pas part. Y assister en revanche, il le devait. Un frère était sur le point de se faire ôter la vie, pas question de fermer les yeux sur cet événement. C'aurait pu être lui sur l'échafaud, ou un autre de ses comparses de mission. Il allait falloir parler à ce Kaguya se pensant plus haut que les autres. Mettre les choses au clair sur les évènements à venir.

Tout ça est bien triste. Pourquoi en arriver jusque là ? Je ne comprendrais jamais les décisions de ceux qui se tiennent à l'écart des conflits.. marmonna le renard de glace dans son coin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Hayase Sanae
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 200
Messages : 15
Le traitre doit connaître la sentence de la lame. La guillotine doit tomber, rompre ses chairs et arracher son cou. Sa tête doit être empalée et exposée à tous, dissuadé les déviants de commettre l’irréparable : désobéir à leur sang et bafouer l’honneur de leur village. Sa dépouille peut servir de charogne pour nos bêtes, il ne mérité pas d’être inhumé ou incinéré comme les sont les vrais hommes, tombés au combat pour le bien commun. Le renégat ne connaîtra jamais le repos éternel, la paix d’une âme regrettée par ses frères. Aucune prière ne lui sera adressée pour lui permettre de suivre la voie des nuages. Aucune larme non plus ne coulera en son nom et en sa mémoire. Non. Nous resterons fiers et fidèles envers notre Nidaime qui n’est que l’instrument de son peuple, le pouvoir exécutif de la plèbe unie sous une même bannière. L’arme qui signera son arrêt de mort sera tenue par l’ensemble de la communauté Kirijin, je n’en ai aucune doute.

La vie coûte une vie. Il a fait le choix de perdre la sienne en prenant celle du premier Mizukage. Je ne connais pas les faits avec précisions pour ne pas les avoir vécus, mais mère qui m’accompagne à l’inauguration des nouveaux bâtiments du Capitole assister à l’exécution publique de l’homme de glace. Réticente à cette démonstration de pouvoir de notre chef, la cheffe des Hayase a finalement décidé d’être présente en tant que représentante de sa famille. Fervente religieuse ne quittant pas son apparat : longue tunique, cheveux ébène tressés et chapelet, je dois tout de même la prendre par la main pour rater une miette de la mise à mort. Plus nous serons et plus la culpabilité rongera le condamné. Que le regret l’accable jusqu’au jugement dernier, qu’elle le corrode dans le royaume des morts.

La place est bondée. Un chemin nous est frayé jusqu’aux marches qui nous permettent d’arpenter le Capitole. En tant que noble du clan Hayase, nous sommes invités aux premières loges, aux côtés du deuxième du nom. Sans grand étonnement, nous sommes les deux dernières attendues avant de passer aux festivités. Au dos du dirigeant suprême, je suis sans voix devant la carrure masculine du Kaguya. Un dos carré, faisant de l’ombre à tous ceux se trouvant à ses flancs. Une bête imposante, d’une force ahurissante. Seul un utilisateur de taïjutsu ayant endurci son corps et ses muscles peut se vanter de pouvoir soulever un homme adulte à l’aide d’une seule main, parole de médecin. Étudier sa dépouille et les secrets qui se cachent derrière ses entrailles serait une activité très stimulante. Comprendre chacun de ses os, leur spécificité, en faire mon sujet d’expérimentation pour appréhender cet arcane funéraire.

Son poing se desserre tandis que sa main laisse échapper le parjure retenu par un morceau de tissus qui entrave ses mouvements. Il est emmitouflé dans un cocon, inoffensif comme le moucheron qu’il est. Les marques apposées sur son corps le rendent incapables de répliquer. Il n’est plus maître de son propre destin. Il ne l’a plus été dès lors que l’idée de trahir Kiri a traversé son esprit. Qu’il meurt, la tête écrasée par son propre poids dont la force est exacerbée par la mécanique de l’altitude. Je donnerais corps et âme pour être parmi le peuple et lynché le Hiyari qui condamne son sang à la honte éternelle.

— Ce châtiment est beaucoup trop bon. Que le harki serve d’exemple.

Les regards insistants de ma mère me font comprendre que mes paroles sont superflues.
Revenir en haut Aller en bas
Kigenso
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 120
Messages : 29
Tout se déroulait très vite au sein de la Brume. La disparition soudaine du Shodaime Mizukage qui laissa son arme dans ses locaux. Les équipes envoyées pour combattre une Hiyari élitiste de Yuki no Kuni. L'enlèvement de Shirome qui était responsable de la formation shinobi de Kigenso. De nouvelles équipes envoyées pour récupérer le manipulateur de glace et capturer la criminelle. Une succession de malheureux événements dont le village s'en serait bien passé. L'avis de l'adolescent vis-à-vis de toute cette histoire ? C'est limite s'il s'en foutait royalement. Depuis le début, il n'avait été qu'un spectateur. Il observait les conséquences en restant à l'intérieur du village et se renseignait du mieux qu'il pouvait afin de recueillir l'avis de la plèbe. Une chose était sûre : la Brume était bien plus fragile qu'on le pensait. Si les concurrents - à savoir la Foudre et le Sable - apprenaient cette histoire, qui sait ce qu'ils pourraient avoir en tête ? Une attaque ne serait pas étonnante. C'est pour ça qu'il fallait rapidement remonter la pente. La Guilde des Marchands qu'il connaissait bien ne se fit pas attendre : elle nomma un Nidaime Mizukage, peu de temps après la disparition du premier du nom. Un Kaguya qui, comme ses supérieurs, ne perdit pas de temps pour s'illustrer devant son peuple. Pour ne pas changer, le manipulateur d'encre se positionna en retrait. Quelle fut sa surprise lorsqu'il apprenait que son professeur était condamné à mort, en plus d'être soumis à une humiliation publique ? Le deuxième du nom souhaitait sans doute montrer l'exemple. Autant dire qu'il ne ratait pas son coup.

La première réaction de l'artiste fut de balayer la foule du regard pour chercher son coéquipier, Kaguya Kosei. Lui aussi était concerné par cette décision. Comme Kigenso, son sensei vivait ses derniers instants. Malheureusement, il n'arriva pas à lui mettre la main dessus. Que devait-il faire ... ? Il ne pouvait pas s'interposer. La décision était prise et il serait aussi considéré comme un traître. D'autant plus qu'il s'était fait littéralement écrasé par Shirome. Défier le berseker ? Du suicide. La seule chose qu'il était capable de faire était de mettre un terme à cette humiliation en respectant les règles. C'est-à-dire participer.

Le garçon à la chevelure claire se faufila entre les habitants pour arriver jusqu'au corps de son professeur. Nombreux étaient les villageois qui s'acharnaient sur lui. La condamnation à mort n'était pas un réel problème. L'humiliation, si. Et malgré tout ce qu'il avait commis, il ne méritait certainement pas ça. Après tout, Kigenso lui devait bien ça. Shirome lui avait laissé la vie sauve lors de leur affrontement. Désormais, il devait lui renvoyer l'ascenseur. Malheureusement, ce n'est qu'en participant à sa condamnation qu'il était apte à le faire.

L'élève était tout proche. Il ne craignait absolument pas sa prochaine action, bien au contraire : il fut formé toute sa vie pour ça. Un mouvement de main pour attraper son arme - le même lors de sa confrontation avec l'Hiyari - et il l’atteignait.
La plupart des gens n'ont aucune reconnaissance d'être en vie. Vous ne la frôlerez pas. Bien au contraire puisque vous la rejoindrez réellement... À la prochaine aux Portes de la Mort, Shirome-sensei.
Une phrase qui était sortie tout droit de la bouche de Shirome en personne. La meilleure façon de lui dire au revoir.

Le coup part.
Revenir en haut Aller en bas
Akimichi Buta
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 350
Messages : 93
Alors on se foutait vraiment de ma gueule hein ? C'était donc ça... Le village avait fait envoyer au casse pipe une unité entière de shinobi afin de tenter de récupérer Shodaime et son bras droit, ce qui n'était pas mince affaire. Des vies ont été risquées, le triomphe fut finalement de notre côté, et grâce à je ne savais quel force divine, nous étions parvenu à ramener saint et sauf le dénommé Hiyari Shirome. Malheureusement dans cette bataille, nous avions perdu notre leader, l'ombre première du nom, ce foutu Shinichi. Je ne pouvais de toute façon pas le blairer, ma foi, ce n'était pas pour autant que je fêterai sa mort. Non mon vieux, repose en paix, peu importe le contexte de ta disparition, ce devait être ton heure.

Le vrai problème dans cette histoire, c'est qu'un second Mizukage fut nommé à vitesse éclair, sorti de nul part. Tsss. Mais qui bordel tire les ficelles de tout ceci ? J'avais vraiment du mal à comprendre comment le peuple ne pouvait être mis au courant de ce genre d'élection. Notre mot à nous ? Tout le monde s'en branle ? C'est ça ?

C'était donc lui qui m'avait fait nommer Jonin, shinobi d'élite du village, qui pour sûr m'assurait respect de toutes et tous tant il s'agit d'un grade si convoité. En étais-je à la hauteur ? Bwahahah. Non. Mais j'allais devoir assumer ce rôle quand même. Cette dernière mission sauvetage m'avait grandement fait réfléchir quant à l'état actuel de notre monde, c'était la merde, clairement. Les guerres ne cessaient, les crimes et délits grimpaient en flèche dans chaque pays, et que faire pour se sortir de ce genre de situation ? Notre nouveau leader avait choisi la répression bien sûr, et pas n'importe laquelle.

« Il est sérieux...? »


Là, devant tout le monde, la nouvelle ombre du village avait ordonnée au peuple de lyncher à mort, Shirome, un soit disant traitre du village. Bordel mais les pertes essuyées durant cette attaque n'avaient donc pas servis de leçon ? Étais-je encore le seul à croire qu'une paix était possible dans ce bas monde ? Et si ce shinobi d'élite, n'avait eu d'autre choix que d’exécuter notre Shodaime ? Et si la pouffiasse de glace lui avait fait un chantage tel, qu'il ne pouvait refuser ? Avions-nous vraiment tous les éléments ? Cet homme, n'a t-il pas caché la vérité par simple fierté, au risque d'y perdre sa propre vie ? Cette vérité, ne lui aurait-elle pas permis de garder la vie sauve ? Et si cet homme, en tuant Shinichi, n'avait pas empêché la mort de plusieurs centaines d'entre nous...? Bordel de merde. Cet homme qui était entrain de se faire fracasser de coups par le peuple devant mes yeux, était peut-être un héros. Nous ne savions que trop peu de choses sur cette affaire, et juger ainsi un homme, si rapidement, me paraissait tout simplement inadmissible.

« Il n'y a donc vraiment que moi que ça choque hein... »


Choqué était un bien grand mot. Je me battais royalement les burnes de cet Hirayi. Je me disais juste dans la tête, que cet homme, était peut-être innocent. Et si ses actes, avaient été fait sous l'emprise d'un Genjutsu ? Tant de questions dans ma tête, alors que mes yeux continuaient de regarder ce massacre qui avait lieu, lorsqu'un shinobi se présenta à lui, visiblement son ancien élève, et ce dernier le transperça de son arme. C'était fini, et c'était tant mieux. Enfin c'est ce que je croyais, à présent des dizaines de personnes se ruaient sur la dépouille afin de cracher, continuer à frapper, je n'en croyais pas mes yeux. Comment des gens pouvaient-ils être si haineux alors qu'il ne savait même pas la moitié de ce qu'il s'était passé ? Tous ces tas de merde qui n'ont jamais reçu la moindre claque dans la gueule de toute leur existence, qui reste bien cachés en bons bourgeois dés qu'il faut aller au carton. C'était tellement petit, je devais mettre un terme à ses conneries.

D'un pas décidé, je me frayais un chemin jusque la dépouille, poussant tout ceux se mettant sur mon passage sans essuyer la moindre remarque. Il fallait dire que mon physique parlait pour moi cette fois-ci. Arrivé à deux mètres du corps, un gamin continuait de gifler le cadavre en rigolant. Petit con, il avait même pas dix ans à tout péter. D'un coup de pied au cul je le fis voler à proximité de ses parents.

« Il est mort, pas la peine de continuer à en rajouter maintenant. Si vous avez de la haine en vous, sortez-là durant les missions pour le village, plutôt que de vous cacher comme des sans couilles. »


Moi aussi j'en avais de la haine, et pour autant, je ne tolérais pas ce qui venait de se produire sous mes yeux, ce n'était tout simplement pas dans mes principes. L'Hiyari était sans défense, j'aurais préféré m'occuper de son cas en un contre un. Là, je n'en tire que du dégout. Empoignant de ma main droite la dépouille, je la balançais aux pieds de notre nouveau leader.

« Nous aurons j'espère, l'occasion d'en reparler, Mizukage-sama. »


Sur ces paroles, je poussais les quelques individus sur mon passage, et me barrer en direction de mon appartement. Non je n'allais pas assisté à l'inauguration du capitole, je voulais me reposer à présent, je crois l'avoir bien mérité...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» Bleach 374 - Gray Wolf Red Blood Black Clothing White Bone
» Rise : Blood Hunter
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire
» [40K Demon] Blood Slaughterer of Khorne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato :: Le Capitole-
Sauter vers: