Le fer de l'âme [Mission rang C - Manahime Jiryoku]

 :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87

Citation :
Le fer de l'âme
Le fer est un matériel précieux. Il permet de forger les armes et de construire les infrastructures. Une mine a été trouvée il y a peu par vos aînés. Bien qu'elle soit pleine de ressources, la grotte a été déclarée dangereuse par les Jiryoku. Les maîtres de la polarité craignent de voir l'édifice tomber aux premières récoltes. Le pays de la Foudre a besoin de ces ressources. Vous êtes donc priées de superviser la manœuvre et les travaux.

Le temps passé, le village grandissait. Cela faisait quinze ans que Kumo avait éclot. Quinze années durant lesquelles des civils, des shinobis et des clans vinrent alimenter cette bourgade. Tous mirent de côté leurs émotions les plus primitives, les rancœurs et la haine des guerres passées afin de s’unir, du moins en apparence. Durant quinze ans, le village s’était passé d’un chef, aujourd’hui, l’heure est venue de s’en choisir un. L’accroissement désordonné de ses dernières années n’était plus possible. La taille et donc l’importance que prenait Kumo l’obligeait à se désigner un dirigeant, le premier.
Raiu avait essayé de participer à cette réunion si importante, celle durant laquelle se joignent les plus grands ninjas et les plus éminents civiles du village. Mais lors du moment fatidique, le moment où tout basculerait, ce moment où il serait nommé, elle a été gentiment reconduite à la porte, sous prétexte qu’elle n’était que genin ! Aucun Jiryoku ne participerai à ce débat, quelle honte. Un jour, elle leurs montrerait ce dont le clan est capable.

Au lieu de ça, l’administration provisoire lui confia une mission, du moins leurs confia. Après leur rencontre, Manahime et Raiu allaient réaliser leur toute première mission. Chacune avait été informé par un de leurs ainés. Une nouvelle mine avait été découverte juste à côté du village. Alors en pleine expansion, en pleine fortification, le métal pourtant basique devenait si précieux. Il permettait la construction de diverses infrastructures mais aussi et surtout la fabrication d’armes en tout genre. Raiu savait cela, elle savait l’importance de ses compétences à cette période charnière pour le village des nuages. Elle sut mettre de côté le dépit qui l’avait épris. Elle saura justifier la place de son clan ici, d’une autre manière.

*Ses vieux chnoques m’ont mis à la porte pour un grade ! J’espère juste qu’ils écouteront le Rakurai, aucune grande famille ne doit être nommée à notre tête.  
Je vais leur montrer que le rang seul ne suffit pas à donner de l’importance. Nos actions font de nous ce que nous sommes, je vais leur prouver une nouvelle fois notre utilité !*


Elle avait rendez-vous ce jour, à l’aube, avec Manahime devant la mine. A peine s’était-elle réveillée qu’elle se débarbouilla le visage, enfila ses vêtements et fonça sur le lieu du rendez-vous, les cheveux en pétard.

L’entrée de la mine se trouvait à quelques centaines de mètres d’altitude, sur un petit plateau, à fleur de montagne. Les autres membres du clan avaient déjà balisé l’entrée de la grotte et des chemins furent créé pour faciliter le transport des minerais de fer. Car oui, le fer ne sortait pas à l’état pur des mines. On y récoltait le minerai de fer qui devait ensuite être raffiné par un artisan sidérurgiste, puis manufacturé par un forgeron. A première vue, les cristaux jaillissant de la roche entourant l’entrée ne prédisait pas une mine de fer. Mais seul les experts Jiryoku ne se laissaient pas piégé par l’isomorphisme, procédé naturel qui permet à différents composés minéraux de se cristalliser. Le minéral ferrifère présent dans ses cristaux étaient perdus, il allait falloir creuser pour extraire les veines les plus riches. Mais ça, nos deux gamines allaient le découvrir d’elles-mêmes.

Le début du chemin de l’excavation était en vue, Raiu était en avance, sa consœur aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Voilà qu’une grande aventure commençait pour l’ingénue, devant prouver au Village toute l’importance du Clan Jirokyu et sa légitimité. Chose outrageante, en plus d’être navrante, car il était clair et évident que les maîtres de la polarité méritait de droit une place particulière et honorable. Enfin, cela ne faisait que retarder l’inévitable, car tôt ou tard, tous devraient reconnaître la noblesse de ces fier parangons du monde des arts shinobis.

Sa consœur était débrouillarde, connaissant bien mieux l’austérité de la vie réelle, sa dureté implacable. Il n’y avait rien d’acquis, et il fallait lutter pour survivre. Si la monotonie et le calme de sa cage dorée s’étaient envolées, laissant la gracile et inexpérimenté créature dans un monde bien inconnu. Mais fort heureusement, Raiu était là pour l’aider à prendre ses repères. D’ailleurs, cette dernière semblait déjà avoir trouvé une mission, afin de prouver aux autorités leur valeur. Cela aiderait grandement à asseoir leur demande concernant un domaine dédié à leur clan. La pierre angulaire nécessaire à leur desseins, se devant de trouver satisfaction.

Plus sérieuse et appliquée qu’elle ne le laissait paraître, la belle à la chevelure d’argent avait attendu ce moment avec une grande impatience. Dans sa petite auberge, elle se leva aux aurores, bien en avance, afin de se préparer comme il se devait et de ne pas être en retard.

Après avoir pris son bain, et apprêtée d’une parure aussi noir qu’une nuit sans lune, elle prit ses deux épées avec elle, s’empressant de sortir pour se rendre sur le lieu du rendez-vous.

De ce que lui avait conté Raiu, il s’agissait d’une mine de minerai, présentant des ressources qui seraient plus qu’appréciées par le village. Il fallait l’expertise de professionnels, apparemment, car le site présentait des dangers. Manahime ,’était pas une experte en ce genre de travail, mais sa maîtrise de la polarité saurait épauler comme il se devait sa compatriote plus aguerrie.

Après une longue marche, elle arriva finalement au plateau, où il n’y avait personne. Elle était trop en avance, voulant bien faire, pour ne pas décevoir sa compatriote. Elle fit donc les cents pas, les bras croisés, afin de patienter. Cependant, la princesse était bien loin d’être patiente, se lassant vite. C’est tout naturellement qu’elle finit par s’asseoir dans un coin, en ramenant ses genoux contre elle et en les serrant dans ses bras. Elle avait beau se montrer particulièrement nonchalante et fière, Manahime n’en demeurait pas une jeune femme éprouvant des doutes quand à ce qu’elle pourrait accomplir. C’était sa première mission, il était donc normal qu’elle ne veuille pas faillir, surtout si tôt.

Songeuse, elle repassait en mémoire sa vie jusqu’à présent. Elle n’avait rien accompli, rien fait de bien glorieux, s’étant contentée de vivre au jour le jour. Cela lui faisait mal, que d’être une marionnette servant les plans de sa famille.

Son regard, qui se perdait jusqu’alors, aperçut au loin des silhouettes, il s’agissait des travailleurs, venus à l’heure, comme à leur habitude. Elle escomptait voir ce visage de sa consœur parmi eux. Elle soupira un instant, avant de se relever, pour ne pas manquer d'élégance. Puis elle se remit à attendre, fixant l'horizon où disparaissait le sentier.

Finalement, une jeune femme se dessinait au loin, bien connue car attendue. Il s’agissait de Raiu. Manahime finit par afficher un léger sourire, puis vint à sa rencontre, en gardant son élégance habituelle.

“ Raiu-san, je suis là. “

Elle la salua d’un hochement de tête, avant de poser ses mains sur ses hanches, en affichant un air malicieux.

“ Je préfère vous prévenir, mais comme vous devez vous en douter, je ne suis pas une experte en ce genre de mission. Donc, je suivrais vos directives. Qu’elles sont-elles ? “

Se montrant étonnamment attentive, Manahime voulait que tout se déroule pour le mieux. Rater la mission n’était pas envisageable après tout. C’est pourquoi elle laisserait, chose bien étrange connaissant son fort caractère, la direction des opération à sa coéquipière. Bien que très imbue d’elle, elle savait aussi faire la part des choses, et même se montrer avisée.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
Enfin, Raiu atteignit la fin du col montagneux pour entamer le sentier menant à la mine. Le chemin de poussière était bordé par de larges bandes d’herbe verte. Il n’était pas rare de croiser ce genre de paysage sur les monts de Kaminari. En effet, les nuits fraîches et l’humidité nuageuse apportés à la verdure de quoi s’hydrater pour affronter les journées riches en rayons lumineux ; offrant un environnement propice à la photosynthèse.
Se croyant en avance, Raiu s’imaginait déjà lancer une pique verbale à l’ensemble des ouvriers arrivés après elle, afin d’imposer son autorité et de les motiver à rattraper leur retard. Elle fut bien surprise de voir qu’un premier groupe de mineurs Jiryoku l’avait devancé. Elle le fut doublement lorsque l’ingénue aux cheveux blancs se présenta, déjà là depuis plusieurs minutes. Notre chef de chantier ne fut pas honteuse d’arriver après tous, mais bien fière de voir que l’ensemble du clan était en avance, fière de les savoir tous motiver.

Manahime, avec son style inimitable de duchesse, se mit immédiatement à la disposition de Raiu, prête à enchaîner de longues heures de travail. La gamine à la chevelure charbon fut brièvement étonnée de l’attitude de sa partenaire. Elle la savait dotée d’un caractère fort. Mais elle comprit immédiatement le comportement de cette dernière. Lors de leur précédente rencontre, Manahime avait partagé avec Raiu sa vie, une vie dénuée d’histoire. Elle n’avait donc jamais travaillé, encore moins dans une mine.

« Bonjour Manahime, je suis ravie de voir que tu es déjà là. » lâcha-t-elle le visage pourtant impassible.

Notre genin se tourna ensuite vers le groupe d’ouvriers Jiryoku. Il était composé exclusivement d’hommes. A l’époque, les travaux difficiles étaient principalement réservés au genre masculin, la parité viendrait peut-être avec le temps. C’est pourquoi, les mineurs furent surpris de voir débarquer deux gamines pour les encadrer, surtout Manahime qui leurs inspirait bien autre chose, les hommes … Consciente qu’il fallait cadrer les choses, Raiu invoqua un kunai qui se planta aux pieds de ses derniers.


« Nous ne sommes pas là pour nous amuser Messieurs. Je vous demanderai de bien vouloir vous concentrer sur notre objectif, et uniquement sur notre objectif. La mission du jour est périlleuse, vous vous en doutez bien. La sécurité est primordiale, je ne veux aucun mort sous mes ordres. »

L’invocation du kunai et la dextérité avec laquelle il fut lancé rappela à tous que les deux Kumojins étaient aussi Kunoichis. Qu’elles n’étaient pas là pour plaisanter. L’utilisation du mot ‘mort’ réveilla leur mémoire et le nombre incalculable de fois où ils l’avaient côtoyés au fond de ses tunnels interminables. Une poutre en bois mal installée suffisait à provoquer un éboulement et à décimer un groupe entier. Le visage naturellement apathique de la jeune fille suffit à recentrer les mineurs sur leur but : la sécurisation des galeries.

« Avant que nous entrions dans le puit, je me permets de vous rappeler l’ensemble des risques qui se présente à nous : asphyxie, explosions, inondations, éboulements. C’est exactement pour cela que l’on nous a envoyé ici. Nous devons éviter à nos frères, lors de l’exploitation de la mine, d’avoir à subir ses risques. Moins il y aura de risques, plus le rendement sera élevé ; plus nous fournirons de fer au village, plus notre clan sera renommé. Voilà l’enjeu final de notre mission. »

Cela étant dit, chacun avait conscience qu’il risquait sa vie pour le village, pour le clan. Mais pourtant, aucun ne fuit, cette notion était étrangère aux membres de notre famille. Tous comprirent également que Raiu était experte en la matière, tout comme eux et que sa place était bien ici.

« Heureusement pour nous, tous ses risques peuvent être maîtrisés. L’asphyxie et les explosions de gaz peuvent être éviter grâce à une bonne aération, des ventilateurs manuels seront installés. Contre les inondations, des réservoirs seront créés pour faire tampon et un réseau de canalisations avec moulins manuels permettra d’évacuer l’eau à la surface. Et pour finir, contre les éboulements, nous étayerons de manière régulièrement l’ensemble des galeries par des cadres en bois, c’est ce qu’on appelle le « boisage ».

L’ensemble des risques et des méthodes énoncés, la troupe du clan Jiryoku se mit en action. Les ventilateurs, les canalisations et les poutres de bois pour l’étayage avaient été préparé par la précédente équipe ayant découvert la mine. Il fallait maintenant tout acheminer à l’entrée de la grotte, de façon ordonner, pour ensuite s’enfoncer dans les entrailles de la terre.

« Manahime, aidons ses messieurs à porter l’outillage à l’entrée. »
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Manahime était rassurée de voir débarquer ce visage familier, même si sérieux au demeurant. Elle se contentât  de silencieusement regarder comment sa comparse agissait concernant son rôle de chef d’équipe concernant les ouvriers, Comptant prendre bonnes notes de ces enseignements lui faisant défaut. Les mineurs étaient tous des homme, chose qui ne rassurait pas vraiment l’ingénue. Elle avait toujours été entourée d’une présence plus féminine. Voilà qu’elle était confronté aux pervers et autres badauds emplies de testostérone. Autant vous dire que le dépaysement était total. Cette rencontre avec la dure réalité de ce monde n’était pas vraiment des plus appréciées, mais elle devait pourtant se faire.

Prenant la situation en main, Raiu démontrât toute son expertise. Leur rappelant tous les dangers se présentant face à eux, ainsi que la marche à suivre. La princesse Jiryoku fut impressionnée de voir sa comparse si intransigeante et sérieuse. Tous les ouvriers l’écoutèrent avec attention, montrant bien qu’ils la respectaient et se plieraient à ses ordres sans rechigner. Manahime devait se rendre à l’évidence que l'autorité arborée par la jeune brune était impressionnante. Dans sa cage dorée, elle n’avait eu depuis sa plus tendre enfance que des regards noirs et mesquins derrière les sourires de façade. Même si elle été adorée et choyée, ce n’était pas par choix, mais par devoir. Elle ressentait cela depuis toujours, que si libre arbitre avait été, elle aurait sans doute été abandonnée.

Les mains graciles vinrent se crisper en se resserrant sur l’étoffe de la tenue de jais. Cela était difficile à accepter, comme à comprendre pour elle. Son cœur de glace, elle l’avait forgé pour survivre dans son funeste palais. Elle n’avait pas eut le choix, d’ailleurs elle ne l’avait jamais eut, comme en cet instant où elle dût devenir Kunoichi et rejoindre le village caché.

Son regard se noyât de doutes concernant sa vie jusqu’à présent. Pourtant, elle ne flancherait aucunement, étant bien décidée à sortir grandie de ces épreuves se dressant face à elle. Après tout, elle était une représentante du Clan Jiryoku, et ces derniers n’abandonnaient jamais.

De nombreux mots restaient mystères dans les paroles prononcées par Raiu. Elle n’avait jamais travaillé, encore moins dans une mine. Tout cela l'inquiétait un peu, mais les paroles si sereine et claires, vinrent la rassurer. Heureusement que cette cadette était là, sinon elle se serait sans doute rapidement perdue dans le désespoir venant la dévorer peu à peu.

Les directives venaient de se terminer. Bien qu’ayant suivi avec intérêt et une attention toute particulière ce qui avait été dit, la muse à la chevelure d’argent n’avait pas tout compris. Mais ce n’était pas grave, car elle avait une sorte d’amie, ou de camarade, sur qui compter. Les travailleurs commençaient à s’affairer à leur tâche, tandis que la Kumojine à la chevelure ébène se tournait vers l’ingénue, lui demandant de l’aider concernant un bien étrange mot dont elle avait vaguement entendu parler. Le fameux et non des moindre outillage. Manahime acquiesçât, regardant d’un rapide coup d’œil ce qui se rapprochait le plus de ce terme barbare. Finissant par apercevoir la chose en question, elle usa de son don pour soulever la masse composée en majorité de métal. Chose qu’elle fit avec délicatesse, en s’appliquant, afin de ne pas faire de bourde. une bonne partie des caisses regroupées et jonchant le sol, contenant tous les éléments nécessaires, lévitaient au dessus du sol comme par magie. Elle se tourna vers Raiu, attendant de voir si elle ne s’était pas trompée. Apparemment non, à en croire l’absence de remarque. Elle s’avançât donc prudemment vers l’entrée, gardant les objets qu’elle manipulait en lévitation afin de les poser à l’entrée de la grotte. Se tournant vers la chef, un peu hésitante, pour voir si elle faisait de même ou avait une manière plus particulière de fonctionner. Après tout, cela était tout nouveau pour elle, de devoir travailler ou même aider.

" Après avoir déposé tout ça à l'entrée, qu'allons nous faire ? "

Elle était toujours curieuse concernant ce qui l'attendait dans cette journée se relevant bien surprenante.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
Toute l'équipe était en branle. Chacun se tenait à sa tâche et les préparatifs se déroulaient comme il le fallait. Les hommes, mineurs confirmés, savaient très bien ce qu'ils avaient à faire. Tout le contraire de Manahime qui tentait de dissimuler quelques difficultés; non pas dans l'exercice de son pouvoir, mais dans la compréhension des directives lancées par Raiu. Le travail semblait être une chose bien étrangère à la Noble. Le temps marqué d'une pause, durant laquelle elle s'efforça de comprendre le mot outil, trahit son manque total d'expérience dans les travaux manuels. Elle recueillit d'ailleurs un regard approbateur lorsqu'elle fit léviter les caisses pleines d'outils jusqu'à l'entrée de la mine.

*Je ne suis pas sûr qu'elle soit la partenaire idéale pour cette journée. Nos aînés ont peut-être souhaité que je la forme pendant cette mission ? Ils lui font, ils nous font courir d'énormes risques. Cette descente dans les entrailles de la terre peut vite se transformer en enfer. Je devrais redoubler d'efforts pour la protéger.*

Consciente qu'un monde séparait les deux jeunes filles, notre genin accepta cette mission dans la mission. Après tout, si les deux gamines souhaitaient faire rayonner leur nom dans tout le village, il fallait qu'elles s'entraident. Les défauts de l'une seraient compensés par les qualités de l'autre, et vice versa. Aujourd'hui, Manahime apprendra de Raiu, demain, ce sera autour de Raiu d'apprendre de Manahime. C'est dans cet état d'esprit que réside la force des grandes familles comme le clan Jiryoku, celle de pouvoir compter les uns sur les autres. Et c'est bien pour cela que les deux jeunes filles souhaitent faire perdurer leur clan au sein du village des Nuages.

Les nombreux matériaux et outils furent acheminés devant l'entrée de la grotte. Impatiente de poursuivre ses efforts, la Belle se demanda déjà qu'elle était la suite des évènements. Les hommes arborèrent tous un sourire moqueur face à son ignorance, mais aucun n'osèrent s'esclaffer, par peur des sanctions disciplinaires instaurées au préalable par Raiu. Pour eux, la suite semblait évidente. Parmi les matériaux se trouvaient des rails et planches de bois toutes découpées aux mêmes dimensions. Ses éléments ne serviraient au boisage des galeries, mais à la réalisation d'une ligne de chemin de fer. Au fin fond de la mine, remonter manuellement chaque bloc de minerai de fer serait un gâchis en énergie et en temps. Sur les rails circuleraient des wagons métalliques dirigés par un Jiryoku. Ainsi, un seul homme remonte à la surface le travail de plusieurs, le don du clan permet au passage de transporter des volumes plus importants. De plus, à sa création, le chemin de fer permet de transporter les matériaux nécessaires à la sécurisation des galeries minières, comme s'apprêtent à le faire notre équipe.

"Au fur et à mesure de notre progression, nous allons construire le chemin de fer grâce aux rails et planches que tu vois là. Cela nous permettra d'acheminer tous l'outillage et les matériaux dans la grotte  sans trop nous fatiguer. Je pourrai bien les sceller grâce à mon fuinjutsu mais vue leur nombre, je serai à cours de chakra avant même d'avoir commencé notre aventure. Ses messieurs sont habitués à cette tâche. Tandis qu'un pose les planches les unes devant les autres de façon parallèle, deux autres attirent à eux un rail et le mettent en place. Pour finir, deux autres hommes terminent le travail en clouant les rails au sol. Ainsi, nous progressons facilement, rapidement et cela sans nous fatiguer."

Des années d'expérience avaient forgé chez la jeune fille un savoir-faire propre au clan Jiryoku. Aucun autre n'avait les capacités d'extraire les minerais aussi efficacement qu'eux. Cette avantage, elle comptait bien le mettre en application pour le village.

"Je passerai devant pour anticiper les dangers et vous protéger. Toi Manahime, j'ai vu tout à l'heure que tu étais douée pour la manipulation des objets, tu occuperas le poste où il faut poser les rails. Je le rappelle, ton rôle est d'attirer à toi, grâce à ton pouvoir, les rails métalliques stockés dans le wagon que tu vois là et de les mettre en place de façon perpendiculaire aux planches de bois. Tu t'occuperas du rail de droite, si tu hésites, fais comme le mec en face de toi qui s'occupe du rail de gauche. Tous en place, c'est parti !"

*En lui demandant de faire ça, je compte bien la décoincer un peu et lui faire comprendre la fierté que l'on a du travail bien fait !*
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
C’est avec une certaine appréhension que Manahime commençait pour la toute première fois la découverte de ce que signifier  “travailler”. Quoi de plus naturel, ayant vécu bien loin de ces taches nébuleuses, dans un cadre aisé où ce genre d’activité demeurait chimère. Transportant grâce à ses pouvoirs claniques les lourdes caisses, sous l’approbation silencieuse de celle en charge des opération, le Princesse Jiryoku se faisait déjà remarquée. Les regards circonspects des ouvriers bourrus en disaient long sur l'incompétence flagrante de la jeune demoiselle qui ne savait même pas ce qu’elle faisait, la voyant tous comme bien peu à sa place sur le chantier minier. Voilà que la journée de labeur commençait à peine et qu’elle se faisait déjà remarquée. Bien que déjà remarquée considérablement de par sa beauté indéniable et le fait évident qu’elle contrastait énormément avec tout ce qui était mines et autres contextes plus virils. Chose qu’elle essayait pourtant d’éviter à tout prix. C’est le cœur un peu honteux, qu’elle se contentait de poursuivre sa tâche, déposant alors les caisses à l’entrée de la zone propice à cela.

Une fois tous les outils et autres objets non identifiés mais indispensables aux travaux disposés à bonne place, Raiu donna la suite des directives concernant les méthodes à employer. Des consignes strictes et claires, afin de mener à bien l’ouvrage qui permettrait de fournir au village caché de très précieuses ressources nécessaires à son développement. Manahime écoutait avec attention ces biens étranges paroles, tout comme les autres travailleurs pour qui cela s'avérait routine. Affichant un air sérieux, voir même désireux de suivre les indications avec zèle, la petite demoiselle n’en menait pas large, mais comptait bien prouver sa valeur. Après tout, un Jiryoku n’abandonnait jamais.

La comparse détaillait plus en détail ce que l’ingénue avait à faire, s’adressant particulièrement à elle, afin de l’aider. Sachant parfaitement qu’elle était inexpérimentée, cette attention montrait que la chef de chantier était soucieuse, mais avenante. Attention qui ne manqua pas d’être appréciée. Elle affichait un sourire de circonstance, avant de rassurer la Kunoichi à la chevelure ébène.

“ Attirer les rails et les poser perpendiculairement sur les planches. “ répétant pour faire montre qu’elle comprenait ce qui lui était demandé- “ C’est compris. ” -semblant motivée-

C’est alors que la grande expédition pouvait commencer. Entrant peu à peu dans les entrailles de la terre, lentement, mais sûrement, les travailleurs s’affairaient à mener à bien la construction du chemin de fer. Posant planche après planche, les rails venaient se poser, puis être cloués avec attention et rigueur. Manahime s’occupait de placer les rails de droite, tandis qu’un ouvrier espiègle, ne manquant point de rudesse, en faisait de même du côté gauche. Fort désagréable personne, lançant des regards en coin sur la Belle, afin de signifier des choses déplacées. La princesse lui aurait bien crevé ses yeux vitreux ou encore par un malencontreux, mais justicier hasard, fait tomber la poutrelle d’acier sur le coin du crâne. Cependant, elle se retenu bien que cela était fort tentant de châtier séance tenante le sacripant, sachant que cela n’aurait fait qu’apporter problèmes et déconvenue ralentissant la mission.

Cela allait lentement, mais sûrement. Usant de polarité, Manahime s’efforçait de s’appliquer. Avançant progressivement, petit à petit, soulevant du chariot les rails un à un, venant faire naître ce chemin s’engouffrant tous plus profondément dans la mine. Raiu ouvrant la marche, s’assurant qu’aucun danger ne vienne avoir toupet de faire montre de son indésirable présence viciée. Le temps passait inexorablement, avec lenteur, ce qui venait mettre le talent et l’endurance de la frêle Kunoichi, à la chevelure argenté, à bien rude épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
La lenteur, une notion plutôt abstraite pour l’adolescente qui, du haut de ses seize années, n’avait pas froid aux yeux. Raiu avançait au rythme de sa partenaire, qui découvrait lentement les plaisirs du travail, d’une bonne suée. L’accoutrement de Manahime ne se prêtait pas forcément à ce genre de situation, l’humidité corporelle faisait se coller encore plus le vêtement, épousant parfaitement les lignes gourmandes de son corps. Son camarade l’avait bien remarqué et loucha aussi discrètement qu’il le pouvait sur la poitrine ainsi mise en avant. Mais il fallait bien qu’elle découvre cette facette de son clan, loin des strass de sa vie de princesse. La vie de Kunoichi lui apporterait bien d’autres épreuves, certainement plus rudes à surmonter.

Bref, l’équipe hétérogène s’enfonçait dans le gouffre à tel point qu’on ne les distinguait plus depuis l’entrée. Une noirceur intense les étouffait, les obligeant à allumer prudemment leurs lampes à huile frontales. La Belle allait découvrir un autre aspect plutôt atypique de la vie de mineur, la lampe frontale ultra sexy ! Pour le moment, Raiu lui épargna ce supplice, lui évitant ainsi d’autres brimades de la part des hommes. La flamme dansait au bout de la mèche et crépitait de façon irrégulière, leurs rappelant à tous la présence du grisou. Ce gaz inflammable et inodore caractéristique des exploitations minières. Le danger était là, palpable.

*Leur vie est entre mes mains. Je dois redoubler d’efforts.*

« Finit la rigolade, restez sur vos gardes. Nos aînés avaient raison, cette mine est extrêmement dangereuse. »

L’expression de son visage était toujours aussi froide, mais on pouvait ressentir, presque palper, cette tension qui l’envahissait. Ses pas étaient de moins en moins sûres. Le moindre coup de masse sur un clou la faisait tressaillir, la forçant à camoufler cette peur nouvelle. Elle était habituée à cette environnement et à ses risques, mais jamais elle n’avait eu la vie d’un groupe à sa charge. Là, au fond du trou, son nom n’avait plus d’importance, seules les vies qu’on lui avait confié comptaient. Pour la première fois, elle goûtait à la vie d’adulte et à ses responsabilités.

L’effort des mineurs n’en restaient pas moins ralenti par la seconde Jiryoku. Malgré le risque, l’ennui s’installa peu à peu. Il amena avec lui son lot de fautes d’inattention. Les flammèches dansantes offraient un jeu d’ombre sur les parois des galeries. Elles glissaient sur le corps de Manahime, faisant apparaître, disparaître puis réapparaître ses courbes alambiquées. Amusé par ce spectacle, l’importun, qui devait poser les rails de gauche, fit tomber une poutre métallique dans le wagon d’acier. Le choc laissa s’échapper une onde sonore, amplifiée par le format cylindrique de la galerie…

Tous s’arrêtèrent, courbèrent l’échine levant les yeux au ciel, pour voir s’il ne leurs tombait pas sur la tête. Ils patientèrent quelques secondes, immobiles. Après un court laps de temps, Raiu se redressa en même temps que la mine gronda. Deux fissures filèrent en avant sur le plafond, menaçant de le faire s’écrouler sur le groupe.

GRRRRRRRRrrrrrrrrrrrrrrrrRRRRRRRRRRRrrrrrrrrrrrr


« MANAHIME ! Maintiens un rail au plafond pour le supporter ! VITE ! »
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Travailler tenait plus du calvaire que du plaisir. Manahime s’en doutait, maintenant elle en avait la certitude. Ce regard lubrique se posant  sur elle de manière fallacieuse, la fatigue commençant à se faire ressentir, la transpiration qui rendait sa tenue désagréable à arborer. Tout cela incarnait une situation gênante, dont elle se serait passée avec plaisir. Elle désirait déjà en avoir terminé et rentrer chez elle (ou du moins à l’auberge incarnant momentanément ce qui s’en rapprochait), afin de se reposer et de se prélasser nonchalamment, comme toute princesse était supposée le faire.

Voilà que Raiu venait confirmer que cette mine était dangereuse. Oh pour sûr elle l’était. Surtout pour la mise en plis de la jeune demoiselle qui ne pouvait qu’acquiescer intérieurement. Ils s'enfonçaient petit à petit plus profondément. Planche par planche, rail par rail, clou par clou. Elle s'efforçait de suivre la cadence, pour ne pas les ralentir, pour ne pas être un boulet. L’idée d’en être était au demeurant désagréable, ne voulant pas être un point pour l’équipe suant à la tâche, ou plutôt, plus particulièrement pour Raiu qui était une compatriote particulièrement inspirante. La petite Princesse perdue ne l’avouait pas, mais elle commençait à la considérer peu à peu comme un modèle. Un exemple à suivre afin de survivre dans ce monde où la dure réalité était plus que palpable et faisait ressentir de sa désagréable poigne.

Qu’y avait-il de si passionnant à travailler ? Manahime se posait cette question, tout en continuant à soulever les poutres d’acier et à les poser une à une sur les planches de bois qui venaient former le chemin venant vers les profondes ténèbres des entrailles de la terre. Elle se demandait quand tout cela allait s'arrêter. Apparemment pas de sitôt, ce qui lui laissa échapper un soupir démarquant toute la lassitude qui la traversait.

Elle avait beau faire de son mieux, mais malheureusement, elle était loin de suivre le rythme, ce qui semblait en énerver certains, tandis que d’autres s’en moquaient éperdument, trop dans leur bulle pernicieuse pour éviter de poser leur regards lubriques sur la créature de rêve.

Soudain, le freluquet dont l’attention était “ailleurs” fit la bourde de faire tomber le rail, qui ne manqua point de lourdement résonner dans un carillon annonciateur de trépas. Voilà que le temps se figeait, comme les silhouettes conscientes que la clochette marquant l’arrivée des problèmes au triple galop venait de sonner le requiem qui allait s’abattre sur eux.

Le plafond commença à se fissurer… Puis faire montre de sa volonté de choir. C’était le ciel qui allait leur tomber sur la terre. Un ciel des plus terrestres.

Manahime restait stupéfaite, comprenant peu à peu ce qui se passait sans vraiment savoir comment réagir. Elle maîtrisait le magnétisme et aurait donc pu soutenir des minerais métalliques, mais là il s’agissait nullement de quelque chose sur quoi elle aurait pu avoir la quelconque emprise. Fort heureusement, les paroles de Raiu tombait au bon moment pour la faire réagir. Mais oui, les satanées poutres de métal. Véloce, elle usa de ses capacités clanique pour faire s’élever les rais quelques rails de métal trônant dans le wagon, pour les placer en direction du plafond menaçant de s’écrouler. Il lui suffisait alors de maintenir la répulsion vers le haut pour les sécuriser. Manahime n’avait pas l’habitude de maintenir un tel poids, mais donna tout ce qu’elle avait pour ne pas flancher. Elle serrait ses dents, tremblait tant l’effort demandait un effort conséquent mais elle tenait bon la bougresse.Tendant les mains vers le haut, son corps en devenait même douloureux tant ces tonnes de terres et de roche luttaient pour s’écrouler.

“ Ra… Raiu-san… Je ne vais pas tenir… longtemps. “

Elle ne pouvait même plus bouger, tant cela demandait un effort des plus soutenus pour ne pas faillir.

Sans aide, il ne s’agissait que d’une question de temps, avant que la faucheuse vienne réclamer son dû.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
D’abord immobile, Manahime se mit en branle pour exécuter l’ordre vital de Raiu. Leur vie à tous reposait sur ses épaules. Le poids considérable qu’elle devait supporter consommait chaque calorie que son corps brûlait. Ses deux bras en l’air plaquaient au plafond deux rails métallique et le supportaient. A cet endroit, tant que la genin tenait, ils ne risquaient rien. Mais les deux fissures continuaient leur chemin sur le plafond rocheux. Il fallait les stopper immédiatement sous peine de voir un autre pan s’écrouler un peu plus loin.

*Une fissure se déplace dans le corps rocheux, s’il n’y a plus de roche, la fissure s’arrête.* se remémora-t-elle le conseil de son père, lui aussi mineur quand il arriva à Kumo.

« Je dois créer un vide ! » lâcha-t-elle expressément.

C’est alors que la Jiryoku invoqua deux kunais d’un de ses sceaux. Puis elle les lança devant elle, vers le plafond en prenant soin de ne pas toucher Manahime. Les armes de jet se plantèrent plusieurs centimètres devant les fissures galopantes. Lorsque les deux kunais pénétrèrent la roche, ils créèrent ‘un vide rocheux’. Les deux fissures stoppèrent leur folle course à la rencontre des kunais, n’ayant plus matière pour se répandre. Les deux armes tombèrent au sol, leur mission accomplie avec succès.

« Quel abruti … »

Via un autre sceau, Raiu attira vers elle l’un des kunais. Et d’un mouvement aussi sauvage que meurtrier, son corps pivota à 180°. C’est alors que son bras armé se déploya pour tirer tel un missile l’arme métallique vers l’idiot responsable de cette frayeur. Le kunai traversa la galerie, se planta dans son casque, qui vola en arrière après avoir sonné son porteur. Les autres mineurs étaient bouche bée. Etait-ce face à de la position évocatrice de Manahime et de sa poitrine saillante, les bras en l’air, ou était-ce à cause de l’action virulente de sa camarade ? Seuls eux le savaient.

“ Ra… Raiu-san… Je ne vais pas tenir… longtemps. “

*Oooups, je l’avais oubliée*

« Grouillez-vous bande d’idiots ! Elle vous sauve la vie et vous restez planté là, à la regarder ! »

Tous les ouvriers se dépêchèrent d’aider leur consœur, sauf l’idiot, appuyé sur le chariot, toujours désorienté par l’attaque de Raiu. Alors que Manahime réussit à supporter seule les deux rails, il ne fallut pas moins de huit braves hommes pour les retenir. Enfin, elle pouvait relâcher la charge et faire retomber la pression.

« Comment vas-tu ? Comment te sens-tu ? Tiens, prend un peu d’eau ! » dit Raiu en lui tendant sa gourde.
« Tu nous as sauvé la vie ! Tu peux être fière de toi. » avoua-t-elle, pleine de sincérité.

*Et dire que j’ai osé douter d’elle. Ca m’apprendra à juger les gens.*


Plusieurs minutes s’écoulèrent.


Les mineurs suaient à grosses gouttes. Ils n’en pouvaient plus de faire les poteaux humains, il est vrai que la tâche était ardue.

« Manahime, peux tu prendre leur place, user à nouveau de ton pouvoir pour maintenir les rails au plafond. Ils sont exténués. »
lui demanda-t-elle avec une voix posée.
« Ce n’est pas pour autant que vous allez vous reposer bande de mauviettes ! Pendant qu’elle fait votre job, vous allez boiser la galerie pour la consolider ! »

Une fois la première arche de bois posée à son niveau, la Belle pourra à nouveau baisser les bras. En attendant, elle devait se remettre au travail.

*Pendant qu’ils s’occuperont de ça, nous irons à deux explorer la mine pour voir quelles autres surprises elle nous réserve.*
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Une situation de vie ou de mort se présentait au plus profond des entrailles de la terre. La moindre erreur était synonyme de trépas. Manahime se serait bien passé de cette situation fort inconfortable que de risquer de se retrouver écrasée vivante sous plusieurs tonnes de terre et de roche. Le désir de voir à nouveau le soleil était naturel. Ne pas mourir ainsi, dans une triste mine, était une chose qui suscitait à donner tout afin de survivre. Peut être l’instinct. Fort heureusement Manahime ne comptait pas clamser ainsi. C’est pourquoi elle donnait tout ce qu’elle avait pour ne pas flancher. Ses deux bras levés en direction du plafond, immobile, elle utilisait la puissance clanique du contrôle sur le magnétisme comme jamais encore elle avait eu occasion de le faire. Là, il ne s’agissait pas d’une bête entraînement sans enjeux, mais bel et bien une question de vie ou de mort. L’épreuve du feu, et la bougresse s’en sortait plutôt bien. Le poids à soutenir était effarant, mais elle ne flancherait pas.

Des fissures lézardait la voûte rocheuse, chose à laquelle elle ne pouvait rien faire dans sa position.  Elle ne put qu’écarquiller les yeux, maintenant la pression sur les poutres métalliques qu’elle devait garder plaquées au plafond. Elle put compter sur la réactivité de sa compatriote. Elle était vive d’esprit et expérimentée dans les arts miniers. Chose appréciable. La Jiryoku à la chevelure ébène montra toutes ses compétences, réagissant au quart de tour, elle se chargea d'arrêter ces fissures annonciatrices de malheur à l’aide de quelques arcanes savamment exécutées. 

Une fois la situation sécurisée, enfin presque, Raiu fit montre de son désarroi concernant la bourde du maladroit. Plantant son Kunai dans le casque du malotru, afin de bien lui signifier que son erreur était impardonnable. Manahime tenait bon, mais un peu d’aide était nécessaire pour mettre un terme à la menace. Quelques travailleurs suffirent à remplacer la Princesse, afin de lui enlever le lourd poids qu’elle avait sur les épaules. Laissant la charge de maintenir le plafond, Manahime laissa retomber ses bras, laissant échapper un profond soupir de soulagement. 

“ Je vais bien. “

Elle prit la gourde que Raiu lui tendait, puis bu sans se faire prier. Faisant fit de manière ou d'élégance. Un peu d’eau n’était pas de refus après tant d’effort, ainsi que de tumultes pour le moins perturbants. Elle était encore fébrile, tant elle se voyait déjà écrabouillée comme un Okonomiyaki.

Les remerciements étaient appréciés à leur juste valeur. Manahime voulait avant tout sauver sa vie, mais elle ne comptait pas que Raiu meure. En réalité elle commençait à beaucoup l’apprécier. Même les pervers qui l’embêtaient, elle ne souhaitait pas les voir se faire ensevelir. Pourtant, en tant que Princesse, elle avait son fichu caractère et se croyait toujours supérieure aux autres. Mais depuis sa rencontre avec sa compatriote, elle commençait à revoir ses jugements et ses valeurs.

Manahime se contenta de rester silencieuse. Buvant encore quelques gorgées lui rafraîchissant le palais. Elle ne savait pas quoi répondre. Après tout c’était la première fois qu’on la remerciait de la sorte.

Après quelques instants, elle était déjà remise en grosse partie de ses frayeurs. C’est presque naturellement qu’elle accepta la requête.

“ Je peux le faire. “

Elle remplace les hommes qui étaient en train de comprendre le poids qu’avait dû soutenir la frêle jeune femme. Peut être qu’ils comprendraient qu’elle n’était pas une simple gêne mais pouvait être utile. Après tout, elle était une utilisatrice assez douée des arts de son clan.

Elle leva une nouvelle fois les bras en direction des poutre, en usant de son pouvoir, afin de les maintenir. Cela lui sembla plus facile que précédemment. Les travailleurs possèdent des poutres afin de sécuriser le plafond. Une fois chose faite, elle put laisser retomber ses bras, afin de se reposer un peu. L’effort avait été moins conséquent, plus aisé. C’était peut être qu’elle commençait à avoir plus confiance en elle. Après avoir repris son souffle, elle se tourna vers Raiu, afin de lui parler.

“ Je ne pensais pas que cette mission serait si… intense. “

Elle passe une main dans sa chevelure immaculée, puis essaye de remettre un peu d’ordre dans sa parure, passant sa main sur l’étoffe de sa tenue afin de tenter de la défroisser. En vain.

“ Que faisons nous ? “

Posant la question avec une candeur déconcertante.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
Après s’être reposé un court instant, Manahime reprit place et supporta de nouveau les rails en usant du pouvoir du clan Jiryoku. Elle s’en sortait à merveille. Pendant ce temps, les braves mineurs s’activèrent également. Ils usèrent d’une partie du bois qu’ils avaient trainé jusque là pour consolider la galerie. Une fois chose faite, ce tronçon de la mine serait sécurisé pour les nombreuses années à venir. Quand ils eurent enfin cloué les poutres autours de la Belle, elle put relâcher son effort. Son regard croisa ceux de ses coéquipiers, qui cette fois, lui adressèrent des yeux compatissant et reconnaissant.

Manahime reconnut que la mission était intense. Telle était la vie dans les mines, dangereuse et difficile. C’est l’une des raisons qui font que les membres du clan ont un caractère bien trempé. Et puis, comme si de rien, l’Ingénue demanda à Raiu qu’elle était la suite. Surprise face à tant d’enthousiasme et de volonté, notre héroïne ne sut quoi répondre. L’abruti à l’origine du sinistre se réveilla et demanda également ce qu’il devait faire, d’un ton fuyard.

« Toi, tu vas installer le ventilateur et tu vas pédaler pour le faire fonctionner, prendre l’air te fera le plus grand bien. » rétorqua-t-elle instinctivement.

Et elle avait raison. Les fractures rocheuses du plafond libérèrent du grisou, le gaz inflammable. Les quantités n’étaient pas alarmantes, mais dans un endroit tel que celui-ci, il valait mieux prévenir que guérir.

« Et pédale comme il faut, tu peux t’exciter là-dessus … Sinon, on risque tous de finir griller. »


Rien qu’à ces paroles, les mineurs se retournèrent vers leur cheffe. Ils ne connaissaient que trop bien les explosions de gaz dans les mines. Certains d’entre eux avaient même perdu des proches dans ses conditions.

« Ne vous inquiétez pas les gars, temps qu’ils pédales pour évacuer l’air vers l’extérieur et le recycler, on ne craint rien. »

*… du moins je l’espère.*




Les deux genins avaient laissé leurs confrères à leur tâche et elles continuaient à s’enfoncer encore plus profondément dans les méandres rocheux. Raiu profita de ce moment de solitude et de calme pour enseigner à sa partenaire la façon de trouver le fer.

« Le fer, du moins le minerai de fer, n’est pas présent partout autour de nous. Si nous creusons des galeries, c’est pour l’atteindre. Avant de décider d’exploiter tel ou tel endroit, nos plus grands aînés sondent le sol avec leur pouvoir pour voir s’il réagit. C’est seulement quand ils découvrent un gisement, que l’on se met à creuser le sol pour l’atteindre. Une fois dans la mine, nous utilisons encore notre pouvoir pour nous orienter le plus directement possible vers les veines de fer. C’est l’une des raisons qui font que nous sommes aussi efficaces pour cela. »

Notre genin avait à cœur d’expliquer les rouages de la mine. Jusqu’à présent, elle n’avait partagé avec Manahime que les risques, elle était fière de lui exposer parmi les plus grandes qualités de leur clan.

« Et une fois que la veine est atteinte, nous n’avons pas besoin d’utiliser de pioches, nous utilisons encore notre don. Grâce au magnétisme, nous arrachons littéralement les blocs de pierre contenant le minerai de fer. C’est difficile et demande de la concentration mais cela augmente considérablement les rendements. Ça, c’est la seconde raison de notre efficacité.
La troisième, c’est le fait que l’on peut charger abondamment les chariots métalliques de minerais et que l’on sait les tirer jusqu’à la surface toujours avec notre pouvoir et non à la force des bras.
Tiens, je vais te montrer comment on fait pour extraire un bloc ! »


Raiu tendit la main, un sceau apparu au creux de cette dernière et généra un champ magnétique. Justement, au bout cette galerie, une veine était à portée. La paroi trembla et se fissura, un bloc rocheux se détachait peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Décidément, travailler était éprouvant. Mais Manahime était loin de s’attendre à ce que les gens doivent fournir tant d’efforts, voire même risquer le trépas, afin de gagner de quoi subsister. Il y avait un fossé évident entre ce qu’elle pensait et la réalité. Elle l’apprenait peu à peu à travers cette mission. Heureusement que Raiu comprenait et savait se montrer pédagogue avec elle. La princesse aurait pu être moins chanceuse. 

Après cette frayeur, tous purent peu à peu se remettre de leurs émotions. La voie était sécurisée, permettant de reprendre le travail, mais surtout la mission qui leur avait été confiée. Une quête qui devait être menée à son terme, afin de poser la première pierre à l'édifice de la gloire clanique des Jiryouku.

Si au départ, les regards étaient dubitatif concernant la frêle demoiselle à la chevelure immaculée, désormais, les mineurs la regardaient avec des yeux emplis de gratitude. Enfin, il n’était pas trop tôt, qu’ils reconnaissent enfin la supériorité de la jeune femme. Manahime pouvait se targuer que d’avoir vaincu l’adversité, mais contre toute attente resta assez humble. Silencieuse, elle désirait en terminer au plus vite afin de revoir la lumière du soleil et sentir à nouveau la caresse de l’air frais sur son visage.

L’enthousiasme était évident, mais résultait surtout d’une volonté ardente que de quitter cet endroit empestant la mort et les ténèbres. Passer à la suite et ne pas traîner, voilà ce à quoi aspirait la Kunoichi.  Chose qui ne traîna pas, Raiu donnant de nouvelles directives et sommant le manant ayant faillit faire périr la joyeuse troupe de s'enquérir à la tâche. Non initié aux arts miniers, la jeune femme était un peu perplexe sur cette histoire de finir brûlés vivants. L’idée venait même la faire frissonner.

Voilà que toutes les deux s'engouffraient plus profondément dans les entrailles de la terre. Laissant les mineurs en retrait, Manahime suivait sa comparse. Essayant de faire attention, elle était loin d’être rassurée. Elle fut gratifiée de quelques explications concernant le travail, notamment comment repérer le minerai.

“ Je comprend. Voilà pourquoi notre pouvoir clanique est si utile dans les mines. Je n’aime pas trop l’idée que des membres de notre clan doivent travailler ainsi, dans des conditions si difficiles et dangereuses. Mais je suppose que nous n’y pouvons rien. J’ai vraiment hâte que les Jiryoku prennent la place qui leur revient dans ce village caché. J’ai l’impression que ce dernier oublie un peu trop quels formidables pouvoirs nous détenons. “

L’experte fit une démonstration en extrayant un bloc présent contre la paroi rocheuse. Impressionée par les explications, Manahime lui signifia qu’elle comprenait la manoeuvre. Croisant les bras, un peu songeuse.

“ Je vois. Cela explique pourquoi les Jiryoku sont chargés des travaux miniers. Mais, je n’aime pas vraiment cette idée, bien que cela soit logique. “

Très fier, elle comprennait parfaitement que les pouvoirs du magnétismes étaient parfaits pour travailler ainsi dans les mines regorgeant de minerai. Mais quand bien même, cela était trop en décalage avec ses principes.

Soudain, la princesse se sentait bizarre. Sa tête tournait et sa vision se troublait peu à peu. Elle commenca à chanceler et à avoir une légere difficulté à tenir debout.

“ Je me sens un peu bizarre. J’ai la tête qui tourne… “

Ne comprenant pas ce qui lui arrivait, elle regarda Raiu, comme si elle cherchait désespérément des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
Une craquelure de forme circulaire se dessina sur la paroi. Raiu se tenait en face, la bras droit tendu, la paume relevée, la main gauche soutenant son bras droit. L’effort était intense et demandait une concentration inflexible, il n’est pas simple d’arracher la roche. La sueur perlait sur son front, mais pas un bruit n’émana de la jeune fille, pas même un grognement. Seuls les tremblements de son bras trahissaient l’intensité de l’activité.
Puis, après quelques dizaines de secondes, enfin le bloc choisi se sépara de la galerie. Il lévitait dans l’air, il paraissait d’une légèreté déconcertante. Mais la jeune mineure s’empressa de le déposer au sol et laissa échapper un soufflement. Le souffle haletant, elle prononça :

« Tu vois, ça n’est pas si difficile ! » avant de laisser échapper un rire moqueur.

Elle essuya son front humide avec son avant-bras gauche, laissant l’autre pendre le long de son corps, pour le reposer. Elle était fière de montrer à Manahime le minerai de fer présent dans la roche. Le fameux métal si précieux pour le développement du village, donnant toute sa gloire au clan Jiryoku.

« Il est vrai que travailler aux fins fonds de la terre n’est pas très reluisant, sur le papier, ça n’est pas très glorieux. Mais il faut bien des gens pour le faire, dit toi que sans nous, nos soldats ne pourraient pas se défendre. Quand nous voyons nos armes leurs sauver la vie, nous ressentons une grande fierté.
Quant au village, c’est en partie grâce à nos poutres métalliques que nous pouvons installer nos maisons à fleurs de montagnes. Elles assurent une grande rigidité et stabilité à la construction. »


*Mais je te concède que notre clan souffre d’un manque cruel de notoriété. Un jour je saurai leur montrer sa juste valeur !*

“ Je me sens un peu bizarre. J’ai la tête qui tourne… “

*Moi aussi je ne me sens pas très bien…*

« LE GAZ !!! »

En se concentrant sur son enseignement à Manahime, Raiu en oublia les règles primordiales de sécurité. Toujours ventiler une galerie avant de commencer l’extraction, comme ça, si une poche de gaz se libère, elle est évacuée. Il y avait certes l’autre pervers en train de pédaler, mais les deux jeunes filles étaient trop loin, un second ventilateur aurait dû être installé !
Ce n’était qu’une question de temps avant que cette galerie devienne un brasier, consumant tout sur son passage.

« COURT MANAHIME, COURT !!!!! » cria-t-elle.

*Nous devons prévenir nos collègues avant le gaz ne s’enflamme, autrement nous mourrons tous ! Et j’aurai lamentablement échoué …*

Le duo rebroussa chemin à toute allure, il fallait à tout prix rejoindre le reste du groupe pour que tout le monde se mette à l’abri. Une galerie de secours avait été creusé perpendiculairement à la première. Elle avait déjà servi pour évacuer une précédente inondation, celle-là même qui était à l’origine de la mission : sécuriser cette mine. Ils devaient tous atteindre cette poche d’eau sous peine de finir grillé.

« Plus vite Manahime ! PLUS VITE ! »


« Arrêtez tout ! Allez sauter dans l’eau ! »
s’écria-t-elle en espérant que les hommes l’entendent.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Manahime était attentive lorsque Raiu lui fit une démonstration de l’utilité que pouvait revêtir le pouvoir clanique en étant usé dans les mines. La jeune princesse comprenait parfaitement tout cela, mais ne pouvait pleinement accepter que le des membres de son clan en soit réduit à de simples mineurs devant travailler en risquant leur vie à chaque instant alors que d’autres profitaient du fruit de ce dur labeur bien en sécurité et dans de bien plus confortables situations.

Il fallait que tout cela change. et tout cela allait changer. Il fallait que le village des nuages reconnaissent le clan Jiryoku à sa juste valeur. En tout cas, la jeune femme ferait tout en ce sens, quitte à devoir travailler elle-même dans cette satanée mine. Une fois que la mission serait un succès, il serait alors plus facile de parvenir au but escompté.

Tout ce qu’avait fait sa comparse était réaffirmer de plus belle toute l’importance dont faisait montre les manipulateurs de la polarité. Sans eux, il aurait été beaucoup plus ardu pour le village de prospérer, voire même de s’ériger. Convaincue de l’ignominie qui avait été commis et qui restait outrageusement impunie, la demoiselle en avait gros. Cependant, la priorité en cet instant était de survivre à l’expédition qui était loin d’avoir dis son dernier mot.

La vision de l’ingénue se troublait peu à peu, ressentant alors une bien étrange sensation dont elle n’avait souvenance. Que se passait-il ? Soudain Raiu s’écria, hurlant que le danger n’avait jamais été aussi palpable qu’à cet instant. Secouant vivement sa tête de droite à gauche, afin de se remettre d’aplomb, la fière Kunoichi comprenait que quelque chose de dangereux menaçait sa vie, ainsi que toutes celles présente à l’orée de la mine de la perdition. Ne cherchant trop à comprendre, elle suivit sa comparse qui se mit à courir en sens inverse comme si elle était possédée. A grande enjambée, elles se ruaient toutes deux en direction des travailleurs qui étaient toujours en train de s’affairer à travailler . 

Raiu s’écriait qu’elles devaient courir, plus vite, toujours plus vite. Chose à laquelle Manahime obéit à la lettre. Etant loin d’être particulièrement sportive, la Kunoichi donna tout ce qu’elle avait pour que ses pas n’aient à rougir face au zéphyr.

Finalement, une nouvelle indication vint ordonner de se jeter à l’eau. Les mineurs sursautèrent, laissant en plan ce qu’ils avaient à faire et se mettant à détaller en affichant des faciès apeurés dans la même direction. Mieux valait suivre apparemment. Chose que la Princesse fit, sautant comme eux dans les profondeurs aqueuses.

Soudain, un fruit terrible éclata. Une explosions dantesque digne d’un infernal et espiègle brasier courroucé hurla dans les profondeurs de la mine.

Que venait-il de se passer ? Troublée, la Kunoichi était alors immergée comme tous les autres dans la poche d’eau incarnant le salvateur sanctuaire leur ayant permit de survivre.

Finissant par remonter tout naturellement à la surface, la Jiryoku allait découvrir ce qu’il s’était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
« ALLEZ ALLEZ ALLEZ ! CA VA PETER ! »

Il ne fallut pas longtemps aux ouvriers pour comprendre ce qui était en train de se jouer, malheureusement trop habitués à ce genre de situations. Le groupe maintenant reformé s’engouffra dans la galerie de secours, servant à contenir les éventuelles inondations. Inondations qui ont lieu lorsqu’une nappe phréatique est percée lors de l’exploitation de la mine. Cette voie cylindrique débouchait, par un précipice, sur un énorme lac sous-terrain, présent ici depuis des millénaires, dans son logement rocheux presque parfaitement sphérique.
Depuis les hauteurs surplombant ce lac, la troupe n’hésita pas un instant à s’élancer dans les airs pour sauver sa vie. Ignorant tout de ce qui pouvait les attendre, là, dans les profondeurs. A ce moment, le gaz suffisamment concentré dans l’air de la précédente galerie s’embrasa, donnant naissant à un brasier infernal. Il serpenta dans quasiment toute la mine consumant tout sur son passage.
Alors totalement immergé dans l’eau, grâce à la force de sa chute, le groupe Jiryoku évita le pire. Chacun remonta peu à peu à la surface, ressentant le changement brusque de température de l’eau, si fraîche en profondeur, devenue chaude à la frontière de l’air.

« Tout le monde est là ? » lança Raiu, projetant son regard à 360 degrés pour s’assurer que tout le monde avait survecu.

« Etes-vous blessés ? » demanda-t-elle afin de les traiter en urgence.

A cette dernière question, chaque ouvrier répondit non. L’ensemble des membres du groupe semblait sain et sauf. Une chance !

*Quelle gourde !*

« Une poche de gaz s’est libérée lors de notre extraction avec Manahime, nous avons juste eu le temps de comprendre ce qu’il se passait et fuir. »

« Et comment on sort de là ? » s’interrogea un des mineurs, en regardant la genin.

*Je l’ignore …* désespéra la jeune fille.

« L’explosion a certainement détruit notre boisage, laissant tomber le plafond rocheux par la même occasion. On ne peut pas revenir en arrière ! »

Forte de ses responsabilités, la kunoichi ne pouvait montrer sa peur, au lieu de ça, elle fit preuve d’observation. Elle n’aperçue aucune autre galerie débouchant ici. A la nage, elle se rapprocha du bord et scruta la roche. Au même niveau que l’eau se dessinait sur la paroi un trait blanc. Ce trait marquait le niveau de l’eau quasi-identique depuis des milliers d’années. Malgré la précédente inondation, le niveau de l’eau n’avait pas augmenté.

« Ici, le niveau d’eau ne varie pas, ce qui veut dire qu’il y a un effet de vase-communiquant avec un autre lac. On y trouvera peut-être une issue ! Mais d’abord, il faut trouver le tunnel sous-marin qui nous y conduira. Nous devons plonger et le trouver … »


*…  Sous peine de mourir de fatigue …*

Telle était leur seule et unique chance de quitter ce tombeau, sans aucune autre échappatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Pouvant enfin reprendre son souffle, la Jiryoku ne manquait pas de recracher un peu d’eau avant de pouvoir inspirer l’air salvateur qui venait à terriblement manquer suite au plongeon improvisé. Quelques secondes de plus et les carottes étaient cuites. La froideur saisissante de l’eau laissait place en surface à une atmosphère étouffante, due au brasier ayant fait rage. Ce lac souterrain était fort heureusement là, ayant permis aux vaillants mineurs de trouver une échappatoire à un bien triste sort. Décidément, le travail était une chose bien dangereuse, qui plaisait de moins à la petite princesse davantage habituée à une vie calme et paisible. Apparemment, tout le monde s’était sorti sain et sauf du malencontreux incident ayant provoqué une explosion dans les galeries souterraines. Malheureusement, pour le coup, la tonitruante déflagration avait forcément fait s’écrouler le passage érigé dans la mine, piégeant ainsi pour l’éternité la petite clique dans un funeste tombeau. Même Manahime qui n’était pas une experte comprenait que la situation était gravissime, pour ne pas dire sans espoir. C’était déjà un miracle que de s’en être sorti sans se faire emporter dans les flammes ayant frappées de leur liesse.    Raiu fit un rapide appel pour voir si tout le monde allait bien, ce qui semblait être le cas. Les mineurs semblaient assez désespérés, car bien sûr, la question était dorénavant de trouver une issue à cette prison. Mourir dans l’antre était hors de question et inenvisageable. Raiu trouva rapidement une piste, gardant un sang froid exemplaire, elle évoqua alors que le lac communiquait certainement avec une sortie à l’extérieur de l’antre de roche et de terre. C’était une très bonne nouvelle, car à part cette issue il n’y avait pas d’autres possibilités pour s’extirper des entrailles de la mine désormais condamnée.

“ Raiu-san, je suis plutôt bonne nageuse. Je peux essayer de trouver ce tunnel. “

Heureusement que Mahahime avait ce passe-temps que de profiter des sources chaudes et d’y passer un temps considérable à flâner en toute impunité. Ce qui expliquait peut-être cet incroyable corps si parfaitement dessiné. Mais aussi bonne nageuse qu’elle pouvait se targuer, il n’était pas évident de trouver cet interstice salvateur vu l’obscurité baignant l’atmosphère, mais surtout les profondeurs abyssales.    Effectuant plusieurs apnée et s’enquérant de cette périlleuse quête, elle parvint pourtant assez rapidement à trouver le fameux tunnel. Elle ne savait pas combien de temps il faudrait en l’empruntant pour déboucher sur la sortie, mais elle se hâtait de remonter à la surface afin de prévenir Raiu et les mineurs de sa découverte.

“ Je crois que j’ai trouvé ce fameux tunnel. “ -montrant du doigt la paroi rocheuse où un peu plus bas prenait forme une issue- “ Quelques mètres plus bas. Mais je ne sais pas combien de temps il faudrait pour le parcourir. “ -faisant la moue-

Il était risqué de s’aventurer ainsi vers l'inconnu, mais c’était la seule chance de s’en sortir. Peut-être était-il plus prudent que ceux certains de leurs capacités respiratoires tente le coup, afin d’aller chercher des secours.

“ Sans doute qu’il vaudrait mieux que les meilleurs nageurs tentent de l’emprunter afin de prévenir le Village  pour dépêcher les secours. “ -s’adressant surtout à Raiu, car elle était plus à même de décider de la marche à suivre, étant la cheffe de la mission-
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Raiu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 290
Messages : 87
Raiu n'osa pas l'avouer, mais elle ne savait pas très bien nager. Elle avait plutôt tendance à patauger. Elle remarqua l'aisance de sa camarade, qui semblait nager comme un poisson dans l'eau. Aussi bien sur terre que dans l'eau, elle possédait une telle grâce, bien loin du look garçon manqué de Raiu avec sa touffe de cheveux ébouriffée, qui sous le poids du liquide, lui collait au visage. C'est d'ailleurs elle qui s'empressa de se mettre en quête de cette fameuse issue de secours. Les autres mineurs, tout comme Raiu, préféraient avoir les deux pieds sur ou sous terre, tous étaient ravis que l'Ingénue s'en charge volontiers.

L'obscurité ambiante n'aidant pas, Manahime plongea et remonta plusieurs fois à la surface. Le reste du groupe retenait sa respiration en même temps qu'elle s'enfonçait dans les abysses.

"On peut se relayer si tu le souhaites, Manahime !" proposa Raiu, sachant pertinemment qu'elle n'y arriverait pas. C'était plus un soutien psychologique qu'autre chose.

"Hein les gars !" insista-t-elle auprès des travailleurs, fatigués de faire du surplace.

"Oui Oui M'dame !" lancèrent -ils tous en choeur.

Grâce à ces encouragements, ou pas, la fille à la chevelure blanche remonta à la surface avec une bonne nouvelle. Elle pointa du doigts l'endroit approximatif de la sortie. Elle prit soin de rappeler à tous qu'elle ignorait le temps qu'il faudrait pour le traverser et arriver de l'autre côté.
Le groupe se rapprocha de la paroi en question pour réduire au maximum la durée de cette apnée inconnue. Avant de plonger, la Belle proposa une idée pour les sortir de là.

"Tu as raisons Manahime, nous allons aller chercher les secours pendant que ces messieurs nous attendant ici."

"Ah non ! Je ne reste pas ici une minute de plus ! Je n'en peux plus de nager, si nous restons là, nous allons mourir de fatigue !" s'énerva l'un d'entre eux, soutenu par le reste de l'équipe masculine.

"A vous de trouver une solution ! Après tout, c'est vous deux qui nous avaient mis dans cette situation merdique !"

*Il n'a pas tort, pour les deux points évoqués ...*

Raiu plongea sa main dans sa pochette ninja afin de trouver une réponse. Elle avait oublié le câble métallique qui s'y trouvait et eut une idée.

"Ce câble sera notre ligne de vie ! Nous allons tous plonger en même temps et rentrer en fil indienne dans ce tunnel sous-marin. Chacun d'entre nous enroulera se câble autour de son poignée, comme ça, en cas de problème, il sera emmené par le reste du groupe."

"Que les meilleurs nageurs prennent la tête de la colonne." termina Raiu, en regardant Manahime pour lui faire comprendre qu'elle parlait d'elle.

Notre héroïne lança le câble et chacun s'y attacha. La colonne prit forme et plongea vers son ultime chance de survie.

*Je compte sur toi Princesse.*
Revenir en haut Aller en bas
Jiryoku Manahime
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 85
Messages : 20
Manahime n’était pas vraiment rassurée que de devoir se charger de trouver la sortie, cela faisant reposer sur ses graciles épaules les espoirs quant à la survie de beaucoup de personnes. Hormis sa compatriote à la chevelure ébène, elle ne les connaissait pas. Pourtant, bien que particulièrement désagréables (et moches), ces vils freluquets emplis de perversion, elle finissait par presque éprouver un léger sentiment de sympathie pour eux. Méritaient-ils de tous finir aussi misérablement ? En tout cas, en ce qui concernait Raiu et elle-même, certainement pas. L’ingénue était plutôt perplexe concernant les autres, mais peut être était ce le fait que d’avoir un peu vécu de leur quotidien et la mise en abyme que de se retrouver dans la même situation périlleuse qui éveilla une certaine forme d’empathie qui n’existait auparavant pas chez l’immaculée. La comparse demandait si la petite Jirokyu voulait de l’aide, mais cette dernière, très certainement par fierté, fit un non timide en hochant de la tête. Ça n’empêchât pas de recevoir des encouragements, plus ou moins avouées, qui la firent un peu rougirent intérieurement. Décidément, le monde et les relations de ce que les gens surnommaient travail étaient des choses bien étranges.

“ Ça ira, Raiu-san. Il vaut mieux que vous conserviez vos forces au cas où vous ne seriez pas bons nageurs. “

En effet, la plupart de ces mineurs assez bourrus ne semblaient pas bon nageurs. Du moins, c’était l’impression que s’en faisait la petite sirène. Il valait mieux qu’ils conservent leurs forces, car ce ne serait pas une mince affaire que de rester en apnée et de devoir s’aventurer dans les profondeurs des abysses. Une fois le tunnel découvert et l’annonce faite, il fallait prendre une décision. Les miraculés se rapprochèrent de la paroi où trônait plus bas leur unique échappatoire. L’idée des secours semblait ne pas faire l’unanimité, bien qu’il s’agît très certainement de la meilleure solution. Heureusement la Jiryaku en charge des opérations était débrouillarde et eut une idée de génie. Un câble permettait en effet de rendre l’expédition un peu plus salutaire. Prenant le filin, afin de s’arrimer à ce dernier, la Princesse avait une lourde responsabilité que d’ouvrir la marche. Les encouragements de Raiu n’étaient pas de trop. Une fois toute la mauvaise troupe prête, l’immaculée à la chevelure aussi albe qu’elle-même prit une profonde inspiration, avant de s’immerger avec élégance dans les ténèbres aqueuses. Trouvant rapidement l’orifice, elle s’y engouffrait alors en espérant qu’il ne soit pas trop long. Le temps était compté. Au bout d’à peu près une minute de traversée, dans l’obscurité angoissante des profondeurs, une lueur apparaissait à l’horizon. Aucun doute possible, il s’agissait de l’autre côté du vase communiquant.Se dépêchant, la demoiselle remontait alors et pu enfin respirer un bon bol d’air frais. Elle vu les comparses et Raiu émerger à leur tour un à un. Apparemment tous étaient sains et sauf. Gagnant alors la terrer ferme, les aventuriers pouvaient se targuer que d’avoir eu de belles frayeurs. Manahime était bien heureuse que les rayons solaires caressent son visage à nouveau. Elle se tournait vers Raiu, reprenant encore son souffle, mais lui affichant un petit sourire, avant de faire un brin d’humour.

“Je crois que la vie dans les mines n’est pas faite pour moi. “
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mission : Mahou a besoin de thunes [Rang B] (accomplie)
» places au 1er rang, bonne chose ou pas ?
» COMICS PLACE : la petite émission
» Avis de marché - Paris - Musée Rodin - Mission de restaurateur conseil - conservation préventive
» Onde à bulles, l'émission BD de Radio Campus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-
Sauter vers: