Courtoisie ou intérêts ? | Ft. Kami

    avatar
    Shinkū Hiro
    Shinobi Errant

    Messages : 28
    Expérience : 70

    Courtoisie ou intérêts ? | Ft. Kami

    Message par Shinkū Hiro le Ven 7 Sep 2018 - 15:07

    Les racines de saules ont toujours été utilisées dans la forteresse pour leurs propriétés antibiotiques capables de guérir les maux d’origine bactérienne en moins de deux jours. Mes recherches actuelles me poussent à rentrer au pays des canyons pour récupérer cette plante méconnue en dehors des murs de la forteresse. Le saule, un arbre regorgeant de vie, avide de niches écologiques pourvues d’humidité. Gourmand en boisson et en sels, les qualités des terres font l’exception du produit. Nous avons établi, après de multiples observations purement empiriques, que les meilleurs saules du continent c’étaient établis en des temps anciens aux bords des lopins de terre du lac Tōya. Un écosystème aussi généreux qu’il peut être dangereux. La nature n’est jamais clémente par pure morale. Prélever ses richesses recèle toujours une obscure contrepartie dont l’homme s’acquittera tôt ou tard. Le cycle de la vie ne veut-il pas que l’animal s’étant délecté de ses fruits finissent une fois dépouille par en alimenter les verres et les sols, pour finalement la nourrir de ses chairs en putréfaction ?

    Déterrer, creuser dans la terre au plus profond pour trouver les échantillons les moins altérés par l’atmosphère. Couper précautionneusement les poils racinaires pour ne pas en perdre une miette. Prélever les racines mures, à la fleur de l’âge pour une efficacité optimale. Préserver les jeunes pousses pour assurer les générations de demain, le renouvellement des plants pour notre descendance humaine, ne pas la priver des cadeaux du continent qui recèle tant de poisons. Nourrir d’une solution aqueuse riche en calcium, azote et phosphate pour stimuler la croissances des nouvelles cellules qui remplaceront les membres amputés du végétal. Un protocole long et fastidieux, dont seuls les Shinkū ont le secret, qui permet de d’assurer de l’efficience du prélèvement et de la santé du saule. Une procédure scientifique minutieuse, respectueuse que même un Kenzai ne sentirait pas la douleur de l’arbre.

    Mes tubes pleins, j’allume un feu de fortune afin de procéder à l’assèchement des organes. L’eau s’évapore à proximité de la chaleur, permettant une concentration des principes actifs des racines, une réduction de leur volume et une conservation quasi-éternelle. Une fois réduites en poudre, la concoction se vendra à prix d’or dans les contrées lointaines de Tori ou de Ōgon où la famille impériale pourra me rémunérer en conséquence. Traiter avec eux se fera comme à l’accoutumé : simple, efficace et discret. Dans un soucis de praticité et de pragmatisme, je décide de procéder également à des prélèvement de l’eau du lac. Au vu de la flore et de la faune qu’il abrite, analyser ses fluides n’est pas dépourvu de bon sens.

    Tandis que la fumée s’échappe des rondins de bois incandescents, je range mon attirail de savant-fou prêt éteindre les dernières cendres. Je n’ai plus rien à faire ici, à moins que l’invité qui m’épie de veuille partager une tasse de thé.
    Je n’ai malheureusement pas la délicatesse de mettre un nom sur votre chakra. Toutefois, ayez la certitude qu’il ne m’est pas inconnu.
    Si son intention était de me porter préjudice, il l’aurait déjà lancé les hostilités.
    avatar
    Junzen Kami

    Messages : 13
    Expérience : 30

    Re: Courtoisie ou intérêts ? | Ft. Kami

    Message par Junzen Kami le Sam 8 Sep 2018 - 0:30




    « Courtoisie ou intérêts ?»

    PV -Shinkū Hiro

    Comme à son habitude depuis la fin de l'Opération Tempête de feu, Ten'yū se trouvait au sommet de la cascade, l'horizon et le paysage lui faisant face. À cette hauteur, il pouvait avoir un œil sur tout Taki ainsi que ces environs. La solitude du lieu lui plaisait, il pouvait surveiller le territoire de la meilleure des façons sans être deranger, c'était le radar officieux du village. Bien que Kami détestait la moitié du village et n'aimait absolument pas les prises de décisions de certains, Ten'yū possédait une compassion et une bienveillance sans égale, le lien qu'il avait avec le village pouvait facilement ressembler à celui d'une mère pour son fils. Son regard se bloqua sur un "point noir". Un étranger à son regard ? Non. Il le connaissait ou du moins l'avait déjà vu. Cela remontait à quelques années maintenant dans la mémoire de Kami cet homme était bel et bien présent. Happé par cette interruption, son regard resta braqué sur l'étranger. Alliant la pensée aux actions, il s'en alla le rejoindre. 

    Tout proche, désormais, l'homme venait de le "ressentir". Un senseur ? Cela n'avait pas d'importance. Derrière son armure, il marchait pour finalement venir se positionner tout près de lui.

    Shinkū Hiro. Je vous reconnais désormais. Que fait un iryōnin de votre classe auprès du lac Tōya ?

    La dualité avait une certaine prestance emmitouflée par des propos dont découle un profond respect, son côté philanthrope en somme.

    La guerre est finie depuis un moment désormais. Vous continuez à soigner des blessées ou vous vous êtes rattacher au Kenzai ? S'occuper d'une plante de la sorte.. Rare peuvent prétendre en faire de même.

    Toutes personnes ayant participé à la guerre de près ou de loin connaissait forcement cette armure et la personne qui y siégeait. Junzen Kami de la Danse Mortuaire. 



      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 17:58