Les os-tilités commencent (PV. Kaguya Nozomi)

 :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Ce pays de l'Eau déborde de trouvailles ! s'exclama un Jun bien trop fier de son jeu de mots en traversant le marais fangeux envahi d'insectes. Un authentique enfant du monde. La veille, sa curiosité l'avait même poussé à se servir dans le buffet autour de lui ; par chance, il n'avait pas été retrouvé mort dès le lendemain dans son hamac. Un séjour fulgurant aux toilettes, improvisées bien évidemment, avait suffi amplement. Au moins, une énième leçon s'était rajoutée dans son grimoire de la vie : les larves sont gluantes, mais appétissantes ! ; juste à côté d'une mention ne pas ingérer de champignons blancs, même cuits.

Le cavalier détacha la gourde du paquetage de son cheval et la porta à ses lèvres. Presque vide. Hélas, le marais ne lui offrait que de l'eau salée, et il n'avait pas envie de se vider une seconde fois. D'après son sens de l'orientation, il fallait qu'il rejoigne du relief, quel qu'il soit, une source d'eau claire étant susceptible de s'y trouver. La dure vie d'un aventurier ! Entre remplir ses besoins vitaux et survivre aux embuscades de bandits, Jun'ichirō n'avait pas le temps de s'émousser.

C'est promis, je te trouverai un carré d'herbe luxuriant. Bien sûr, Muteki, pour qui est-ce que tu me prends ? Pour ton maître ? C'est de l'ironie que j'entends-là ? Pas m... Oui, je dois mieux te comprendre avec le temps, mais... Oui, d'accord... Oh putain. Stop. Muteki ? S'il-te-plait. Arrête. De. Ruminer. J'y cr... OH ! TU ME LAISSES PARLER, OUI ? Une discussion ça doit venir des deux partis ! Ça te vient d'où cette impolitesse ? Je ne t'ai pas élevé comme ça !

L'orée d'un village se dessina à l'horizon, derrière un rideau d'arbres aux racines imposantes.

Bon, on en reparlera une autre fois. Les gens vont me prendre pour un fou, sinon...

Jun tira sur les brides de sa monture ; il esquiva une flaque d'eau croupie, emprunta une souche morte en guise de pont, et les deux compagnons se frayèrent ainsi un chemin ensemble jusqu'à la civilisation. Un panneau attira de suite l'attention du cavalier : « étrangers, rebroussez chemin ». Pas de signature. Pas de cadavre empalé, écartelé, ou pendu afin d'illustrer le message. Jun'ichirō en avait déjà vus des centaines, de menaces placardées, et souvent, ça ne faisait qu'aboyer sans mordre.

Bon, en revanche, parfois, hélas...

On rebrousse chemin ?

Le jeune homme déglutit une boule de salive sèche.

C'est bien ce que je pensais.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
"Encore !"

Nozomi frappe, les lames d'os sortant de ses bras taillent le bois, faisant voler des copeaux autour du pauvre mannequin d'entrainement. Son maître l'observe sur le côté d'un air inquisiteur, il la laisse enchaîner plusieurs coups avant de finalement arrêter son bras en plein mouvement. L'homme remonte un peu le bras de la petite fille et redresse son épaule.

"Ton geste n'est pas bon, tes coups n'auront pas autant d'impact si tu frappe comme ça."

L'héritière observe son maître puis reproduit le geste en gardant la posture dans laquelle il l'a mise. L'homme hoche la tête et l'invite à poursuivre. Nozomi frappe une nouvelle fois le mannequin et les lames s'enfoncent dans ce dernier. La jeune fille sourit et observe son maître qui la fixe toujours aussi durement.

"Et maintenant qu'est-ce que tu fais ?"

"Je retire me..." La fillette observe son bras qui ne semble plus vouloir s'éloigner du mannequin, les os sont coincé dans le corps de sa cible. "Je retire mon bras !" Nozomi tire d'un coup sec, dégageant son bras et s'écrasant sur les fesses, emportée par l'élan.

"Tes os ne sont pas encore assez tranchants." L'homme fait un geste brusque vers le mannequin alors que son avant-bras tout entier devient une lame d'os qui coupe sa cible en deux sans le moindre soucis. "Tu dois encore t'améliorer si tu souhaite pouvoir tuer un adversaire qui ne te tourne pas le dos."

La petite fille baisse les yeux, honteuse. "Pardon maître Satoko..."

"C'est auprès de ton père que tu devras t'excuser lorsqu'il verra à quel point tu es minable. Vas te reposer, on reprend les leçons dans deux heures."

Nozomi déglutit et tourne les talons pour quitter la cour, le regard dur de son maître lui faisant l'effet d'un poignard prêt à s’enfoncer dans son dos. La colère et la honte l'accompagnent toujours alors qu'elle quitte son domicile pour marcher un peu dans les rues du village, Amako est occupée avec son clan à cette heure et il est hors de question qu'elle passe une journée seule avec Rin ! Ça sera donc la petite rivière à la sortie du marais, juste derrière le domaine des Kaguya.
L'héritière sort de la ville d'un pas rapide et met un coup de poing rageur dans le panneau supposé dissuader les intrus d'approcher. Puis son attention est attirée par un bruit étrange, comme un animal qui... Broute ? Nozomi relève un peu ses yeux rougit et découvre un grand cheval tenu par celui qui doit être son propriétaire à quelques mètres d'elle.
La petite fille s’essuie rapidement les yeux, elle ne doit pas faire honte à son clan. Elle reprend une posture droite et toise l'homme du haut de son mètre vingt.

"Vous avez pas le droit d'être ici. Vous êtes perdu ? Il est jolie votre cheval."
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Bon, il lui fallait maintenant un plan d'attaque pour demander de l'eau. Jun n'allait pas débarquer en plein village, les mains vides, la gorge sèche, sans autre récompense qu'un humble merci pour ses sauveurs. Son sens du commerce bouillonnait presque en lui ! Quelque chose, quelque chose – il lui fallait trouver quelque chose à offrir en retour. Et une chose était certaine : ni les insectes ni les champignons de sa traversée du marais n'allaient être suffisants.

Mais quoi alors ?

Une petite fille le sortit de ses pensées, plantée à côté de la pancarte. Quelle pancarte ? Celle qui penchait en avant dans un angle de quarante-cinq degrés, un marron ayant délogé son tuteur du sol.

Oui, très joli ! Il s'appelle Muteki – tu veux le caresser ?

Sa première interaction avec un être humain depuis des jours. Quelle idée d'être passé par le marais à la recherche d'inconnu et de sensations fortes. Cette odeur ! Ça, pour être forte, elle l'était...

Quand même, cette fille-là tirait une drôle de grimace. Les sourcils très bas, les muscles de sa mâchoire saillants, une petite lueur de je-ne-sais-quoi dans l’œil... Essaierait-elle de transmettre un certain message par le biais de son langage corporel ? Jun'ichirō saisit sa nagamaki et s'en servit de bâton d'appui, l'autre main tirant les brides de son cheval.

Moi c'est Jun'ichirō, éleveur de chevaux du clan Ikeda ! Même si je suis bien loin de mon désert natal, haha, plaisanta-t-il d'un rire complice. Dis, aurais-tu une idée de quelque chose à offrir à ton village contre de l'eau claire ?

Claire, avait-il précisé, car un commerçant devait toujours être précis dans ses offres et demandes.

Disons que je suis bientôt à sec.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les yeux de la petite fille s'illuminent alors qu'elle s'approche du grand cheval pour le grattouiller avec un grand sourire. Nozomi observe ensuite l'homme alors qu'il lui raconte un peu son histoire. Un dresseur de chevaux qui vient du désert ? Cette grande étendue de sable où il fait chaud ?

"Vous avez été banni de chez vous pour vous retrouver aussi loin ?" Ah, la sincérité d'un enfant, toujours super.

De l'eau claire ? La petite penche légèrement la tête, c'est vrai que l'homme n'est pas arrivé du côté de la grande route et que le clan Kaguya n'est pas la partie la plus accueillante du village. La petite commence à tendre légèrement le bras mais se ravise. Une idée lui vient en tête, elle pourrait profiter de ce Jun'ichirō pour devenir plus forte et impressionner son maître ! Elle offre un magnifique sourire au dresseur de chevaux.

"Oh, c'est facile, vous pouvez tuez le Tahm, c'est un monstre de la rivière. Je peux même vous aider, je connais bien l'endroit."

La petite héritière ne laisse pas trop le temps de répondre à son allié et lui saisit la main pour l’entraîner vers le petit cours d'eau qu'il a dû passer un peu plus tôt.

"Maintenant il faut suivre le ruisseau vers l'aval." Elle pointe du doigt la direction. "Vous avez déjà chassé le Tahm ?" La petite fille fixe l'homme, ses yeux sont confiants, elle sait ce qu'elle fait, elle ! "C'est une sorte d’alligator en un peu plus gros. Vous savez ce que c'est un alligator ? Ah, moi c'est Nozomi monsieur."
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Banni ? Bien sûr que non !

Jun'ichirō se contenta de hocher la tête de gauche à droite, un sourire au coin des lèvres. La fillette était mignonne, pour sûr. Elle lui rappelait sa jeune sœur, du même âge lorsqu'il avait quitté les siens, il y avait tout juste deux ans. Les premiers mois furent les plus terribles. Chaque jour l'exilé pensait à sa famille – et il se demanda souvent s'il était temps rentrer chez lui avant de faire une grosse erreur. Comme traverser un marais hostile, s'il fallait citer un exemple. Par chance, sa monture le rappelait toujours à l'ordre – par soucis de devoir comme crainte de retourner dans le désert.

Un monstre. La fillette venait de lui tendre une perche. Le Tahm, une créature rôdant dans la rivière. Une version gigantesque de l'alligator, inconnu au bataillon, bête dont le cavalier se serait déjà fait une joie d'observer puis d'affronter. Quel genre de chose aurait pu être affublée d'un tel nom ? Jun'ichirō resta pantois. Eh bien, s'il faut chasser ce Tahm, nous le chasserons ! crièrent les yeux du jeune homme en retour. Sa nagamaki était prête ; il lui fallait seulement la dégainer.

La civile le prit par la main et l'emmena dans les bois. Il se laissa faire, redevable. Son cheval les suivit au pas, les brides tenues par la main du cavalier, plus par habitude que par nécessité. Le petit groupe rebroussa ainsi le chemin jusqu'à retrouver la rivière opaque de tantôt ; puis ils commencèrent à la longer vers le littoral.

Nozomi ? C'est un beau prénom. Dis-moi, les parages ne sont pas très amicaux, je me trompe ? Mon voyage au pays de l'Eau avait pourtant bien commencé... ce doit être un problème régional. Entre les marais et la pancarte, j'ai l'impression que ces terres s'entêtent à me repousser. C'est une drôle de sensation, tu peux me croire. Enfin... tu dois y être habituée, avec le temps... Désolé, je ne voulais pas me montrer rude. Il y a des villages plus charmants, voilà tout.

À mesure qu'ils avancèrent, la masse des arbres, en nombre comme en taille, s’amenuisa. La rivière ne semblait déboucher nul part ; et à l'inverse, aucun affluent ne voulait s'y jeter. Cela justifiait si bien la couleur de l'eau, trouble, couverte d'une épaisse couche de saleté où d'innombrables créatures pouvaient se cacher du regard des hommes.

Ce monstre, le... le Tahm, c'est cela ? Oui, eh bien : est-il dangereux ? Nuit-il au village ? Je n'avais jamais entendu parler d'une telle créature. Hm, d'un côté, je suppose que les chameaux, souligna-t-il en articulant, peuvent être tout aussi exotiques pour les gens d'ici. De drôles d'animaux à quatre pattes décharnées, de larges cou et ventre comme s'ils avaient trop bu, et une houppette sur le dessus du crâne. Avantages par rapport à un cheval : la selle est offerte par la nature, et ils tiennent mieux la distance sans la moindre goutte d'eau. Inconvénients ? Tout le reste. Que c'est laid.

Jun'ichirō guidait son cheval sur des endroits accessibles. Adieu les puits de boue et autres racines envahissantes – même s'il fallait noter qu'il y en avait de moins en moins dans les parages. S'approchaient-ils de l'orée du marais ? Muteki regagna de plus en plus sa mobilité, jusqu'à ne plus avoir besoin de l'assistance de son cavalier – si assistance elle nécessitait en premier lieu. La monture lâcha un hennissement qui arracha un sourire au jeune homme.

Muteki dit que tu nous emmènes dans un piège pour nous détrousser.

Il tourna la tête vers elle, serein ; et s'amusa à la fixer du regard.

C'est le cas ?
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Un demi sourire se dessine sur le visage de la petite fille, pas très amicaux ? Si seulement il avait connaissance du clan Seizu il ne dirait pas ça. Mais Nozomi a encore besoin de lui, alors autant prolonger le mystère.

"Le climat n'est pas généreux non. Moi j'ai toujours vécu ici donc j'ai l’habitude oui. C'est pas un endroit où les faibles peuvent se promener, ils s'amassent plutôt dans les villes où les forts peuvent les protéger. Un peu comme des moutons que l'ont met dans des enclos pour les protéger des loups en attendant de les tondre. Mon père dit souvent ça."

La petite fille arrête le convois et observe le paysage pour se repérer, elle n'est pas venue souvent de ce côté du marais. Elle tente de se remémorer l'affiche sur le grand panneau de la place principale. On lui a appris à se repérer dans le marais et les attaques de Tahm ont lui dans un périmètre assez précis.

"Le Tahm c'est une sorte de légende, comme la grande Baleine Protectrice Edna. Hm... Non en fait, Edna est trop gentille comparée au Tahm et moins de gens l'ont vu aussi. Il mange des gens ou des animaux quand ils passent trop proche de son territoire." Nozomi marque une pause, elle tente d'imaginer un chameau. "Comparé à nos animaux, ils ont l'air sympa vos chameaux. Nous on a beaucoup d'insectes, des grenouilles, des serpents, des loutres aussi ! C'est marrant les loutres. On dirait de grosses souris en plus jolie. Et le Tahm c'est un alligator comme j'ai dit, voyez ça comme un gros lézard avec des dents de la taille de mon poing." La petite serre son petit poing et le dresse pour montrer l'unité de mesure. "Vous venez du désert c'est ça ? Il fait chaud là-bas il parait, mais beaucoup moins humide qu'ici."

La guide improvisée fait avancer la troupe au bord de la rivière pendant plusieurs minutes jusqu'à finalement marquer une pause après la question de son camarade. Elle observe le cheval, curieuse.

"Vous avez un cheval qui parle ? Et pourquoi je voudrais vous détrousser, tuer le Tahm sera plus avantageux pour moi que tuer un voyageur que personne ne connait. En plus vous avez pas l'air méchant. Mais sinon, on va entrer dans ce qui doit être le terrain de chasse des alligators et du Tahm. Donc maintenant évitez de trop vous promener au bord de l'eau, surtout votre Muteki, la pression de la mâchoire de ces animaux peut couper en deux un humain."

La petite désigne ensuite la rivière à sa droite, l'eau est toujours aussi trouble mais la végétation semble bien moins dense.

"Cet endroit est parfait pour eux, comme il y a moins d'arbres, les animaux viennent souvent pour boire ici. Imaginez que vous buvez et BAM." La petite fait claquer ses mains. "Les chasseurs disent que le Tahm vit probablement sous un grand arbre au milieu de la rivière. Je sais qu'il y en a plusieurs un peu plus loin, vous venez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Jun'ichirō en avait croisés des tonnes, d'insectes et de grenouilles. La forêt lui avait offert tant de choses sans rien attendre en retour, de toutes les couleurs, de tous les goûts, de toutes les formes. Mais une baleine ? Une loutre ? Sûrement des animaux aquatiques ne vivant que dans les parages, car ni le pays du Vent ni celui du Feu recelait ce genre de curiosités. L'aventurier avala les paroles de la petite fille avec grand intérêt ; et au-delà de cette attention polie, il avait même hâte de croiser ces mystérieuses bêtes ! Mais en attendant, il se dirigeait vers l'habitat d'un monstre pour lui taper la causette. Combattre ? Bah, ce n'était qu'une option de dernier recours. Après tout, il n'aimait pas faire couler le sang des hommes ; pourquoi ferait-il une différence avec la faune intelligible ? En effet, plus le jeune homme grandissait, plus il se découvrait une affinité pour les créatures vivantes. D'abord les chevaux de son clan ; ensuite les chameaux du désert. Puis vinrent se rajouter d'autres êtres à la liste, celle-ci s'allongeant davantage. Et s'il pouvait communiquer avec ces alligators ? Pouvant ainsi demander à leur alpha – si leur société fonctionnait bien sûr comme celle d'une meute de loups – les raisons des attaques sur le village.

Car il était maintenant question de cela, pour lui. Chasser un monstre fauteur de troubles.

Plus la petite fille décrivait le terrible Tahm, plus Jun'ichirō se convainquait qu'il devait lui parler tranquillement.

Cet arbre-là ?

Il s'arrêta un instant. Le passage jusqu'à l'île allait être laborieuse. Les shinobis étaient capables de marcher sur l'eau en malaxant cette énergie en eux qu'ils appelaient chakra, parait-il ; mais Jun'ichirō ? Il n'avait rien d'un de ces ninjas. Le jeune homme analysa alors son entourage : les arbres aux innombrables racines, l'immense étendue d'eau fangeuse, les serpents se frayant un chemin entre deux blocs de mousse, les lianes pendouillant ici et là, le crapaud qui barbotait près de lui.

Un instant, je demande le chemin. Tu veilles sur Muteki ?

Et aussitôt dit, Jun s'accroupit devant la grenouille difforme, noire, tachetée de billes de peinture verte et jaune. Il lui sourit gentiment. L'amphibien se contenta de le fixer, sans un mot, mais c'était déjà bon signe pour l'ami des bêtes ; si le batracien n'était pas intéressé – ou pire, s'il avait été effrayé par la taille de l'humain – il aurait déjà fui dans le bassin.

Bonjour, nous cherchons un immense alligator. (Le crapaud coassa.) Ah, euh, oui, désolé, la traversée des marais m'a rendu impoli... moi c'est Jun'ichirō, enchanté. Et voici... (Le crapaud coassa.) Non, non ! Je ne voulais pas vous insulter, loin de moi cette idée ! C'est un très beau marais mais... (Le crapaud coassa.) Je... Oui, je suis désolé. Vraiment désolé. Je ne voulais pas... (Le crapaud coassa.) Hm. Oui, je comprends. (Le crapaud coassa.) Je sais, c'est rude. (Le crapaud coassa.) Hm-hm. (Le crapaud coassa.) Non, mais, vous prêchez un convaincu. Je l'ai toujours dit, d'un sens, que les étrangers font trop de jugements hâtifs. (Le crapaud coassa.) Exactement. (Le crapaud coassa.) Eh oui, voilà. Normal. Tenez, moi, par exemple. Je viens du désert. (Le crapaud coassa.) Oh, c'est du sable, du sable, et encore du sable à perte de vue. Parfois de la terre sèche. (Le crapaud coassa.) Du sable ? (Le crapaud coassa.) Je dirais que ce sont de minuscules cailloux, de la taille... d'un pou ? (Le crapaud coassa.) Vous ne visualisez pas ? Mince, qu'est-ce que je pourrais trouver en équivalent... Dis, Nozomi, tu as une idée ?

Il leva alors la tête vers la petite fille, les deux mains posées contre ses cuisses, toujours accroupi.

Tu décrirais ça comment, du sable ?
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Le voyageur désigne un grand arbre au centre de la rivière, il est le seul sur un petit ilot, mais rien n'indique qu'il soit le bon arbre. Mais ça ne coûte rien d'essayer, et alors que la petite commence à marcher sur l'eau de la rivière, l'homme lui demande d'attendre sans la regarder avant de se diriger vers un crapaud pour demander son chemin.
Nozomi hausse les sourcils et observe Jun'ichiro converser avec le crapaud avec qu'il semble en plein débat philosophique sur le sable. La petite tient les rennes de Muteki et fixe le voyageur avec de grands yeux alors qu'elle se tient toujours sur l'eau de la rivière.

"Vous pouvez parler avec les animaux ?! Mais c'est super votre truc ! Mon père m'a dit que certains ninjas pouvaient le faire, vous êtes un ninja ?!" La petite sautille sur son bord de rivière, toute excitée à l'idée de participer à une sorte de mission qu'on pourrait confier à un genin. "Ah, et le sable c'est grossier, agressif, irritant et ça s'insinue partout... Enfin c'est ce que mon oncle dit... Moi j'en ai vu qu'une fois, les autres enfants voulaient faire des châteaux avec, mais on m'a interdit de me mêler à eux, je devais m’entraîner."

La petite Nozomi observe le crapaud qui lui rend son regard, la bouche entrouverte. Finalement ce dernier plonge dans la rivière en croassant une dernière fois. Nozomi observe son compagnon de route.

"Il a dit quoi ? Moi je pense qu'on devrait marcher jusqu'à l'île."
Elle désigne l'arbre. "Même si c'est pas le bon, vous pouvez toujours demander aux alligators qu'on croisera. C'est bien ça de pouvoir parler aux animaux !" Sans en rajouter la petite fille commence à avancer vers l'arbre en laissant Muteki sur la rive. Elle regarde ensuite Jun'ihciro en penchant la tête. "Pensez à porter votre cheval en traversant."
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Un ninja, lui ? Et quel ninja ! La crème de l'espionnage, l'as de des techniques, la force brute à l'état pure, le prestidigitateur suprême ! Ou rien qu'un éleveur de chevaux ayant eu les yeux plus gros que le ventre en voulant explorer le monde. Jun se contenta de secouer la tête. Il savait parler aux animaux, oui ; un attrait que peu de membres de son clan partageaient. Un cas sur vingt, à peu près. Et souvent, cela s'arrêtait aux chevaux de leurs caravanes. Jun'ichirō avait hérité davantage de son sang comparé à ses frères et sœurs de cœur, et il ne manquait pas une occasion de l'expérimenter.

Marcher jusqu'à l'île ? Porter mon cheval ?

Le cavalier suivit la fille du regard rejoindre l'eau boueuse. Elle marcha sur la surface comme si le lac lui-même la repoussait, l'empêchait de couler, écrasant un nénuphar passant par-là. L'animal lâcha un hennissement aigu.

Je vois bien qu'elle flotte, Muteki ! Qu'est-ce qu'il se passe ?

Jun'ichirō s'empressa de rejoindre l'eau pour y tremper sa botte, mais il ne fit qu'enfoncer sa jambe jusqu'au genou.

Nozomi ! Comment arrives-tu à traverser ?

Le jeune homme n'en revenait pas. Il n'avait jamais vu un shinobi, ou une kunoichi, mettre cette technique à l’œuvre. Une aussi jeune fille pouvait-elle malaxer son chakra et l'utiliser afin de marcher sur l'eau ? Jun n'en croyait pas ses yeux.

Et pendant qu'il admirait la prouesse de sa compère, des formes serpentaient au fond de l'étang...
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
LES OS-TILITES COMMENCENT. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Jun'ichiro l'observe avec de grands yeux alors qu'elle avance sur la rivière, toute fière d'elle. Nozomi adore faire étalage de ses talents, surtout lorsqu’ils provoquent de telles réactions.

"Eheh, c'est facile pour moi. Il suffit de malaxer son chakra pour le concentrer dans ses pieds."

La fillette désigne ses petits pieds qui sont entourés d'une douce aura bleue. Puis fonce tout à coup vers l'homme alors que quatre os lui sortent de l'avant-bras, elle vient frapper l'eau à un demi-mètre du voyageur, l'eau boueuse rougeoyant lentement quand elle ressort son bras ensanglanté.

"Je vous ai dit de pas trop bouger dans l'eau, les remous au bord de l'eau attirent les prédateurs."

La petite Kaguya essuie son bras sur sa tunique alors que les os retournent à l'intérieur de son bras. Elle entraîne ensuite l'homme plus loin sur le bord de la rivière et lui fait face. Elle lui prend les mains et les met en position de méditation.

"Ça c'est la pause de base pour commencer à malaxer son chakra, concentrez vous, je vais essayer de vous aider en vous donnant un peu de mon chakra."

La demoiselle ferme ensuite les yeux, ses mains dégageant la même lueur bleue que tout à l'heure alors qu'elle saisit à nouveau les mains de l'éleveur de chevaux, l'invitant à faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Malaxer du chakra. Il n'y avait plus aucun doute : la fille était une kunoichi en devenir. Elle commença alors à dérouler des explications sur qui-quoi-où-comment fonctionne sa technique pour marcher sur l'eau. D'abord, la concentration. Ensuite, une aura bleutée autour de ses pieds. Enfin...

Une attaque sur le cavalier ?

Jun'ichirō subit la surprise et l'effroi. Le bras de Nozomi s'était scindé en quatre lances sans la moindre préparation, et celles-ci avaient pulvérisé le cuir de l'alligator en un seul et unique assaut. La puissance du coup fut magistral – l'eau avait été projetée, boueuse, maculée de sang noir, à des mètres à la ronde.

... Je suppose que je dois te remercier. Alors merci.

Et aussitôt l'abomination qu'était son bras rengainée, aussitôt la jeune fille continua son explication. L'explorateur déglutit de la salive – toujours aussi sèche. Et voilà que sa preneuse d'otage – car les rôles s'étaient subitement transformés par démonstration de force – essayait de tenter une expérience sur lui à base de chakra hautement instable.

Tu es sûre que je ne risque rien ?

Sur ce coup, Jun parut mi-figue mi-raisin. Il n'avait jamais tenté de malaxer son chakra. Il n'avait jamais pensé pouvoir un jour le faire. Il n'était même pas au courant d'une quelconque affinité celée au ninjutsu. Mais d'où lui venait sa capacité à parler aux animaux, alors ? Un attribut de naissance ? Une maitrise passive du chakra ? Il laissa le mystère intact et s'abandonna aux leçons de Nozomi.

Ainsi il ferma les yeux à son tour. Il visualisa son chakra, cette énergie vitale dont il avait tant entendu parler durant son périple. Une puissance abritée dans chaque cellule du corps humain. Une lueur bleue... la concentrer dans le creux de ses mains... Oui, il la sentait ! Elle vint le percuter comme un raz-de-marée, chaleureuse, enivrante ! Hélas, ce n'était pas la sienne. Il rouvrit les yeux : les paumes de la fille brillaient de vingtaines de nuances de bleu.

... répartir le chakra au bout de mes doigts..., balbutia-t-il en fin de souffle.

Des milliers d'étincelles bourdonnèrent sur la peau du cavalier. Des fourmis lui grignotèrent la chair comme s'il s'était assoupi sur son bras. Mais le plus important : il ressentait l'énergie de la fille. Jun repoussa le flux du mieux qu'il le put, encore et encore, mais les innombrables tentatives finirent par avoir raison de sa patience. Peut-être n'était il pas fait pour ça. Sa nagamaki lui suffisait amplement pour se défendre et protéger autrui.

J'abandonne.

Il dégagea instinctivement le chakra de la fille et se frotta aussitôt les mains. Le spectre de l'énergie le démangeait encore.

Du moins, pour aujourd'hui, corrigea-t-il pour ne pas frustrer Nozomi – et il le pensait vraiment. On va devoir amener le Tahm jusqu'ici.

Et ce disant, Jun'ichirō commença à tapoter la surface de l'eau pour faire des remouds.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
LES OS-TILITES COMMENCENT. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

La gamine fait la moue, déçue de ne pas être un bon professeur pour le voyageur. Cependant Jun ne semble pas découragé d'apprendre les bases, peut-être qu'Amako sera plus à même de lui expliquer toutes ces choses ? La petite Nozomi se creuse les méninges alors que son camarade approche de l'eau et commence l'agiter.

"J'aime bien votre idée, c'est simple comme plan. J'espère que votre sabre est pas là pour décorer."

Nozomi récupère plusieurs pierres et commence à les jeter dans l'eau pour ajouter du remous dans la rivière. Très vite le plan semble fonctionner, plusieurs formes commencent à serpenter vers eux dans l'eau boueuse. Nozomi fait lentement sortir les quatre os sur ses bras avec l'habituel bruit de chair déchirée. Son visage se durcit, alors qu'elle fixe l'eau, elle a beaucoup moins l'air d'un enfant de dix ans.

"Si on fait assez de bruit ça devrait attirer le Tahm, faites attention, ça peut sauter assez haut un alligator."

Nozomi observe son compagnon qui n'a pas l'air de vouloir se battre tout de suite. Elle hausse un sourcil, elle avait presque oublié qu'il pouvait communiquer avec les animaux. Elle laisse ses armes sorties mais ne fait pas un geste lorsqu’un premier alligator sort sa tête de l'eau pour voir ce qui se passe.

"Juste comme ça, je crois pas que le cadavre de leur cousin encourage la diplomatie."
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Il fallait vraiment qu'il lui demande d'où vient cette capacité à... dégainer ses os ? À côté d'elle, Jun était un mioche de bas âge jouant avec un cure-dent bien trop grand pour lui. Il rangea sa question de côté pour ne pas la perturber, ni se perturber lui, et se concentra sur son plan de maitre. Première étape : ameuter assez d'alligators pour ne pas devoir répéter dix fois son discours. Deuxième étape : prier que son audience soit réceptif à son magnétisme animal. Troisième étape : briller de mille feux et devenir le prétendent au trône du marais, décrochant ainsi un ticket pour défier le monstrueux Tahm.

Deux yeux sortirent de l'eau, puis une tête. Un premier alligator. Jun'ichirō le salua de la tête, accroupi au bord du lac. Il attendit la matérialisation des remouds du marécage en d'autres reptiles. Hélas, le premier arrivé avait posé ses yeux sur le cadavre de son compagnon meurtri.

Désolé pour votre ami, c'était de la légitime défense, argumenta pauvrement le jeune homme face au reptile, mais celui-ci ne réagit pas. Monsieur ? M'entendez-vous ?

Vraisemblablement, non. Jun jeta un coup d’œil à la fille ; il hocha la tête et porta sa main sur son arme. Les sillons se multiplièrent. Deux, trois, quatre, dix ! Bientôt, une trentaine d'yeux globuleux fixaient les deux aventuriers et leur monture intrépide. Le cavalier traqua une forme plus grosse que les autres – leur fameuse cible – mais la taille des reptiles n'avait rien de légendaire, ni de monstrueux. Seule la supériorité numérique dérangeait l'aventurier.

Et ces derniers en profitèrent en fonçant sur le groupe comme un seul homme.

Attention !

Jun'ichirō bondit sur la selle de Muteki et dégaina sa nagamaki dans la foulée. Le cheval se redressa sur ses pattes arrière, écrasa ses sabots sur un premier reptile ; le cavalier faucha une seconde cible d'une grand coup de lame dans la gueule. Nozomi peut se débrouiller, se dit-il pour se dédouaner de l'état de la fille – une compromis obligatoire pour s'en sortir vivant de cette invasion d'alligators. La situation était critique : il lui fallait employer les grands moyens.

Muteki, fonce en arrière !

Le jeune homme se releva sur la selle de son cheval, s'appuya dessus, et s'élança aussitôt dans les airs...

Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
LES OS-TILITES COMMENCENT. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Nozomi reste sur ses appuis alors que son compagnon de la journée tape la discute avec le premier alligator qui a montré le bout de son nez. Pendant environs dix secondes l'espoir d'une résolution de la situation de manière pacifique semble briller dans les yeux de Jun'ichirō, puis le reptile remarque son cousin décédé et l'affrontement commence.
Nozomi sourit, elle va enfin pouvoir s’entraîner en situation réelle, tester toutes ces choses qu'elle a imaginée ou essayée à l'entrainement. Un Kaguya ne recule pas face au combat, il est la graine du désespoirs dans le cœur de ses ennemis. D'un agile pas sur le côté, la petite esquive un premier reptile qu'elle vient embrocher sur le flanc avec ses os, lui déchirant les entrailles en retirant ses lames.
Un Kaguya ne craint pas la douleur, il en fait l’engrais qui lui servira à s'épanouir dans la bataille. Alors qu'un second alligator tombe sous les coups de l'héritière, un des animaux réussi à lui morde le bras gauche, cependant l'attaque ne semble pas affecter Nozomi qui en profite pour lui planter les quatre os autour de son second bras dans la gorge.



Malgré les trois cadavres autour de la petite, maintenant couverte de sang noirâtre, et la magnifique envolée de Jun, les reptiles ne semblent pas faiblir pour le moment. Plusieurs semblent déjà revenir à la charge, sortant de l'eau boueuse du marécage, bien décidé à venger leurs cousins et à ce faire un bon dîner avec les deux voyageurs. Mais un Kaguya ne faiblit pas face à l'adversité, il s'enracine dans ses convictions.



Nozomi renverse le premier reptile qui lui saute dessus et l’envoi rejoindre ses trois autres compères dans le sang et la boue. Elle observe ensuite le reste des adversaires en face d'elle, il ont l'air moins volontaires qu'au début. La petite fille leur offre un magnifique sourire à la fois narquois et sadique, elle est dans son élément. Un Kaguya sur un champ de bataille est tel un arbre millénaire dans une forêt de jeunes pousses.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The House Of The Borsodis :
 

Jun'ichirō empala l'alligator sans la moindre résistance. Il releva la tête ; d'autres monstres se dégagèrent de l'eau fangeuse et avancèrent vers le rivage pour, à défaut de venger leurs confrères, goûter au sang chaud. Le cavalier dégagea son arme de la chair du reptile ; il l'empoigna à deux mains, recula d'un pas, et maintint sa distance de frappe pour blesser sans représailles acérées. L'un d'eux fonça vers sa jambe. Jun leva aussitôt son pied ; visa la gueule de sa cible ; et...

Sa leçon.

Le chakra..

Flotter sur l'eau...

La semelle du cavalier se recouvrit d'une aura bleue alors qu'elle fit la rencontre du cuir de son ennemi. Cloué sur place, comme par magie. Avait-il rêvé ? L'idée lui passa en tête, mais il la chassa dans la seconde pour recouvrer ses esprits – la mâchoire d'une énième créature se rapprochait dangereusement de sa cheville.

Un pas sur le côté ; une riposte gratuite.

Et puis, ce fut terminé.

Muteki !

Le sifflement aigu de Jun'ichirō résonna à travers les marais. L'animal s'arrêta, rebroussa chemin et, voyant au loin son maître triompher d'un parterre d'alligators, accourut vers lui. Le jeune homme lança un regard à la fille étrange ; ses nombreux adversaires venaient de subir bien pire assaut qu'aucune nagamaki ne revendiquera un jour dans les mains de l'aventurier.

Il saisit un chiffon du paquetage de son fidèle destrier et essuya sa lame maculée avant que le sang ne sèche.

Par le sable rouge, il y en avait combien dans ce foutu marais ?

Jun enjambe les cadavres encore tiède pour rejoindre Nozomi.

Donne-moi un puits et j'y plonge tout habillé...
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
LES OS-TILITES COMMENCENT. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Le dernier reptile tombe au sol alors que Nozomi reprend son souffle, sa vision est encore floue et le sang bat dans ses tempes. Elle peut sentir chaque tambourinement de cœur dans sa poitrine. Un bruit sur sa droite, un nouvel ennemi ?!
La jeune fille lève son bras en direction de la nouvelle cible, ses yeux injecté de sang alors que la silhouette s’arrête. Lentement, Nozomi retrouve une respiration plus régulière, son regard toujours rivé sur la chose qui approche, devenant plus distincte, Jun.
La Kaguya baisse son bras et les os retrouvent leur place sous sa peau. Elle observe les cadavres au sol, aucun n'a l'air d'être le Tahm.

"Vous êtes encore vivant, c'est bien."


La petite fille est couverte de sang et de boue, mais elle ne quitte pas l'objectif des yeux, ce petit îlot au centre de la rivière.

"Si vous voulez mon avis le bruit a peut-être pu l'attirer. L'odeur du sang aussi ?"

Nozomi prend un long moment pour souffler, sa réserve de chakra n'étant pas infinie, il lui faut un peu de repos. Elle observe le cavalier qui a l'air indemne, au moins elle ne c'était pas trompée sur son sujet, il sait ce qu'il fait.
La rivière a l'air calme, à peine perturbée par le courant de l'eau. Les insectes commencent déjà à rendre hommage aux cadavres des reptiles gisant sur la berge. Et enfin, une longue traînée écailleuse semble se glisser parfois hors de l'eau, laissant entrevoir un grand œil jaunâtre qui observe les deux combattants ainsi que leur appétissante monture.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The House Of The Borsodis :
 

Toute cette boue. Tout ce sang. Appartenait-il aux alligators ? Ou à la petite fille blessée dans la mêlée ? Jun'ichirō passa le fait qu'elle faillit le prendre pour un ennemi, car l'adrénaline lui avait déjà fait perdre la tête à ce point ; et il s'intéressa aussitôt à l'état de santé de son alliée de circonstance.

Tu es blessée ? Le marais regorge de maladies putrides, il faudrait désinfecter tes plaies si jamais-...

Hélas, il n'eut pas le temps d'agir comme le grand frère qu'il avait toujours été au sein du convoi Ikeda. Une forme monstrueuse, gigantesque, hostile, arracha le fil de l'eau pour se montrer au grand jour. Un alligator, certes – mais pas n'importe lequel. Que ce fut Tahm, si ardemment convoquée par la maîtresse des os, ou l'un des membres de son immense progéniture, les deux guerriers et leur monture ne faisaient pas le poids.

Nozomi, attention !

Il se plaça instinctivement devant elle, la longueur de son arme entre son adversaire et lui.

La bête rejoignit l'île au milieu du lac, une patte après l'autre, et l'arbre en son centre qui était jusqu'à présent massif parut alors ridicule. La bête peinait à tenir sur le sol. Sa queue faisait le double de la taille du robuste destrier. Ses crocs ? Bien plus que le poing de la petite fille. Mais sa taille n'était clairement pas son point fort.

Le monstre retint sa respiration, la gueule fermée.

Du chakra se ressentit dans les airs.

Muteki...

Et lorsque l'alligator rouvrit la mâchoire, un gerbe de boue poisseuse fila à toute vitesse sur les deux alliés.

... il faut partir !
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
LES OS-TILITES COMMENCENT. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Tel un preux chevalier Jun'ichirō se précipite entre Nozomi et le danger. Un énorme reptile vient d’apparaître sur la petite île de la rivière, ses grands yeux jaune sont rivés sur ses futures proies. Le monstre inspire longuement, la tension dans l'air s’alourdissant à mesure qu'il poursuit son geste. Et lorsqu'il ouvre la gueule, c'est l'apothéose. L'attaque fuse et fracasse un arbre juste à côté du groupe. Jun a l'air terrorisé et Nozomi ne peut pas lui en vouloir. Elle a beau savoir que c'est possible, c'est la première fois qu'elle voit un animal utiliser le ninjutsu. La créature inspire à nouveau après avoir constaté l'échec de son attaque. Les deux voyageurs n'ont eu aucune pitié pour ses congénères, il n'en aura aucune pour eux.

La jeune fille sent ses jambes qui tremblent, non pas de fatigue, mais de peur. Elle n'est plus la fière héritière des Kaguya,
juste une pauvre petite fille terrorisée par un monstre bien trop grand pour elle. Instinctivement elle vient saisir la taille de son chevalier et se met à pleurer.

"Je veux rentrer à la maison !"

La seconde attaque de l’animal s'écrase à quelques mètres du duo et du cheval, envoyant voler plusieurs morceaux des défunts alligators à travers le marais. Cela semble pas mal énerver le monstre, qui décide d'abandonner ses boules de terre pour une approche plus directe, l’attaque frontale. L'alligator lamente et se met à charger les voyageurs, en marchant directement sur l'eau, tout comme Nozomi il y a quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The House Of The Borsodis :
 

Jun'ichirō était définitivement devenu l'ainé le temps d'un combat. Et qu'elle était la règle numéro une qu'il s'était imposée lorsqu'il a eu son premier petit frère ? Le protéger coût que coût, quitte à ce que soit au péril de sa vie.

Muteki, on a besoin de toi !

Le cavalier planta sa nagamaki sur le sol et, rassemblant sa force du haut de son mètre quatre-vingt, porta la fillette jusqu'à la selle de sa monture. Certain de l'équilibre de sa protégée, il donna une tape sur la croupe de son cheval, et celui-ci fonça sans s'arrêter vers l'orée de Funabashi. Hélas, en faisant cela, Jun avait tourné le dos à son ennemi.

Et il se prit ainsi un puissant jet de boue qu'il le fit chavirer en avant.

Ne te retourne pas ! Je vais m'en sortir !

Il tenta d'arracher son entrave à deux mains, mais la lenteur l'assaillait de toute part. Sa lame le narguait, à un mètre de lui, plantée contre une racine, fière comme un pic, mais il n'arriva pas à l'atteindre. Le gigantesque alligator sortit alors du lac fangeux, une patte après l'autre ; à son plus grand désarroi, il constata âcrement l'absence de son garde-manger. Ses deux lourds yeux se posèrent sur l'éleveur de chevaux : il avait faim, et allait se sustenter.

Allez, viens-là mon gros...

Mais ce que l'alligator n'avait pas prévu, c'était que Jun venait de se libérer...
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
LES OS-TILITES COMMENCENT. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Nozomi pleure à chaudes larmes alors que Muteki part au galop, abandonnant son maître aux crocs du Tahm. Les secondes qui passent semble durer plusieurs minutes dans l'esprit de la petite fille. La peur la paralyse et des centaines de questions semblent fuser dans son esprit. Jun peut il y arriver seul ? Est-ce qu'il a un plan ? Muteki ne voudrait-il pas être avec son maître ? Est elle un poids pour eux ?
Cette dernière possibilité la tracasse, depuis toute petite on lui apprend à se débrouiller seule pour ne pas être gênante, ne pas être faible. La dépendance est un signe de faiblesse. Elle a déjà laissé Rin prendre sa défense quand le village a été attaqué,
pas cette fois. La petite héritière sèche ses larmes et prend les rênes du cheval pour lui faire changer de direction.

"Non Muteki ! On abandonnera pas ton maître !"

Le destrier réagit immédiatement, il devait lui aussi être en plein dilemme. Il fonce vers le bord de la rivière qu'il a quitté il y a moins d'une minute, à pleine vitesse. La petite Kaguya tente doucement de prendre appuis sur la selle de Muteki à mesure qu'il approche, elle n'aura qu'un seul essai.

"Ne t'approche pas de monsieur Jun'ichirō !"

Nozomi tire un coup sec sur les rênes du cheval pour le faire tourner alors qu'il approche du Tahm. Elle se sert de l'élan pour se jeter sur la créature en hurlant, employant tout son chakra pour déchaîner l'héritage de son sang.


Les os passent à travers le cuir de la bête, transformant la fillette en une petite tornade sanglante qui vient taillader toute la longueur de l'animal avant de se réceptionner à la surface de la rivière. Nozomi se remet sur ses appuis alors que le tahm entre dans une rage folle et se retourne vers elle, bien décidé à n'en faire qu'une bouchée. Et c'est maintenant lui qui tourne le dos à Jun'ichirō.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The House Of The Borsodis :
 

Maintenant !

Jun'ichirō se dégagea de son entrave pour se ruer sur sa nagamaki, l'arrachant à deux mains de la racine où elle avait été plantée. Il releva la tête et reconnut la silhouette de Nozomi dans les airs, tournant sur elle-même, des excroissances osseuses criblant son dos, son buste, ses épaules, ses bras, ses coudes, ses mains, ses genoux. Il s'arrêta brièvement, bouche bée ; et profita enfin de la faille laissée par cette formidable attaque d'une fente vers la chair de l'alligator.


Le nomade empala en entier la partie faible de sa lame dans l'animal.

Tu n'aurais pas dû revenir, je l'avais en respect !

Serrant les dents, contractant la mâchoire, rassemblant toutes ses forces au creux de ses paumes, le cavalier fit pivoter son arme dans la plaie de l'alligator, une gerbe de sang bavant sur l'immonde boue environnante. Il jeta alors un œil à l'état de son ennemi, les yeux dans le vide, soumis par la douleur.

Il est vraiment temps de fuir, maintenant !

Il arracha aussitôt son arme du reptile et bondit sur la selle de son cheval, rengainant sa nagamaki pour avoir les mains libres. Il tendit alors sa main vers la petite fille tout juste remise de sa cabriole pour l'extirper de cet enfer, Muteki se préparant à galoper comme si la mâchoire du Tahm allait se refermer sur sa croupe.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
LES OS-TILITES COMMENCENT. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

L'adrénaline court dans les veines de Nozomi, mais sa vision n'est plus floue, elle voit chaque mouvements de son adversaire,
elle peut sentir le doute et la douleur dans le regard de l'animal alors que Jun'ichirō lui tranche le flanc. Mais aujourd'hui ne serait pas un jour de grande victoire. Rapidement, la petite fille saisit la main du voyageur et grimpe derrière lui, entourant la taille de ce dernier avec ses petits bras.

Alors que Muteki part au galop, la rage du monstre se déchaîne derrière eux. Plusieurs arbres volent en éclats sous l'impact des projectiles de boue qu'il leur lance. Puis une vague de chakra couvre la zone dans laquelle ils se trouvent, suivit d'un tremblement. Le sol s'ouvre devant les sabots de l'étalon, mais c'est sans compter sur les talents de son cavalier qui entraîne sa monture comme s'il ne faisait qu'un avec elle. Muteki cabre pour éviter de foncer droit dans la crevasse, il s’élance ensuite en parallèle de celle-ci -le galop s'intensifie alors qu'il gagne en vitesse. A quelques mètres, la terre continue de se fendre en deux et semble les poursuivre, la vague de chakra pesant sur le trio comme un rappel du funeste destin qui les attend si l’attaque les atteint.

Finalement le chakra semble comme exploser et la crevasse se transforme en torrent de pics de terre. Les arbres sont arrachés et les rochers volent en éclats alors que Muteki s'éloigne de cet enfer nouvellement créé. Le grondement de l'alligator est la dernière chose qu'entend le groupe alors qu'il quitte le marais, définitivement à l'abris.

Nozomi relâche doucement son emprise sur la taille du voyageur et éclate de rire.

"Vous êtes génial monsieur Jun'ichirō."

La petite fille sèche ses larmes et invite son compagnon d'une journée à se diriger vers l'entrée du village. Une fois aux portes la petite descend d'un bond et désigne une bâtisse vers le fond de la ville.

"Si vous avez besoin d'eau allez voir la famille Seizu. Ils seront ravis de vous accueillir. Moi je vous dit à bientôt. Je suis en retard pour mon entrainement."

Sans laisser le temps à son compagnon de réaliser l'arnaque dont il avait été victime la petite fille disparaît dans les rues de la ville, couverte de boue, de sang et les vêtements en lambeaux.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS COMMENCENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

L'adrénaline pulsa dans ses veines. Son cœur tambourina contre son torse. La fille, son cheval et lui s'en étaient bel et bien sortis, mais ils avaient maintes fois frôlé la mort. Heureusement qu'ils avaient pu compter sur le talent du cavalier, couplé à la synergie qu'il avait avec sa monture depuis tout jeune. Dans l'histoire de leur clan, il avait toujours suffi d'un de ces rares cas de nécessité absolue pour démontrer au monde toute l'endurance de leurs chevaux. Pendant ces brèves secondes, il était redevenu Ikeda – un maître-éleveur dont la compétence de monte n'avait jamais été égalée en des siècles de présence.

Jun'ichirō reprit son souffle, et sa monture avec lui. Ça lui avait tant manqué.

Vous êtes génial monsieur Jun'ichirō.
Et dis-toi que je ne suis pas le meilleur cavalier du clan !

Au moins, à défaut de neutraliser la menace du marais, il avait mis des étoiles dans les yeux d'une petite fille. Et c'était peut-être ça, le plus important : d'apporter la joie dans son sillage. L'aventurier espéra seulement que les parents de Nozomi n'allassent pas lui rendre des comptes.

Soudain, la fillette en question désigna une direction, s'excusa auprès de Jun, et fuit.

Hein ?

L'éleveur de chevaux suivit le dos de son alliée s'éloigner, perplexe. Il faut que j'aille frapper à la porte de quelqu'un pour avoir mon eau, maintenant ? Il mémorisa dès lors le nom de ses débiteurs de substitution : Seizu. Mais son sens du service n'allait pas accepter le fait qu'une personne s'occupât de la dette d'une autre.

HRP : Fin !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Shojo] Pricnesse Kaguya/Shugo Chara
» Naruto 681 : Kaguya's Tears
» [Fiche] Kimimaro Kaguya
» Kaguya, Hagoromo le Rikudô Sennin, Hamura: les Ôtsutsuki
» Les pays

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni-
Sauter vers: