La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    Message par Meikaku Tōmei le Sam 29 Sep 2018 - 20:38

    An 92 fin du printemps,

    L'aube avait pointé le bout de son nez depuis plus de quatre heures alors que  Meikaku était toujours affalé sur un matelas de fortune installé par ce qui ressemblait le plus à une amie pour le jeune homme. Une odeur de foin séché emplissait la grande pièce ouverte où il séjournait. En réalité, il ne dormait pas réellement, ce matin il s'était même levé pour admirer le lever du soleil puis trop affaiblit il était parti se recoucher. Il se maudissait de s'être fait avoir si facilement, mais il était heureux d'avoir pris tous ces risques. Désormais, il en était sûr, il avait le nom et connaissait précisément l'endroit...

    Un tambourinement infernal faisait crisser le bois de la grange, la porte s'ouvrit en grand et le soleil vint fouetter la peau légèrement halé du Meikaku. La chaleur des rayons de la grande boule de feu faisait du bien au garçon. Depuis son perchoir, il pouvait entendre les petits pas de son amie, celle qui lui avait sans doute sauvé la vie la nuit dernière. Elle traînait toujours des pieds, la petite avait les yeux embués et ne pouvait s'empêcher de bailler. Pauvre gamine voir  à l'agonie n'avait pas été facile pour elle au début elle avait beaucoup pleuré, mais ensuite elle avait fait preuve d'un courage exemplaire pour son âge. Alors que son ami Meikaku était arrivé au domaine Teishū avec une grave blessure à l'abdomen, alors que le sang ruisselait de sa blessure la petite Ai avait bravé sa panique pour suivre les instructions du shinobi. L'afro-boy avait entreprit de lui expliquer comment le soigner ne pouvant le faire seul, il avait besoin de son aide et Ai avait suivi point par point la procédure. Du haut de ses six ans, elle avait retiré le corps étrange de la plaie, désinfecter la blessure et panser le tout comme une cheffe.  était fier d'elle, même si d'ordinaire il ne considérait pas les gens en haute estime la petite avait su gagner sa confiance et son admiration.

    Grincheux ! Tu es réveillé, piailla-t-elle ?!

    Le Meikaku souffla malgré qu'il ait de l'affection pour elle, il était très agacé par tous les petits surnoms qu'elle lui trouvait, s'était devenu un jeu pour l'enfant.

    Ne m'appelle pas Grincheux, shōjo, rétorqua bougon le shinobi.

    Hey ! Je ne suis pas une fillette ! Je suis une grande fille, je t'ai sauvé la vie.

    Le regard de Tōmei s'adoucit derrière ces lunettes de soleil, Ai ne pouvait pas le voir, mais au fond elle comblait partiellement le vide dans le coeur du jeune homme. Depuis la mort du jeune Urei, l'afro-shinobi n'avait laissé s'échapper que peu d'émotion et la première à l'émouvoir était cette petite fille de six ans.

    C'est vrai, chīsana, lança Tōmei un sourire moqueur se dessinant sur son visage.

    Petite, je ne suis pas...

    -----------------------------------------

    Tōmei sorti de sa torpeur, le soleil pointait vers le bas maintenant et sa couleur virait du jaune aux nuances orangées. Deux heures avant la nuit tout au plus, enfin il approchait. Il était aux frontières de la région où était censée se trouver Noroi Kimitomo. Durant ses aventures au Château de Cristal, Kesshō-Jō, il avait enfin eu la confirmation que Kimitomo était un membre du clan Noroi affilié au village ninja de Kazangakure no Sato. Il y avait quatre-vingts pourcent de chance qu'il soit l'homme qu'il recherchait, le Noroi était un commandant d'unité spécialisée dans les razzia lors des années de siège à Taki. Il était effectivement surnommé Le Tourmenteur. En recoupant ses informations avec celle qu'il avait obtenu du shinobi de Chi no kuni, Tōmei croyait enfin toucher au but.

    Lui qui était quasiment descendu tout au sud de Yama no kuni, il avait dû remonter vers pointe la plus au nord du pays des montagnes. La route avait été longue et le printemps était quasiment fini alors que les premières chaleurs se faisaient ressentir dans tout le Yuukan. La pause était terminée, le shinobi défit son bandage et repensa une nouvelle fois à Ai c'est grâce à elle qu'il avait pu continuer son périple. Un jour, il retournerait chez les Teishū et leur témoignerait à nouveau de sa gratitude...

    La région la plus au nord de Yama regorgeait de végétation et étant positionné entre deux pays, Tomei avait croisé beaucoup de monde venant de l'est comme de l'ouest. Ces gens, ces voyageurs et autres commerçants traversaient le pays des montagnes par commodités, mais beaucoup prenait des risques, car ces frontières étaient bien gardées. D'ailleurs, le Meikaku lui-même prenait des risques en cet instant s'il tombait sur une patrouille kazanjin et qu'ils apprenaient ses origines, seraient-ils le bienvenue ? Ce ne serait pas la première fois qu'il se confronterait à la rancune des montagnes.

    Quoi qu'il en soit, désormais le shinobi était fixé sur un objectif et un seul, Kimitomo Noroi...

    Spoiler:


    _________________
    Thème Tōmei:

    avatar
    Junzen Ginsho
    Shinobi de Taki

    Messages : 8
    Expérience : 10

    Re: La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    Message par Junzen Ginsho le Sam 29 Sep 2018 - 23:19

    printemps 92, frontière du pays des montagnes

    L'horizon se parait des teintes orangées, chaudes et agréables du crépuscule. Par ce genre de temps, l'homme lambda rentrait chez lui et s'attablait après une longue journée de labeur, semblable à la précédente et à celle qui suivrait. Certains voyaient un certain confort dans cette routine et avaient probablement leurs raisons. Le loup n'était pas de ceux-là. En mission, en dehors des crevasses rassurantes qui constituaient les frontières de son pays natal, il ne savait jamais de quoi était fait son lendemain. Verrait-il l'aube à la dérobée, la lumière filtrant entre les feuillages d'un bosquet rassurant ou la verrait-il poindre à la lucarne condamnée d'une cellule ? Peut-être même ne se réveillerait-il pas. C'était son quotidien, et comme un drogué s'accoutume à sa dose peu à peu, il s'était habitué à cette vie difficile.

    Cela faisait maintenant une semaine qu'il avait quitté le village, seul. Sa tâche, cette fois, serait d'appréhender ou d'éliminer un officier du Volcan sur son propre territoire. Alors qu'il prenait connaissance des détails concernant sa cible en feuilletant les dossiers du service des renseignements dont il faisait partie, il comprit peu à peu ce qui avait dirigé le choix de l'Ombre vers sa personne. Kimitomo Noroi - dit le Tourmenteur, surnom très cliché qui tira un sourire moqueur au Junzen - était un homme dénué de morale qui avait pillé de nombreux villages dépourvus de forces armées lors de l'Éruption, il y a quelques années. Le détail juteux était que d'après les rapports, il n'était jamais apparu seul et dirigeait ses troupes d'une main de maître sans jamais s'impliquer personnellement dans les échauffourées. Sous son mentorat, les genins devenaient des guerriers efficaces et téméraires.

    Si on devait faire un parallèle entre le Tourmenteur et un officier de Taki, son équivalent serait Ginsho. En affectant le sensoriel à cette mission, Rakurai Shisui avait - probablement volontairement - créé un match miroir.

    Pendant son cheminement jusqu'à l'endroit d'où provenaient les dernières traces de sa présence, le vétéran avait effectué un crochet pour se rendre sur les lieux des rafles de sa cible qui n'avaient plus été habités depuis le début de l'Ère Froide. Comme il s'y attendait, les villages étaient déserts et la plupart des bâtiments n'étaient plus que des tas de pierres taillées, de chaux et de poutres brisées. La méthode avait été la même partout, donc il n'y avait aucun doute quant à l'implication de Kimitomo dans ces exactions.

    S'il avait fait ce détour, c'était pour confirmer l'une des hypothèses qu'il avait émises au sujet de Kimitomo. Les rapports disaient tous la même chose au sujet du jonin de Kazan : il s'était toujours montré en personne, à la tête de son escouade exceptionnelle. Pourquoi se mettre ainsi en danger ? D'après le Takijin, il ne s'agissait pas là d'une simple lubie, mais bien d'un indice quant à sa méthodologie. Un tel soldat n'aurait pas réussi ce qu'il entreprenait s'il agissait de manière aussi inconsidérée, sans rien derrière la tête, s'était-il dit. Comme il s'y attendait, chaque endroit qu'il avait visité avait été attaqué d'un côté, puis avait été lentement mais surement parcouru jusqu'à son extrémité opposée, comme si une vague destructrice s'était propagée en emportant la vie et les vivres sur son chemin.


    . . .


    Sa traque l'amena finalement sur l'une des routes commerciales les plus fréquentées du monde, mais aussi l'une des plus dangereuses pour qui n'était pas l'ami du village du Volcan. Elle faisait la jonction entre deux frontières en passant sur une très petite partie du territoire du pays des Montagnes, où de nombreuses patrouilles circulaient. C'était là que Kimitomo avait été aperçu la dernière fois. Par soucis de sécurité et d'anonymat, Ginsho détacha la plaque métallique gravée du symbole de son village et la glissa dans son épaisse veste, dont il remonta la capuche pour plonger son visage dans l'ombre. En se servant des herbes hautes et de la végétation qui longeait la route, il s'approcha de deux shinobis du Volcan qui contrôlaient ceux qui empruntaient le chemin des montagnes, juste à portée de voix.


    - On ne va pas tarder à changer de position, alors ne laisse rien traîner ici. Quand la caravane marchande qu'escortent Hono et Taiyo sera arrivée, nous l'accompagnerons jusqu'au campement où nous attend Kimitomo-sama, pendant qu'eux deux nous remplaceront ici.

    - Entendu, capitaine.


    D'après cet échange, ce sont donc deux des subordonnés de la cible. Si je m'en réfère à l'appellation "capitaine", le plus jeune serait un genin et le plus vieux un chunin, pensait-il alors qu'il s'éloignait lentement des Kazanjin pour regagner un endroit où il serait libre de s'installer pour attendre la fameuse caravane. Une fois à l'abri, il tira de l'une des poches de sa veste une maigre portion de fromage emballée dans un mouchoir de poche en tissus effiloché. Comme à son habitude, il n'en croqua qu'une infime partie, juste de quoi lui faire oublier momentanément la faim. Le jeûne faisait partie de ses méthodes de conditionnement, et les pauvres aspirants qu'il avait emportés en mission ne le savaient que trop bien.

    L'attente ne fut pas très longue - du moins, pour quelqu'un d'habitué à attendre longtemps. La nuit venait de tomber lorsque le marchand tant attendu fit irruption au point de contrôle. Discrètement, Ginsho s'extirpa de sa planque pour suivre le groupe qui s'engouffrait dans les frontières ennemies, laissant derrière lui le nouveau duo de gardes qui était alors occupé à contrôler un énième groupe de voyageurs pressés de gagner la bourgade la plus proche pour y passer la nuit.

    Pour s'aider dans sa filature et échapper à la vigilance maintenue de l'escorte, le Takijin mit à contribution la vision panoramique des pupilles de son clan, ce qui lui permit de maintenir une certaine distance entre lui et le convoi sans pour autant le perdre de vue. Il pista ainsi le groupe en territoire hostile, se servant de l'environnement montagneux à son avantage pour se camoufler, pendant une longue demi-heure et sans trop de problèmes ; ce qui aurait été d'une toute autre difficulté s'il avait eu à sa charge un groupe entier de shinobis, comme le Noroi.

    Nous y voilà, pensa-t-il, dés lors qu'il perçut au bout du chemin quatre silhouettes découpées par le feu de camp vacillant auquel ils faisaient dos. Le Junzen n'eut pas besoin de s'approcher pour reconnaître la personne qui se situait au centre de la formation. Un grand barbu, au crâne chauve, très légèrement équipé - au vu des sacs de ses hommes de flanc, c'étaient eux qui étaient de corvée de transport ; et c'était loin d'être étonnant, pour quelqu'un de l'acabit de l'officier Kazanjin.


    - Te voilà, Kimitomo. Mon adversaire pour cette partie, se murmura-t-il. Que le meilleur gagne, "tourmenteur".





    _________________
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    Message par Meikaku Tōmei le Lun 1 Oct 2018 - 17:51

    Arriver à l'intérieur de la zone où était censé se situer le campement kazanjin mené par Noroi Kimitomo, l'afro-shinobi sortit une carte du pays de Yama no kuni. Celle-ci représentait en détails la région dans laquelle il se trouvait. La zone colorée d'un rouge pâle représentait l'ensemble du pays et la pointe nord-est était représentée en blanc. La carte était assez détailée pour y faire figurer les zones forestières, les zones rocailleuses et même les reliefs montagneux par divers codes couleur représentant la hauteur des monts de Yama.

    Tomei se situait, il avait passé le bras de la rivière depuis une bonne heure et était plus au nord dans une zone forestière. La carte récupérée au Chateau de Cristal indiquait les zones occupées par des campements kazanjins, trois étaient répartis sur la région tous au nord comparé à la position du Meikaku. La solution la plus simple pour les visualiser alors que le jour était sur son déclin serait de prendre de la hauteur.
    Ainsi, Tomei avisa près de lui un immense séquoia facile a escalader, infusant du chakra sous ses pieds le shinobi entama au pas de course la montée de ce grand de la forêt. En quelques secondes il était au sommet et surplombait une grande majorité des arbres de la zone forestière. C'est de son perchoir que l'afro-boy put repérer des lueurs lumineuses plus en avant sur son chemin. Trois lueurs vacillantes aux couleurs orangées reflétaient leur éclat aux nuances chaudes sur bons nombres de cousins du séquoia. Il ne fut pas difficile pour le Meikaku de deviner lequel abritait pour la nuit le membre du clan Noroi. C'est le camp le plus imposant que Tomei choisit pour suivre sa piste, il était par bonheur le plus proche de sa position. Le feu y était rougeoyant et les baraquements de fortunes semblaient bien disposés vu d'ici...

    ----------------------------------------------

    Quelques minutes plus tard, Tomei se trouvait dans un arbre touffus à une cinquantaine de mètres du campement kazanjin. La nuit tombait enfin, quant à lui il allait devoir attendre et observer le va-et-viens des troupes du volcan. L'errant des canyons cherchait à déterminer le nombre de ses opposants ainsi que la localisation de sa cible. Autour du feu quatre silhouettes discutaient avec verve et semblait rire de bon coeur au racontar de l'un d'eux. Autour de ce grand feu, trois barraquements positionnés autour, mais à espace régulier, c'était intelligent, car en cas d'attaque si l'un prenait feu, les autres seraient épargnés par les flammes léchant le premier. Quant à la nature et le nombre de shinobis qui occupaient ces logements militaires Tomei n'en avait aucune idée. Lorsque l'un d'eux sortit pour satisfaire des besoins rudimentaires...
    Cette occasion très brève permis au Meikaku d'observer très très brièvement l'intérieur de l'un des logements. Il dénombra au moins six hamacs, mais ne pouvaient voir toute la profondeur du baraquement. Il estimait qu'au vu de la longueur du dortoir, deux hamacs supplémentaire pouvaient être installés. Il estima donc à huit le nombre de ninjas par construction et supposa que le même nombre occupait la tente d'en face. Quant à celle au centre, elle devait sans doute être attribué à Kimitomo et peut-être un aide de camp. En tout et pour tout avec une vision positive des choses le rapport de force était d'un contre dix-huit voir vingt si au moins deux sentinelles faisaient des rondes autour du camp...

    D'ailleurs, un mauvais pressentiment pris soudain Tomei, était-il vraiment en sûreté où il était positionné ? Il était à bonne distance, mais... Un léger son attira son attention, le vent qui fait bruisser les feuilles ? Ou bien une sentinelle ? Le shinobi décida d'en avoir le coeur net et rebroussa chemin. Il prit plus de hauteur et observa en contrebas près du chemin, mais à l'écart tout de même un homme observait le camp. Ce n'était pas un kazanjin sans aucun doute, mais que faisait-il là ? Dans le camp, on s'activait une personne semblait attirer l'attention du groupe de quatre blagueurs au feu de camp. Aucun doute c'était un supérieur sans doute Kimitomo.

    Tenté quelque chose contre le camp dès maintenant était folie, mais laisser un homme inconnu jouer les trouble fêtes risquaient de faire capoter les plans du shinobi. Ainsi, il prit la décision de se retirer loin du camp pour ne plus être à vue de ces occupants, mais assez près pour attirer l'attention de l'inconnu. Depuis un autre perchoir Tomei envoya sciement un kunaï relié à un fil de nylon pour le voir se ficher dans le sol au pied du mystérieux personnage. Dès lors que celui-ci posa ses yeux sur la position du Meikaku celui-ci lui fit un signe clair le rejoindre au plus vite. Bien entendu, Tomei était sur ses gardes, mais agir avec un individu aux intentions inconnues n'était pas envisageable, un problème à la fois...


    _________________
    Thème Tōmei:

    avatar
    Junzen Ginsho
    Shinobi de Taki

    Messages : 8
    Expérience : 10

    Re: La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    Message par Junzen Ginsho le Mar 2 Oct 2018 - 16:01

    printemps 92, pointe nord du pays des montagnes
    campement de kimitomo

    Dans la vie, tout ne se passe pas toujours comme prévu.

    C'est ce qu'avait pensé l'espion chevronné quand il aperçut pour la première fois le mouflet à la coiffure explosive qui semblait lui-aussi en vouloir aux natifs du volcan. Il l'avait remarqué assez tôt grâce à sa pupille évoluée, mais l'avait vite identifié comme une source de danger proche du nul étant donné qu'il n'entretenait aucun comportement suspect à son égard jusque là, qu'il ne l'avait pas encore vu et qu'il ne s'agissait probablement pas d'un des hommes de Kimitomo, qui avait tendance à garder ses soldats à portée de main. Le seul problème que sa présence lui posait résidait dans le fait qu'il n'était ni de la Cascade, ni très futé d'apparence. Qui porterait des lunettes de soleil dans la nuit noire ?..

    Essayant d'ignorer son nouveau fardeau, l'officier du Hyō s'approchait inexorablement et prudemment du campement qui semblait être largement plus rempli que prévu. La caravane y était entrée et y faisait halte, probablement le temps qu'ils n'organisent l'escorte et ne règlent les détails de logistique inhérents à la gestion du camp en l'absence du Tourmenteur qui devait accompagner le marchand, si l'on en croyait les deux gardes que Ginsho avait approchés quelques heures plus tôt. Il sortit un petit carnet de sa veste et se mit à dessiner avec le plus de précision possible - en étant dans une obscurité relative, suivi par quelqu'un et n'ayant comme seul support que le tronc d'arbre qui lui servait de couverture - le plan du camp ainsi que les positions des sentinelles qu'il avait dans son très large champ de vision. Son plan dessiné, il fit marche arrière pour éviter d'entrer dans l'éventuel périmètre de perception d'un ninja sensoriel, et se mit à élaborer un plan d'action.

    Mais comme mentionné plus haut, il n'avait pas affaire à une lumière.

    Pendant qu'il étudiait, le sensoriel vit du coin de l'oeil un kunai lui arriver dessus, lancé par le jeunot qui s'était mis en tête de lui aussi s'attaquer au campement. Dans la lumière des flammes vacillant à quelques centaines de mètres, il vit clairement le fil brillant onduler dans le sillage du projectile. Craignant que le garçon ne dévoile sa position avec ce câble - quelle idée ? -, le Takijin se saisit de l'arme avant qu'elle ne touche le sol et se servit de son tranchant pour sectionner aussi sec le fil qui la reliait à son lanceur. Lorsqu'il croisa le regard de son coéquipier de fortune, il comprit qu'il essayait juste d'attirer son attention.


    - Ah, les jeunes... soupira-t-il, à la fois dépité et amusé par la méthode qu'avait choisie son homologue.


    En une poignée de secondes, il le rejoignit en sautant d'arbre en arbre, évitant les rares sentinelles postées dans sa direction sans problèmes. Il se laissa tomber sur une branche légèrement surélevée par rapport à celle du jeune homme, puis s'assit en laissant échapper un petit râle d'exaspération.


    - Avant toute chose, je voudrais qu'on mette les choses au clair : je suis mandaté par mon supérieur, il s'agit là d'une mission importante qui requiert expérience et le professionnalisme, dit-il, récitant ces paroles sans vraiment prendre le ton de la remontrance ; il voulait juste mettre les points sur les "i". Je ne te demanderai pas de me donner ton nom, et je ne donnerai pas le mien, comme l'exigent les dogmes shinobis. Tout ce que tu as à savoir, c'est que je fais partie d'une unité spécialisée dans ce genre d'opérations risquées.


    Il mit ensuite en évidence son petit carnet, dans lequel il avait dessiné le plan du camp et pris des notes sur ce qu'il avait découvert avant d'arriver sur les terres des Montagnes.


    - Avant de te montrer ça, je voudrais que tu m'expliques pourquoi tu traînes ici. S'il est possible que l'on puisse parvenir à nos fins en coopérant, nous partagerons les données. Sinon, je devrai procéder comme convenu dans ce genre de cas de figure.


    Quant à la procédure à laquelle il faisait mention, il ne s'attarda pas dessus. Il n'était pas nécessaire d'expliquer ce qu'il venait de sous-entendre, il s'agissait d'un agent du Hyō de la Cascade après tout.



    _________________
    avatar
    Meikaku Tōmei
    Shinobi Errant

    Messages : 29
    Expérience : 80

    Re: La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    Message par Meikaku Tōmei le Ven 5 Oct 2018 - 14:43

    La dextérité du shinobi inconnu attira l'attention de Tōmei, au moins ce n'était pas un bleubite qui débutait. Il avait attrapé son kunaÏ et sectionné le nylon d'un geste vif, sans doute pour éviter que celui-ci n'attire l'attention. Pourtant, l'afro-boy doutait de la possibilité d'être repéré à cette distance. D'ailleurs celui-ci se demandait pourquoi et comment un shinobi pouvait observer efficacement le camp de si loin ? C'est un fait, c'est bien l'impression qu'il donnait, espionner le camp de l'officier kazanjin. Quelle technique pouvait employer un shinobi pour espionner si loin, sans doute un ninja sensoriel doué d'un talent particulier ?
    Leurs regards se croisèrent et l'inconnu sembla agacé par l'intervention du jeune homme. Tōmei comprit qu'il était repéré par cet homme depuis un moment, il était sans doute au courant de sa présence bien avant que lui-même ne le soit de la sienne. Décidément, il allait devoir développer sa capacité à faire oublier sa présence et surtout à repérer les dangers potentiels. C'est en quelques secondes à peine que le mystérieux espion se trouvait sur une branche surélevé non loin du perchoir de l'afro-shinobi.

    L'homme exprima ses intentions d'un ton neutre, mais ces mots laissaient penser qu'il était peut-être supérieur à Tōmei. Il l'était d'ailleurs sans doute, puisqu'il était en mission pour son supérieur. L'homme avait même employé le mot "mandaté" et ces premiers mots en disaient déjà long sur le personnage. Bien qu'il ne porte aucun signe apparent d'appartenance à une organisation quelconque, il était clair que ce n'était pas qu'un simple mercenaire. Si tel était le cas, il aurait employé le terme "client" ou "mandataire" et il aurait parlé d'un contrat. Le fait qu'il tienne ses ordres d'un supérieur laissait supposé qu'il appartenait à un groupe hiérarchisé. Une organisation de shinobi militaire, des nomades ? Un groupe rebel ? Une organisation hiérarchisée et criminelle ? Ou bien un village shinobi ?

    Takigakure no Sato, c'était l'hypothèse la plus problable. L'inconnu était en mission pour espionner, rencontrer ou même éliminer Noroi Kimotomo. Qui d'autres auraient la force ou l'envie de s'attaquer à Kazangakure no Sato, si ce n'est l'Hōshō. Cependant, après avoir rencontré Nahoji l'afro-boy savait qu'il y avait peu de chance pour que son organisation s'attaque à un simple officier kazanjin. Leurs plans étaient bien plus conséquent. Non, ce gars devait venir du village de la cascade.

    La suite du discours du shinobi ne fit que confirmer les hypothèses du Meikaku, l'homme faisait partit d'une unité spécialisée. Quant à Tōmei, rien ne transparaissait sur son visage, il était d'un calme olympien et sur ses gardes. Il avait toujours un oeil posé en direction du camp de Kimitomo et observait d'un oeil nouveau son interlocuteur. Il était plutôt grand, il dépassait sans doute Tōmei de quelques centimètres. Il avait l'âge qui précède la sagesse et les tempes grisonnantes de celui qui en a connu plus que vous ne l'imaginez. Un homme qui pouvait impressionner bien que cela ne soit pas nécessairement le cas du Meikaku. Un regard d'acier plutôt froid, mais son visage laissait imaginer quelqu'un de bon et juste. En tout cas c'est ce que ressentait Tōmei...

    L'homme mit un carnet en évidence sans doute ses observations quant au camp que tout deux espionnaient plus tôt. Il avait des questions quant à la présence du blondin en ces lieux et souhaitait savoir si tout deux étaient alliés ou ennemi. Visiblement, il n'y avait aucune alternative, mais cela ne dérangeait plus Tōmei. Il était parti du principe que le shinobi était un mercenaire la première fois qu'il l'avait détecté, maintenant il le voyait comme un habitant de son pays et de surcroit un défenseur de Taki. L'idée de coopérer avec lui semblait intéressante, le tout était surtout de savoir ce qu'il devait faire de Kimitomo à travers les lignes stipulant sa mission.

    Je ne comptais pas te donner mon nom et garde pour toi le tien, tu peux aussi garder tes menaces déguisées takijin, souffla-t-il d'un ton totalement neutre.

    Il avait clairement voulu tester l'homme en le désignant comme un militaire de Taki, car il était quasiment sûr de cela, mais ne pouvait pas en mettre sa main à couper non plus. Tōmei enchaîna:

    Je ne suis pas ton ennemi si tu dois t'en prendre d'une quelconque façon à ce camp, je suis sur les traces de Noroi Kimitomo. Les raisons de ma traque son personnel, mais elles sont étroitement liées à la guerre et sache que j'aurais mes réponses en finalité. Kimitomo paiera pour ses crimes d'une manière ou d'une autre et ne te m'éprends pas je ne suis pas un assoiffé de vengeance simplement de justice, posa-t-il d'un regard détaché sur son interlocuteur.

    Le Meikaku voulait faire un geste pour amadouer l'inconnu et décida de partager ses informations dès maintenant:

    En preuve de bonne foi, écoute donc ce que j'ai pu glaner, je dénombre une petite vingtaine d'individus sur le site en prenant en compte leur officier le Noroi. Les tentes sont composées d'environ huit hamacs et celle du milieu abrite à coup sûr les officiers. Vu le nombre d'homme je pense que deux officiers surffisent à les gérer donc Kimitomo et une aide de camp sans doute. De Kimitomo, je ne connais de son potentiel que ce que je sais du clan Noroi, de leur capacité et je le sais juunin de Kazan, expliqua le jeune homme froidement.

    Un silence s'installa brisé à nouveau par Tōmei:

    Cependant, je suppose que tu en sais plus que moi et mes modestes moyens. Après tout, pour espionner un camp de cette distance tu dois être un shinobi sensoriel, n'est-ce pas, demanda nonchalamment le Meikaku ? Si on doit tenter quelque chose c'est une heure ou deux avant l'aube alors que tous seront dans un sommeil profond et les sentinelles dans un état de somnolence avancé.


    _________________
    Thème Tōmei:

    avatar
    Narrateur

    Messages : 1
    Expérience : 5

    Re: La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    Message par Narrateur le Ven 5 Oct 2018 - 17:52

    Quelques jours auparavant.

    Sur les murs extérieurs de la vieille bâtisse, tout laissait croire qu’elle était déserte depuis bien longtemps. Pourtant cette ruine de Yūkai no Kuni abritait bien des secrets, à l’instar de nombreux autres taudis de ce pays. L’une des pièces n’était éclairée que par une fenêtre faite de verre teinté. Une ambiance très particulière se dégageait de ce lieu, comme s’il était un peu mystique. Deux personnes s’y faisaient face. Il y avait un homme blond-châtain, assez fin, tatoué sur une bonne partie du corps qui dégageait une grande froideur et qui était assis. Juste en face de lui, une femme qui était tout son opposé, assise elle aussi. Tous deux n’étaient séparés que d’une table.

    ·— Tu es en train de me faire perdre mon temps et mon argent, Sei-

    Elle fut coupée.

    ·— Cesse de geindre, et je t’interdis de prononcer mon vrai nom ici. Lorsque tu verras le cachet, je pense que tu reviendras sur ses paroles.

    Sur la table, une simple feuille blanche. L’homme posa sa main dessus et la poussa vers son interlocutrice. En avançant, la feuille s’était noircie d’encre.

    ·— Lui ? Tu te fous de moi, sa tête ne vaut pas tant que ça.
    ·— Je t'en donne deux-cent-cinquante pourcents de la mise actuelle.
    ·— Hunhunhun. Pourquoi tu ne la triples pas plutôt ?! Sinon... ça ne m'intéresse pas. Tu as largement les moyens, d'autant que si tu me le demandes c'est bien que...
    ·— Il ne les vaut pas non. J’aurais préféré m’occuper de sa tête moi-même, mais j’ai d’autres projets pour les semaines à venir. Partons sur deux-cent-soixante-dix pourcents.
    ·— Deux-cent-quatre-vingt-dix.
    ·— Deux-cent-soixante-quinze et tu ne m’auras pas plus loin. Si tu ne prends pas, je ferai autrement.
    ·— Bon, je prends. Tu le veux pour quand ? Et comment ?
    ·— Tête et corps, le plus vite possible. C’est un félon avec qui j’ai fait preuve de bien trop de tolérance.
    ·— Et je suis réellement à la hauteur, vu son appartenance...?
    ·— Dans le pire des cas, il devra au minimum se sacrifier pour te tuer. Ce sera d’une pierre deux coups pour moi. Voire même trois puisque je n’aurais pas à te payer.
    ·— Bien, alors je ne te ferais pas cette joie.

    La femme au teint mate se leva, récupérant la feuille, elle tourna les talons.
    Précision:
    Vous pouvez continuer votre rp comme si de rien n'était.

    Contenu sponsorisé

    Re: La roue tourne [Mission rang B] / Ft. Junzen Ginsho

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov 2018 - 17:59