Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

    Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    avatar
    Kaidō Nahoji
    Shinobi Errant

    Messages : 32
    Expérience : 90

    Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Kaidō Nahoji le Ven 7 Sep 2018 - 15:05

    » Année quatre-vingt-douze : Kesshō-Jō



      Lorsqu'on désire toucher le cœur de Kazangakure no Satō, on pense instinctivement au centre-ville Gaiden. Cependant, il est inutile de s'aventurer aussi loin dans les terres pour ébranler cette superpuissance mondiale ; l'option d'attaquer Gaiden-shi s'avère complexe, mais cela relève surtout de l'impossible. D'autant plus qu'en tant que membre de l'organisation Hōshō, je ne peux même pas espérer approcher le village. D'ailleurs, je ne devrais même pas poser un seul pied au Pays des Montagnes. Pourtant que suis-je en train de faire ? Moi-même, je ne saurais vous répondre, j'ai juste connaissance que je signe volontairement mon probable arrêt de mort.

      Plus sérieusement, cela faisait une semaine que je campais aux alentours du Palais de Cristal en quête d'informations croustillantes. Mes préparatifs pour l'Opération Dawnbreaker avançaient tant bien que mal et, peu importe ce que j'aurais récolté, j'assaillirai, seul ou non, cette putain de structure afin de générer d'innombrables richesses. Dès lors, je redistribuerai la totalité des biens aux Pays qui tentent de survivre. En effet, nous tous oublions la présence de nombreux bourgs qui sont dans le besoin depuis des générations. À l'instar d'un volatile qu'on libère de sa cage, l'ordre royal soufflera le monde shinobi pour son propre renouveau... C'était donc dans un contexte d'alerte permanente que je sondais le quotidien du Kesshō-Jō. Il fallait garder en tête que l'affrontement était inévitable en cas de rencontre fortuite — tomber nez-à-nez avec un garde : voilà ce que je redoutais le plus.

      Pour un militaire habitué aux affrontements directs sur le terrain, me faufiler discrètement et effacer les traces de mon passage s'avérait être un enjeu de taille. Ma façon de procéder pour devenir littéralement invisible ferait aussi bien pâlir l'expert en la matière que l'espion novice qui passerait par là. Traces de pas, brindilles brisées, gravillons éjectés suite à mes enjambées, restes d'un feu de camp... Du bon boulot d'aspirant militaire. Pourquoi personne ne m'avait encore remarqué... ? Enfin, pourquoi personne ne s'était pas encore présenté ? Au fond moi, je savais qu'on m'étudiait. Ce quidam attendait le moment parfait pour m'assassiner discrètement. Bien que j'étais expérimenté dans l'art de combattre, je ne pouvais tout simplement pas rester éveiller chaque nuit. Comme chaque être humain, j'ai besoin de repos...

      Ce même sentiment d'insécurité, je l'avais côtoyé à Senjōgahara l'année dernière. Seulement à l'heure actuelle, je me situais en territoire adverse. La pression accumulée pesait sur mes épaules, je commençais même à trembler pour chaque mouvement que j'exerçais. Victime de paranoïa, ma réputation se basait pourtant sur mon calme sans égal. On disait de moi : froid, calculateur, maniaque, imperturbable. Contrairement à ma situation d'antan, aucun homme ne m'accompagnait pour cette infiltration. Personne n'avait besoin d'un leader sur qui se reposer. Était-ce donc ma réelle nature qui faisait surface ?
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Meikaku Tōmei le Ven 7 Sep 2018 - 23:48

    Kesshō-Jō, le château de Cristal... Tōmei était en direction du sud depuis quelques temps déjà, mais il ne se résoudait pas à partir vivre sa vie d'ermite tant qu'il n'aurait pas accompli sa mission. Cet homme devrait payer un jour ou l'autre ses crimes, mais retrouver un homme que l'on a jamais vu n'est pas chose aisée. Lorsqu'il était parti de chez lui après la guerre, le Meikaku ne disposait que d'une seule information concernant l'individu qu'il recherchait. C'était un prénom... Kimitomo. Lors de ses pérégrinations, il n'avait eu de cesse de poser des questions dans toutes les régions visitées, mais rien pendant des mois.
    Jusqu'au jour où au détour d'un village non loin du fleuve Ishikari au pays du sang, une famille modeste l'avait accueillis l'espace d'une nuit lui offrant gite et couvert. Non content de leur générosité, il lui avait fait un autre cadeau alors qu'il racontait la raison de son voyage et ce qui le retenait aux abords de ces terres. Une information concernant son homme, le fils aîné de la famille avait servi de force dans les troupes kazanjins sous les ordres d'un certain Kimitomo. Les hommes l'appelaient Le Tourmenteur, il avait la réputation d'être une véritable ordure avec ses propres hommes, mais aussi d'être particulièrement retord avec les populations envahit. D'après ce jeune homme, Kimitomo avait de grandes facultés en juinjutsu.
    Ces informations amenèrent l'afro-shinobi à se rendre à Yama no kuni qu'il évitait jusqu'à présent, il parti du postulat que l'utilisateur de juinjutsu devait être un membre du clan Noroi. Et c'est à Yama no kuni qu'il finit par apprendre qu'un certain Kimitomo vivait dans une région tout près de Kesshō-Jō...

    Aujourd'hui Tōmei n'a toujours pas la certitude que Kimitomo est un membre du clan Noroi, mais il sait qu'un homme du même prénom vie non loin de ce château. Un homme assez célèbre pour qu'on le connaisse à l'autre bout du pays et de qui on peut donner l'adresse aisément.

    ---------------------------------------------------------

    Tōmei suivait la trace de deux jeunes kazanjins depuis deux jours lorsqu'en fin de journée au détour d'un sentier, il aperçut des traces fraîches, mais pas celles qu'il pistait jusqu'ici. Les traces étaient sans doute celle d'un homme plus âgés, plus lourd les traces de pas étaient plus grandes aussi. Il faut dire que les kazanjins ne devaient pas avoir plus de 12 ans, l'un devait être chuunin et le second genin... En tout cas ce n'était pas des malins, leurs traces à eux étaient flagrantes quant aux nouvelles ce n'étaient pas beaucoup mieux. Son instinct intima à Tōmei de suivre cette nouvelle piste, il marqua l'endroit où il avait arrêté de suivre celle des deux jeunes. Le Meikaku les trouverait plus tard...

    C'est un quart d'heure plus tard que l'afro-shinobi retrouva l'individu auteur des traces de pas et de tout plein d'autres indices trahissant sa présence. L'utilisateur d'hikariton resta à bonne distance afin d'observer prudemment cet homme qui semblait épier le monument qu'était le château de Cristal plus loin. La nuit tombait et Tōmei ne se décidait toujours pas à rebrousser chemin. L'homme était vêtu sobrement d'un kimono, il devait avoir quelques années de plus que le jeune Meikaku. De profil, Tōmei n'aurait su dire pourquoi sa tête ne lui était pas étrangère, un criminel en fuite qu'il aurait vu sur des avis de recherches ? Une personnalité importante ? Un politicien ? Un héros de guerre ? Un Meikaku qu'il aurait connu dans sa jeunesse ? Il y a peu de chance, peu de familles de Meikaku vivait dans cette région de Yama no kuni si ce n'est aucune.

    L'homme semblait inquiet, que pouvait-il bien faire ? Tōmei s'installa dans un abres à seulement une dizaine de mètres du campement de solitaire. Il préféra attendre et en savoir plus... Lorsque quelqu'un approcha, deux silhouettes porteuses de bandeau à l'effigie de Kazangakure no Sato. Tōmei reconnu le genin qu'il pistait, l'autre devait être son comparse, allait-il s'attaquer à l'inconnu ? Soudain, le genin fonça vers le rôdeur nul doute que l'homme les avaient repérés, mais Tōmei n'allait pas le laisser se démerder tout seul après tout, ces gosses étaient ses cibles avant tout. Ni une ni deux il dégaina un kunaï qu'il envoya avec précision dans le poignet du genin qui grogna de douleur puis d'une impulsion il fonça vers lui enchaînant rapidement quelques mudras... Une anguille suiton géante se forma depuis sa paume pour venir gueule béante s'écraser contre le genin qui ne put que voir la puissance de l'eau déferler sur son jeune corps meurtri d'avance par les flots déchaînés que Tōmei faisait s'abattre.

    Suiton, l'anguille torrentielle, exprima d'une voix lasse le Meikaku.

    Le genin était vivant, mais complètement out c'était l'effet recherché par Tōmei, il voulait garder vivant cet enfant maladroit pour lui soutirer des informations.


    _________________
    Thème Tōmei:

    avatar
    Kaidō Nahoji
    Shinobi Errant

    Messages : 32
    Expérience : 90

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Kaidō Nahoji le Sam 8 Sep 2018 - 14:41

    Je le savais et je m'étais préparé à ce scénario depuis des millénaires. En un clin d'œil, un gamin déterminé fonça sur moi dans l'espoir de me neutraliser. Tandis que ma poigne droite se refermait sur le manche de mon sabre, une anguille aqueuse percuta de plein fouet le vraisemblable aspirant militaire. À vrai dire, dans la totalité des scripts auxquels j'ai pensé, jamais je n'ai imaginé l'intervention d'une personne extérieure. En revanche, il restait une deuxième cible et je devais impérativement la soumettre afin qu'elle évite de sonner l'alerte. Cela tombe à merveille, mon vraisemblable allié a utilisé du Suiton : un élément affinitaire que je maîtrise particulièrement bien. Ni une ni deux, mes mains s'épousèrent afin de formuler une poignée de sceaux incantatoires.
      Suiton, Suigadan no Jutsu !

    De façon invisible à l'œil nu, une remarquable quantité de mon chakra s'empreignit dans l'anguille. Dès lors, j'exerçais mon influence sur l'eau qui composait cet animal façonné : quelques pieux formés à partir de ce même élément se dirigèrent dangereusement sur la position du second shinobi. Bien que trop faible pour espérer un quelconque résultat, le jutsu précédemment employé s'avérait être une pièce maîtresse de ma contre-attaque. À quoi servait-il ? À tout simplement restreindre le champ d'esquive de cet adversaire. Puisque des pieux fonçaient non seulement de face, mais également en direction de ses flancs, deux options se proposaient à la cible : sauter et annihiler par la même occasion ses chances de survie ou bien reculer en arrière. De mon côté, je bondis sans même hésité une seule seconde sur le côté. Tout en mastiquant une faible quantité d'eau, je prenais le temps de calculer mon futur angle d'attaque. Alors que le militaire de Kazangakure no Satō s'apprêtait à esquiver, je recrachai trois senbons exclusivement composés d'eau bien derrière la position actuelle de notre adversaire commun. Ainsi, je fermai irrévocablement une issue de secours : si le Kazanjin recula, les senbons pouvaient potentiellement l'atteindre.

    Le manque flagrant d'expérience en situation réelle piégea le militaire du Volcan — les promotions bien trop hâtives étaient fréquentes en temps de guerre. Ce dernier s'élança dans les airs à la vue de mes trois projectiles. Un seul et dernier assaut suffisait désormais à le neutraliser puisque, dans les airs, la mobilité était... nulle. Un seul mudrā me suffit pour réaliser le dernier jutsu de mon plan.
      Suiton, Naminorigeki no Jutsu !

    J'employa une deuxième fois l'eau déjà existante pour la réalisation de cette technique au mécanisme simpliste. L'eau des pieux aqueux se regroupa sous forme de vague puis percuta sèchement le corps du chūnin. De quoi me donner le temps d'arriver à sa position et de diriger la pointe de mon sabre contre sa gorge. Tout en le regardant droit dans les yeux, j'enfonça silencieusement le kissaki. À peine que cette mise à mort fut réalisée que mon corps s'orienta en direction de l'étrange personnage.
      Puis-je connaître vos desseins, criminel ? Demandais-je sérieusement. Maintenant que vous avez porté atteinte à un membre du Volcan, votre tête risque d'être recherchée. Cependant, il y a un moyen d'éviter cela... j'espère que vous n'avez rencontré personne d'autre que ces deux là.

    Supprimer les témoins. Voilà le « moyen » qui permettait d'éviter la traque.
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Meikaku Tōmei le Sam 8 Sep 2018 - 21:09

    Bien sûr, le second garçon allait tenter de sauver son ami ou d'intervenir d'une quelconque façon, mais Tōmei avait déjà remarqué l'attention que l'inconnu portait au jeune chuunin. Et la réponse ne tarda pas, il fit preuve d'une excellente maîtrise du suiton en se ré-appropriant la technique du Meikaku pour former la sienne. Des pieux aqueux s'extirpèrent de la masse aqueuse de l'anguille pour foncer dans plusieurs directions différentes, aucun doute l'inconnu savait ce qu'il faisait. L'attaque était stratégique, il amenait son adversaire à se déplacer où il le souhaitait...

    Le chuunin avait clairement décidé de reculer pour esquiver les senbons aqueux et l'utilisateur de suiton envoya de nouveau ses piques dans le dos de son adversaire cette fois si la seule échappatoire que trouva la victime fut la voie des airs..

    *Idiot, pensa l'afro-shinobi.*

    Une vague d'eau vint percuter le kazanjin et s'en était fait de lui, l'inconnu était déjà sur lui une lame contre sa gorge. La pointe de l'arme s'enfonça sans un bruit faisant goûter le sang de ses enfants à la terre du pays des montagnes. Triste fin pour un jeune shinobi, mais il avait été hâtif et impétueux de s'attaquer ainsi à un adversaire inconnu. C'est bien pour ça que Tōmei avait pris la décision de ne pas s'approcher outre-mesure. Ce qui devait arriver, arriva l'homme se retourna vers le Meikaku et lui parla:

    Humpf... grogna l'afro-shinobi. Criminel ? Ce n'est pas moi qui ai tué un enfant à l'aube de sa puberté et qui suggère d'en tuer un second, rétorqua-t-il.

    Tandis qu'il parlait Tōmei accrochait le petit bougre inconscient à l'arbre le plus près possible camp. Il ficela sa prise avec un filin d'acier très résistant fourré dans sa grande besace cylindrique. Et comme l'inconnu le regardait toujours, il enchaîna:

    Mes intentions vous concernant sont pacifiques et bien que l'enfant aurait dû mourir dans une véritable escarmouche ce n'en était pas une. D'ailleurs, la mort de l'autre était inutile et vous l'aurez sur la conscience. Si Kazangakure no Sato me cherche c'est une bonne chose, car je cherche moi-même Kazangakure no Sato ou plutôt l'un de leurs hommes. Je traque ces deux-là depuis deux jours, ils ne sont pas doués pour se battre, mais il court vite et longtemps.

    Tōmei laissa un temps de réflexion, pourquoi racontait-il tout ça à cet inconnu ? Il ne semblait pas être un ennemi, mais tout de même. Peut-être avait-il des informations sur Kimitomo ?

    Ils ont été stupide de vous attaquer comme ils l'ont fait, seuls des crétins attaqueraient à deux un homme dont ils n'ont aucune idée des capacités. D'autant plus en l'attaquant à découvert et de front en cherchant le corps à corps. On se demande comment les kazanjins ont pu tenir un siège de cinq ans aux portes de Takigakure no Sato. Ou bien peut-être ont-ils perdus trop d'effectifs dans cette guerre pour envoyer des enfants mal entraînés faire un travail de shinobi. Je suis à la recherche d'un certain Kimitomo, je n'ai que peu d'information et je compte bien en soutirer de la bouche de ce jeune kazanjin. Il était inconscient lorsque vous avez tué son ami, laissez le croire que je suis le meurtrier et vous ne serez pas inquiété. Lui aura la vie sauve, inutile de faire couler le sang sans raison valable et ma tête à prix n'est pas une raison valable à mes yeux, elle n'affecte en rien ma quête.

    Sur ces mots, Tomei chercha dans son sac un senbon et le manipula une ou deux minutes jouant avec entre ses doigts tout en regardant l'homme devant lui, allait-il lui poser problème ou non ?

    Sommes-nous d'accord ? Quel est votre nom d'ailleurs ?


    _________________
    Thème Tōmei:

    avatar
    Kaidō Nahoji
    Shinobi Errant

    Messages : 32
    Expérience : 90

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Kaidō Nahoji le Sam 8 Sep 2018 - 22:19

      À l'entente de la première réponse de mon interlocuteur, je ne pouvais pas m'empêcher de sourire. Bien que ce dernier empestait la naïveté, j'écoutais attentivement ses palabres. Mon regard se plissa lorsque l'afro me demanda mon nom.
        En toute honnêteté, vous transpirez de crédulité. Pensez-vous sérieusement être dédouané de tout crime alors que votre responsabilité dans l'attaque est avérée ? Certes votre tête sera mise à prix pour une bouchée de pain, mais vous serez malheureusement classifié comme criminel. Expliquais-je d'un ton ferme. D'un autre côté, votre inexpérience me fait doucement rire. Non seulement vous critiquez le plan d'attaque de deux aspirants, mais dans la seconde suivante vous remettez en question la formation militaire de Kazangakure no Satō ? J'ai quatre-vingt-dix pour cent de chance d'avoir raison en affirmant ceci : vous n'avez pas participé à la guerre.

      Je me positionnai immédiatement en posture offensive face à cet individu irrationnel. Ma poigne droite se referma fermement sur la Tsuka de mon arme.
        Lors de l'Opération Tempête de Feu, je combattais de manière simultanée sur plusieurs fronts : on me surnommait l'Ubiquitaire ou encore... Kaidō... Nahoji. En tant que figure emblématique de l'organisation Hōshō, je suis navré de vous apprendre que je suis dans l'obligation d'achever votre cible. Je suis même prêt à vous éliminer en cas de nécessité. Soufflais-je d'agacement.

      Parfois, je regrette mes dires. Cela arrive souvent même... Très souvent. Pourtant, je ne pouvais pas abandonner. L'idée a été lancé de façon irrévocable, désormais il fallait l'assumer. Le conflit en lui même ne me faisait pas peur. Bien au contraire. En revanche, ce qui me gênait, c'était l'idée qu'une sentinelle exclusivement composée de Kazanjin nous tombe dessus à cause du potentiel bordel crée.
        Quel dommage d'être sur de mauvais termes aussi rapidement après notre rencontre. Murmurais-je. Je vous laisse deux options : celle de rebrousser votre chemin ou celle de l'affrontement. Repris-je à haute voix.

      Mes pupilles ne lâchèrent pas la silhouette de mon interlocuteur. La tension était palpable. Lorsque, tout à coup, je dégainai vivement mon sabre. Cette action signala le début des hostilités ; je fonçai en direction du petit attaché à l'arbre avant de freiner mystérieusement ma course.
        Pensiez-vous réellement ça de moi ? Demandais-je inopinément. Bien que ses ordures m'ont privé de mes parents, ô grand jamais je ne m'abaisserais à leur hauteur. Il m'arrive rarement de tuer. D'ailleurs, le précédent môme est loin d'être décédé. J'ai juste empreint sa gorge de mon symbole afin qu'il soit marqué à vie. Je vous avouerai que c'est même avec cette scarification qu'il portera un message à son chef : Kaidō Nahoji refait surface.

      J'adressai un rictus à mon interlocuteur puis rengainai hâtivement mon sabre.
        Voyez-vous valeureux shinobi, je suis un membre actif d'Hōshō. Dans l'idée de redistribuer les richesses de ce monde — plus particulièrement aux Pays isolés du Yūkan — le Kesshō-Jō est ma cible. Donc pour répondre à votre question de tout à l'heure... Nous sommes évidemment sur la même longueur d'onde.


    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Meikaku Tōmei le Dim 9 Sep 2018 - 19:53

    L'homme se moqua de lui impunément, mais Tōmei n'était pas homme à se vexer pour si peu rien ne l'atteignait ou presque. En face, ce guetteur inconnu pouvait bien insulter sa famille, son clan ou bien sa mère qu'il ne broncherait pas. Les offenses verbales sont les armes des canailles, les bravades sont les réponses du benêt ou du simple d'esprit. Alors, le Meikaku ne s'abaisserait pas à répondre aux provocations impolies de son interlocuteur. Le faire passer pour un ingénu, devant qui, pourquoi ? Simplement parce que Tōmei voulait qu'il le prenne pour ce qu'il n'est pas, mieux vaut jouer les grandes gueules que se taire et inquiéter. Critiquer les kazanjins étaient une manière de faire savoir au rôdeur qu'il n'était pas une menace en ces terres, mais aussi de le faire passer pour vantard capable de juger autrui comme si lui en avait la légitimité.
    Ce que l'on pensait de lui importait peu au jeune shinobi, tout ce qu'il voyait c'était se sortir de cette situation, car il était dans une situation délicate. Si l'homme en face de lui décidait de s'opposer à lui, il n'aurait d'autre choix que de s'incliner à contre-coeur. Il avait assez de jugeote pour savoir qu'un affrontement l'enverrait sans doute dans l'autre monde. Et il n'avait pas l'intention de mourir du moins pas tout de suite.

    L'homme fit ce que Tōmei redoutait, il prit position contre lui à l'instar des prévisions du Meikaku il referma sa prise sur la garde de son arme. Et à l'entente de son nom et du nom sous lequel tout le monde le connaissait, l'estomac de l'afro-shinobi se tordit douloureusement. Il en avait maintenant la certitude même la fuite équivaudrait à un arrêt de mort. Un membre du clan Kaidō et pas des moindres l'Ubiquitaire fils de Setsuna Kaido qui emporta dans l'autre royaume Yumin Gaiden. La réputation du type le précédait, Tōmei ne se frottait jamais à plus fort que lui à moins d'y être contraint et il allait peut-être y être obligé.
    Et voilà les mots étaient dit, il éliminerait le shinobi des canyons s'il s'opposait à la mort du genin de Kazan. La réaction de Tōmei était impassible même lorsque Nahoji lui proposa la fuite, il jouait clairement le bluff faisant preuve de confiance et de décontraction. Ce n'était pas si difficile, le Meikaku était de nature décontractée tout son corps transpirait la zen attitude. Toutes ces années à marcher mollement à se tenir lâchement transparait dans sa tenue et sa démarche. Et le masque neutre de son visage ne s'échappait jamais ou presque. Il avait toujours été dans l'acceptation, s'il devait mourir et bien soit, il mourait.

    Enfin l'action allait commencer, l'arme sortie de son fourreau et son manieur fonça vers lui, Tōmei n'avait pas bougé si ce n'est sa paume qui s'était resserré sur son senbon. Puis Nahoji s'arrêta brusquement dans sa course rengainant. Son ton se fit beaucoup plus amical et le soulagement emplit le corps de Tōmei. Bien qu'une part de lui reste méfiante...

    Humpf... Tant mieux, répondit-il.

    Il dirigea de nouveau son attention sur le genin et se prépara à le réveiller.

    Je suis Tōmei du clan Meikaku et si votre cible est Kesshō-Jō nous avons un but commun, l'homme que je cherche Kimitomo a des chances d'y être ou d'avoir un lien avec cette bâtisse. Je le soupçonne d'être un membre du clan Noroi que l'on surnomme Le Tourmenteur, peut-être l'avez-vous connu durant la guerre ?

    Pendant ce temps, le Meikaku s'affairait à déchirer un pan du bas du jeune kazanjin et à repérer la jointure du genou. La méthode qu'il emploierait pour faire parler le genin était loin d'être quelque chose qu'il apprécierait, mais cette extrémité ne serait pas nécessaire s'il parlait tout de suite.

    Attachez au moins le second que nous puissions les avoir sous contrôle aisément et parlez-moi un peu de l'Hōshō, vous voulez redistribuer les richesses et je le conçois. Je suis passé par Chi no kuni et ai entendu les histoires, les plaintes de son peuple, mais j'y ai aussi entendu les désirs de revanche de celui-ci. Leurs apporter aide et assistance est somme toute logique, mais il faudra vous méfier des rancuniers capables du pire pour se venger... Vous voyez où je veux en venir j'en suis sûr. Vous avez intérêt à être nombreux pour maîtriser cela.


    _________________
    Thème Tōmei:

    avatar
    Kaidō Nahoji
    Shinobi Errant

    Messages : 32
    Expérience : 90

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Kaidō Nahoji le Mer 12 Sep 2018 - 19:46

    Par le biais d'un mouvement ample de ma dextre, j'agrippai du fil de fer en quantité suffisante afin de lier les mains du Chūnin. Comme demandé par Tōmei, je commençai à saucissonner plusieurs membres de ce pauvre gamin dans le but de le neutraliser. Bien qu'attacher un quidam semblait rassurant, je savais au fond de moi qu'un simple fil nylon ne permettait pas de rendre quelqu'un inoffensif. Une technique des plus basique, bien que rarement enseignée, consistait à défaire des liens que vous soyez immobilisé ou non : le Nawanuke no Jutsu réalisait ce souhait.
      Kimitomo du clan Noroi ? Répétais-je bêtement. Désolé de te l'annoncer, mais tu tentes de poursuivre un fantôme. Ce prénom ne me dit rien et Dieu sait que des militaires de Kazangakure no Satō, j'en ai rencontré...

    J'accompagnai mon haussement d'épaules avec un mouvement négatif de la tête. Après tout, peut-être que j'avais tort. Cependant, je préférais être honnête ; ce type ne me disait absolument rien.
      Concernant Hōshō, je pense que notre puissance de frappe actuelle intimide les potentiels revanchards. Nous avons tué Yūmin Gaiden, anciennement l'homme le plus fort du Yūkan. Penses-tu réellement qu'une poignée de personnes rongée par l'amertume lèverait les armes si nous déconseillons vivement la révolte ? Ils ne bougeront pas le petit doigt.

    Suite à ces paroles, un léger dégoût se mêla à mon expression faciale. Le tonus musculaire de ma nuque m'abandonna : ma tête pencha vers l'avant ; mon regard dévisageait le sol.
      Mère prévoyait de contrebalancer les flux économiques. Ceci est désormais un rêve utopiste pour la simple et bonne raison que les inégalités régissent l'Humanité depuis des millénaires. Par exemple, l'apparition du Chakra a renforcé l'uniformité entre les êtres vivants. Vois-tu des civils se défendre face à des bénéficiaires de l'énergie spirituelle ? Personnellement, je n'ai jamais été témoin de ce genre de scène. Moi-même j'ai accepté cette volonté des Dieux. Puisqu'un simple mortel ne peut défier les caprices d'une divinité, Hōshō a tendance à abandonner cet objectif. Disais-je sèchement. En revanche, est-ce qu'on peut désigner comme inégalité le massacre de nombreux villageois ? Je... non. NOUS, ne le pensons pas. C'est ainsi que chaque membre de l'affiliation apporte son aide comme il le peut. Donner des ressources, offrir une protection, transmettre de simples conseils, les avertir d'une quelconque menace... TOUT est primordial. En notre compagnie les civils ne survivent pas : ils profitent de leur vie.

    Avant d'être un effroyable assassin aux mains tâchées, Hōshō ou plutôt Celui qui libère l'oiseau de sa cage, considère quiconque comme son prochain.
      L'altruisme est la clef de nos portes. Consacre toi à autrui de façon désintéressée, n'attends rien en retour et ces dernière s'ouvriront à toi... Qui sait ?

    Malgré l'envie certaine de poursuivre la discussion, je ne devais point oublier mon objectif principal. S'attarder de la sorte en mission d'infiltration ou de surveillance s'avérait être mortel. Nous — moi ainsi que Tōmei — risquions de trahir notre présence bien que cela soit déjà fait d'une certaine mesure... En temps normal, je suis capable de tout pour éviter d'écourter ma mission à cause de ce facteur hasardeux. C'est alors, qu'après un mouvement ample de mon bras droit assimilable à un salut enfantin, ma silhouette se volatilisa subitement en une tempête de feuilles mortes assimilables à des portails de téléportation.
      À la revoyure Shinobi. Murmurais-je dès lors.




    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Meikaku Tōmei le Jeu 13 Sep 2018 - 17:45

    Nahoji exécuta la demande de Tomei sans rechigner, il entoura mains et jambes du chuunin de Kazangakure no Sato avec l'acier nécessaire. Puis s'attela à répondre aux questions de son cadet, les réponses ne furent pas réellement au goût du Meikaku, mais c'était en soit des réponses. Si un homme tel que Nahoji n'avait aucune connaissance de Kimitomo ni même de son surnom c'est que la tâche qui incombait à l'afro-shinobi serait plus ardue qu'elle n'y paraissait de prime abord. C'est avec déception que Tomei vit son nouveau camarade haussé les épaules en signe d'excuse devant sa réponse pauvre en information.

    Les réponses du Kaido concernant son organisation plurent un tant soit peu au jeune homme, bien qu'il trouve tout cela bien utopique. Enfin, d'après lui il fallait bien des objectifs pour tenir un homme sur un chemin précis, celui-là ou un autre lui préférait sa tranquillité. Et le chemin qui le mènerait à celle-ci passe par la localisation de Kimitomo Noroi si tant est que cet homme existe, ou bien de quiconque avait fomenté l'ordre d'attaquer son hameau et par la même occasion signé l'arrêt de mort de jeunes Meikaku comme Urei.

    Ravivé les souvenirs de sa mère décédée semblait contrarié un peu Nahoji aussi Tomei n'insista pas sur l'Hosho et son histoire. Il écouta plutôt la voix déterminée de son compagnon exprimer les préceptes pleins de bonnes intentions de son groupuscule. Les idéaux, des choses qui faisaient d'un homme ce qu'il était, le père de Tomei désespérait de voir un jour son fils trouver les siens ou n'en serait ce qu'un seul.
    Devant ses yeux médusés l'afro-shinobi eu une démonstration de ce qui devait être sans doute le pouvoir du clan Kaido. Nahoji d'un signe de la main tel un au revoir disparut dans une micro bourrasque composée de feuille morte... Ce pouvoir entre les mains d'un shinobi accomplit faisait froid dans le dos et Tomei était heureux de ne pas s'être fait un ennemi de cet homme.

    La rencontre ne le laisserait sans doute pas indemne et lui donnerait matière à réfléchir dans l'avenir, mais pour l'heure le Meikaku avait de quoi s'occuper. Nahoji ne pouvait connaître tous les ninjas supérieurs du volcan et Kimitomo pouvait bien être comme prévu un militaire affilié à cette région. Le Château de Cristal serait sans doute la réponse à ses interrogations, l'afro-shinobi se tourna vers le genin qui sortait de son coma temporaire...

    ---------------------------------------------------------

    Tu vois quand tu veux mon grand, tu parles et qu'est-ce que ça t'a coûté si ce n'est un peu de fierté mal placée, argua le Meikaku ?! Ton camarade a été plus courageux que toi et il n'a récolté qu'une fin prématurée.

    La lune illuminait les alentours de Kesshō-Jō, il devait être proche de minuit lorsque Tomei en avait fini avec son interrogatoire sanglant enfin du moins c'est ce que croyait le jeune chuunin du pays des montagnes. A quelques centaines de pas de là un clone sans aucune consistance avait lancé des gémissements d'agonie pendant plusieurs heures imitant la torture infligée au genin. La stratégie était imprudente et plus d'une fois l'afro-shinobi s'était cru découvert, mais la chance avait tourné en sa faveur. Ces deux-là devaient être la seule équipe à patrouiller dans cette zone à l'est du château.

    D'après les informations soutiré au chef d'équipe un certain Kimitomo était bien affecté à la protection du château, mais ce n'était pas un Noroi. Peu importe aux yeux de Tomei cette information était une piste aussi mince soit elle et il comptait bien la suivre...


    _________________
    Thème Tōmei:


    Contenu sponsorisé

    Re: Nahoji n Tōmei » Rencontre hasardeuse

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 18:00