D'une île à une autre [PV Nobuo]

 :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37
@Shinobi no Densetsu a écrit:

Mission de rang B



D'une île à une autre
Cela n'aura échappé à personne, le pays de l'Eau est un archipel. Pour passer d'une île à une autre, les hommes n'ont d'autres choix que de nager voire de créer des radeaux ou des embarcations modestes. Il faut moderniser tout cela de sorte à faciliter la communication entre toutes ces îles. Ce n'est pas en un jour que le trafic sera fluide mais, aujourd'hui, vous êtes envoyés afin d'aider un marin à établir une route maritime sûre entre l'île principale (La centrale, celle où se trouve Kiri) et un bout de terre voisin. Faites attention aux pirates.



Prérequis : Deux joueurs.
Niveau de narration : Nul.


Nouveau jour, nouvelle mission. Alors qu’elle déjeunait tranquillement un repas fait par sa fille, Shana eut la visite inattendue d’un messager du village. Ce dernier, se contenta de remettre un parchemin à Mizuho, qui avait pris la peine d’aller à l’entrée de la demeure, pour rapporter le message à sa mère. C’était une fille serviable qui rendait bien des services à Shana par moments. Même si elle ne le montrait pas, Shana était assez fière d’elle.


Le message était une simple demande d’un marin, il souhaitait absolument rencontrer des ninjas du village pour leur parler de quelque chose d’important. Mais le parchemin ne précisait pas de quoi il s’agissait. Eh bien il ne restait plus qu’à voir de quoi il retournait. Il fallait rester prudent néanmoins, les pièges et autres embuscades étaient légions, tant que l’on n’avait pas de système clair de mission ni de structure, les choses allaient continuer à rester compliquées.


Même si Shana savait parfaitement se défendre, elle ne souhaitait pas s’y rendre seule, d’ailleurs, personne ne partait vraiment en mission en solo, pour les raisons citées plus haut. Prudence était mère de sûreté, et si jamais l’un des deux devait mourir, l’autre ninja du tandem pourrait avertir le village. Aussi il lui fallait trouver un partenaire. Cela l’agaçait encore plus qu’une hiérarchie ne se charge pas de tout cela, au moins cela serait utile pour constituer des équipes ou quelque chose qui peut s’y ressembler. Réunir les gens soi même était laborieux et une perte de temps considérable.


Elle se rendit alors machinalement à la place du village, voir si elle trouvait un ninja non occupé pour faire la mission. Personne. Evidemment, cela serait trop simple autrement. Les gens se contentaient de passer, faire le marché, s’occuper des enfants ou encore manger, mais pas de shinobis…


Il lui resta alors une solution, elle se rendit au domicile Kitase, une maison dans laquelle Shinichi, un guerrier qu’elle estimait plus ou moins, vivait. Ce n’était pas le meilleur des hommes, mais Shana était une femme qui aimait l’efficacité et le travail bien fait et Shinichi remplissait parfaitement les conditions pour.


Devant le domicile, elle toqua à la porte sèchement, utilisant son habilité naturelle pour mettre toute la force dans son doigt pour faire le bruit le plus sec possible.  Avec un ton de voix autoritaire et tout aussi peu agréable.


- Kitase,  j’ai besoin de toi. Ouvre !


La guerrière à un bras et un oeil espérait que ce malheureux balafré se montre rapide pour accéder à sa requête.
Revenir en haut Aller en bas
Kitase Nobuo
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 75
Messages : 23
Se jeter à l'eau
Tel le chat qui se prélasse, je me laisse à profiter du confort de mes draps et de mon lit. Shinichi envolé pour la matinée, je peux donc agir à ma guise dans la demeure. Ou dans le cas présent, tout simplement dans ma chambre. Paresseux à mes heures, je profite de la chaleur de ma couverture. Emmitouflé dans celle-ci, tel un Inuit au fond de son igloo, je me replie sur moi-même, désireux d'avoir encore et encore plus de chaleur. Si seulement les beaux jours d'été pouvaient être là, même si, rare sont-ils dans cette contrée noyée sous la brume. Mais là, l'automne et son humidité envahissante, la chute des feuilles et surtout de la température. Je n'aime pas cette saison. Elle n'a de beau que les multitudes de couleurs que les arbores arborent en laissant leurs feuilles mourir. Juste ça, rien de plus. L'hiver lui est bien plus agréable, même si beaucoup plus froid, mais l'amusement est là, dans la neige. Yuki me manque pour cela. Bien que je sois ravi des températures hivernales bien plus clémente de Mizu.

Mais alors que Morphée tente de me reprendre dans ses bras, des coups secs martèlent la pauvre porte en bas, m'arrachant un soupire agacé. Je me planque encore un peu plus dans la couverture. Il n'y a personne, voilà l'idée. J'ai envie de faire le flemmard jusqu'au bout, sauf que ça marche pas. La personne insiste, allant jusqu'à gueuler mon nom de famille. Je me lève alors et descends sans même prendre la peine de me changer pour aller ouvrir la porte. Ainsi, les cheveux en bataille, la frimousse marquée encore par les traces de l'oreiller que je viens de quitter à cause de ce dindon qui crie mon nom, m'ordonnant d'ouvrir la porte. Chose que je fais à cet instant précis. "Quoi ?" Râlais-je alors en reconnaissant l'une de nos adversaires du passée. Shana. "Qu'est-ce que tu fous là ?" Questionnais-je alors rapidement, parce que la voir sur le pas de notre porte, c'est juste pas un truc que j'aurais imaginé et plus encore laisser entendre qu'elle a besoin de moi, d'ailleurs, faut que je reformule. "Pourquoi t'as besoin d'moi ?" Parce que dans ma tête, elle est supposée savoir que Shinichi n'est pas présent là, alors ouais, c'est forcément après moi qu'elle criait. Alors, je la regarde, attendant sa réponse en espérant qu'elle arrivera rapidement pour me permettre de retourner me cacher sous ma couette étant donné le froid de canard qu'il fait... Vivement, que je ferme cette porte ! L'air est trop froid et à peine vêtu comme je le suis à cet instant, je risque de me choper une crève si la borgne ne se bouge pas le fion pour rester poli.
Revenir en haut Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37
Quand on ouvrit la porte à la guerrière, cette dernière s’attendait à voir Shinichi, ce guerrier fier grand et brave. Elle pensait que cet homme sortirait du bâtiment, déjà équipé pour le combat comme elle l’avait toujours vu. Elle s’apprêtait même à se forcer d’esquisser un (très très) léger sourire quand elle serait enfin en face de lui.

…Mais parfois la réalité veut qu’elle soit toute autre.

Ce n’était pas Shinichi qui lui ouvrit…mais une larve qui semblait à peine réveillé, mais pourquoi n’était il pas réveillé ? Le Soleil s’était levé depuis au moins trois bonnes heures, n’importe qui serait levé à cette heure là enfin. N’importe qui ? Non, certains résistaient encore et toujours. Shana ne put s’empêcher de montrer un regard encore plus médusé que d’habitude. Se demandant même pourquoi des gens comme lui pouvaient exister. Même sa fille était levée depuis bien plus longtemps, la discipline ne s’applique pas pour tout le monde on dirait. « Comment avait-il bien pu être élevé ? » se demandait-elle.

Enfin…Shana prit un long soupir, avant de regarder d’un œil ce paresseux et de lui parler d’une voix sèche et pas vraiment amicale :

- Je ne vais pas passer par quatre chemins. J’ai une mission à accomplir, immédiatement, et tu vas venir avec moi.

Elle ne se demandait même pas s’il était d’accord ou pas, ce n’était même pas une proposition. Quand un shinobi reçoit un travail ou une mission, il l’exécutait, point. C’était un honneur qu’il fallait respecter. Rien de moins. Shana poursuivit donc en sortant son kiseru de a poche.Tout en allumant sa longue pipe, elle donna le parchemin au jeune homme.

- Tous les détails sont là dedans, tu as cinq minutes pour te préparer.

Ainsi, elle tourna les talons, sans même attendre une réponse du jeune frère de Shinichi, elle ne voulait pas mentionner qu’elle aurait préféré Shinichi pour cette mission, estimant que tout ninja était digne d’accomplir une tâche. C’est juste qu’elle ne connaissait pas vraiment l’autre Kitase et ne l’appréciait pas plus que ça, ses flèches étaient tout ce qu’il y avait de plus désagréable. µ

Elle se plaça sur le chemin, à quelques mètres de la maison, attendant patiemment que cet homme en devenir émerge de ses pensées oniriques. S’amusant à compter les feuilles tombées des arbres et se demandant s’il allait vraiment mettre cinq minutes à se préparer.

Un doute s’installait en elle, pensant que c’était peut-être un peu ambitieux…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kitase Nobuo
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 75
Messages : 23
Se jeter à l'eau
Adieu ô paisible grâce matinée. Adieu ma tranquillité, toi si méchamment envoyé valser par cette diablesse biscornue. Elle ne se gêne point pour te chasser et te dire de me laisser en sa si peu charmante compagnie. Ne réalise-t-elle pas qu'elle est bien moins agréable que toi ? Non. Bien entendu, parce qu'elle se joue de son grade pour te chasser. Une autre femme aurait pu jouer de ses formes, mais point elle. Que nenni. Elle m'ordonne, me presse même pour partir en mission avec elle me tendant le rouleau en lien avec cette affaire. Ne pouvait-elle pas trouver quelqu'un d'autre à ennuyer pour cette mission ? Ne pouvait-elle pas tout simplement la faire seule, elle la si forte, la si puissante Shana ? Non, bien sûr, fallait qu'elle vienne me quérir moi, le faible de service. Peut-être est-ce un ordre de plus haut, pour former les plus jeunes et donner de l'expérience aux plus faible ? Quel ennui !

"Ok. C'est bon, pas besoin de hurler." Marmonnais-je en râlant dans ma barbe alors que je lui ferme la porte au nez après m'être saisi du rouleau. Si elle espère réellement que je serais près en cinq minutes, elle se trompe. Parce qu'entre lire la missive et m'habiller, il en faut un peu plus quand même, sauf si elle est désireuse que je me pavane dans la tenue d'Adam. Chose que je n'ai, pas réellement envie de faire, mais peut-être est-ce l'une de ses pratiques à elle. Pour se sentir un peu plus femme peut-être ?

M'enfin, il n'empêche que faire attendre une dame, aussi agaçante puisse-t-elle être n'est pas une chose des plus appréciable, alors je mets quand même un peu le turbo pour me dépêcher à retourner dans ma chambre et enfiler des vêtements pour sortir et accompagner la kunoichi dans cette mission que je n'ai pas encore prit le temps de lire. Passant mon carquois et mon arc en bandoulière, je quitte alors ma chambre, le rouleau en main, déroulée pour commencer à le lire tout en gagnant la porte d'entrée. J'arque un sourcil en lisant. "En somme, elle a peur des pirates. Elle se prend pour une petite princesse qui risque de se faire kidnappée par eux ou quoi ?" Soufflais-je avant de refermer le rouleau et de finalement franchir la porte d'entrée.

Je cherche alors la rose du regard pour l'observer avec son air un peu rêveuse à compter les feuilles plus loin. J'aurais pu trouver une autre femme belle ou mignonne, mais elle... Je sais pas, je m'entête à la voir comme une sorte de dragon ayant revêtit l'apparence d'une femme. Rien de bien avantageux pour elle en somme. "T'endors pas debout." Lançais-je en passant devant elle et en lui lançant alors le rouleau de la mission, prenant déjà la direction du pseudo-port que l'on est supposé avoir pour accueillir grossièrement les bateaux de bonnes fortunes qui arrivent jusqu'ici.

Revenir en haut Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37
Le gamin avait pris son temps, revenant comme si de rien n’était et entamant la marche d’un pas qui me semblait fier. Non mais pour qui il se prenait ce sale gosse ? Son frère avait vraiment raté son éducation il semblerait. Je ne m’attendais pas à ce que Nobuo me lance le rouleau ainsi. Ayant mon Kiseru dans une main, je dévoilai mon bras mécanisé pour attraper l’objet. Encore surprise de mon réflexe, je restai dans cet état avant de constater que le gamin était déjà loin.

J’usai alors d’une de mes techniques de pas rapide pour me rapprocher directement de lui et être à portée. Continuant de fumer tranquillement pendant que nous marchions. Notre but était d’atteindre un semblant de port, au large de la ville.

La marche a du sembler longue pour un gars comme Nobuo, je n’avais pas prononcé un mot durant notre marche. Pas une phrase. Je me contentais de fumer tranquillement jusqu’à que nous arrivions à notre destination.

Le port ne semblait pas particulièrement plus développé que le village, et c’était bien là le problème, il fallait vraiment améliorer cet endroit pour que nous puissions de profiter de commerces et de denrées entre l’ensemble du pays de l’eau. Cela ne serait pas négligeable pour le village. C’était là le but de notre mission, nous avions rendez-vous avec un homme qui nous permettrait de donner un énorme coup de pouce à notre économie. Un vieil ingénieur qui voulait nous parler d’une embarcation bien plus grand qu’une barque et permettant le transport de multiples cargaisons d’utilitaires. En gros, une mission qui valait la peine d’être exécutée.

A force de marcher dans une ambiance morose dans ce soleil qui ne se levait pas à cause de la brume, parmi une odeur de poisson qu’on pouvait ressentir à des kilomètres, nous avons fini par trouver notre homme. Je ne pouvais que survivre à l’odeur au travers de celle de mon tabac qui était bien plus agréable.

Notre homme se présentait comme un vieillard, qui marchait à l’aide d’une canne et chauve en tout point, ses vêtements usés témoignaient d’une certaine hygiène semblable à celle de l’ensemble des habitants. Regardant discrètement à droite et à gauche, il nous demanda alors de le suivre mais de loin, comme si il craignait qu’on le voit en notre présence.

Regardant alors mon camarade, je m’exécutai en suivant l’archer, qui avait une plus grande expérience de la distance que moi.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kitase Nobuo
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 75
Messages : 23
Se jeter à l'eau
Prenant ainsi les devant, je marche devant la donzelle sans lui adresser un mot ou une attention de plus. Pour quoi faire hein ? Après tout, c'est elle qui est venue me voir, alors il est normal que ça soit elle qui fasse la conversation si jamais elle le désire. Pour ma part, je ne compte pas faire de palabre inutile. Je ne vois pas du tout de quoi parler avec elle surtout. Elle serait plutôt du genre à me prendre la tête pour un rien. Je soupire d'ailleurs à cette pensée. J'aime pas les gens. J'étais bien chez moi, tranquillement au fond de mon lit. Enfin soit.

Marchant devant, je prends la direction du port, les magnifiques effluves des poissons pas forcément frais venant narguer douloureusement mes narines. C'est presque aussi désagréables que les odeurs de la femme qui marche à mes côtés. Parfum de fraîcheur. Je soupire une nouvelle fois. Quel ennui. "On l'trouve où ton type ?" Laissais-je alors entendre en laissant mon regard parcourir la foule devant nous. Entre les petits marchands, les possibles brigands et autres chapardeurs présent, il faut réussir à le trouver. Personnellement, je n'ai jamais vu la tête du type et j'espère bien que ma partenaire, même si c'est peu flatteur pour elle de lui donner ce titre, le sait. Chose qui est visiblement le cas.

J'arque un sourcil et la suit du regard alors qu'elle passe maintenant devant moi. Il ne me faut que quelque seconde pour suivre la demoiselle en me mettant en mouvement pour marcher dans son dos, un peu comme le ferait un garde du corps. Rien de bien génial pour moi quoi. Surtout que je me mange la fumée de sa pipe et bonjour l'odeur ! Le poisson est mieux, il pique moins aux yeux. Je toussote d'ailleurs à cause de cela et balaie l'air devant ma main pour chasser un peu la fumée de la jûnin.

Elle trouve alors l'homme et je reste silencieux derrière, les laissant parler. Après tout, moi, je compte être là uniquement pour faire la figuration. Ce n'est pas ma mission de base, alors voilà, je compte bien la laisser se débrouiller toute seule si jamais il y a une histoire de négociation ou je ne sais trop quoi. C'est elle qui parle, c'est tout.

Et pourtant, malgré cela, je me retrouve acteur parce que l'homme veut garder une distance une fois que l'on sera aux vues de tous et bien entendu, Shana me fait comprendre qu'elle se repose sur ma vue pour le suivre de loin. Bien sûr, dans la foule, au même niveau, c'est tellement facile... Bon dieu, mais elle est stupide ma parole ? Je soupire et ne peut m'empêcher de le regard au plafond avant de me mettre en marche pour quand même le faire, parce que bon, si je le fais pas, le mec on va le perdre comme des idiots et j'ai pas réellement envie de me prendre les foudres de la borgne. Elle me prend déjà assez la tête là, à être sur mon dos pour cette mission que je n'ai nullement demandé.

A suivre l'homme de loin, on finit par arriver devant une porte qu'il a laissé entre-ouverte pour nous. Regardant à droite puis à gauche, pour observer la foule et tenter de voir si quelqu'un d'autre observe la porte, une fois que j'ai ma confirmation visuelle que ce n'est point le cas, je m'engouffre dans la bâtisse. Et là, encore une fois, je laisse mon regard fouiller la pièce pour être sûr de ne pas avoir une mauvaise surprise. "Je te laisse parler." Soufflais-je en la laissant prendre les devant alors que je lui indique la seule porte de la pièce où le papy doit maintenant se trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37
Nous avions donc suivi en toute discrétion le vieil homme jusque chez lui. Une maison assez en hauteur comparé à ce que l’on pouvait penser d’un navigateur. Se trouvant à l’extrémité de la ville et au dessus d’une falaise donnant sur la mer. Un endroit qui serait des plus agréables si il n’y avait pas cette odeur rance de poisson, à moins que ce soit Nobuo qui portait une telle odeur, cela ne m’étonnerait pas tiens. Une fois à l’intérieur, on pouvait voir une maison tout ce qu’il y avait de plus normal. Regardant autour, on pouvait voir que l’homme en question était une personne minutieuse, tout était extrêmement bien rangé et rien ne faisait tâche, une maison presque un peu trop nette à mes yeux. Mais qu’importe, la mission primait avant tout. Nous sommes donc entrés dans la pièce qui menait à l’arrière salle, pour finalement trouver une trappe. En l’ouvrant, on pouvait voir au loin le vieil homme de tout à l’heure, mais il semblait vraiment bas, il ne fallait pas avoir le vertige à cet endroit !

Un ninja de mon niveau pouvait penser à toute éventualité, même si ici il n’y avait aucune raison de se méfier, j’étais sur mes gardes, on ne savait jamais.

J’ouvris donc la marche et descendit en courant sur les barreaux de l’échelle, utilisant mon chakra pour garder une adhérence, même à l’horizontale. Au moins je ne perdais pas en rapidité et j’avais toujours la main de libre pour dégainer le sabre au cas où.

Arrivant finalement en bas, je ne me préoccupa pas de Nobuo et je me concentra directement sur le vieil homme, je pouvais voir que ce sous sol était en fait une grotte, dans la falaise, avec un large cours d’eau amenant directement à la mer ! C’était en soi assez impressionnant. Cela me rappelait les grottes ou j’entraînais Chiyori, mais en beaucoup plus grand. Sur l’eau je pouvais voir quelque chose d’encore plus incroyable, une espèce de barque, comme il est courant de voir à Kiri, mais beaucoup plus grand que la normale avec une énorme pièce de tissu occupant une bonne partie de l’espace. Mais qu’était-ce donc ? Comment un engin si lourd pouvait il se déplacer ?

Nous ne tardions pas à avoir des réponses, le vieil homme prit alors la parole pour combler ma stupeur :

- Madame et Monsieur les Ninjas, je voulais vous montrer ma dernière invention. C’est un bateau qui est équipé d’une voile, comme ceux que l’on connaît, mais celui-là est beaucoup plus grand que les ridicules petits voiliers que l’on connaît déjà et qui ne sont que peu utilisés, il utilise la force naturelle du vent pour se déplacer, mais il est beaucoup plus gros que la normale, il permet de transporter un nombre beaucoup plus conséquent de personnes ainsi que de matériel.  Je l’ai appelé la Jonque !

- Mais moins discret… m’étais-je permis de baragouiner discrètement. Je voyais là une invention de grande ampleur, ce genre de bâtiment marin pouvait grandement faciliter et améliorer le commerce, surtout dans notre archipel. Je pensais déjà aux possibilités de négociations et d’alliances avec les autres îles qui étaient nombreuses.

Ma seconde question vint ensuite :
- Mais comment se conduit il ? En quoi cela est il plus favorable que le reste des petits bateaux que l’on connaît ?

Le vieillard me répondit qu’il y avait un gouvernail au fond du bateau, facilitant le déplacement en plus de la possibilité d’étendre ou détendre la voile pour accélérer ou ralentir. C’est alors qu’il commença à nous donner les explications techniques de son navire :

- Le gréement de jonque est composée d'une ou plusieurs voiles entièrement lattées et compensées ; la voile est à côté du mât et dépasse légèrement en avant de celui-ci. Ce qui distingue le gréement de jonque des gréements classiques est l'utilisation de lattes relativement lourdes sur toute la longueur de la toile, la divisant ainsi en panneaux. Ces lattes en bambous qui sont tenues au mât, raidissent la voile, tiennent sa forme et encaissent les efforts sur la voile. Chaque latte a sa propre écoute. L'orientation de la voile est maintenue par un réseau d'écoutes relié à une écoute principale. Avec tous ces renforts, la toile n'est jamais lourdement sollicitée, en faisant une voile très fiable et durable. Les nattes destinées à former les voiles des jonques sont tressées à plat et à la main avec les feuilles du coix lacryma. En plusieurs endroits elles sont renforcées par des liens de rotin, à cela on peut ajouter que……..

- Je pense que ça va suffire. Merci. C’est une belle invention donc que vous avez là. Si on en produisait plusieurs cela pourrait vraiment nous avantager face aux autres nations.

Je me suis sentie obligée de le couper, je ne pouvais en supporter d’avantage. La vraie question était surtout :

- Et pourquoi nous montrer tout cela ? Quel est votre intérêt ?

- Je veux juste aider mon village, en fait, je suis même prêt à vous donner les plans si vous vous débarrassez de ces ninjas bandits qui sévissent dans le coin. C’est une route comme on n’en fait pas, avec des courants avantageux. Mais ces derniers s’en servent pour piller ceux qui passent et me menacent depuis plusieurs semaines de leur donner mon bateau. C’est pour ça que je reste caché et que je fais attention.

Devant les soucis du vieillard, je ne pouvais rester indifférente, je pris un long soupir avant de reprendre la parole : « Très bien, nous allons vous aider. Prépare toi Kitase on y va. »

Il ne nous restait plus qu’à embarquer pour la premiere fois de nos vies sur ce nouveau modèle de bateau et d’aller éclater quelques renégats.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kitase Nobuo
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 75
Messages : 23
Se jeter à l'eau
Honneur aux dames comme on dit et c'est réellement ce que je faisais à cet instant. Laissant passer la borgne devant moi pour pénétrer dans la bâtisse après que je lui ai indiqué la bonne porte à prendre. Restant ainsi derrière, je la regarde descendre en bas avant de finalement faire de même pour les rejoindre et ne pas attendre en haut que tout se termine, surtout que tout cela pourrait être intéressant pour la mission. Mission qui je rappelles n'est pas la mienne, mais bon, il faut faire des sacrifices et si la sabreuse n'est pas assez forte, intelligente ou que sais-je d'autre pour la faire toute seule, il est normal que je l'aide, surtout dans les moments aussi simple que celui-ci. Rahlala, la vie d'être stupide doit être si difficile.

De nouveaux à leurs côtés, je pose mon regard sur cette chose derrière lui. Détaillant du regard le bâtiment, si je peux me permettre d'appeler cela de la sorte, ignorant totalement ce que sait, mais au vue de la taille, ce n'est point quelque chose de courant. Le villageois prend la parole, pour commencer ses explications sur cela.

Je me permets alors de m'approcher, assez fasciné par ceci. Que cela soit à cause de la taille, du travail que ça a demandé ou bien pour je ne sais trop quoi d'autre. Il y a plus d'une raison de s'émerveiller, même si la vieille mégère que j'accompagne ne semble pas de cette avis. Quel ennui !

Bien qu'elle pose quand même des questions intéressantes et étant donné que je lui ai dit que je la laissé parlé, je ne vais pas changer ça, du moins, pas tout de suite quand même. Sinon, ça ferait le mec qui ne sait pas ce qu'il veut. Dans tout les cas, j'écoute réellement avec attention ce que le marin raconte et surtout explique. Essayant de comprendre son jargot alors que, probablement comme Shana, je n'y connais rien dans ce domaine là. Mais j'avoue que ça ne me déplairait pas d'apprendre.

Sauf que bien entendu, je me fais couper l'herbe sous le pieds par une sabreuse pas du tout intéressée par ce blabla et qui semble vouloir y mettre un terme. Elle est trop concentrée sur sa mission. On peut quand même prendre un peu de temps non ? Apprendre, c'est pas quelque chose de forcément mauvais, sauf pour elle visiblement... Je soupire alors qu'elle cherche à savoir tout autre chose, le pourquoi de notre présence. Certes, cela peut être intéressant, mais en même temps, tellement pas captivant pour moi...

Et l'homme répond, d'un nouveau petit monologue pour ressituer tout le contexte visiblement et là, j'écoute d'une oreille discrète jusqu'au moment où elle s'adresse à moi pour me dire de l'accompagner chasser du bandit. Quelle plaie ! Je la fixe alors. "Je propose, tu vas chasser les pirates et moi, je reste avec Monsieur pour regarder les plans et continuer à avoir des explications." Tentais-je alors que je savais déjà cela vain, qu'elle ne me laisserait pas tranquillement ici et ce même si je pourrais être un nuisible pour elle. Après tout, elle doit bien savoir que je suis un boulet de service non ? Alors pourquoi insister ?

M'enfin, dans tout les cas, je me retrouve à la suivre pour éviter de me ramasser ses foudres. M'approchant d'elle, je lui adresse discrètement la parole pour qu'elle soit la seule à pouvoir entendre. "Si je t'aide, je veux que tu mentes sur mes compétences si jamais Shinichi te questionne." Lui lançais-je alors pour la mettre directement dans le bain. "Si j'ai pas ta promesse, je te regarderais combattre sans bouger le petit doigt." La prévenais-je ensuite, étant réellement bien capable de faire cela, bien qu'en aucun cas, je ne la laisserais mourir. Puis soyons sérieux, si je ne l'aide pas alors que l'on sera sur une embarcation, certes de grande taille, on sera rapidement dans la merde et je doute que des pirates, sans codes me laissent la vie sauve... Mais il faut bien bluffer un minimum parfois, sinon on arrive à rien, ou plutôt, j'arriverais à rien.

Je me tourne alors vers le créateur de cette grosse merveille. "Vous connaissez leurs nombres et leurs matériels ?" Question légitime je pense pour avoir une petite idée un peu plus précise de ce qui nous attend elle et moi.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [REQUETE] Lecteur de flux RSS autre que RSS Hub ?
» Réserve de figurines (zombies, squelettes, ou autre..)
» Bourgeon Naissant?? les autre nom c'est quoi
» Autre temps, autre moeurs...
» Anne Mc Caffrey, une autre grande dame de la fantasy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni-
Sauter vers: