(flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    avatar
    Nekketsu Kisai
    Shinobi de Kazan

    Messages : 26
    Expérience : 30

    (flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    Message par Nekketsu Kisai le Ven 7 Sep 2018 - 15:27

    An 81 — Le secret du fleuve Ishikari

    À vingt minutes du Village caché par le Volcan.

    «  — Kisai. Voici l'ordre de mission. Tu seras seul cette fois-ci et comme d'habitude, l'échec n'est pas permis.
        — Compris. »

    Je récupérais l'ordre de mission afin de découvrir l'intitulé et la destination. Le Pays du Sang. Une terre qui faisait office de frontière entre mon camp et celui de la Cascade. Si le territoire du Sang paraissait neutre, il restait tout de même très dangereux. Les missions des deux factions étaient fréquentes et il n'était pas impossible que je tombe sur des membres d'un autre village une fois sûr place. Mais ça ne me gênait pas plus que ça. Je devais tout simplement rester concentré sur mon objectif. D'ailleurs en parlant d'objectif, je venais tout juste de découvrir celui-ci. L'assassinat d'une personne qui occupait une vieille maison non loin du fleuve Ishikaru. C'était tout, les détails étaient absents, comme bien souvent. Mes supérieurs aimaient bien me laisser dans le flou. Ce n'était pas une si mauvaise chose, cela me permettait de développer mon analyse. Je devais repérer moi-même la maison et par conséquent, moi-même la cible. Je trouvais tout de même très étrange de me confier une telle mission. En effet, ce genre de choses devrait être confié à mon frère jumeau, qui s'avérait être un excellent senseur, dissimulateur et assassin. Malheureusement, nous avions appris à appliquer les consignes sans ne rien jamais demander. Tant pis.

    Je prenais alors la route avec mon équipement traditionnel et quelques vivres pour tenir le coup loin de mon faible confort. Le chemin au sein du Pays des Montagnes se déroulait sans accroc. La présence des membres du clan Yūmin me permettait d'être bien plus serein. Que ce soit le Volcan ou les Montagnes, j'avais ce sentiment d'être intouchable.

    Fleuve Ishikaru — Non loin d'une cabane isolée

    Me voilà arrivé à destination. J'avais rapidement obtenu un visuel sur l'habitat qui devait abriter la cible. Néanmoins, je ne possédais rien sur la dite cible. Devais-je avancer et entrer à l'intérieur ou attendre afin de voir si quelqu'un allait faire son apparition ? Ma décision était vite prise. Je préférais jouer la carte de la patience pour avoir l'avantage. C'est d'ailleurs une des choses sur lesquelles nos formateurs appuyaient énormément : la patience. La précipitation était une mauvaise chose et conduisait souvent à la perte. Mon petit camp venait d'être installé et j'avais le meilleur visuel possible sur la cabane. Désormais, il ne me restait plus qu'à attendre.
    avatar
    Rakurai Shisui
    Shinobi de Taki

    Messages : 25
    Expérience : 30

    Re: (flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    Message par Rakurai Shisui le Sam 8 Sep 2018 - 11:04

    — Tu es si jeune et je dois déjà m’absenter pour une longue période… Tu me manques déjà, murmurais-je à mon fils dans les bras.

    Ryūran avait finalement réussi à trouver le sommeil dans mes bras à force d’être bercé. Emmitouflé dans son couffin, il était si paisible. Il y a quelques heures, mon père était venu me transmettre un ordre de mission prioritaire pour le clan. Mes autres frères et sœurs étant déjà pris, ou trop jeune pour ce genre de mission, il n’y avait que moi pour l’exécuter. Je profitais de chacun des derniers instants que je passais avant quelques semaines auprès de mon fils, né il y a à peine un mois. D’ici une heure, je serais déjà parti en direction du pays de sang. La mission n’était pas vraiment évidente. Un homme avait pris contact avec Shiden Rakurai afin d’être protéger. Ou plus exactement pas lui en personne, mais les parchemins sensibles qu’il transportait. La mission consistait à rester avec cet homme afin de veiller sur les documents pendant que l’homme complétait les informations, ce qui pourrait lui prendre jusqu’à un mois. Ensuite, mon rôle serait de livrer les parchemins dans un petit village à la frontière avec le Canyon. Je n’aimais pas vraiment jouer les gardes du corps, je ne possédais pas exactement la formation pour cela. Faire le coursier n’était pas toujours des plus intéressants non plus, mais c’était néanmoins quelque chose que je préférais étrangement.

    Les yeux plongés dans ceux d’Hoshi, je lui tendis le couffin avant de l’embrasser. Après avoir embrassé le front de mon fils, je lui murmurai quelques mots. Il dormait, et ne m’entendrait pas. Je n’étais même pas vraiment sûr qu’il me comprenne à cet âge, mais c’était tout autant pour lui que pour moi que je parlais.

    — Ne grandit pas trop en mon absence, je reviens vite.

    Quelques heures plus tard, j’avais trouvé la frontière avec Chi no Kuni, c’était l’obscurité totale, je repartirais aux premières heures dès le lendemain. Perché sur une haute branche d’un arbre, je me reposerais pour pouvoir repartir en meilleur forme.
    Mon départ le lendemain fut rapide, le voyage était simple, je n’avais qu’à remonter le court du fleuve Ishikaru jusqu’au point de rendez-vous de mon commanditaire. C’était une vieille cabane fait de bric et de broc accolé à un arbre, perdu dans un lieu reculé. Une fois la prise de contact faite il me réexpliqua l’objet de la mission. En cas d’attaque, la sureté des parchemins seraient plus importante que sa propre vie. C’était son choix, mais ça ne me plaisait pas vraiment. Je n’avais pas l’habitude de laisser mourir les gens. Toutefois c’était l’ordre de mission, et j’étais un shinobi. Les tenants et les aboutissants de l’affaire ne me regardaient pas, je devais accomplir la mission confiée, ni plus ni moins… Il m’avait transmis l’endroit où je devrais apporter les documents. Sans beaucoup de mot de plus, il sortit les fameux parchemins et ce mit au travail. Il n’était pas vraiment causant, et plutôt insensible à la touche d’humour que j’avais tenté d’apporter. Les semaines seraient bien longues.

    Après une semaine de surveillance, toujours rien. L’homme n’était pas plus bavard, et semblait n’aspirer qu’au calme pour faire ses travaux. Je me demandais bien de quoi il s’agissait. Probablement des transcriptions d’informations. Était-il une sorte d’analyste ? Peu importe, ça ne me regardait pas. L’aube venait de se lever qu’il était déjà debout. Je ne me reposais que par intermittence pour rester le plus alerte possible, mais cela ne me dérangeait pas. Je n’avais jamais été un grand dormeur. Comme chaque matin, je sorti de la cabane pour en faire le tour, puis j’effectuais mes exercices devant la porte de celle-ci. C’était une sorte de tradition dans mon clan. Une méditation grâce à laquelle nous faisions circuler notre chakra dans notre corps par des mouvements mesurés qu’on pouvait associer à un art martial. Je préférais rester dehors de toute façon, ça me permettait de mieux surveiller les alentours, et je n’avais pas à supporter les soupirs de fatigue de mon client. J’avais hâte qu’il termine.
    avatar
    Nekketsu Kisai
    Shinobi de Kazan

    Messages : 26
    Expérience : 30

    Re: (flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    Message par Nekketsu Kisai le Dim 9 Sep 2018 - 16:18

    Mon observation durait maintenant un peu de plus trois jours. Une durée de temps qui m'avait permis de récolter une précieuse information et de réfléchir à un plan pour approcher la cabane isolée. Tout d'abord, la première information importante était la présence d'un individu qui s'illustrait comme un garde. Une personne qui avait plus ou moins le même âge que moi et qui semblait avoir un petit rituel propre à lui. Tous les matins, il quittait la cabane pour s'exercer physiquement. Il ne fallait pas être né de la dernière pluie pour comprendre que cet homme était formé aux arts ninjas. Il ne fallait pas non plus être idiot pour comprendre que ma cible bénéficiait d'une garde rapprochée. Voilà que cette mission devenait très problématique. Je devais assassiner quelqu'un en prenant en compte une présence extérieure. Comment devais-je m'y prendre ? Après trois jours, la cible ne s'était toujours pas montrée. Deux solutions s'offraient à moi. La première, ce garde était un leur. Cela voulait dire qu'il était d'ores et déjà au courant de ma présence et qu'il m'attendait. Ce n'est pas quelque chose qui me faisait peur, bien au contraire. Ce serait pour moi l'entraînement idéal. La deuxième option était que la cible ne comptait pas quitter cette cabane. Par conséquent, je devais approcher la cabane en me faisant passer pour une personne que je n'étais pas. Quelqu'un de complètement perdu, par exemple.

    Je délaissais tout de suspect dans mon camp, je me mettais en condition pour passer pour quelqu'un qui n'avait ni mangé ni bu depuis des jours. Jouer un rôle. Cela faisait partie des conditions pour être un bon assassin. Je tenais ça de mon frère jumeau qui était maître dans l'art. Enfin bref, il était temps de mettre en œuvre mon piètre jeu d'acteur. J'approchais l'individu en trottinant l'air épuisé et je lui demandais de l'aide.

    « — Monsieur, monsieur ! Aidez-moi, j'ai faim, j'ai soif, on m'a attaqué ! Aidez-moi monsieur ! »

    J'essayais d'être crédible un maximum. Ce n'était pas une tâche facile, mais j'essayais d'agir aux mieux. Tout de même, je restais un minimum sur mes gardes. Ce n'est pas parce que je m'inventais une toute nouvelle personnalité que je ne devais pas être attentif. Si la première option s'avérait vrai, je devais être prêt pour une riposte immédiate.
    avatar
    Rakurai Shisui
    Shinobi de Taki

    Messages : 25
    Expérience : 30

    Re: (flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    Message par Rakurai Shisui le Mer 12 Sep 2018 - 12:54

    Je pensais qu’une autre journée calme et ennuyeuse s’annonçait. Pourtant, il allait en être tout autrement. Alors que j’allais entamer une courte ronde, des bruits troublèrent le calme de ce lieu paisible et reculé. Un homme arrivait par ici. En le regardant plus en détail, je vis qu’il n’avait pas l’air en bon point. Il faisait un peu plus jeune que moi, et s’approchant, il s’expliqua. Je restais naturellement sur mes gardes ne sachant vraiment à qui j’avais à faire. Je n’étais même pas dans mon pays après tout. Le malheureux demandait de l’aide. Jene demandais qu’à le croire, mais il allait falloir que j’en ai le cœur net. De plus, même s’il s’avérait que cet homme était vraiment da la détresse, je doutais que le vieux ronchon à l’intérieur veuille faire quoi que cela soit pour lui.

    — Qui vous a attaqué ? Et surtout pourquoi, et comment ?

    On n’attaque pas les gens sans raison après tout. Je préférais attendre son explication avant de décider quoi que ce soit de plus. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Ce jour-ci serait bien plus riche en émotion que les précédents. À l’opposé de la direction d’où provenant l’homme devant moi, et avant même qu’il n’ait eu le temps de répondre, un rugissement résonna. J’avais pris connaissance de la faune qui vivait dans cette zone pour une autre mission que j’avais eu ici par le passé. Niveau félin, on retrouvait beaucoup des espèces des Canyons… Et notamment, les tigres. Pour moi, c’en était un. J’eus un échange de regard assez étrange avec l’homme qui venait d’arriver. Je ne lisais pas vraiment de la peur sur son visage. Ce qui était assez étrange vu sa situation. Il semblait plutôt une sorte de questionnement. Mais après tout chacun avait sa façon de réagir.

    — Vous vous appelez comment au juste ? Avais-je ajouté pour rompre le blanc.

    Un nouveau rugissement, bien plus proche fois, suivi de mouvement dans la forêt. Un cerf sorti à toute allure et sans demander son reste continua droit devant. Quelque instant après le tigre se tenait devant nous. Je regardai en direction de la cabane. L’homme avait forcément attendu, mais il n’avait pas l’air d’en avoir grand-chose à faire. J’étais en faction ici, mais pouvais-je prendre le risque de montrer mes capacités en ninjutsu devant cet inconnu qui ne semblait pourtant même pas armé. Par prudence, je sortis mon boomerang.

    — Une idée ? Et n’imaginez pas qu’on aura le temps de rentrer dans la cabane.

    De toute façon, il ne devait pas savoir qu’il y avait quelqu’un dans celle-ci et cela me permettrait au final de tester la sincérité de cet homme.
    avatar
    Nekketsu Kisai
    Shinobi de Kazan

    Messages : 26
    Expérience : 30

    Re: (flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    Message par Nekketsu Kisai le Sam 22 Sep 2018 - 1:23

    L'individu en face de moi confirmait mes différentes théories. Une série de questions qui en disaient long : il était sur ses gardes. Ce n'était pas quelque chose de très surprenant. Bien au contraire, c'était tout à fait normal. Mon comportement serait exactement le même si j'étais aussi affecté à la garde d'un individu quelconque. Dans ce genre de situation, il fallait répondre le plus rapidement possible. Si je prenais du temps, je pouvais éveiller des soupçons. Pourquoi ? Le temps rimait avec réflexion. Si je peinais à répondre, cela signifiait que je cherchais quoi dire et que par conséquent, mon histoire était inventée de toute pièce. Si je voulais réellement approcher ma cible, il fallait paraître le plus crédible possible. Je répondais alors à cet homme en gardant restant dans la même ambiance : celle de la détresse.

    « — Je ... je ne sais pas qui, quoi exactement ! C'est peut-être des bandits ou des animaux sauvages, je ne sais pas !!! J'ai beaucoup d'argent, c'est peut-être des hommes !! Aidez-moi !! »

    Quel jeu d'acteur. Je pouvais même faire couler mes larmes à ce stade-là. Un rugissement s'était d'ailleurs fait entendre. Cela tournait plus ou moins à mon avantage. Si un animal sauvage s'attaquait à nous, le garde allait logiquement prendre ma défense. Durant ce laps de temps, je pouvais tout détruire. Oh que oui. Il demandait mon nom. Drôle de question. Ce n'est pas quelque chose que j'aurai demandé à sa place. Mais si c'est ce qu'il voulait savoir, pourquoi pas.

    « — Gekko ! »

    C'est le premier nom qui me venait en tête. Pourquoi, comment. Je ne sais pas. Du moment que je lui répondais sans prendre trop de temps et que mes réponses étaient un minimum crédibles, c'était suffisant. Malheureusement ou heureusement, un cerf venait de sortir des buissons, suivi d'un tigre. Voilà que le garde me questionnait sur le plan. J'espérais qu'il fonce dessus tête baissée, mais non. En tant que victime apeurée, je devais lui laisser le choix. Il fallait à tout prix qu'il intervienne en premier pour que j'explose cette cabane.

    « — On va mourir ! Vite, aidez-moi !!! Faites quelque chose !! »

    Oui, quelque chose. C'est ce que j'attendais.
    avatar
    Rakurai Shisui
    Shinobi de Taki

    Messages : 25
    Expérience : 30

    Re: (flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    Message par Rakurai Shisui le Dim 30 Sep 2018 - 17:45

    Il ne savait pas ce qui l’avait attaqué, animal ou homme, mais il jugea utile de préciser qui l’avait de l’argent, beaucoup d’argent même. Il était plutôt crédible dans son rôle de victime. Néanmoins, quelque chose me chiffonnait dans son discours. Vu l’endroit où nous nous trouvions, il était frot étrange, qu’un homme comme il se décrivait avec « beaucoup d’argent » circule seul. Noble ou bourgeois, un civil avec un peu d’argent, était souvent accompagner d’un ou deux gardes du corps, si ce n’est même des shinobis en bonne et due forme. Mais sa détresse avait vraiment l’air sincère. La plupart des Rakurai ne se serait pas vraiment pris la tête avec cela, et lui aurait dit que c’était son problème. Je n’étais pas vraiment comme ça. D’autant que mon test sur son nom ne me donna pas plus d’indication. Il avait répondu vite. Ne me laissant pas de marge pour imaginer qu’il pouvait mentir. Cela étant, si c’était un bon menteur autant qu’acteur, ce n’était pas très dur pour lui de me faire croire cela. Et un bon shinobi devait être capable de tromper les apparences. Je n’étais ainsi pas plus avancé, avec un nouveau problème sur les bras, grâce à ce fauve.

    Je passai ma main sur ma barbe de quelques jours. Il n’avait pas saisi la perche que je lui avais lancée en lui évoquant la cabane. L’important, c’était les documents que je devais protéger. Celui qui m’avait indiqué se prénommer Gekko, n’eut pour réponse qu’un autre sursaut de peur. Je devais procéder de sorte à poursuivre l’objectif de ma mission sans qu’elle n’en soit atteinte, me débarrasser du tigre n’aurait pas était très dur dans les faits. Mais cet homme à mes côtés auquel je ne pouvais me fier auraient pu profiter de ce temps pour mettre en péril ma mission. Alors que le dire se mit de nouveau à rugir pour nous menacer j’eus une idée.

    — Voyons, un peu de tenu, ce n’est qu’un tigre, c’est courant par ici, vous ne saviez pas ?

    C’était encore un moyen détourné de voir ce qu’il avait à dire à cela, de mettre en danger le menteur si c’en était un. Tout en parlant, j’avais exécuté devant lui une série de mudrā. Comme à mon habitude, elle était d’une vitesse folle telle, qu’un œil peu averti n’aurait pu véritablement correctement distinguer. Sans le quitter des yeux j’avais rapidement apposé ma main sur le sol. Juste autour de nous, une barrière de ranton venait de s’élever. Nous isolant parfaitement de l’extérieur, cela avait le double avantage d’empêcher le tigre de nous faire quoi que ce soit, et par même, d’entraver le plan potentiel de l’homme devant moi s’il n’était pas celui qu’il prétendait. Pour autant, je devais être encore plus vigilant. S’il s’avérait qu’il était bien un ennemi, il aurait tout à fait pu avoir un complice prêt se éliminer mon commanditaire pour s’emparer des documents que j’avais à protéger.

    — Ici, il ne nous fera rien de mal, vous pouvez vous détendre !... D'ailleurs, vous n'avez pas les moyens de payer quelqu'un pour vous défendre ? Dis-je innocemment.

    Je mimais alors une arme à détente avec ma main, et visait à travers la barrière de Ranton. J’envoyais ainsi plusieurs billes de ranton sur le tigre pour le chasser. Je ne visais pas vraiment de points vitaux. Les Rakurai savaient pour la plupart être reconnaissant et humble face à la nature.

    — Je suis désolé, mais je ne pense pas que vous pourrez rester ici monsieur. Lorsque la menace aura disparu, il n’y aura plus vraiment de raison à ce que vous restiez ici non ?

    Je restais très concentré sur la situation alentours tout en lui parlant. Je devais continuer de rester sur mes gardes face à cet étranger, même s’il s’avérait ne pas être un mauvais bougre. Car dans le cas contraire il aurait pu me mettre en difficulté avec l’aide d’un complice.

    Spoiler:
    嵐陣壁 · RANJINHEKI — BARRIÈRE DE LA TEMPÊTE [Rang B]
    L'utilisateur génère une barrière de Ranton pour se protéger.
    Ninjutsu — Ranton
    電気鉄砲 · DENKI TEPPŌ — PISTOLET ÉLECTRIQUE [Rang C]
    Shisui comprime un court instant le chakra ranton au bout de ses doigts. Il peut ensuite propulser une douzaine de petites billes de pur ranton à une vitesse fulgurante, mimant un pistolet. Cela provoque des dégâts.
    Ninjutsu — Ranton

    Contenu sponsorisé

    Re: (flashback) — Le secret du fleuve Ishikari

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 18:13