Briser la glace | Flashback An -1 | PV. Ikeda Jun'ichirō

 :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

Il faisait froid à Tetsu no Kuni. C'était bien la première constatation que l'on pouvait faire de cet endroit sacré pour tout bon escrimeur. Faisant frontière au pays de la Foudre, c'était tout naturellement que notre héros aux trois sabres avait finit par atterrir ici, toujours dans sa quête d'exploration et d'aventures. Sa vie de vagabond commençait à peine, et il comptait bien en profiter un maximum. Hasagi Noah avait définitivement laissé son passé derrière lui, et il ne comptait pas y revenir de sitôt. Et il avait bien d'autres choses auxquelles penser, comme le fait de vite trouver une auberge pour s'y abriter. Il paraîtrait que Yuki no Kuni ne se trouvait pas loin de là, ce qui devait expliquer cette basse température. Et aussi le fait que nous étions actuellement en hiver aussi, probablement.

Marchant sûrement dans la neige, Noah avait un livre à la main, qu'il s'était procuré auprès d'un vieux marchand nomade du pays. Il traitait du bushido, la voie du samuraï. Un aspect essentiel de la vie sur ces terres, disait-on. En tant que bretteur, il s'y intéressait aussi. Pouvoir rencontrer l'un d'entre eux dans le but d'approfondir ses connaissances du maniement du sabre, il n'y aurait pas grand chose de plus glorifiant à ses yeux. Au-delà de l'horizon, on pouvait apercevoir de nombreux monts gelées. Et alors que le cactus laissait échapper un souffle glacé, réajustant la fourrure qu'il portait sur lui, Noah continuait d'avancer, s'enfonçant dans une route visiblement crée par l'homme, qui devrait l'emmener dans une auberge, probablement.

⚊ Halte ! Donnes-nous tous tes biens, et on te laissera peut-être la vie sauve !

Des bandits de grands chemins ? Même en hiver, ces bandits continuaient de "bosser" ? Poussant un profond soupir, le bretteur cherchait quoi répondre. Ils étaient cinq, et venaient de l'encercler. Armés, ils devaient penser représenter une sérieuse menace. Et c'était peut-être le cas, Noah ne connaissait pas l'étendu de leurs capacités après tout. Bien tenté d'essayer, il devait aussi se dire que perdre inutilement de l'énergie ne l'aiderait pas à atteindre la prochaine auberge, la diplomatie était donc peut-être de mise cette fois-ci.

⚊ Désolé de vous décevoir, mais je suis qu'un simple vagabond. Je suis tel une pièce de cuivre brillant aux lueurs de soleil, mais ne valant pas plus qu'un vulgaire caillou... héhéhé...

Les bandits s'approchèrent alors de lui, peu convaincu par son discours. Maintenant qu'il y réfléchissait, Noah aurait grand besoin d'un bon verre d'alcool également.

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | Far Horizons :
 

Des montagnes à perte de vue, enneigées – comme les vallées d'ailleurs. Tout était blanc. Blanc et froid. L'herbe, les sentiers, la roche. Blanc... et froid. Seul le ciel contrastait avec le paysage monochrome, d'un bleu pur sans nuage, où le soleil triomphait en maître malgré son impuissance. Il avait dû neiger pendant des jours, ou d'une amplitude tempétueuse, pour que le manteau cotonneux tînt autant. Et à cause de cela, Muteki grimaçait à chaque sabot posé dans cet enfer glacial.

Je te promets des serviettes chaudes dès que l'on arrive au prochain village, tenta Jun de soutenir sa monture, en vain ; celle-ci lâcha un faible hennissement, plus par fatigue morale que physique, et continua d'avancer sur le sentier malgré la douleur. Je ne savais pas que la neige pouvait être aussi froide...

L'éleveur de chevaux avait pourtant essayé de remédier à ce cauchemar. Il avait enseveli sa monture sous de nombreuses fourrures ramenées au cas où, mais les pattes de l'animal n'en étaient en rien couvert. De même, le cavalier avait pris la forme d'un tas de couches en tout genre, difforme, clôt, afin d'emprisonner la chaleur dans sa bulle de confort. Une initiative nécessaire lorsque ses doigts commencèrent à prendre des teintes violettes.

Je ne suis même pas sûr d'être sur le bon chemin, se confessa le jeune homme au cheval.

Jun'ichirō promena son regard aux alentours, cherchant des points d'intérêt afin de se repérer. Il y avait bien cette montagne, plus grande que les autres ; et ce pic-ci dont le sommet était étrangement épargné par la neige. Il dessina brièvement une carte dans son esprit, et usa de son cadran solaire pour confirmer sa trajectoire prise tantôt. Vraisemblablement, Muteki n'avait pas dévié du nord-ouest, comme son maître lui avait fait entendre.

Si on ne trouve rien dans l'heure, je te propose de monter un camp. Il y a assez d'arbres morts dans les parages pour faire un feu, et assez de neige à faire fondre pour nous requinquer. (Le cheval ne réagit pas, économisant ses forces.) En espérant que nous n'en arriverons pas jusque-là...

* * *

Il suffit d'un quart d'heure aux deux pour non pas tomber sur un village, mais sur un péage de bandits. Au loin. En contrebas. Avec un voyageur en prime, seul contre cinq mercenaires armés et expérimentés. Jun se redressa sur sa monture. Il ne pouvait abandonner l'innocent aux mains de ces fourbes. Souvent il avait fait la rencontre de nuisibles groupuscules ennuyant citoyens comme nomades ; et il donnait toujours un coup de main aux victimes, que ce soit à temps ou en représailles.

Il dégaina sa nagamaki hors de son fourreau, et bloqua la fin du manche sous son aisselle.

Fonce, Muteki !

Aussitôt ordonné, aussitôt l'animal réchauffa ses jambes pour raccourcir la distance le séparant des bandits. L'un d'eux les repéra au loin, aperçut le regard grave de Jun'ichirō, écarquilla les yeux, et prévint le chef de la bande ; mais il était déjà trop tard pour eux d'adopter une formation efficace.

Attention ! beugla-t-il au voyageur pour qu'il se décalât.

Quand le cavalier au galop arriva à la hauteur de ses ennemis, il assomma nette la tête d'un fuyard sans aucune résistance.

Quant aux quatre autres – le nomade tirait déjà sur les brides de Muteki pour faire demi-tour.
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

Ce monde était définitivement étonnant. Noah avait entendu d'incroyables récits sur les terres qui peuplaient l'horizon de son pays natal, mais jamais il n'aurait pu prédire l'issue d'une telle embuscade. La main bien en évidence, le cactus avait tenté d'user de sa sympathie en abordant pas de posture défensive, mais visiblement, ça n'avait pas bien fonctionné. Commençant à s'approcher, le bretteur finit par en conclure qu'il ne réchapperait pas à un affrontement. Et même si combattre l'enchantait en temps normal, il devait reconnaître que dans cette situation bien précise, ça le saoulait un peu. Si au moins il avait quelques gouttes d'alcool dans le sang, il aurait pu faire un effort. Mais le destin semblait déterminé à vouloir le mettre à l'épreuve. Parfois, notre héros maudissait les cieux. Quoiqu'il en soit, ses sourcils se haussèrent soudainement, à la vue d'un cheval sur sa route, derrière lui.

Littéralement, un cavalier qui venait de rentrer dans le lard des bandits, figeant Noah net, après avoir bondit sur le côté. Que devait-il faire au juste ? Riposter ? Fuir ? S'émerveiller ? Sans doute les trois à la fois. Les assaillants commençaient déjà à fuir, mais le bretteur doutait fort de leur chances de s'en sortir. Et alors que le futur Kumojin observait la scène avec un œil intéressé, un éclat de voix venant de derrière lui l'interpella alors.

⚊ Tss... T'as de la chance, enflure ! Mais vous vous en tirerez pas comme ça.

Sur ces mots, le bandit prit ses jambes à son cou et se mit à fuir, sous le regard interrogateur de Noah, bien trop occupé à penser à ce chevalier servant qui venait d'apparaître tel le messie. Tandis que la situation finit par se calmer, le cactus s'approchait vers son sauveur, observant le cheval sur lequel il était. Il n'avait pas eu beaucoup d'occasion de croiser de tels bêtes, surtout pas d'aussi près. Et il devait reconnaître qu'elle avait de l'allure, sous sa multitude de couches de fourrures. Levant alors les yeux, Noah offrit son plus beau sourire au cavalier, haussant finalement la voix.

⚊ Oy ! Merci beaucoup de m'avoir aidé ! Je vous avoue que j'étais pas certain de m'en tirer seul HAHAHA ! Mais prenons le temps de discuter au chaud, il y a une auberge pas loin selon mes infos !

Il avait pu interroger quelques commerçants pendant son voyage, et on disait qu'une auberge recueillait les humbles aventuriers lors de leur quête dans ce pays où l'honneur primait, apparemment. Tournant finalement les talons, le bretteur se mit en marche, bien curieux d'en apprendre plus.

***

⚊ Nous y sommes !

Tout en poussant la porte de l'auberge, Noah se laissa envahir par une brusque vague de chaleur, laissant le cavalier entrer à sa suite, découvrant l'atmosphère chaleureuse du lieu. Tout en bois vêtu, les murs étaient ornés de motifs étranges, de nombreuses tables rondes jonchaient le hall, tandis que l'aubergiste lisait un livre accoudé au comptoir. Il n'y avait quasi personne ici, et l'arrivée de nos deux héros sembla interloqué le propriétaire de l'endroit, qui daigna lever les yeux de son bouquin.

⚊ On devrait s'asseoir à une table...

Le cactus balayait la pièce du regard, finissant par en choisir une près d'une fenêtre.

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | Far Horizons :
 

Après l'effort, le réconfort ! Et celui-ci fut bien mérité. Jun'ichirō, grand aventurier de son temps, venait de sauver un pauvre voyageur sans défense d'une charge de cavalerie exemplaire. Même si, après inspection, l'homme en question disposait d'assez de sabres pour s'en prendre à un cortège entier, s'il pouvait bien sûr s'en servir simultanément, ce que le cavalier n'allait pas tarder à le savoir. Mais avant cela, ils devaient rejoindre la taverne du coin pour se réchauffer les orteils.

* * *

L'épéiste prit les devants et s'installa à une table près de la fenêtre. Dehors, le paysage était sublime ; aussi le nomade n'avait aucune raison de brusquer le choix de son collègue. Il avait laissé sa monture aux écuries car, même s'il avait du mal à la laisser seule, celle-ci ne pouvait vraisemblablement pas s'asseoir avec eux. Et puis, tout cheval Ikeda qu'était ce noble Muteki, le jeune homme ne risquait rien quant à son sort. L'énorme destrier savait se défendre lui-même, à l'instar de ses confrères et consœurs du convoi. Jun plaignait déjà la petite frappe ignorante qui allait vouloir s'en prendre à la bête.

Tu me sauves la vie, l'ami ! Je cherche cette taverne depuis des heures...

Le cavalier commença à retirer ses différentes couches une par une, et les déposa sur les deux sièges à ses côtés. Gants, cape, fourrures, écharpe – tout y passa. Le feu de la cheminée lui suffisait amplement, dont la présence caressait l'humble superficie de la bâtisse. Il y a bel et bien une justice dans ce monde, pensa-t-il en se décrispant enfin.

Au fait, je n'ai pas eu l'occasion de me présenter à force de claquer des dents, mais je m'appelle Jun'ichirō. Et le gaillard qui t'a secouru au galop, c'est Muteki. Tous deux Ikeda, précisa-t-il d'un clin d’œil complice, au cas où la réputation de son clan avait traversé les montagnes de Tetsu no Kuni. Mais dis-moi, quelque chose m'intrigue. En tant qu'amateur d'arme, je conviens. Pourquoi les trois sabres ? Tu caches un troisième membre sous ta chemise ? plaisanta-t-il d'un ton léger.

Au moins, l'aventurier avait posé cartes sur table. Il y avait sûrement une incroyable histoire cachée derrière ce détail !
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

⚊ C'est un sacré pays aussi HAHA, les tavernes ne se trouvent pas à chaque coin de route !

Les bras croisés, Noah profitait de la douce chaleur de la taverne, souriant avec enthousiasme en observant son sauver se dévêtir afin de ne pas étouffer avec le feu de cheminée au loin. Ils ressortaient d'un terrible assaut, bien que ce dernier était destiné à ne pas se conclure ainsi. Mais pour l'instant, il était inutile de s'en préoccuper. Alors que le cavalier se présentait, le bretteur prit le temps de noter son nom dans sa tête. Jun'ichirō et Muteki, du clan Ikeda. Un nom qui faisait écho dans l'esprit de notre héros. Dans sa jeunesse, il avait déjà eu l'occasion de rencontrer des habitants du Pays du Vent, et plus particulièrement un certain manipulateur de sable qu'il avait combattu. Le cactus avait été un garçon bien hargneux à l'époque. En tout cas, l'homme qui se présentait en face de lui n'était définitivement pas n'importe qui.

⚊ J'ai déjà rencontré des habitants du Pays du Vent chez moi. Si je ne dis pas de bêtises, les Ikeda sont réputés pour être des éleveurs. Cela explique en grande partie votre arrivée... Fracassante HAHA ! Merci encore !

Déposant ses katanas sur le côté de table, le bretteur prit la peine de s'installer plus confortablement. A la question de Jun'ichirō, Noah se mit alors à rire grassement, attirant les quelques regards présents, tandis que l'aubergiste s'approchait d'eux dans le but de prendre leur commande.

⚊ Je prendrai votre meilleur alcool, et un bon rôti s'il vous plaît HAHAHA ! T'es marrant, Jun'ichirō ! Disons que je me suis adapté à mon environnement, et que je suis parvenu à survivre à la guerre... A ma manière.

Nouveau sourire à son visage en ponctuant sa phrase, Noah jetait un œil à ses armes, se disant que ce détail en intriguait un bon nombre. Ce n'était pas comme si il y avait réfléchit longtemps. Lors de l'assassinat de ses parents, il s'était inconsciemment munit de ces trois sabres dans le but de garder la vie. Il y tenait à la prunelle de ses yeux après tout. Patientant alors de pouvoir manger, Noah profitait alors de l'occasion pour en apprendre un peu plus, trouvant assez rare les occasions de pouvoir partager une conversation avec un homme venu d'aussi loin.

⚊ Néanmoins, je me doute que tu dois venir de très loin, en tant qu'Ikeda ! Je suis curieux, j'aimerai en savoir plus sur les contrées qui décorent ce monde sur lequel nous vivons. Qu'as-tu vu durant ton voyage ?

Clignant plusieurs fois des yeux, le bretteur s'exclama alors, se rappelant d'un détail.

⚊ J'oubliais ! Mon nom est Hasagi Noah, du Pays de la Foudre !

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | Far Horizons :
 

Ainsi l'étranger était originaire du pays de la Foudre. Quelle aubaine ! Depuis que le chef du clan Seizu lui avait demandé des informations sur ce pays en échange du gîte, il désirait ardemment y poser le pied. Il avait même prévu un départ anticipé du pays du Fer, au printemps, afin de poursuivre son périple à Kumo no Kuni. Et voilà qu'un épéiste des montagnes croisait sa route dans un endroit reclus, pour lui donner des tonnes de détails et d'indications.

Jun'ichirō commanda le plat le plus atypique du menu, avait-il dit à l'aubergiste d'un grand sourire, ainsi qu'un verre de vin chaud, dont la seule idée de faire chauffer un alcool intriguait le jeune homme. Ça ne pouvait qu'être bon.

J'en ai vu, des choses, certes. De quoi te tenir la jambe pendant toute la journée, haha ! Mais ma gorge ne tiendrait pas jusqu'au bout. Je te propose un marché : une anecdote contre une anecdote. Je compte visiter ta terre natale dès l'année prochaine, et même si je m'amuse à traverser des marais rien que pour l'aventure, j'aimerais bien connaître deux ou trois pistes sur ta culture, les mœurs, les choses à faire ou ne pas faire, les endroits-clés à visiter...

Le nomade se frotta les mains l'une contre l'autre pour se les réchauffer, le bout des doigts encore gelés. Il fit alors un puits avec celles-ci puis réveilla ses paumes d'un souffle chaud. Le tenancier, intrigué par la présence des deux étrangers, se décida d'accélérer son service pour ne pas avoir deux blocs de glace sur les bras.

Après tout, ils représentaient à eux seuls la moitié de son chiffre d'affaire de l'heure.

Par où commencer...

On leur apportera enfin une liqueur de génépi pour l'un, et un vin chaud pour l'autre. L'aventurier remercia l'homme, empoigna son verre, le tendit à son compagnon pour trinquer et, après lui avoir souhaité bonne tranquillité, goûta enfin son breuvage.

Pas mauvais ! semblait exprimer son visage.

Déjà, je viens des dunes de sable de Kaze no Kuni. Mon clan vit dans le désert depuis des générations. Nous voyageons en permanence, sans quitter notre convoi, et élevons des bêtes d'exception pour survivre. Comme tu peux le douter, la vie là-bas n'est pas idyllique, mais un gamin apprend vite à profiter des petites choses. Tu te souviens du galbe de ma monture ? Imagine des centaines de chevaux dans son genre qui foulent une étendue de sable à perte de vue. C'est au milieu de ce paysage sublime que j'ai grandi. Et qui m'a sûrement donné envie de voir autre chose dès que j'eus l'âge de partir, haha. D'ailleurs, toi qui a l'air d'aimer l'alcool, tu devrais un jour goûter à notre bière de sorgho. C'est... très amer ? Et abordable, qui plus est ! Il y a bien l'eau de vie de datte, aussi, en boisson emblématique, mais il faudra débourser quelques ryôs de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

Il y avait toujours quelque chose de solennel lorsque deux étrangers se rencontraient, et commencer à partager leur propre vécu. Silencieux, Noah était bien installé sur sa chaise, face à Jun'ichirō, bien enclin à accepter la proposition du cavalier. Une anecdote contre une autre, il y aurait de quoi nourrir une longue conversation. Tout en acquiesçant simplement de la tête, le bretteur laissa son interlocuteur débuter. Pendant qu'il réfléchissait sur quoi commencer, Noah observa l'aubergiste leur apporter leur boissons respectives. En voilà un alcool qu'il n'avait jamais vu de sa vie. Intrigué, Noah se pencha légèrement en avant, analysant son verre de plus près. Attrapant le verre d'une main, le leva en avant afin de trinquer avec son sauveur, lui rendant ses politesses, puis en prit une gorgée.

Tonifiant. Voilà la première réaction qu'eut le futur Kumojin en goûtant l'alcool. Il pouvait sentir un mélange de plantes assez malin, qui donnait au tout un charme rustique qu'il appréciait particulièrement. Esquissant un grand sourire tout en tendant l'oreille aux paroles du cavalier, Noah prenait le temps d'enregistrer les informations qu'il lui donnait, pour sa simple curiosité personnelle. Les dunes de sable, cela remémora une certaine rencontre de Noah, dans sa jeunesse. En effet, le jeune bretteur s'était autrefois confronté à un vieil homme maîtrisant le sable, et qui l'avait terrassé à plates coutures. Imaginant des centaines de bêtes de la carrure du cheval de Jun'ichirō, Noah se prit à rire, trouvant la vision presque surréaliste.

⚊ Le seul cheval dont je me souviens se trouvait dans un vieux conte de mon enfance !

Kaminari no Kuni n'était pas particulièrement réputé pour ses élevages, de toutes manière. Il devient bien subsister quelques bergers dans les montagnes de la Foudre, mais rien de bien notable. Toujours plus curieux, le cactus eut bien le désir d'approfondir l'enfance du cavalier en lui demandant des détails sur son clan, mais il se souvint alors de leur marché, et se ravisa, reprenant une gorgée de sa liqueur, avant de considérer la proposition de l'Ikeda.

⚊ Il est certain que je me rendrais dans ton pays, ne serait-ce que pour la splendeur du paysage.
J'espère, idéalement, me trouver un bon guide pour me faire visiter l'endroit HAHAHA !


Reposant son verre, Noah commençait à sentir la douce odeur du rôti qui mijotait dans les cuisines à l'arrière, déjà impatient de passer à table. Désormais, c'était à lui de parler. Que pouvait-il raconter ? Le bretteur s'était volontairement coupé de son passé afin de ne penser qu'à l'avenir. Mais, après tout, se couper ne signifiait pas oublier.

⚊ Le Pays de la Foudre est assez particulier. Des forêts, des montagnes, des plaines à perte de vue...
Je ne crois pas connaître de pays avec des paysages aussi variés. Je viens d'un petit village désormais disparu à cause de la guerre, mes parents étaient forgerons. Ces épées que je porte à la ceinture sont l'héritage qu'ils m'ont laissé.


Même si ce ne fut pas vraiment volontaire de leur part, ses trois lames restaient le dernier souvenir qu'il avait de la forge familiale. Et alors que l'aubergiste sortaient des cuisines, deux plateaux à la main, Noah se remit à sourire, fixant le contenu de son verre d'alcool.

⚊ La guerre ne connait aucune clémence.

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | Far Horizons :
 

L'aventurier restait sur sa faim. Lui qui s'était tant étalé sur son beau pays, n'avait reçu qu'une poignée de miettes d'un pain rassis depuis des années, à l'entente du témoignage du sabreur. Mais Jun'ichirō n'abandonnait pas pour autant. Il lui suffisait de tendre davantage la main droite pour recevoir une juste contrepartie de la gauche. Ainsi, son camarade était hanté par la guerre ? Le nomade chercha... chercha... et chercha encore une anecdote à raconter... et finit par mettre le doigt sur le sujet à la hauteur du duo. Hélas, l'aubergiste avait décidé de lui couper l'herbe sous le pied en ramenant tantôt le plat du Kumojin, tantôt le plat le plus atypique du menu. Et pour être atypique, il l'était. Des carrés de pommes de terre, des oignons revenus, des morceaux de lard, une odeur d'alcool, et ces étranges filaments qui... Ça sent bon ~ ! Qu'importe l'ingrédient mystère – le plat avait déjà envoûté les narines du Sunajin, bien loin de son taboulé au persil fétiche.

Ne replonche pas dans ches fâcheux chouvenirs ! se voulut-il d'une grande utilité, la langue noyée dans une nappe de fromage fondu. C'est un coup à finir la tête sous la table..., enchaîna-t-il après avoir déglutit d'une bonne lampée de vin chaud.

Il leva alors son verre en l'honneur de l'épéiste en proie à un passé tortueux.

Goûte donc ce divin nectar pendant que je riposte. Ça te changera les idées. Et réfléchis bien à l'information que tu vas devoir me céder juste après, car celle-ci t'intéressa à coup sûr ! (L'aventurier se racla brièvement la gorge.) Au pays de l'Eau, il est censé avoir existé une caste secrète dont les membres possédait chacun une puissante arme aux attributs extraordinaires. Imagine donc ce que tu pourrais dégotter en creusant sur une grève, avec un peu de chance ! Il n'y a rien de mieux qu'un trésor pour éveiller en n'importe qui le goût de l'aventure. Quand je pense à toutes ces légendes que les conteurs se transmettent de génération en génération, l'existence avérée d'une seule d'entre elles me contenterait jusqu'à en mourir de radotage !

Jun'ichirō piocha à nouveau dans son assiette généreuse, découvrant de nouvelles saveurs à chaque bouchée.

Cha cherait quoi ton arme de Chabreur idéale ?
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

Un rire tonitruant se fit alors entendre. Le cavalier était une personne amusante, et Noah l'appréciait de plus en plus. Alors que l'aubergiste déposait les plats respectifs de ses clients singuliers, la conversation des deux étrangers se poursuivait dans la bonne humeur, alors que de sombres nuages commençaient peu à peu à se rapprocher d'eux. Ne manquant pas d'arracher une épais morceau de viande de ses dents, le cactus suivit le conseil du Ikeda, bien décidé à ne plus évoquer ce passé qui avait marqué la génération actuelle. Hochant de la tête, Noah cessait de parler, savourant son repas en engloutissant son morceau, faisant passer le tout avec quelques gorgées de liqueur.

Et alors, Jun'ichirô aborda un point qui intrigua énormément le bretteur. Sans cesser de manger, il tendait l'oreille et buvait les paroles de son interlocuteur avec intérêt. Le Pays de l'Eau ? Noah en avait effectivement déjà entendu parler. Il y aurait donc une caste de shinobi dont chaque membre posséderait une arme unique ? Un grand sourire se dessinait lentement sur les lèvres de notre protagoniste, alors que l'excitation le prenait, s'imaginant déjà sur les îles de ce Pays, à la recherche de ces mystérieux combattants. Notant la saveur originale de son rôti, le bretteur prit alors son temps pour réfléchir à la question du cavalier, tentant déjà de digérer cette information qu'il venait de lui donner.

⚊ Une caste secrète... Je t'avoue qu'une telle info ne me laisse pas indifférent. Je n'ai jamais posé un pied là-bas, mais j'y compte bien, et si en plus de puissants combattants m'attendent là-bas, ça ne peut que me motiver ! N'es-tu pas d'accord ?

Reprenant son verre, Noah se tournait alors le tavernier, qui était repartit lire son livre, sans cesser de jeter quelques coups d'oeil curieux vers les deux énergumènes parlant sans doute bien trop fort. Souriant, le bretteur lui fit remarquer la qualité de son service, avant de reposer son regard sur le cavalier.

⚊ Je ne crois pas qu'il existe d'arme idéale. Je pense que n'importe quel clampin pourrait manier les trois sabres que je porte à ma ceinture... Mais la manière dont il s'en servira, c'est ainsi que la valeur d'une arme prendra tout son sens ! Mes katana me conviennent parfaitement, j'ai grandis avec eux HAHA ! Qu'en penses-tu, Jun ?

Maintenant, c'était à son tour d'offrir une anecdote. Noah avait lu quantité d'ouvrages au Pays de la Foudre, mais il ne souhaitait pas voir les espoirs du cavalier se reposer sur de simples fabulations. S'amusant avec son verre, le bretteur jetait un œil par le fenêtre sur sa gauche, avant de finalement sourire.

⚊ En parlant de caste, il en existe également une dans mon Pays. Tu en as sans doute déjà entendu parler, mais on dit qu'ils sont les héritiers d'une véritable légende de ce monde. Je n'en sais pas grand chose... Si ce n'est que leur corps serait devenu la foudre elle-même !

Il n'en savait pas vraiment plus. Si Noah était un être emplit de curiosité, il démarrait néanmoins tout en bas de l'échelle. Il a grandit seul, il a apprit seul. Tout ce qu'il a accomplit jusqu'à lors, il ne le doit qu'à lui-même. Poursuivant son repas, Noah se remémora alors quelque chose, et releva alors la tête vers le cavalier.

⚊ Au fait, on dit que ce pays abrite des clans de bretteurs très conservateur, tu en as entendu parler ?

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | Far Horizons :
 

Jun'ichirō fut ravi d'avoir appris quelque chose à quelqu'un. Et surtout à un épéiste comme lui ! Finalement, la légende des Sabreurs ne semblait pas être si connu qu'il le pensait, à l'instar des récits d'une mythologie régionale obscure transmise de chaman en chaman. Quoi qu'il en soit, il avait donné l'envie à son camarade de parcourir le pays de l'Eau à la recherche de ces combattants d'exception, et cela mit du baume au cœur du nomade – car l'aventure primait sur tout autre but, dans la vie.

S'en suivit un discours sur la qualité et l'utilisation d'une arme – la manière dont un homme l'utilise devant supposément transcender ses capacités mystiques. L'éleveur de chevaux dodelina de la tête, assez d'accord avec cette manière de voir les choses, même s'il n'en était pas totalement convaincu. Et pour cause :

C'est un très bon point que tu défends là ! s'autorisa-t-il de dire après avoir déglutit une lampée de vin chaud, ayant profité de la tirade de son ami pour se sustenter. Je suis d'accord avec toi : une arme devient exceptionnelle dans les mains d'un artiste exceptionnel. C'est peut-être ce qu'il s'est passé pour ces fameux Sabreurs et leurs armes légendaires ! Des armes puissantes seules n'auraient jamais acquis une telle réputation dans les mains de paysans. Et de bons épéistes seuls non plus. Mais la synergie des deux ? on parle d'une combinaison conséquente ! Je t'avoue cependant qu'à force de m'être battu aux côtés de ma nagamaki, il me serait difficile de changer d'arme du jour au lendemain. Pas sans perdre la main dans la foulée, du moins !

Et aussitôt son avis expulsé, il combla le vide par une énorme bouchée de fromage. Ce qui permit à l'homme d'offrir à son tour une anecdote croustillante : l'existence d'une caste de guerriers dont le corps ne faisait qu'un avec... la foudre !

Tiens, c'est plutôt drôle pour des gens venant du pays de la Foudre. Désolé, nous n'avons pas l'équivalent dans notre immense désert ~, s'amusa-t-il d'un sourire jusqu'aux yeux. La famille impériale, les Tsubasa, a semble-t-il préféré la manipulation du sable omniprésent. Le problème : ça s'infiltre partout. Mais merci pour l'information, l'ami ! J'irai me renseigner sur ces légendes, à l'occasion. C'est à se demander comment ils ont fait pour atteindre un tel niveau !

Enfin, le montagnard redirigea la conversation sur un sujet bien plus terre-à-terre : les bretteurs de la région. Jun'ichirō ayant débarqué dans ces montagnes enneigées deux semaines plus tôt, il n'avait pu questionner des milliers de villageois sur son passage. Mais le peu avec qui il avait discuté lui avait presque tous mentionné l'existence de ces épéistes d'élite, conservateurs, dont l'art ne se résumait qu'à la maîtrise de leurs katanas et rien d'autre. Ça lui avait d'ailleurs fait tout drôle d'imaginer des samouraïs rivalisant avec les shinobis des pays alentours, et ce sans jutsu, sinon de rendre leurs armes toutes bleues, avait-il entendu de la part d'un éleveur de boucs. Une rencontre très sympathique, d'ailleurs. Homme et troupeau avaient été avenants.

J'ai entendu deux ou trois choses sur eux, oui. Les gens portent une grande estime à leur sujet ! Ce serait gé-nial de tomber sur l'un de ces protecteurs du pays pour lui demander un cours particulier. Je suis persuadé qu'on en apprendrait beaucoup de lui, qu'importe notre façon de combattre. Je t'avoue que les arbres, le vent, et les piliers de comptoir trop ivres et sanguins n'aident pas à améliorer la technique d'un homme. Il suffit d'y aller un peu fort... et pouf.

Jun'ichirō s'affala sur sa chaise, un sourcil haussé, faisant le point sur son talent actuel d'épéiste.

Bon sang, c'est vrai que je suis une brute...

Soudain, un gaillard aux épaules larges ouvrit la porte de l'auberge avec fracas. Suivi de trois hommes de main patibulaires. Une chose fut sûre : ils n'étaient pas là pour boire de l'alcool autour de la cheminée. Du moins, pas seulement...

Leurs yeux se posèrent très vite sur les deux épéistes du fond.
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

⚊ La moitié de mes hommes, terrassés par des illustres inconnus, et tu oses revenir sans butin ?

Sèche et grave, la voix qui sortait de cette pénombre devant laquelle se trouvait le bandit ayant menacé Noah quelques instants plus tôt résonnait à travers les parois de cette grotte peu hospitalière du paysage de ce pays à la morale bien trop arriérée. Le bandit de grands chemins n'osait prononcer le moindre, intimidé par cette imposante stature qui le toisait de tout son long, assise sur son trône rocheux, ainsi que l'immense batte le dépassant d'au moins deux têtes, ornés de barbelés. Le colosse finit par se lever, faisant vrombir le sol tout autour de lui, alors qu'il empoignait une fourrure animale déposée à ses côtés, la passant par-dessus ses épaules nues, et que on autre main s'armait de cette arme aux proportions démesurées. Finalement, cet être semblant venir d'ailleurs avança d'un pas en avant, stoppant net le coeur du bandit recroquevillé sur lui. Puis d'un autre. En un instant, il se retrouvait derrière le rescapé, ses yeux perçants d'un gris métallique observaient l'horizon.

⚊ Amènes-moi à eux.


***

⚊ La synergie ? Je vois...

C'était un avis intéressant, et Noah, tout en continuant de se remplir la panse, observait le cavalier en songeant à ce discours qu'il venait de tenir. Après tout, les plus grands maîtres l'étaient aussi car leurs armes étaient légendaires. A quoi servirait les compétences d'un forgeron s'il suffisait d'un excellent sabreur pour en faire un compagnon d'exception ? Pendant les réflexions du cactus, Jun'ichirô renchérissait avec une nouvelle information, concernant le très prestigieux clan Tsubasa. La manipulation du sable ? C'était une capacité que le bretteur ne connaissait que trop bien. Lorsqu'il était encore enfant, il avait même eu la chance d'en affronter un de leur représentants. Il se demandait d'ailleurs si ce vieil homme qui lui avait laissé la vie sauve à ce moment-là se portait bien, son instinct lui murmurait que oui en tout cas.

⚊ Un professeur? Ce serait amusant oui HAHA !

Dans son éclat de rire, un bruit sourd lui parvint aux oreilles, l'interrompant net. Le géant qui venait de pénétrer la taverne dégageait quelque chose d'effrayant. Le tavernier, visiblement choqué de voir un tel être ici, ne bougea néanmoins pas d'un pouce, alors que les quelques clients discrets encore présents tentèrent de prendre leur jambes à leur cou. Le géant portait un casque, ne laissant voir que son regard scrutateur, qui se déposait sur nos deux protagonistes. A sa main droite, une batte gargantuesque, à sa main gauche... Le corps d'un homme couvert de sang, inconscient, mais vivant. Noah remarquait qu'il s'agissait d'un des bandits l'ayant agressé plus tôt. Le colosse s'approcha d'eux d'un pas lourd, alors que ses hommes de mains restaient en retrait.


⚊ Veuillez excusez mon impertinence, j'espère que vous passez un bon repas. J'ai appris que vous aviez été prit d'assaut par mes subalternes, je me suis occupé du cas de celui-là, en espérant que cet accueil ne vous ait pas trop refroidit.

Son élocution était plutôt remarquable, pour un tel physique, mais les idées reçues ne devaient pas être bien vus par ici. Le bretteur aux trois sabres, observant le colosse qui se tenait désormais face à eux, lâchant le corps inerte de son sbire sur le sol, ne pipait le moindre mot, semblant attendre quelque chose. Les bandits au loin avaient un regard mauvais, et l'ambiance qui traînait maintenant au sein de l'auberge n'avait plus rien de chaleureux.

⚊ Eh, Jun, t'as encore faim ?

L'appétit de Noah, lui, avait disparu. Il n'avait pas réellement à réfléchir longtemps pour comprendre qu'il ne pourrait pas se lever de sa chaise indemne, pas s'il ne se défendait pas. Et pourtant, il avait encore soif. Alors, il tendait la main vers sa choppe posé sur la table... Avant qu'une ombre massive ne frôle ses doigts, éclatant la choppe et la table en deux. La batte venait de s'abattre entre l'Ikeda et le Hasagi. Le début des hostilités ?

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | Far Horizons :
 

Jun'ichirō s'était replongé dans sa poêlée typique de la région lorsque-...

Le nomade recracha presque sa pitance dans le vin tiède posé devant lui. Et pour cause, le mastodonte semait la panique dans l'humble auberge qui avait accueilli les deux étrangers en proie au froid mordant. Mais le gaillard ne s'arrêta pas à la porte d'entrée, et ne s'installa pas non plus à une table près de la cheminée, non. Au vu de sa démarche assurée dans la direction des deux épéistes, et de la marionnette désarticulée accrochée à son épaule, l'homme avait affaire avec eux. Et ce ne doit pas être une partie de pierre-feuille-ciseaux, triompha la bêtise de l'éleveur face à son sérieux.

Mais le discours de l'armoire à glace le fit aussitôt mentir.

Ainsi, il voulait s'excuser pour la gêne occasionnée de tantôt. Sa troupe, ses bandits à lui, s'en était pris à de pauvres voyageurs sans accord ni aval. Et justement, le chef avait eu du mal à avaler la nouvelle. Qu'il est sympathique ! se fit surprendre l'éleveur de chevaux en cédant un large sourire amical à son interlocuteur. Peu de professionnels du métier se seraient déplacés en personne afin de corriger les erreurs de leurs sbires – et cela méritait d’être souligné. Hélas, alors que Jun'ichirō se sentit d'humeur d'inviter le mercenaire à leur table, ce dernier lâcha son cadavre de compagnie sur le sol... et fixa les deux hommes devant lui en silence. Un silence gênant. Ce qui souilla aussitôt l'ambiance déjà bien étrange au demeurant.

Le cactus extirpa le cavalier de son analyse pertinente de la situation.

Oh... eh bien, j'ai déjà bien trop mangé, je dois t'avouer. Ce plat m'a bouché l'estomac dès la première bouchée, haha !

Soudain, la batte du colosse brisa la table en deux.

OST | Steel On Steel :
 

Mais ça ne va pas !

Jun'ichirō bondit hors de sa chaise, projetant celle-ci malgré lui en arrière. Son instinct de survie le commanda d'empoigner une arme mortelle, efficace, dissuasive afin de se défendre ; et c'est ainsi qu'il se retrouva en fière possession d'une cuillère en bois.

Tout ceci est partit du mauvais pied. Arrêtons-nous un instant pour-...

Un ordre, un cri, et les trois hommes de main se liguèrent de concert pour s'en prendre aux deux cibles désarmées. Enfin, la cible désarmée et son collègue aux trois sabres qui n'avait pas attendu le déluge pour se défendre. Le nomade se maudit d'avoir laissé sa nagamaki sur son fidèle destrier, mais il n'avait pas davantage de temps de se morfondre. Et pour cause, le danger fonçait droit sur lui. Bien loin de la portée habituelle de sa longue arme, l'épéiste se laissa prendre de court par le premier bandit. Le larron suintait d'inexpérience, mais sa charge fut si imprévisible que le nomade ne put réagir en conséquence. Reculant d'un pas maladroit en guise de sa seule option de défense, il trébucha sur les pieds de sa chaise renversée.

Et admira ainsi le fil d'une lame assoiffée de sang tranchant l'air juste au-dessus de lui.

Le second opportuniste mordit à son tour le périmètre de sécurité de Jun'ichirō. Le cavalier roula in extremis sur le côté, abandonnant son arme de fortune à la gueule de son agresseur, et grimpa sur une table pour gagner de la hauteur.

Soudain, le cactus réapparut sur son champ de vision.

Noah ! Prête-moi une de tes lames, ça devient compliqué ici !

Ainsi il aurait pu montrer aux bandits de grand chemin comment se servir d'une arme.

Si toutefois son compagnon daignait lui prêter main forte.
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

Noah n'avait pas bougé de sa place, se prenant un bout de table éclaté en pleine tronche. Bien moins réactif que son nouvel ami cavalier, notre bretteur venait de voir sa choppe d'alcool se briser sous ses yeux. Le choc l'avait tout simplement empêché de se mouvoir ne serait-ce que d'un centimètre. Pourquoi ce grand gaillard devenait-il si violent d'un coup ? C'était cela, la tradition chaleureuse et conservatrice de Tetsu no kuni ? Se remettant bien difficilement de ses émotions, le cactus put voir Jun'ichiro tenter bien adroitement d'esquiver les assauts dont il était victime. De son côté, un troisième bandit tenta une charge par derrière, dégainant un kunai dans le but de le planter dans le cou de notre alcoolique des nuages. Dégainant à l'aide de son pouce, Noah parait l'assaut tout en se relevant, fixant alors sa cible, avec un visage bien plus sévère qu'à l'accoutumée. On le coupait en plein repas, et on se permettait de gaspiller son alcool.

⚊ Vous n'avez pas froid aux yeux, hein ?

Sans attendre de réponse, Noah repoussait son adversaire d'un geste, terminant de dégainer un premier katana, ne tardant pas à bondir en l'air avant d'abattre sa lame sur sa proie, qui dut plier ses jambes afin d'amortir l'impact, mais en vain. La seconde d'après, le corps du bretteur se courba en deux, alors que son épée volait à l'horizontale, lacérant le torse de son adversaire qui poussa un cri déchirant, tombant en arrière. Dans le même temps, son acolyte sembla lui demande main forte. Esquissant un sourire, le cactus détacha alors un katana de sa ceinture, avant de le lancer vers le cavalier. Il saurait se débrouiller, de toute façon. Face à lui, restait le colosse, chef de cette bande, qui fixait le bretteur, comme s'il tentait de le tuer d'un simple regard.

⚊ Il serait inconcevable pour un homme de ma stature de souhaiter la bienvenue à d'humbles étrangers avec de tels faiblards... Laissez-moi rectifier le tir.

Le propriétaire de la taverne semblait s'inquiéter pour l'état de ses meubles, alors que son hall ressemblait déjà bien plus à un champ de bataille qu'à autre chose. Sans un mot, notre protagoniste posait les yeux sur le colosse au casque, semblant contrôler sa respiration. Il ne souhaitait pas détruire l'établissement qui lui avait permit d'échapper au froid. Il devait donc faire sortir ce type du restaurant, une tâche qui sera loin d'être aisé. Mais notre bretteur s'était entraîné toute sa vie. Son enfance s'était résumé à la survie. Trouver de quoi manger, un lieu ou dormir, fuir quand il le fallait. Toute cette expérience, il a contenait dans cette poigne qui se posait autour de deux katana à ses mains, qu'il venait de sortir de leur fourreau.

⚊ Nitoryu...

Le chakra du futur Kumojin commençait à s'échapper, se muant progressivement en du Futon qui vint entourer le fer de ses lames frémissantes. Le casqué commençait à lever sa batte, ne cherchant visiblement pas à comprendre ce que faisait son adversaire. Et alors, Noah adopta une pause, se courbant sur le côté, laissant ensuite ses lames s'envoler, l'une après l'autre. Tandis que deux puissantes lames d'air vinrent raser le sol, provoquant un véritable souffle tout autour de l'auberge, s'écrasant avec force contre le colosse qui s'envolait alors, traversant l'entrée de l'auberge, tombant lourdement sur le sol enneigé.

⚊ Nana-Jū-Ni Pound Hō !

Il n'avait pas enfilé son bandana, mais Noah était déjà sérieux.

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | Battle of the Heroes :
 

Le katana, encore dans son fourreau, virevolta dans les airs jusqu'à Jun'ichirō. Le temps semblait presque se ralentir. Perché sur sa table d'auberge, l'épéiste jonglait du regard entre sa prochaine arme et celles des deux bandits à ses pieds, ses chevilles menacées d'une allonge certes courte, mais suffisante. L'éleveur de chevaux se préparait à danser sur le bois de son piédestal afin d'éviter de perdre une cheville, ou pire, la vie – mais il empoigna la lame du cactus plus tôt que prévu. Dès lors, une étincelle s'éveilla dans les yeux de l'aventurier. Une étincelle de défi ; de combattivité. L'amorce du retour du bâton que ses deux adversaires allaient recevoir en plein crâne après avoir tâté une ruche grouillante du bout de leurs sabres.

Jun'ichirō plaqua l'arme d'un premier ennemi contre la table sous la semelle de sa botte. Le malheureux tenta de la retirer, à l'instar d'un prétendant au titre du royaume de Bretagne, mais le rocher de muscles et de sourire ne broncha pas pour autant. Levant le katana emprunté à l'originaire de la Foudre, le cavalier abaissa aussitôt son bout de métal mortel vers le bras de sa seconde cible afin qu'elle ne pût en profiter pour mordre son flanc*.

Par chance, le bandit lâcha son arme in extremis, préservant ainsi l'intégrité de son bras à l'humble prix d'une balafre sanguinolente. Mais il n'allait pas se relever de si tôt. Sa douleur, comme l'état de sa plaie, l'importaient davantage que se venger d'un pauvre voyageur ayant l'avantage de la hauteur.

Abandonne ! beugla le nomade au bandit encore indemne, alors qu'il libérait son sabre pour faire un pas vers lui. Tout ceci n'a pas lieu d'être. Nous pouvons partager un bon repas chaud, et une bière mousseuse, non ? proposait-il en levant les mains en guise de bonne foi. Je paie ma tournée !
Tu sous-estimes notre puissance, balança le mercenaire d'un ton mauvais.
Ne fais pas ça...

Mais le forban n'écoutait déjà guère plus. Empoignant son sabre à deux mains, il prit appui sur la chaise renversée afin d'atteindre la plateforme de l'éleveur de chevaux. Le jeune homme recula malgré lui sur la longue table, parant tant bien que mal les nombreuses frappes lui arrivant à la figure**. Son ennemi était doué – peut être trop doué pour faire carrière dans le banditisme. Il aurait pu s'investir dans une noble cause, telle que la défense de son pays, mais le malfaiteur avait préféré parcourir les routes en compagnie de escouade d'opportunistes afin d'enchainer embuscade sur embuscade, en espérant tomber sur un filon luxuriant afin de ne plus jamais dégainer son arme de sa vie. Et cela, Jun'ichirō ne pouvait l'accepter. Profitant de l'effet de surprise, l'épéiste s'empêcha de reculer pour empiéter sur la distance de sécurité de son adversaire ; et il balaya les jambes de ce dernier d'un violent coup derrière ses genoux***.

Le bandit s'écrasa sur la table dans un fracas sourd, son sabre venant se planter sur le comptoir après une vive cabriole.

J'avais confiance en toi ! Tu étais supposé calmé ce conflit, pas jeter de l'huile sur le feu !

Jun'ichirō menaça la gorge de son otage, les traits de son visage visiblement concernés.

Apporter le calme dans cette taverne, et non la plonger dans le chaos !

Aurait-il pu changer la donne en trouvant de meilleurs mots ? En s'y prenait d'une autre façon ? Le cavalier se remémora la scène en boucle, mais rien de ce qu'il changeait dans son discours ne semblait suffire. Peut-être cette rencontre était-elle condamnée à se passer de la sorte. Peut-être ces gens ne méritaient-ils aucune rédemption, à force de crimes horribles et de bassesses innommables. L'éleveur de chevaux se résigna alors. Dommage, marmonna-t-il simplement.

Nous aurions pu être frères. Je t'aurais aimé.

Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

Le bretteur venait d'éjecter le colosse hors de la taverne, ne manquant pas d'abîmer un peu l'intérieur du lieu. Mais au moins, elle ne risquait pas de s'effondrer désormais. Profitant de son instant de répit, le bretteur détournait alors les yeux vers son acolyte de fortune, le cavalier, observant sa technique de combat. Ce dernier s'était retrouvé face à deux bandits, et s'en était vachement bien sortit. Se débarrassant du premier assez aisément, le second sembla lui poser un peu plus de problèmes, mais Jun'ichirô semblait être un homme emplit de ressources, ce qui amusa beaucoup le verdoyant. Néanmoins, son propre combat n'était pas encore terminé. Se tournant un instant vers le propriétaire de l'auberge, Noah lui sourit alors.

⚊ Vous mettrez ça sur l'addition de ce type bizarre HAHAHA !

Sur ces mots, le bretteur sortit alors du bâtiment, dérobant l'épée avec que portait l'un des sbires du colosse au passage, retrouvant la froideur de l'hiver, jetant un bref coup d’œil vers le canasson de son nouvel ami, Muteki, qui se tenait encore là, droit et fier. Décidément, ce monde était remplit d'individus hors du commun. En parlant de cela, le colosse qu'il avait envoyer valdinguer hors de l'auberge se tenait face à lui, debout, batte à la main. Sans un mot, il bondit alors à une vitesse folle vers le bretteur aux trois sabres, levant sa gargantuesque arme avant de l'abattre sur le cactus, qui eut juste le temps de lever ses fourreaux au-dessus de sa tête, avant d'être écraser par la masse du coup qui venait de s'écraser sur lui. Le souffle coupé, une vague de neige fut emporté tout autour d'eux sous la violence de l'impact, tandis que le visage de son géant adversaire s'approchait du sien, augmentant la pression exercée, avant de le mettre en garde.

⚊ Tu ne peux pas t'échapper. Ne m'obliges pas à te tuer. Vagabond, tu ne réalises pas encore ton importance. Tu commences juste à découvrir ton pouvoir. Sois mon allié, et je terminerai ta formation. Si nous associons nos forces, nous mettrons fin à ce conflit destructeur et nous ramènerons l'ordre dans le monde shinobi !
⚊ Je.. Ne serai jamais ton allié !

Sous l'impulsions de ses propres paroles, Noah serra alors ses dents, gainant ses bras en rassemblant toutes ses forces, parvenant à repousser le colosse en arrière, avant de reprendre son souffle. Dans le même temps, il dégainait ses katana, adoptant dès lors son style Santôryû. Un katana entre les dents, deux autres dans ses mains, le bretteur ployait alors son corps, croisant les bras tout en levant ses deux lames perpendiculairement à celle dans sa bouche, prêt à se lancer.

⚊ Santôryû... Tora GARI !!!

L'instant d'après, Noah avait bondit en avant, fonçant vers le colosse avant de déployer son corps, lacérant le torse de sa cible avant de passer derrière lui, terminant son assaut. Après coup, il se relevait alors, puis se retournait vers le géant, observant l'étendue de ses dégâts.

⚊ Je ne vis que pour moi-même.

Le casqué, lui, voyait le sang coulé le long de son torse, mais il restait debout, stoïque. Empoignant fermement sa batte, il se préparait déjà à la suite.


_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
BRISER LA GLACE (PV. Hasagi Noah)

OST | General Grievous's Theme :
 

Jun'ichirō avait maitrisé ses adversaires. Mais qu'en était-il de son compagnon de fortune ? Ou d'infortune, plutôt, si le destin avait daigné placé un ennemi bien trop fort sur sa route. Ce mauvais pressentiment lui gela l'échine. L'épéiste n'avait pas de temps à perdre : il devait rejoindre l'extérieur de l'auberge afin de porter main forte au cactus à trois sabres... enfin, à deux sabres, se rendit-il soudain compte en posant son regard sur la lame qu'il avait tantôt emprunté à l'étranger. Il n'est pas à son potentiel maximum par ma faute ! s'engueula intérieurement l'éleveur de chevaux tandis qu'il se rua vers la rixe de dehors. Ni une, ni deux, il sauta de son piédestal et enjamba le décor dévasté, ignorant le troisième mercenaire en retrait.

Me voilà ! lança le nomade guilleret alors que le géant venait de se prendre un coup dantesque.

Et aussitôt son arrivée fracassante faite, les trois hommes de main patibulaires sortirent par la même porte branlante, l'un énervé à cause des passes d'armes échangées avec l'aventurier, les deux autres tout maculés de rouge, dans un sale état. Mais ils n'allaient pas abandonner leur meneur d'équipe pour autant. Ils brandirent leurs armes, dos aux deux étrangers, et attendirent le moment opportun – ne serait-ce qu'un signal de la part de leur chef – pour donner un coup décisif.

Reculez ! beugla le mastodonte à la batte. Je vais m'occuper de ces maudits étrangers moi-même.
Essaie donc.
Pauvres idiots, dit-il en toussotant une gerbe de sang. J'ai été initié au Kenjutsu par les Samouraïs...

Le colosse enfonça sa batte dans la neige et détacha sa cape de ses mains libres. Une scène d'horreur frappa alors le nomade du désert. Il a quatre bras ! Deux visibles dans sa vie de tous les jours ; deux autres réservés pour ses combats les moins équilibrés, ceux-ci partant de ses aisselles. Quatre mains contre quatre. Quatre sabres à sa ceinture, contre les trois des deux épéistes bouche bée. L'armoire à glace dégaina aussitôt ses lames pour faire face à ses adversaire, commençant à en faire tourner deux d'entre elles afin de couvrir ses flancs. Il était si robuste, si fort, que ses moulins ne semblaient pas l'exténuer.

Jun'ichirō fonça sur leur ennemi commun, assénant un coup d'épée fulgurant ; mais celui-ci se fit repousser par le convergence de deux lames. Il recula d'un pas, esquiva d'un autre, tenta une feinte à gauche et frappa soudain de l'autre côté, mais le colosse ne semblait avoir aucune faille dans sa garde. Il était bien trop imposant. Trop peu conventionnel. Le nomade du désert du sable n'avait véritablement jamais affronté pareil adversaire. Il essaya toutefois de frapper encore, et encore, et encore – mais il n'en récolta hélas que des ripostes lui lacérant la chair. L'aventurier recula d'un bon mètre, le souffle haletant.

Seul ou à deux, il faut vous rendre à l'évidence : vous êtes condamnés.
Je ne suis pas de cet avis, lâcha Jun'ichirō.

Il siffla soudain en direction de sa monture, qui s'empressa de venir rejoindre son maître. Ce sifflement précis avait un sens. Et ils avaient répété la cabriole des centaines de fois. Alors, une fois que l'immense destrier fut à portée de monte, l'éleveur de chevaux grimpa dessus... pour se propulser aussitôt depuis la selle.

Il retomba ainsi lourdement sur le colosse, alors occupé par le cactus*.

Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 125

Le cavalier avait finit par arriver à son tour. Noah n'était pas réellement du genre à vouloir qu'on interfère dans ses propres combats, mais vu le colosse qui leur faisait face, nul doute qu'il aurait bien du mal à tenir avec ses trois katana. Mais non content de se retrouver en deux contre un, les sbires du manieur de batte sortirent à leur tour, rendant la situation encore plus problématique qu'elle ne l'était déjà. Serrant des dents en augmentant la prise qu'il avait sur ce katana de fortune qu'il avait à la bouche, le cactus observait la situation, tentant de voir ce qui serait le mieux à faire. Mais, un malheur n'arrivait jamais seul. Pour une fois, nos héros étaient victime de la loi de Murphy, ce qui n'allait clairement pas arranger leur cas.

Leur adversaire, le chef de des bandits, n'avait rien d'un individu normal. Criant à ses subalternes de ne pas intervenir, il plantait sa batte dans le sol neigeux, avant de révéler deux autres bras implantés dans son dos, faisant hausser Noah des sourcils.

⚊ Oy oy oy, ça commence à devenir marrant là...

Et c'était le cas de le dire. Dégainant quatre lames à sa ceinture, celui qui se prenait pour l'Asura commençait à faire tournoyer deux sur ses flancs, lui octroyant une défense quasi-impénétrable. Malgré les trois sabres de Noah et celui qu'il avait prêté à Jun, il était difficile de savoir qui pourrait ressortir vainqueur de cette rixe. Le cavalier fut le premier à prendre le colosse d'assaut, mais sans succès. Rapidement repoussé par les moulinets de leur adversaire à quatre bras, Noah le prit comme un signal, s'élançant à son tour. Plaçant les deux lames qu'il portait avec ses mains de manière parallèle, il tentait de stopper le tournoiement d'une des mains, poussant le colosse à se concentrer sur lui. Esquissant un mince sourire, le marimo commençait à enchaîner le chef bandit d'assauts, tentant de percer sa défense.

Et alors, Jun arrivait par les airs, s'étant aidé de son destrier pour bondir assez haut pour prendre l'ennemi par surprise. S'arrêtant soudainement, Noah sautait en arrière, laissant le Sunajin effectuait son attaque, avant de revenir à la charge.

Spoiler:
 


⚊ Gazami Dori !!!

S'étant propulsé vers le colosse directement après l'attaque du colosse, Noah avait profité de cet instant de flottement pour venir croiser ses lames parallèlement à celle qu'il avait en bouche, avant de les décroiser d'un geste, créant un effet guillotine s'additionnant à l'attaque de Jun, parvenant à percer la défense du faux Asura, alors qu'un filet de sang jaillissait de son torse, l'obligeant à reculer pour reprendre son souffle.

⚊ Ne... Vous croyez pas déjà victorieux...

Empoignant ses quatre lames avec force, il semblait concentre toute sa force dans sa prochaine offensive. Et celle-ci ne tarda pas à venir. S'élançant en avant, le mastodonte visait Jun avec deux de ses lames, et Noah avec deux autres. Ce dernier, concentré, avait placé une de ses lames en arrière, préparant lui-même une contre-offensive. C'était maintenant que tout allait se jouer. Il avait apprit auprès des samurai ? Parfait. Ce serait un défi que le futur Kumojin serait ravi de surmonter. Alors qu'une épée arrivait au niveau de sa gorge, Noah se baissait d'un geste, se trouvait entre deux des bras du colosse. Puis, en se relevant, le bretteur aux trois sabres élançait sa lame de bas en haut de tout son élan, parvenant à trancher l'un des bras supplémentaires de leur ennemi, qui concluait son assaut en passant derrière nos deux héros, poussant un cri de douleur. Alors que le bras retombait lourdement dans la neige sous l'expression effarée des sbires au loin, Noah esquissait un sourire, jetant un œil vers Jun afin de voir comment il s'en était sortit de son côté...


_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Briser la glace pour casser la croûte
» [-12] Briser la glace
» Glace menthe chocolat sans sorbetière !!
» sous la glace de l'Antarctique, depuis la nuit des temps!
» Cornet de glace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni-
Sauter vers: