C·6 — Les clans

    avatar
    Shinobi no Densetsu
    Staff

    Messages : 88
    Expérience : 31

    C·6 — Les clans

    Message par Shinobi no Densetsu le Ven 31 Aoû 2018 - 14:54

    Les clans de Takigakure no Sato



    Azakaya Ichizoku



    I. Chronologie du clan
    — Depuis le début de leur histoire, les Azakaya eurent toujours un penchant pour l’utilisation des armes. Ils en essayèrent plusieurs, mais trouvèrent leur bonheur et la perle rare dans l’art du Kyūjutsu. Un domaine qui demande beaucoup de patience et de précision, à l’instar des membres de cette famille.

    — Les archers s’illustèrent rapidement comme de très bons combattants. Ils couplèrent la maîtrise de l’arc avec les différents éléments associés au chakra pour perfectionner leur art. Au fil du temps, les Azakaya formèrent les meilleurs archers du monde. S’ils ne possédaient pas l’effectif d’un clan, la petite armée qu’ils eurent était suffisamment dangereuse et expérimentée pour faire aux plus grands dangers.

    — Trouvant un certain confort au sein du Pays des Canyons et le Village de la Cascade pour pouvoir s’entraîner, les Azakaya se sont laissés emporter dans le village caché, très séduits par le climat.

    II. Clan

    — Les Azakaya sont à l’origine des nobles, ils s’accordent beaucoup de respect entre eux et ont des manières très propres à eux. Dans l’idée, ils ne s’associent pas réellement au reste du monde : les membres sont très éloquents, ils adoptent une hygiène de vie très adaptée et évitent généralement de fréquenter le bas de la hiérarchie.

    III. Traditions et coutumes

    — Lorsqu’un jeune Azakaya est apte à débuter sa formation, un arc lui est offert par ses parents. L’arc n’est jamais le même, totalement sur-mesure : le bois peut être différent, tout comme la forme. Il est souvent dit que ce n’est pas l’Azakaya qui choisit son arc, mais l’arc qui choisit son Azakaya. Cet arc suivra l’enfant durant toute sa vie et celui qui aura le malheur de le perdre ou de le casser sera renié de la famille.

    — Une fois par un an, un concours est organisé. Il vise à déterminer les membres les plus agiles et précis du clan.

    IV. Membres importants

    Azakaya Azami fut la seule femme à avoir été nommée cheffe de famille. Si son règne fut très court, l’ensemble du clan adorait sa gestion. Elle collait parfaitement aux valeurs des Azakaya et fut celle qui permit à sa famille de s’intégrer au sein de la Cascade. Après avoir trouvé refuge pour les siens, elle légua sa place pour se concentrer à sa vie de famille.

    Hiyari Ichizoku



    I. Chronologie du clan

    — Alors que l'énergie spirituelle se démocratise de plus en plus, des personnes donnent naissance à une toute nouvelle nature de Chakra en fusionnant les éléments de l'Eau et du Vent. Ils maîtrisent le Hyōton et deviennent capable de manipuler la glace. Désireux d'approfondir la maîtrise de cet art, les Élus s'exilent au Pays du Glacier pour profiter de son climat propice.

    — La rumeur de la création d'une toute nouvelle affinité se répand très rapidement dans le Yūkan. Nombreux sont les personnes qui tentent d'assembler l'Eau et le Vent afin de former la Glace. Pourtant, personne n'est capable de reproduire cet élément. À partir de ce moment là, nombreux sont les anciens qui racontent que les shinobis maîtrisant ce pouvoir sont bénis par le créateur du chakra lui-même. Et les possesseurs de ce don y croient.

    — La lignée se dessine petit à petit et les nouvelles générations héritent de la faculté de maîtriser la Glace à la naissance. Ce pouvoir s'ancre officiellement dans le sang du clan Hiyari.

    — Au fil du temps, le clan abuse de plus en plus de Mère Nature pour développer sa maîtrise. Finalement, l'accumulation de chakra Hyōton provoque une tempête de neige inaltérable. De ce fait, une partie du clan s'exile au Pays de la Montagne où ils sont reçus par les Yūmin.
    Si la relation entre la Glace et le Volcan se déroule sans accroc, un désaccord majeur rompt brutalement l’alliance. Les Hiyari quittent le Pays de la Montagne pour rejoindre celui des Canyons et participer au projet de la Cascade dans ce climat humide.

    II. Clan

    — Le clan Hiyari est un clan capable de tout pour subvenir à ses besoins. C’est ce qui fait d’eux l’un des clans les plus dangereux du monde.

    — S’il y a bien quelque chose que les membres n’aiment pas, c’est lorsqu’une situation quelconque ne tourne pas à leur avantage. Lorsque c’est le cas, ils mettent tout en oeuvre pour satisfaire leur soif de vengeance.

    III. Traditions et coutumes

    — Les puristes suivent la règle de l'enfant unique : lorsque la mère accouche d'un deuxième enfant, ce dernier est tué à la naissance. De nombreuses exceptions existent, mais les liens de fraternités sont souvent cachés. Néanmoins, une solution existe pour sauver la vie du nouveau-né. L'aîné doit renier son propre sang et s'exiler hors des contrées où résident son peuple, ou bien être abandonné.

    — Le clan donne énormément d'importance à la transmission du savoir et des légendes. D'ailleurs, une prophétie existe au sein du clan.

    IV. Membres importants

    Hiyari Shirome fut l’un des chefs du clan de la glace. Toujours en vie, il quitta ses responsabilités lorsqu’il vit les siens quitter le Pays du Glacier. Très attaché à ses terres d’origines, le vieil homme ne comprenait pas comment son propre sang pouvait se permettre de partir en délaissant tous les secrets à découvrir. Il serait encore en vie et siégerait encore au sein du Glacier. Il est dit qu’il compte avec lui une poignée de membres du clan et qu’il cherche encore à percer la prophétie des Hiyari.

    Junzen Ichizoku



    I. Chronologie du clan

    — Au fin fond de Kumo no Kuni, vivait déjà un clan reclu, vraisemblablement sans aptitude particulière. Ces derniers, par peur de leur faiblesse face aux individualités des autres shinobis, se réfugièrent au sein des grottes que comptait le pays des Nuages. Les jumeaux portant le prénom de Kankeishi et Junzen étaient les futurs héritiers communs du clan. Très soudés, ils pénétrèrent un jour dans les profondeurs d’une des grottes où ils vivaient afin de tester leurs compétences. Une fois à l’intérieur et plongés dans l’obscurité la plus totale, ils eurent l’apparition d’un squelette à trois yeux qui sans qu’ils ne le sachent, éveilla deux pupilles légendaires que le monde connu. Simple hallucination ou réelle divinité, impossible de trancher.

    — Une fois revenu à la surface, Kankeishi remarqua que les yeux de sa sœur étaient bien étranges. Et c’est ainsi qu’elle développa le Shinsōgan, une pupille lui octroyant une vision hyper développée.

    — À partir de ce moment-là, rien ne fut comme avant entre Junzen et Kankeishi. Ils se déchirèrent puisqu’à contrario de sa sœur, Kankeishi ne semblait pas posséder de compétences particulières. Étant les deux héritiers de leur clans, celui-ci se scinda brutalement en deux avant de reprendre le nom de leurs fondateurs respectifs : les Junzen et les Kankeishi naquirent.

    — C’est ainsi que les deux clans se séparèrent, les Junzen décidèrent de s’installer au sein du Pays des Canyons. Ils prirent possession de différentes failles rocheuses des Canyons pour vivre comme avant, se servant de leurs pupilles pour avoir un large champ de vision et anticiper les mauvaises surprises.

    II. Clan

    — La paranoïa des membres du clan Junzen provient en premier lieu de la dispute des jumeaux qui a scindé le clan originel. Selon Junzen (prénom de la jumelle qui donna son nom au clan Junzen), si son frère (Kankeishi) avait pu la trahir alors l’ensemble du monde shinobi en était capable.

    — Les membres du clan ne se mélangent que très peu. Ils ont pour habitude de rester entre eux et évitent un maximum les contacts extérieurs.

    — Seul la change lorsque le dōjutsu est activé, ainsi même si l'iris représenté dans l'exemple qui suit, toutes les couleurs sont disponibles. Voici la pupille activé :
    Spoiler:


    III. Traditions et coutumes

    — Afin de pallier à la paranoïa des membres, le clan Junzen trouva refuge auprès des diverses divinités pour lesquelles ils prêtent allégeance.  

    — Tout comme les Kankeishi, les Junzen scellent le corps des défunts afin que les pupilles ne soient plus jamais utilisables.

    IV. Membres importants

    Junzen Aoi fut l'une des chefs les plus respectées de tout le clan. Elle s'illustrait comme une source de confiance pour les siens : sous son règne, les membres se sentaient en sécurité. Malheureusement, elle disparut soudainement. Les rumeurs disent qu'elle partageait une relation avec un Kankeishi et qu'elle s'échappa secrètement pour vivre avec lui.

    Kenzai Ichizoku



    I. Chronologie du clan

    — Il est parfois dit que les Kenzai sont à l’origine des nombreuses forêts du monde shinobi. Tout comme les Yūmin, ils retrouvaient refuge et harmonie dans tous les climats associés à leur maîtrise, là où les forêts qu’ils chérissaient pouvaient prospérer. Les manipulateurs de bois ont eu pour habitude de ne jamais quitter leur milieu naturel. Ils se terrent dans des forêts depuis le début de leur histoire et mettent tout en œuvre pour protéger celles-ci. L’histoire raconte que celui qui entre dans les territoires des Kenzai sans y être convié, ne revoit jamais plus la lumière du jour.

    — Tout au départ, le clan fonctionnait comme de petites tribus. Néanmoins, une catastrophe naturelle toucha différentes forêts et poussa l’ensemble des camps à se réunir dans un seul et même territoire. Si les Kenzai étaient parfaitement capables de se défendre contre l’être humain, il était difficile pour eux de contrecarrer mère nature.

    — Kenzai Kenjin est nommé chef de clan lors du regroupement des enfants de la forêt. Il profite du conflit des terres sanglantes pour développer son clan au sein du pays du canyon. Si le chef compte des combattants redoutables, il préféra siéger dans cet immense climat humide et luxuriant pour repousser les attaques ennemies. Il profita alors d’un territoire suffisamment développé pour convaincre certains clans de se joindre à sa cause.

    II. Clan

    — Le clan Kenzai compte parmi ses membres des amoureux de la nature. Ils s’approprient la faune et la flore et mettent tout en œuvre afin de la préserver. Cette adoration pour la nature a habitué les enfants de la forêt à évoluer dans un climat très paisible. Cela explique dans une certaine mesure l’idéal de paix d’une partie du clan.

    — S’ils n’ont pas brillé par de nombreuses batailles gagnées, ils se sont surtout démarqués dans leur capacité à tenir le front et repousser les assauts adverses. La sagesse a beau être présente dans leur quotidien, les Kenzai sont de redoutables combattants qui ne baissent jamais les bras comme de véritables acharnés.

    III. Traditions et coutumes

    — Lorsque le clan accueil un nouveau-né un arbre est parallèlement élevé. Celui-ci est lié au chakra de l’enfant et évolue en même temps que lui. Lorsque le membre en question décède d’une quelconque façon, l’arbre perd ses feuilles. Un procédé qui permet au chef de clan de garder un œil sur les siens. En effet, si un enfant de la forêt rencontre un destin tragique, l’arbre qui le lie aura un comportement inattendu qui est signe de mauvaises nouvelles.

    — Très attachés à la nature et à leur individualité, les membres du clan ont tendance à tout faire par le bois. Ils logent au sein de structures en bois et utilisent la plupart des objets quotidiens en bois.

    IV. Membres importants

    Kenzai Kenjin fut un très jeune chef de clan. L’idéal de paix fut ancré dans son cerveau depuis son plus jeune âge. Très respectable et loyal, il fut celui qui appela le clan à se réunir au sein du pays du canyon. Dès lors, sa nomination se fit très naturellement. Il est aussi celui-ci qui rallia les nombreux clans afin de fonder le village caché par la cascade. Tout comme pour son rôle de chef clan, sa nomination en tant que Shodaime Takikage fut instantanée. Malheureusement, sa politique très laxiste dérangeait ses nouveaux alliés. Il trouva la mort quelque temps après avoir tenu tête à Yūmin Gaiden. Les rumeurs disent qu’il a été assassiné par ses plus proches collaborateurs.

    Neirō Ichizoku



    I. Chronologie de clan

    — Les origines les plus lointaines de cette famille ancestrale remontent cinq siècles auparavant, à la naissance même des premiers hommes que l’on qualifiait alors de shinobis. Vivant en autarcie, dans les régions reculées du monde shinobi, le clan Neirō fut l’un des premiers du pays à compter parmi ses rangs des hommes capables de manipuler l’énergie spirituelle. Leur particularité, qui les différencie des autres combattant, est leur capacité à manipuler les sons et d’infliger à leurs adversaires des dommages par le biais des vibrations de l’air. Bien que leurs conditions de vie fussent troglodytes, ils n’échappèrent pas aux conflits des terres sanglantes.

    — Las de ces combats incessants depuis plus de deux-cents ans dont résultaient d’innombrables pertes humaines, les hauts placés de cette famille décidèrent que chaque enfant serait formé à l’art de maîtriser le son dès le plus jeune âge. Leur effectif réduisant peu à peu, la survie du clan dépendait du nombre de soldats prêts à partir au front. Se lancer à corps perdu dans les combats n’a jamais été l’essence des Neirō, se protéger des agresseurs étant avant tout la priorité.

    — Durant leur histoire, les maîtres du son s’allièrent avec les maîtres de la lumière, le clan Meikaku. Ils scellèrent leur amitié par le sang et ce pacte dura pendant de très longues années. Néanmoins, les nouvelles générations du clan Neirō devinrent de plus en plus insupportables voire même déments. Une réputation qui fit le tour du continent : il était impossible de vivre avec eux. De ce fait, le pacte s’interrompit brutalement.

    — Alors que le clan Yūmin entamait la construction du Village caché par le Volcan, les maîtres du son essayèrent de se rejoindre au projet. Malheureusement pour eux, ils firent vite demi-tour, chassés de façon radicale. Ils se retrouvèrent au sein de la Cascade par défaut et ne pouvaient remercier que les Kenzai pour leur accueil.

    II. Clan

    — Les Neirō et les Meikaku avaient pour habitude de sceller des unions durant leur pacte. Si cette pratique n’est plus acceptée par les deux clans, il reste parfois de petits rebelles qui essayent de forger des relations dans le plus grand secret. Il existe d’ailleurs encore des unions Neirō et Meikaku dans les quatre coins du monde. Les deux parties s’accordent à dire qu’il faut tuer ces adeptes de l’ancienne pratique.

    — La majorité des membres sont très bruyants et ont tendance à agacer leurs voisins. Beaucoup sont ceux qui les considèrent comme fous. Un défaut qui a tendance à mettre l’ensemble du clan dans le même sac. De ce fait, les membres s’isolent par défaut : rares sont les gens qui veulent traiter avec eux.

    III. Traditions et coutumes

    — Les membres du clan Neirō adorent se faire entendre. Plusieurs fois dans l’année, les membres se réunissent dans une grande faille rocheuse des Canyons pour s’affronter dans un duel de son. Celui qui fait le plus de bruit gagne l’affrontement.

    — Les Neirō aiment bien se donner en spectacle. Ils organisent parfois de petits événements où ils s’illustrent via leurs compétences. Jadis, c’était un véritable spectacle son et lumière puisque allié à l’Hikariton.

    IV. Membres importants

    Neirō Hanzo est le plus jeune chef du clan de l’histoire. Malgré sa jeunesse, il s’illustre comme l’un des membres le plus mature du clan. En effet, il est loin de se comporter comme les nouvelles générations. Très grand maître d’illusions, il est très craint par les siens. Néanmoins, sa capacité de gestion est souvent remise en cause, nombreux attendent de lui qu’il change drastiquement la mentalité de ses proches.


    Dernière édition par Shinobi no Densetsu le Lun 17 Sep 2018 - 22:37, édité 15 fois
    avatar
    Shinobi no Densetsu
    Staff

    Messages : 88
    Expérience : 31

    Re: C·6 — Les clans

    Message par Shinobi no Densetsu le Ven 31 Aoû 2018 - 15:04

    Les clans de Kazangakure no Sato



    Kankeishi Ichizoku



    I. Chronologie

    — Au fin fond de Kumo no Kuni, vivaient déjà un clan reclus vraisemblablement sans aptitude particulière. Ces derniers par peur de leur faiblesse face aux individualités des autres shinobis, se réfugiaient au sein des grottes que comptait le pays des Nuages. Les jumeaux portant le prénom de Kankeishi et Junzen étaient les futurs héritiers communs du clan. Très soudés, ils pénétrèrent un jour dans les profondeurs d’une des grottes où ils vivaient afin de tester leur compétence. Une fois à l’intérieur et plongés dans l’obscurité la plus totale, ils eurent l’apparition d’un squelette à trois yeux qui sans qu’ils ne le sachent, éveilla deux pupilles légendaires que le monde connu. Simple hallucination ou réelle divinité, impossible de trancher.

    — Fou de rage que sa sœur ait pu éveiller une individualité et non lui, ils se déchirèrent formant chacun un clan à leur nom. Trouvant refuge dans les Montagnes, ce n’est que bien plus tard, que Kankeishi et ses héritiers découvrirent qu’eux aussi étaient capables de prouesse oculaire.

    — Au départ, tout commença lorsqu’ils se rendirent compte qu’ils étaient capable de voir ce que les autres ne voyaient que rarement à savoir le chakra dans toutes ses nuances de couleurs. Quelque temps plus tard, tout aussi fortuitement, les membres de ce clan jadis mineur se rendirent compte d’autre chose. Le pouvoir de leur pupille ne s’arrêtait pas là. Étant capable de distinguer les perturbations du chakra induites par les illusions, ils commencèrent à s'intéresser de plus en plus en cet art. C’est ainsi qu’ils comprirent la dernière facette de leur pouvoir. Ils étaient capable de créer en activant leur pupille, une illusion dans une autre.

    — Forts de cette découverte et de la démonstration de leur chef, les Kankeishi se sont mit à développer une très forte estime d’eux-même qui ne les quitta plus jamais.

    II. Clan

    — Le pouvoir des Kankeishi pousse les membres à se mettre au-dessus de tout le monde. Ils se laissent parfois envahir par un excès de confiance flagrant. Tout comme les Noroi, les Kankeishi adorent avoir leur mot à dire. Cela a tendance à agacer la plupart des personnes qui rencontrent un membre de ce clan.

    — Seul la change lorsque le dōjutsu est activé, ainsi même si l'iris représenté dans l'exemple qui suit, toutes les couleurs sont disponibles. Voici la pupille activé :
    Spoiler:

    III. Traditions et coutumes

    — Lorsqu’un bambin éveil la pupille (dès la sixième année généralement) il est immédiatement mis en confrontation avec un autre membre de son âge. Un duel d’illusion est organisé jusqu’à l’épuisement des jeunes générations. Une pratique qui est devenue une coutume, même pour les plus âgés qui aiment bien s’évaluer.

    — Les morts du clan Kankeishi sont enterrés dans un endroit que seules les membres connaissent. Il est dit que les pupilles sont retirés du corps et sont conservés dans un endroit que seul le chef de clan sait localiser.

    IV. Membres importants

    Kankeishi Ken’o fut le plus long chef de clan. Il aurait régné sur le clan Kankeishi pendant plus de soixante-dix ans. Il fut au long de son règne, tout le contraire de ce qu’est devenu son clan. En effet, Ken’o s’illustrait comme quelqu’un de très respectueux et savait se positionner dans la hiérarchie mondiale. Très grand maître d’illusion, il montra tout comme le chef du clan Noroi l’étendue du pouvoir des pupilles. C’est ce qui fit naître en partie la haute estime des membres.

    Nekketsu Ichizoku



    I. Chronologie

    — Le clan Yūmin a eu la chance d’avoir un allié très fidèle dès le début de son histoire : le clan Nekketsu, dont il partage une partie de leur sang. Néanmoins, ce dernier a vécu depuis toujours dans l’ombre de leurs cousins. Pourtant, ils n’avaient rien à leur envier, malgré leur caractère parfois désagréable, les manipulateurs de cendres s’avéraient être des combattants pouvant aisément se confronter aux manipulateurs de lave. Malheureusement pour eux, le monde eut toujours pour habitude de les placer en second plan. Un point noir qui fit progressivement naître une certaine amertume.

    — En parfaite symbiose avec leurs cousins, les Nekketsu remportèrent de nombreuses batailles. Pour autant, la situation n’évoluait toujours pas : ils étaient toujours vus comme de simples figurants. Ils essayèrent alors de marquer l’histoire sans les Yūmin en signant un accord commun avec la branche secondaire du clan Tsubasa : les deux clans devaient mener une attaque commune contre la branche principale. Malheureusement, cet assaut se solda par une défaite écrasante, ce qui est sûrement le pire passage de toute l’histoire des Nekketsu.

    II. Clan

    — Les Nekketsu sont de vraies têtes brûlées. Tout comme leurs cousins, ils partagent une certaine passion pour l’affrontement. Cette pratique leur permet de s’évaluer, mais surtout prouver leur puissance afin de se retirer de l’ombre des Yūmin. Ce qui explique parfois leur réaction exagérée.

    — Le fait de perdre un affrontement en tant que membre du clan Nekketsu est un acte gravissime qui rime avec honte. C’est sûrement la pire chose qu’il puisse arriver à un manipulateur de cendre. Cela fait d’eux de très mauvais perdants qui ne lâchent jamais l’affaire en cas de défaite.

    III. Traditions et coutumes

    — « … du Sable noir. »  Ce titre honorifique est accordé aux combattants du clan qui s’illustrent par l’annihilation totale de l’environnement en combat. Ces derniers transformaient les cendres en une arme de destruction massive s’attaquant aux matériaux inflammables ainsi qu’à la végétation : lors d’un affrontement, ils laissaient derrière eux des étendues d’escarbilles noirâtres et vides de toute forme de vie.

    — L’Haikettō est une forme de duel traditionnel à l’origine créée pour déterminer le chef du clan. L’histoire du clan a vu s’étendre cette coutume à beaucoup de décision lors d’un désaccord au sein du clan. Les conditions du duel sont simples, les deux opposants débutent le combat espacés de sept mètres. Après le signe de paix, les deux adversaires se retournent pour être dos à dos et le coup d’envoi du combat peut-être donné. Le combat se termine lorsque l’un des deux opposants est brûlé par l’autre, lui laissant à jamais un stigmate indélébile. Il n’est pas rare que ces duels se finissent tragiquement.

    — Tout comme le clan Yūmin, le clan Nekketsu accorde une énorme importance à la façon de mourir. Ainsi, lors d’un décès, le corps est réduit en cendres puis conservé à l’intérieur d’un temple sacré.

    IV. Membres importants

    Nekketsu Akane fut l’amante Yūmin Gaiden. Si la relation qu’elle partageait avec lui n’était pas connue de tous, ceux qui en avaient connaissance disaient qu’elle n’était pas sincère et qu’elle cherchait tout simplement à profiter de son statut. Elle est cheffe de clan depuis maintenant plus de dix ans et est l’une des actrices principale de la nomination du Nidaime Kazankage. Elle n’a jamais perdu d’Haikettō.

    Noroi Ichizoku



    I. Chronologie du clan

    — Même si beaucoup pensent que ce n’est qu’une légende créée par la famille Noroi pour se forger une réputation, il y a plus de trois siècles, un célèbre chef prit la décision de s’attaquer à un des membres du quintet légendaire, désireux de puissance. Lors de cet affrontement sans merci, l’assaillant montra l'étendue du pouvoir des sceaux maudits. Si cet art ne leur est pas exclusif, il n’y a pas mieux qu’un Noroi pour maîtriser le Juinjutsu.

    — Bien plus tard, lors de la révélation de l'existence des gemmes, les Noroi furent la cible de nombreux clans qui désiraient récolter les informations nécessaires afin de mettre la main dessus. Le clan Kankeishi était d’ailleurs l’un des principaux clans à vouloir s’en prendre directement aux maîtres des sceaux maudits, devenant en quelque sorte leur frère ennemi.

    — Le clan Noroi et le clan Kankeishi furent en tension depuis la nuit des temps. Pourtant, ils ne se livrèrent aucune bataille lors du conflit des terres sanglantes, comme si finalement, ils appréciaient ce lien entre eux. Ils décidèrent finalement de rejoindre main dans la main le Volcan pour oublier les histoires du passé.

    II. Clan

    — Les membres du clan Noroi ont pour habitude de s’isoler du reste de la population. Ils sont très peu sociables et préfèrent se retrouver entre eux afin de partager des rituels propres à eux. Malgré leur discrétion, ils ont un œil partout et interviennent souvent pour partager leur avis très direct.

    III. Traditions et coutumes

    — Lorsqu’un jeune Noroi est apte à maîtriser les sceaux maudits, il est d’office placé sous la tutelle d’un enseignant. Une fois que l’apprenti atteint le potentiel demandé, il sera dans l’obligation de participer à un combat à mort. Soit l’élève dépasse le maître, soit l’élève meurt.

    IV. Membres importants

    Noroi Akirō fut connu pour avoir livré un affrontement sans merci contre un membre du quintet légendaire. Si l’art des sceaux devint redouté par tous, ce fut principalement à cause de cet homme qui sut montrer l’étendue de la force du pouvoir maudit. Très respecté dans le monde shinobi, il forgea la réputation de sa famille à lui tout seul. De nombreuses personnes essayèrent d’acheter des sceaux semblables à ceux de Akirō, en vain.

    Tsubasa Ichizoku, branche secondaire



    I. Chronologie

    — C’est au sein d’un océan de sable que le clan Tsubasa s’implanta et forgea sa forte réputation. C’est une puissance impériale qui se divise en deux branches :

    - La branche principale, nommée la pure compte les manipulateurs de sable.
    - La branche secondaire, nommée la bâtarde compte les manipulateurs d’acier.

    — La branche principale fut toujours adepte de l’esclavage. Une main d’oeuvre conséquente leur permis de forger leur puissant empire. La branche secondaire compte quant à elle bien plus de membres que la principale, mais n’en a pas le pouvoir. Il faut savoir que la plupart des membres de la branche secondaire n'éveillent pas leurs pouvoirs liés à leur sang, contrairement aux membres de la branche principale. La majorité de ses membres sont des forgerons qui aident à la militarisation du clan. Malgré l’atout des manipulateurs d’acier, il était difficile pour eux d’avoir une réelle indépendance.

    — Soucieux de se retirer de l’emprise conséquente de la branche principale, les membres de la branche secondaire fomentèrent un complot en passant un accord avec le clan Nekketsu. Une attaque commune avec deux objectifs. Celui des maîtres de la cendre était simple : passer pour les libérateurs et se forger une réputation qui n’impliquait pas leurs cousins. Celui des forgerons était tout bonnement de récupérer les terres de la branche principale et forger leur propre empire. Malheureusement, la défaite obligea les maîtres de l’acier à rejoindre le Village caché par le Volcan.

    II. Clan

    — Les membres de la branche secondaire sont les maîtres de la forge. Ils ont une place très importante au sein du Volcan, sans eux, le village ne pourrait pas se vanter d’une telle avance militaire.

    III. Traditions et coutumes

    — Dès l’âge de six ans, les jeunes Tsubasa de la branche secondaire apprennent l’art de la forge. Ils suivent un enseignement très complet jusqu’à l’âge de leurs seize ans. La plupart décident de devenir forgeron de profession après cet enseignement. Malgré tout, certaines personnes ne sont pas spécialement passionnés par cet art. Ils ont tendance à être très mal vus et cela fait parfois naître certaines tensions.

    — À l’âge de seize ans, les jeunes Tsubasa reçoivent plusieurs bijoux faits de Kōton, et sont alors considérés comme indépendant.

    IV. Membres importants

    Tsubasa Eita fut le dirigeant de la branche secondaire, il fut celui qui officialisa l’accord commun avec le clan Nekketsu. Très attaché aux traditions et coutumes de son clan, il fit toujours en sorte de prolonger les valeurs que ses ancêtres lui ont légué. Lors de l’attaque commune, il disparut complètement de la circulation. Plusieurs rumeurs circulent quant à ce qu’il serait advenu de lui, mais aucune n’a été vérifié jusqu’à maintenant. La première et la plus médisante, raconte qu’il aurait fui par lâcheté face à la débâcle qu’il avait causé. La deuxième dit qu’il a simplement été assassiné par la branche principale qui aurait gardé sa dépouille. La dernière stipule qu’il a été capturé par la branche principale qui le garderait en prison en lui faisant subir les pires traitements depuis.

    Yūmin Ichizoku



    I. Chronologie du clan

    — Les contrées de la Montagne n’étaient pas encore cartographiées que le clan Yūmin dominait déjà d’une main de fer la zone. Longtemps considéré comme le principal occupant du territoire, les nombreux membres trouvaient refuge et harmonie en ces lieux volcaniques : le climat entrait en parfaite cohésion avec leur individualité aussi paresseuse que destructrice. En effet, les shinobis issus des lignées Yūmin étonnèrent autrui pendant de nombreux siècles à cause de leurs troubles d’humeurs. Bien que la flemmardise caractérise la majeure partie des maîtres de la lave, une monstruosité — qui se réveille généralement en combat — sommeillent en eux.

    — Lors du conflit des terres sanglantes, les Yūmin s'illustrèrent comme de talentueux de combattants. En parfaite symbiose avec leur cousin les Nekketsu et leur allié du clan Hiyari, ils rasèrent tous sur leur passage. Malheureusement, suite à un désaccord majeur, l’alliance entre la lave et la glace pris fin.
    Face aux nombreuses pertes militaires, les Yūmin profitèrent de leur force dans ce climat de crise pour réunir différents clans sous leur bannière. Ils fondent alors le village caché par le volcan sous la direction de Yūmin Gaiden.

    II. Clan

    — S’il y a bien quelque chose à reprocher à la majorité des membres du clan Yūmin, c’est la paresse dont ils font très souvent preuve. Ils ne trouvent la motivation que lorsqu’il faut participer à un affrontement, auquel cas, ils ne jugent pas nécessaires de faire quoi que ce soit. Certains vont même jusqu’à profiter de leur réputation très sanglante pour mettre la main sur des serviteurs.

    — Les troubles d’humeurs sont très fréquents chez les Yūmin. Ils ont beau être les rois de la paresse, ils leur arrivent de s’éveiller et de s’illustrer comme un volcan en éruption. Lorsque cela arrive, il ne vaut mieux pas être la source de conflit.

    III. Traditions et coutumes

    — « Qui que tu sois, la lave devra avoir raison de toi. » Cette devise contée dès berceau a toujours existé au sein des traditions Yūmin. Un nouveau-né doit obligatoirement naître auprès d’un volcan, tout comme le militaire qui doit obligatoirement s’ôter la vie dans la lave. Initialement, succomber sous le magma octroie une mort honorifique, alors qu’à contrario, tomber sous un assaut adverse équivaut à la honte. Au fil du temps, les dirigeants Yūmin modifièrent cette coutume au détriment des valeurs morales puisqu’en rejoignant volontairement les portes de la Mort, le shinobi protégeait indirectement les arcanes de son clan.

    IV. Membres importants

    Yūmin Gaiden dirigea le clan depuis plus de vingt ans. La réputation qu’il possédait traversa l’ensemble du globe et nombreux s’accordèrent à dire qu’il était l’un des plus puissant shinobi de l’histoire. Il s’illustra notamment par sa puissance, mais aussi sa manière de diriger les troupes. Il opta pour une direction très stricte et s’imposa clairement comme un dirigeant avec de la poigne. Il fut le principal investigateur de la création du village caché par le volcan. Il est d’ailleurs tout naturellement celui qui fut nommé Shodaime Kazankage. Malheureusement, il trouva la mort quelque temps après l’assaut mené contre le village caché par la cascade.


    Dernière édition par Shinobi no Densetsu le Lun 17 Sep 2018 - 22:36, édité 11 fois
    avatar
    Shinobi no Densetsu
    Staff

    Messages : 88
    Expérience : 31

    Re: C·6 — Les clans

    Message par Shinobi no Densetsu le Ven 31 Aoû 2018 - 15:11

    Les clans des Errants



    Les Akusō



    I. Chronologie du clan

    — Un peu après l’avènement du chakra les artisans les plus talentueux de ce monde forgent les premiers artefacts liés au chakra. Ils sont dispersés dans les quatre coins du monde et sont convoitée par les plus avides de pouvoir. Dans ces temps de guerre, bénéficier d'un artefact aussi puissant est un atout majeur.  

    — Presque cent ans s'écoulent et de nouveaux artefacts sont forgés, tandis que d'autres tombent dans l'oubli. Si cette période est certainement l'âge d'or des artisans, elle est aussi la plus douloureuse. Les plus envieux commettent d'innombrables atrocités envers les forgerons dans le simple but de récupérer cette source de pouvoir. Face à ce cas mondialement connu, un homme originaire du Pays de Spectre et fondateur d’une organisation locale part en quête avec un objectif bien précis : retrouver la trace de ses ancêtres et remettre la main sur ces artefacts légendaires. Il réussit sa quête, puis disparaît mystérieusement.

    — Ses héritiers récupérèrent les artefacts et œuvrèrent pendant longtemps sous le pseudonyme d’Akusō, qui se révélait être un titre. Finalement, le nom leur est resté même s’ils n’ont plus forcément de lien entre eux.

    II. Clan

    — Les Akusō ne sont pas unis par le sang, mais par les armes. Même si l'organisation n'est pas parfaite, ils arrivent à se réunir autour des histoires à propos du sanctuaire. Par ailleurs, Akusō est une sorte de titre, un "nom" qui est donné à ceux qui possèdent une arme à pouvoir, ce ne peut être pris comme un nom de famille (voyez cette dénomination comme celle de "sabreur" dans le manga).

    — Le reste du monde a tendance à percevoir les Akusō comme des voleurs.

    III. Traditions et coutumes

    — Les artefacts se transmettent de génération en génération. Les porteurs actuels trouvent souvent de jeunes disciples pour leur inculquer certaines valeurs et leur léguer les artefacts au moment venu.

    — Les Akusō sont unis par le sanctuaire. De nombreuses fois dans l'année, ils s'y retrouvent en déposant leurs artefacts pour effectuer une sorte de pèlerinage.

    IV. Membres importants

    Aizen fut le fondateur de l’organisation des voleurs. Il fut celui qui partit en quête de retrouver l’ensemble des artefacts et arriva à réunir pour les léguer à ses héritiers. Il fut aussi celui qui transmit l’importance de léguer cette source pouvoir aux jeunes de générations pour faire perdurer le nom des Akusō dans le temps.

    Kaidō Ichizoku



    I. Chronologie du clan

    — Aussi loin que l’on puisse remonter dans l’histoire, on trouve un peu partout dans le monde des traces provenant du passage des utilisateurs de portails. En revanche la provenance exacte et initiale des Kaidō, ainsi que l’origine de leur pouvoir emblématique, demeurent à la surprise de tous, totalement inconnues. Les membres du clan eux-mêmes, si facétieux et sages soient-ils, ignorent en grande partie leurs origines. L'histoire écrite du clan n'est uniquement retracée qu’à partir de -352. Toutes les informations sur le clan avant cette année-là ont vraisemblablement été minutieusement effacées. À ce moment là, le clan était apparement plus ou moins établi à Ōgon no Kuni. À l’époque déjà, l’organisation interne du clan tranchait déjà avec la plupart des autres familles : il n’y avait aucun véritable chef, mais un conseil formé de douze membres qui se réunissaient de façon épisodique.

    — Le pays de l’Or était pour eux une véritable chance. Les immenses contrées désertiques leur permettaient enfin de s’épanouir à l’abri des regards. Qui plus est, le milieu était tout autant propice à leur mode de vie nomade. Pour autant, rares étaient les Kaidō qui n’avait pas voyagé à travers le monde. Malgré tout, le conseil des Douze décida qu’il était temps pour les Kaidō d’établir des bases stables pour le clan sans pour autant abandonner leur vie nomade. C’est ainsi qu’ils finirent progressivement par investir différents vestiges disséminés à travers le monde, six aux total dont trois au pays de l’Or. Ces ruines sont toutes des bâtiments vétustes d’un temps aujourd’hui oublié. L’une d’entre elle va d’ailleurs vite devenir leur point de chute privilégié tant l’aura mystique du lieu les aura attirée. C’est ce lieu qu’ils nommeront d’eux-même : les Ruines du Temps.

    II. Clan

    — Parmi les membres du clan, quelques érudits passent leur vie à étudier les mystérieux glyphes présents au sein des ruines du temps. Il est dit que celui qui arrivera à les déchiffrer saura user des pouvoirs de son clan sans passer par des portails. Chimère pour certain, rêve pour d'autres, l'avis du clan est assez flou quant à ce sujet. Reste que ces étranges inscriptions intrigues les plus vieux comme les plus jeunes.

    — Le conseil des Douze : très lié à la coutume de l'union en vigueur dans le clan, ce conseil est comme son nom l'indique, formé de douze membres ou plus précisément de six couples. Ces couples sont en premier lieu d'un ordre purement spirituel, même s'ils n'est pas rare qu'ils aboutissent à des unions d'amour. Il est important de noter que le conseil des douze respecte toujours la parité. À la mort d'un des membres du couple, celui ou celle à qui il était lié, laisse la place au couple le plus jeune possible, mais en âge de décider.

    III. Traditions et coutumes

    — Une légende partagée au sein même du clan raconte qu'à l'origine, les membres de ce dernier n'avaient pas besoin de portails pour utiliser leurs compétences. Leur savoir-faire se perdant au fil du temps, cette information a désormais été relayée au rang de mythe.

    — Le rite d'union est une très vieille coutume qui remonte sans doute bien avant les origines connues du clan. Elle consiste en l'union spirituelle et sacrée de deux Kaidō qui seraient nés le même jour (mais pas forcément de la même année). Ce lien, qui peut être assimilé à un lien fraternel voire gémellaire est la base de l'organisation du clan. L'union est scellée par un petit rituel effectué par le couple doyen du conseil des Douze, qui appose un sceau à la forme complémentaire sur les deux membres à unir, où ils le souhaitent (généralement, sur les chevilles ou les poignées).

    — Les ruines du temps sont remplies de centaines de sceaux. Un jeu très apprécié au sein du clan est de jouer au chat et à la souris via la multitude de portails pouvant être instantanément créés dans les environs. Durant les parties endiablées de cette activité, c'est un tableau mêlant téléportations et fougue qui se peint sans peine et ce, pour les beaux yeux des possibles spectateurs.

    IV. Membres importants

    — « Les Douze » est l'appellation donnée aux membres appartenant au conseil du clan. Le conseil dirige en quelque sorte le clan et organise des assemblées de façon épisodique pour traiter des sujets importants.

    Kaidō Setsuwa a pendant été presque jusqu’à sa mort membre du conseil des douzes avec Kaidō Keishin son jumeau d’union de vingt-six ans son cadet. Très appréciée des siens, elle a longtemps été vu comme la personne qui permettrait au clan de restituer son pouvoir initial. Malheureusement, son objectif fut tout autre. Illustre meneuse, elle prit la décision de réunir des individus des quatre coins du globe afin de fonder une organisation tout aussi imposante que les villages cachés. Elle mena d’ailleurs une prodigieuse campagne militaire pour contrecarrer le siège de Yūmin Gaiden.

    Meikaku Ichizoku



    I. Chronologie du clan

    — Depuis toujours, une famille se tient à l'écart du monde et de ses dérives. Nul ne sait réellement pourquoi, mais elle s'est un jour terrée au sein d'une montagne creusée par le temps et a décidé de ne plus en ressortir. Survivant dans l'obscurité à l'aide d'un pouvoir qu'ils semblent être les seuls à pouvoir manier, plusieurs générations de Meikaku se succèdent dans la roche même. Ils échappent alors au conflit des terres sanglantes, ayant un conservateur à la tête du clan qui ne souhaite pas sortir de l'endroit où ils ont élu domicile.

    — Avec le temps, certains jeunes au sein des lumineux se posent des questions et remettent secrètement en doute la décision du patriarche. La soif de l'aventure qui les prend et la curiosité qui les pique les poussent à vouloir se rendre à l'extérieur bien que cela leur soit formellement interdit. Parmi les dissidents, un homme seulement, d'une vingtaine d'années et aux capacités somme toute communes, parvient à arriver dehors tandis que le reste est attrapé puis emprisonné. À peine pose t-il le pied dehors qu'il ressent bien la différence avec l'intérieur de la montagne considéré comme sacrée (霊峰 - Reihou). Bien décidé à faire vivre de telles sensations à tous ses proches, il retourne d'où il vient et exige un combat en singulier contre le patriarche avec en jeu la tête du clan. Celui qu'on nommera plus tard l'élu sort victorieux du duel et fait alors vivre un exode à la famille qu'il a maintenant à charge.

    — Se spécialisant en sensorialité pour la plupart, les membres du clan Meikaku deviennent des guerriers redoutables et craints pour leur capacité à exceller dans la dissimulation. Leur réputation n'est certes plus à faire et ils finissent par se rapprocher du clan Neirō, décidant alors de s'allier à lui. Néanmoins, ce pacte ne dura pas aussi longtemps. Avec le temps, la légende de l'élu inspire les nouvelles têtes du clan et nourrit la verve des plus grands poètes narrant son histoire. Pour eux, nul doute qu'il avait réussi à vaincre le puissant patriarche, car il avait reçu la puissance de l'astre solaire, boostant ses capacités déjà bien singulières. Depuis l'instauration de cette certitude, nombre de membres des lumineux partent de plus en plus souvent pour un ermitage aux sommets des montagnes, afin de méditer et de chercher à capter le plus de lumière et de puissance de la part du Soleil.

    II. Clan

    — La plupart des membres sont d'excellents senseurs. À partir d'un certain niveau, il est d'ailleurs possible de se soustraire à la vue de l'adversaire, devenant complètement invisible. Ce qui en fait donc de redoutables assassins. C’est d’ailleurs cette caractéristique qui leur permet de vagabonder un peu partout dans le monde.

    — À l'image de la légende de l'élu, le chef de clan est continuellement une personne jeune (généralement d'une vingtaine d'années). La prise de pouvoir se fait via un duel en tête-à-tête contre l'actuel patriarche.

    III. Traditions et coutumes

    — Plusieurs fois dans l'année, un groupe du clan part en ermite dans les plus hauts sommets de la montagne de Sora no Kuni afin de chercher à devenir plus puissants via la médiation et la proximité avec le Soleil.

    — Une poignée de membres qui vagabondent dans le monde ont pour habitude de vivre la nuit. Ils assistent les passants nocturnes par le biais de balise de lumière.

    IV. Membres importants

    Meikaku Kenkō fut comme le clan l’a toujours voulu : un jeune chef. Il est d’ailleurs considéré comme l'un des plus talentueux Meikaku de l’histoire. Sa réputation vient du fait qu’il soit aveugle et qu’il remporta tout de même son combat contre le précédant chef.

    Contenu sponsorisé

    Re: C·6 — Les clans

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 10 Déc 2018 - 16:53