Bigger, Faster, Stronger [Noah]

 :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tokutoku Tokuto
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 235
Messages : 66



Bigger, Faster, Stronger
より大きいより速くより強い


Le temps aseptise, panse et guérit les maux, les blessures parait-il. Il rend la douleur anodine jusqu’à l’éteindre littéralement. Cette idée surgissait comme de beaux songes quand mes paupières eurent le réflexe de se déjoindre, mes cheveux gras dégoulinants alors que le soleil m’annonçait déjà que la journée serait à oublier, totalement. Ineffable. Celle qui noue la gorge, qui engourdit le corps, qui se ressasse comme un mauvais goût en bouche, une exécrable sensation. La douleur devait être acceptée ? Sans doute le choix le plus prude, le moins pire, pour étouffer à la main ce qui rongeait dans le but d'atteindre la surface. La nier ? Réfuter son passé, ce qui fut vécu. Accepter sa nature ? Un choix innommable. Se replonger à l’état de bête aussi effroyable qu’innocente. Celle que je demeurais, en somme.

Le regard dubitatif vers les silhouettes immaculées, sot d’eau à la main, se tenant aux côtés de ma chair encore affalé au sol, aux abords d’une habitation quelconque, celle que j’avais élu comme étant mon cocon d’un soir. Un soir précédent une journée, mes préférences me causant toujours autant de complications, des détails que la plèbe s’entichait, sauvagement. Qui était la bête dans cette situation ? Tournoyer au sol, évitant des offensives aux balais, le portrait s’engouffrant dans le sol poussiéreux de la ruelle. Ils étaient compréhensifs dans mes souvenirs, ceux-ci aussi nombreux que les gouttes qui jonchaient mon corps, ma crinière, ce liquide qui m’avait tant de fois sorti d’un sommeil, béat. Avaient-ils justement été trop humains durant toutes ces années ?

Visage encore boursouflé d’épuisement, démarche instable, ronronnement provenant de ma personne. De mon agacement. La vie que j’avais délibérément choisi de vivre me jouait quelques tours de sa composition personnelle. Une créature d’envie, sans attache, sans obligation. Dormir la journée, sommeiller la nuit, se sustenter entre. Un quotidien à priori sans fin, qui, jusqu’à maintenant, me suffisait totalement. Jusqu’à ce qu’interviennent ces hommes, énergumènes m’affublant cette mission, faite pour me garder en activité. Dorénavant, se trouver proie du danger allait devenir un fait accoutumé. Dans la Contrée de la Foudre ou beaucoup plus loin d’ailleurs, qu'est-ce qui pouvait les empêcher ?

Aussi, aimais-je à dire que je m’étais engagé uniquement pour le pécule, bien que je ne doutais pas de ma véritable motivation, plus profonde. Des minutes pour atteindre les immenses portes du Village, des éons à attendre celui qui m'accompagnerait pour ce déplacement. Affalé sur l’une des habitations jonchant la frontière, l’échine rôtie au contact des tuiles composant son toit. Un bruit provenant d’en dessous, comme une chamaillerie, minime. Surélevant le torse, le regard encore ébahi, j’avais ainsi pu voir ces silhouettes, humanoïdes en premier lieu, me rendant béat le temps d’une seconde. Une profonde inspiration prise, la tête froide, je m’étais par la suite levé, silencieux, les mirettes scrutant avec une manque de politesse flagrant l’être qui se tenait droit, pour en desceller sa nature. Il n’avait pas l’air commode. Un Danger ? Inconsciemment, je voulus retirer cet artifice.  





▬ Ooooooooy. Oooooooy. Oooooooy. Tu n’serais pas ce mec ? Celui qu’on envoie s’perdre dans les Montagnes ? Ouais, ça doit être toi, ouais, ouais, ouais...




Une question tout juste posée et une réponse remarquée dans la seconde.





Marvellous. J’suis celui qui t’accompagne dans c’cas. ♫



Dès lors, la lumière était mise sur ma personne, peut-être un mauvais choix. Restait à déterminer la quête qu’il s’était fixée, lui. Le sourire grimaçant, défigurant le faciès. Un pas en avant, vis-à-vis de mon interlocuteur, ne le lâchant du regard, franc, derrière mes sombres verres et au-dessus de lui, encore sur ce toit. Savoir si cette personne était celle recherchée aurait été une formalité si cet ordre de mission était en état premier. Cette feuille dans ma poche, imbibée d’eau, le même liquide qui m’avait violemment tiré de mes songes, des éons précédents. Ma malchance habituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 126

Noah, comme à son habitude, avait trop bu la veille, et se réveillait avec un mal de crâne insupportable. Il se souvenait à peine de la soirée d'hier, mais il l'avait probablement passé à l'endroit habituel, sa taverne favorite du village caché des Nuages. Dans ce genre de situation, le bretteur avait pour habitude de s'exercer un peu avant de se préparer pour aller sortir. Une série de pompes matinale, rien de mieux pour se réveiller. Noah avait besoin de se faire un peu d'argent ces temps-ci. Le village commençait à recevoir de plus en plus de requêtes, et il devenait de plus en plus évident que le rôle de Jônin qu'avait décidé d'endurer le verdoyant commençait fortement à lui peser. Néanmoins, il était un homme qui ne savait pas comment décliner un défi, et la perspective de la journée qu'on lui avait promit suffisait en elle-même à le motiver.

Tout sourire, le cactus s'était préparé à la hâte, sortant de son petit appartement des quartiers résidentiels en finissant d'enfiler son kimono, et d'ajuster ses trois katanas à la ceinture. La mission d'aujourd'hui allait l'emmener en dehors du village. Il en avait un peu oublié le contenu, mais apparemment, il avait avoir un camarade pour cette quête. Il espérait que son partenaire pourrait l'aiguiller un peu plus, alors que son esprit persistait à rester dans ce brouillard alcoolisé. Se promenant d'un pas nonchalant à travers les rues du village, Noah laissait reposer une main sur le pommeau d'un de ses sabres, observant le paysage alentour, en direction des portes. Le bretteur ne pensait à grand chose, tentant juste de se remémorer ce qu'on lui avait dit. En général, l'ordre de mission suffisait à l'aiguiller, mais malheureusement, il l'avait paumé.

Face à lui, il y avait déjà un petit monde qui semblait aux prises d'une dispute qu'il songea préférable de laisser se tasser d'elle-même. L'intervention d'un curieux individu, néanmoins, le surprit, poussant notre protagoniste à hausser la voix.

⚊ Yo ! Il s'passe quoi ici ?

Tout sourire, Noah venait de lever la main comme pour attirer l'attention sur lui, portant rapidement ses yeux vers l'homme aux lunettes teintées.

⚊ J'viens pour une mission d'escorte, c'est ici ?

Étrangement, cet être à l'apparence beaucoup trop cool semblait dégager une certaine impression chez le bretteur, qui ne pouvait s'empêcher de sourire. Maintenant qu'il y repensait, il s'agissait d'une mission d'escorte, oui. Il connaissait plutôt bien le Pays de la Foudre en tant qu'ancien vagabond. Et il ne connaissait aussi que trop bien les dangers qu'elle pouvait représenter. Tout en attendant ses réponses, Noah croisait les bras, poussant un alors un profond soupir.

⚊ J'ai peut-être un peu trop bu hier soir...

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Tokutoku Tokuto
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 235
Messages : 66



Bigger, Faster, Stronger
より大きいより速くより強い


Une réponse qui, si elle ne venait pas immaculé l’imbroglio, convenait tout aussi bien à mon être, corps d’instinct et d’impression. Mon sourire faisait de toute office d’acquiescement. Partir là-bas, sur cette note ? Une vision comme je ne pouvais en espérer mieux pour mon intégration aussi à Kumo, malgré tout ce que j’avais pu subir, à des éons de notre époque. Le plus surprenant était ce qu’émanait cet homme à la coiffe verte, figé au chevet de la porte, aux côtés des quelques gardiens présents ici. Quelque chose d’étrange, moins dangereux, moins rodé au massacre, mais une présence tout de même importante, imposante, qui crépite à travers son regard, sa charpente. Les contraires s’attirent bien, apparemment.

L’écouter s’exprimer entièrement. S’étonner de la direction du dialogue, des mots qu'il employait, qui confirment mon intuition passée à son encontre. Scruter autour. Était-il seul ? Détenait-il, lui, cette fameuse missive. En si mauvais aspect de mon bord. Une étincelle qui se niche dans mon regard. Au moins, pouvais-je espérer qu’il fit preuve de professionnalisme, à l’instar de mon constat, qu’il avait pris en compte l’ordre avec attention et rigueur. Définitivement, non. Ce qui me surprenait, en revanche, était son langage physique, façon de réagir tout en gesticulant ses lèvres à me répondre. Détendu, franc parlé, franche réaction. Aucune sensation de pénombre coexistant. Des éons que je n’avais perçu cet aspect humain dans cette contrée belligérante.

Avais-je une si mauvaise considération pour mes semblables ? Les juger plus sévères qu’ils ne le sont intrinsèquement. De toute évidence, il me fallait encore une longue période d’adaptation. Mais soit, si notre dualité du jour pouvait abaisser ma garde naturelle, m’empêcher d’enhardir mes relations, post-présent, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Car oui, cet homme faisait montre d’une forte présence, même à la hauteur où je trônais, beaucoup plus sibylline que celle que je m’efforçais à émaner quand la situation le demandait. Une assurance qui venait d’ailleurs, peut-être de ce qu’il demeurait ou à cause de ce qu’il s’affublait même, en ce moment. Faisant un pas de plus, la main se nichant dans ma veste, me retourner et afficher ce qu’il anté-montra.





▬ Yooo’. Bois, bois ! On ne vit qu’une fois ! Mon intuition n’me trompe jamais, c’était bien toi ! Par contre, frérot, j’espère que t’as la paperasse parce que mon ordre d’mission… C’est pas la grande forme. Hahaha




Que mes paupières s’écarquillent à ce moment-là, me faisant regarder cet homme d’une façon beaucoup plus dure, nerfs à vif, réaction s’enclenchant après une constatation soudaine. « Juste sous mes yeux ». Une toute autre manière de le voir, de le percevoir, nettement, en proie aux questions soudaines. J’étais de nouveau cette proie, faciès décontenancé. Analyser en même temps de mon côté la situation, avec du recul. Entreprendre quelque chose d’autre… J’en étais bien incapable pour le moment, focaliser. Bien trop focaliser. Innommable envie de m’en approcher, de percevoir ce qu’ils étaient sans couverture.

Un aspect familier, pouvant s’apparenter à de la belligérance, de tous les côtés. Le calme et l’assurance qu’elles lui apportaient était anormales, sans doute l’état numérique se joignant à ce constat. Innommable envie de voir. Prendre ne serait-ce qu’une petite impulsion, faire acte de présence, les pas au sol comme un glas, très rapidement. Déchaîner la lame bâtarde d’un Samurai qui n’a pas de Maitre. Rônin, homme errant, vagabond, se rencontrer comme cela se faisait. Trancher pour entrer dans le vif du sujet.





▬ Ooooy !! Avec ma bâtarde, j’me sentais déjà chaud mais toi, frérot… Trois lames ! ouais, c’est cool… Tokutoku Tokuto. Est-ce que j’peux les voir, dis-moi ? ♫




Traditions. J'avais présenté ma lame, en signe de respect et de curiosité, ne demandant qu'un retour similaire dans l'action. Innommable envie que j’avais d’apercevoir le fer dont il était le maître, à sa ceinture, en trois exemplaires. Homme qui ne pouvait renier sa nature.
Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 126


⚊ HAHAHA, j'vais pas t'mentir, je l'ai un peu perdu, cet ordre de mission ! Moi, c'est Noah, Hasagi Noah !

En tout cas, l'homme qui sembla se designer en tant que partenaire de mission avait l'air amusant, le cactus le pensait en tout cas. Se grattant l'arrière de la tête, il était arrivé aux portes du village, attendant probablement que le commanditaire de la mission ne se montre enfin. Mais alors qu'il croisait la route du dénommé Tokuto Tokuto, l'intérêt de notre héros s'était subitement reporté vers ce sabreur au phrasé assez particulier. Dégainant sa propre lame, Tokuto semblait intéressé par celles que portaient Noah à sa ceinture. Il était vrai que le style à trois sabres du Hasagi n'était pas répandu, il en était probablement le seul pratiquant en réalité. Tout sourire, le vert se contenta de rire, prenant le temps de sortir chacun de ses katana de leur fourreaux, tout en reprenant la parole.

⚊ Mes parents étaient forgerons, c'est un peu leur dernier cadeau que je garde près de moi ! Ta lame semble affûtée, Tokuto, cela fait longtemps que tu la manies ?

Une simple discussion entre deux passionnées, existait-il quelque chose de plus beau ? Peu probable. Et pendant que notre fine équipe faisait connaissance, un pas lent s'approchait d'eux. Une longue barbe blanche traînant au sol se faisait voir. Un vieil homme assis sur une charrette avançait vers la sortie du village. Sur son véhicule, une multitude de lames aussi grandes que petites, à la fois aiguisées et émoussés. Un forgeron nomade. S'arrêtant finalement aux portes, le vieil homme tourna lentement la tête, observant nos sabreurs d'un air intrigué, zieutant rapidement leur lames, avant de hausser sa voix.

⚊ Vous devez être les kumojin chargés de m'escorter. Mon nom est Joka. Les mauvaises herbes ne cessent de pousser sur les routes de la Foudre. Je compte donc sur vous.

Sans rien ajouter de plus, Joka se remit à faire avancer sa charrette, laissant nos shinobi le suivre. Haussant les sourcils, le verdoyant finit par rajouter ses katana, jetant un œil vers Tokuto.

⚊ Bon bah... En route !

Souriant, nos héros se mirent donc en marche.

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Tokutoku Tokuto
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 235
Messages : 66



Bigger, Faster, Stronger
より大きいより速くより強い


▬ Ma bâtarde fout l’feu, hein ? ouais, ouais. Oy. Depuis quand ? Sûrement depuis que j’ai appris à marcher ou un truc dans comme-ça, Haha ! J’viens du Pays du Fer, mon frère. La lame, c’est comme une p’tite sœur.




En prévision de l’échéance à venir, trancher l’air au bout du métal, en dégainant puissamment. Dans l’optique également d’une présentation en bonne et due forme. Drôle de personnage figurant dans mon champ de vision. Sensation sibylline, pas la moindre méfiance, animosité qui m’habitait tant avec d’autres individus lambda. Une présence singulière à un point que je m’étais rapidement mis à sympathiser, sans arrière-pensée. Ou tout du moins, sans véritable intention plus contraignantes. Un brin de familiarité ici et là, de la sympathie par-ci, par-là. En somme, ce Noah constituait une variante du genre humain qui ne m’attisait pas ? En conséquence de cette possibilité, quelle attitude tirer ? Adopter pour continuer ?

Regagner l’instinct de prédation ? Rester camper sur mes gardes, ce qui me constituait ? Continuer ce léger relâchement ? Ces doutes me rendant statique le court temps d’une réflexion, tout en écoutant ce Noah s’exprimer. Mes doutes me laissant ensuite crédules devant l’exposition de lames de mon interlocuteur, sous ma sollicitation. Fer brillant, qui réfléchit cette lumière, concevant ces multitudes teintes de couleur face à mon œil averti. Finir par rentrer l’épicentre même de cette émanation, flux ressentit d’une force soudaine venant de cet homme, dans sa façon de rengainer. Sa fermeté, sa dévotion. Trombine inclinée vers mon interlocuteur, me retrouver alerte d’une autre présence.

Découvrir une silhouette présente dans une charrette, glissant sur le bitume, relevant l’asphalte à mesure qu’il n’avançait. Voix grasse, d’expérience, homme mûr qui nous distingua comme étant ses missionnés. Suivre ce Noah, emboîter la marche, m’approcher du véhicule de fortune pour prendre des informations. M’approcher et découvrir une toute autre présence, vis-à-vis de nous, se tenant dans la charrette, à l’abri des regards, contre les lames garnissant celui-ci.




▬ Merci, Ippon-san. Il s’agissait là juste d’une petite précaution, on ne sait jamais… Je suis Joka, celui qui doit être escorté en dehors du Village.




Un temps immobile alors que la présence empoignait un sabre, pâlot, affûtant sa lame, son regard cru demeurait planté dans celui, fermeté à l’absolue. Entre réflexion et fascination, ma main transperçant l’intimité, se logeant à l’intérieur pour constater la qualité des coupe-vents, les comparer, les apprécier. À mes yeux, non pas une arme, mais, au mieux, une extension de ce qui nous constituait. Ma tête se tourna légèrement vers l’individu en question, ne tardant pas à fendre le mystère.





▬ Ooooy. Blacksmith-san… T’es du Pays du Fer, toi, non ?




Troublante révélation. Expérience du froid, ce malaise indissociable venant s’imposer entre nos deux personnes. Vie passée sous le joug d’un père orgueilleux, capacité à reconnaître ce pourquoi il m’avait engendré, demeurant jusqu’à aujourd’hui. Il n’y avait pas de différence.





▬ Et la lame que tu portes semble provenir de ma contrée, non ? Tu dois être Tokuto-san et dans ce cas, vous êtes le Jônin, Noah-sama. Je suis effectivement originaire du Pays du Fer, reconnu à travers de nombreux pays pour la qualité de lames que je conçois. Malheureusement… J’ai été banni de mon pays. Vous savez, le Pays de Fer est fermé et sa politique, rigide, inflexible quelque soit la situation. J’ai conclu des marchés avec les mauvaises personnes et je me retrouve alors, aujourd’hui, en exil à m’installer ici, à Kumo. Comme vous l’avez lu sûrement dans l’ordre de mission, j’ai demandé à vos supérieurs d’être escortés là-bas par des Kumojins pour que je puisse récupérer mes créations dans mon atelier… Mais, la peste rôde à Kaminari… Je pense que vous le savez mieux que moi… Je compte sur vous, messieurs. Si vous n’avez plus du question, il faudrait lever le camp avant la tombée de la nuit. C’est préférable.




La tête indécise, en direction de mon dernier interlocuteur. Le premier depuis des années à me rappeler cette contrée immaculée, des terres où je naquis. Une certaine inclinaison de ma trombine vers lui avant de relâcher le métal que j’avais dérobé, plutôt, dans le but de l’observer. Le relâcher et emboiter le pas, comme le faisant la charrette, mutisme absolu de ma part lors du monologue du forgeron. Je ne savais que trop bien ce qui constituait les terres de feu de Kaminari, un frisson s’engouffrant dans mon échine. Que serait la suite ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 126

Le Pays du Fer ? Ce nom faisait écho aux oreilles du cactus, il y avait déjà mit les pieds. Et même plus, il s'était déjà battu là-bas. C'était un sacré pays, où le maniement du sabre était tel une religion pour la plupart des habitants de ce pays. Alors que le bretteur avait embarqué sur la charrette aux côtés de Tokuto, le cactus croisait les bras, observant l'homme qui disait être le véritable Joka. Il venait donc aussi de ce Pays ? Amusant, il connaissait même le nom de Noah, moins étonnant. Il avait dut recevoir ces informations lorsque les deux shinobi acceptèrent la mission. Bien ennuyé de marcher aux côtés d'un véhicule, le bretteur avait décidé d'embarquer dessus, observant les quelques lames qui y jonchaient. Certaines étaient bonnes à jeter, il fallait le dire.

⚊ Je ne connais pas beaucoup ce pays, mais j'y ai fais une petite escale durant mon voyage. Si deux de ses habitants se trouvent désormais ici, c'est que ce ne doit pas être un havre de paix, je me trompe ?

Se tournant vers Joka et Tokuto, Noah attendait une réponse. Le forgeron avait préféré rester muet, ne souhaitant sans doute pas aborder le sujet. Observant le paysage, Noah voyait le village disparaître peu à peu sous ses yeux. Bientôt, ils seraient en territoire ennemi, et chaque instant pourrait être l'occasion pour des bandits pour les détrousser. Posant une main sur la poigne de se trois katana, il sentit alors une présence. Et quelques secondes plus tard, un rugissement. Les feuillages bougeaient désormais à un rythme irrégulier. Cela faisait des heures qu'ils avançaient au milieu d'une route forestière, il fallait bien que ça arrive.

⚊ J'crois qu'on a de la visite.

Et tout en relevant les yeux, il put voir un ours brun abattre un abattre un arbre dans le but de se frayer un chemin, bloquant alors le passage. Massif, il semblait être épris d'une colère anormale. Noah avait grandit au milieu des bêtes sauvages, il savait mieux que quiconque que cette bête n'était pas dans son état normal.

⚊ Cet ours est sans doute manipulé. Joka-san, les hommes qui vous en veulent ont visiblement mit de sacrés moyens dans le but de vous empêcher d'arriver à votre objectif.

Descendant alors de la charrette, le bretteur vint se poster face à la bête, dégainant un katana. Silencieusement, il engagea alors le combat. L'ours était puissant, mais peu défensif. Usant du plat de sa lame, il parait la moindre offensive, et portait des coups violents à sa cible, qui finit par s'effondrer après seulement quelques minutes. Poussant un bref soupir, Noah rengainait, avant de se retourner.

⚊ Je vais avancer un peu plus loin, je vous attendrait au bord de la rivière qui se trouve à quelques kilomètres de là. Toku, j'compte sur toi pour la suite !

L'instant d'après, Noah avait bondit sur une branche d'arbre, disparaissant de la vue de tous.

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Tokutoku Tokuto
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 235
Messages : 66



Bigger, Faster, Stronger
より大きいより速くより強い


Si je m’étais mis à suivre ceux-ci sans poser de questions, je restais tout de même sur ma réserve, la méfiance que j’éprouvais pour ces terres rouges était encrée au plus profond de mes veines, sang bouillonnant de hargne. Et il ne fut que plus crépitant tandis que la marche s’accentuait. Placé moins de dix mètres en arrière, mirettes rivées sur la charrette, au milieu de chemin, déconseiller toute embuscade. Desceller la véhémence du Pays de la Foudre. La contraindre comme j’avais appris à le faire. Souvenir qui nouait mon estomac. Scruter les alentours, cibles potentielles. Les épaules carrées, prêtes pour ce fardeau, comme ce Noah, visiblement.

De là, ne savoir que penser de celui que nous étions censés protéger. Outre ma méfiance habituelle, ne savoir lire en lui. Sincérité ? Nous avait-il été complètement ouvert ? Avait-il dit tout ce qu’on lui reprochait ? Sympathique et fermé. Franc sans grossièreté. Homme « entre-deux » difficilement lisible, déchiffrable. Nul doute que nous aurions les réponses à nous questions un peu plus tard, quand la situation se corserait. Pour l’heure, garder les yeux ouverts, mettre en lumière nos intentions et entrevoir cette réussite totale. Réussite qui serait pourtant beaucoup plus hardie, l’échine frémissante encore à l’entente de ce bruit.

Une attaque ? Du moins, c’était l’impression que nous donnait soudainement l’atmosphère autour. L’impression d’être scruté, en l’état. Que ces derniers se mobilisaient entièrement, prendre la place de prédateur. Noah, lui-même, s’était affûté, pour nous accompagner, en vu d’intercepter la menace. En effet, il l’avait bien ressenti avant tous, l’arrivé de cette présence plus ou moins menaçante. Hostilité naissante dans l’aura de la bête, lorsqu’il s’approcha, ma personne encore perturbée par le fait qu’un Ours puisse apparaître ainsi. Improbable hasard, ce genre de créature, à l’accoutumé, n’évoluait pas ici. Probable que le Jônin en arrive au même constat. Un instant aiguisé de survie, sabre à la main, je n’eus le temps de frémir qu’il avait déjà bondi.

Différentiel de niveau qui paraissait si évident.





▬ Eh ! Vous êtes un incroyable shinobi, Noah-san. Je ne l’avais pas vu venir… En effet, les choses ne sont pas si roses mais, je ne vais pas m’en plaindre. J’ai eu la chance d’avoir grandi dans un pays qui n’est pas en guerre.

▬ Ça caille là-bas, ouais, ouais.




Là, me venait alors une interrogation rapide. Ces personnes… Étaient-elles véritablement celles qu’on croyait ? Manipuler un animal n’était pas une compétence que s’affublait le premier bandit du coin. Force de constater que l’adversité allait s’avérer beaucoup plus complexe. À m’entendre, il n’y avait nul doute qu’il s’agissait de Shinobi. Savoir d’où il venait, peut-être même à quel clan ils appartenaient. Informations prioritaires. Prudence oblige, des expériences qui avaient mis en péril mon existence avaient marquées ma chair. Mon interlocuteur, ce Noah, s’était, quant à lui, mis en mouvement. Véloce s’enfonçant dans la forêt. Dégager la voie, action surprenante. Avait-il mésestimé la menace de cette contrée ?

Selon toute vraisemblance, des bonds sûrs, qui ne traduisaient aucun doute. Serein de ce qu’il était. Pourquoi s’en inquiéter ? N’était-il pas Jônin, après tout ? Je me surprenais à m’en faire, si rigide à l’accoutumé. Emboîter le pas derrière cette charrette, l’escorté toujours à l’affût, sûrement beaucoup plus avec l’absence de Noah. Quand bien même, afficher ce flegme habituel, caractéristique de celui que j’étais, masquer les frissons que je ressentais à traverser mon cauchemar. Excitation. Dégout. Hargne. Demeurait cette appréhension tacite. Tenter de se représenter les entités capables d’atteindre nos existences. Le savoir me démangeait. Savoir pourquoi je m’étais ma vie en jeu.




▬ Oy. Blacksmith-san...

▬ Tu me regardes du coin de l’œil depuis plusieurs minutes, Tokuto-san… Dis-moi...

▬ Les mecs avec qui t’as fait « affaire », comme tu l’dis... J’me trompes pas si j’dis que ce n’sont pas les glandeurs du coin, hein ? Ouais, ouais, ouais. Et qu’est-ce que tu leur as fait, pour qu’ils veuillent autant avoir ta tête, hein ?




Anticipation claire. Attitude de surprise puis, ravisée. Pour autant, l’inquiétude ne m’avait pas quitté, renforçant l’incertitude générale. Il me fallait être totalement franc ; ce que l’on retrouvait tout entier dans ma prise de parole.





▬ Haha. Je pensais que les Shinobis exécutaient sans poser la moindre réflexion. Tu as raison, Tokuto-san,  ceux qui en ont après moi sont des mercenaires à la Solde d’un Clan du Pays de l’Herbe. Et pour ce que j’ai fait… Et bien, il s’agirait plutôt de ce que je sais faire… J’ai arrêté de traiter avec ces types parce qu’ils désirent mettre la main sur mon talent à forger des armes, les secrets du Pays du Fer pour un conflit avec un autre Clan, voisin.




Si nous pouvions nous estimer, jusqu’ici, heureux de la menace éradiquée par Noah plutôt, en dire autant de celle que nous allions entrevoir était prématuré. Des souvenirs de guerre crépitant encore dans mon esprit, véritable charge émotionnelle. Sans doute, le destin de notre escorté aurait été différent s'il l’avait su, bien avant ce qui l’attendrait, par la suite. Frisson naissant, passer la main à mon échine, prêt à happer ma lame. Un bruit se faisant entendre, en hauteur. Qu’était-ce ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 126

Noah comptait sécuriser le chemin droit devant eux. Le bretteur bondissait de branche en branche, traversant les feuillages de la forêt à toute vitesse. Il devait avoir distancé la charrette depuis un bon moment maintenant, il espérait que Tokuto s'en sortirait. D'un autre côté, il n'avait aucune idée des capacités de ce sabreur, et cette simple idée suffisait à frustrer le Jônin, bien désireux d'être témoin des aptitudes de son partenaire de mission. Ce forgeron, Joka, intriguait aussi notre héros aux boucles d'oreilles scintillantes, comme s'il représentait quelque chose qui ne correspondait pas à ce qu'il montrait. Comme si, il était plus important qu'il ne le disait.

Interrompu dans ses pensées, Noah eut à peine le temps de placer ses bras en croix, alors qu'un amas de plumes vint s'abattre sur lui. Un volatile ? Perturbé dans sa course, le Jônin quitta ses branches, se réceptionnant au sol, avant de lever les yeux au ciel. Un véritable cortège de plumes se trouvait au-dessus de lui, tournoyant, attendant leur moment. Le cactus fronçait les sourcils, réfléchissant un instants. Les animaux sauvages se retournaient finalement contre eux ? Noah n'était pas un idiot, il savait qu'il existait des shinobi qui combattaient aux côtés de certaines bêtes. Il avait lu des livres à ce sujet. Mais c'était étrange, ce genre de ninja n'avait en général rien à voir avec le Pays du Fer... Qui en voulait donc à ce point à Joka ? Dégainant une lame, Noah la plaçait entre ses dents, avant de sortir les deux autres. Dans le même temps, il insufflait de son chakra Fûton dans ses dernières.

⚊ Santôryû...

Il ne lui suffisait que d'un geste.


⚊ Hyaku-Hachi Pound Hō !

Tout en sautant en effectuant un tour rapide sur lui-même, trois lames d'air jaillirent de ses lames, allant s'écraser contre la horde de volatiles qui se dispersa net sous l'effet de ses lames d'air. La menace disparue, Noah nota quelque chose. Le silence. Un silence qui n'avait rien de naturel. Même les bruits habituels de l'endroit avaient totalement disparus. Tranchant ce silence pesant, un sifflement retentit, suivit de bruits de pas nonchalants. Les yeux de Noah se portèrent alors droit devant lui. Un homme approchait, une flûte à la main. Le bretteur gardait ses armes dégainés, sentant l'aura néfaste qui se dégageait de ce nouvel acteur.

⚊ Vous êtes bien braves, shinobi. Vous soumettre ainsi à un criminel aussi abject que Joka, je dois avouer que ça force mon admiration... Ou bien mon dégoût.

Il avait arrêté de jouer, levant ses yeux vers Noah. Il était jeune, très jeune. Une chevelure aussi verdoyante que celle de Noah, et un bandeau bleu autour du front.

⚊ J'ai gardé un petit comité d'accueil pour vos amis. En attendant... Prenons le temps de discuter.

Comme pour ponctuer sa phrase, une meute de loups se mit à lentement sortir d'entre les feuillages, encerclant le bretteur, qui n'avait pas esquissé le moindre geste. Tokuto allait devoir se débrouiller seul un petit moment. Alors que les bêtes sauvages montraient finalement les crocs...

Noah en fit de même.

_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Tokutoku Tokuto
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 235
Messages : 66



Bigger, Faster, Stronger
より大きいより速くより強い


C’était donc cela ? Quelle serait la suite ? Rien ? Alors quoi ? Auprès de mon vis-à-vis, entité qui essayait de jauger celui qui lui faisait face. Moment pénible. Mais au moins, pouvais-je me consoler de ne plus être en faux sur ces terres de feu où dominent les proies et se cachent ceux qui prédatent. D’ailleurs, la présence de ce Noah ne se faisait toujours pas présente, et ce, même à mesure de notre marche. Parti ? Disparu ? Mirettes portées à mon congénère, attitude nonchalante. Un instant de doute quant à sa fiabilité suivi d’un détachement. Au bout du compte, n’y accorder pour le moment une plus grande importance. Une vigilance qui s’était allégée d’un coup, de quoi concéder davantage de place à une légèreté. Celle du relâchement, simplement.

Du vent. Énormément. Cet aveu intervenant au moment où, justement, mon vis-à-vis se mit à grelotter, étrangement, percevant ce léger brusque. Mal environnant sur sa chair. Révélation me faisant alors prendre conscience de l’état de tension dans laquelle nous nous trouvions. Ainsi, depuis le début, étions-nous épiées, prêts à nous arracher nos vies ? Après en avoir fait autant. Les suspicions crépitant en même temps que progresse ce frisson le long de mon échine. Angoisse et sentiment âcre grattant la surface de mon être, jusqu’à faire douter celui que j’étais.

Soudain, l’arrêt complet de cette charrette, un geste esquissé vers mon flanc. Aussitôt, un éclat, mouvement de ma part, puissante impulsion menant ma chair au-devant de ce véhicule de bois. Prunelles scintillantes portées rapidement vers le cocher, regard béat, exorbité. Prunelles scintillantes portées sur ce qui nous faisait face. Vue impressive, situation que je n’avais encore jamais vécu. Pouvoir formidable, effarant aussi, émanant de celui qui avait sans aucun doute orchestré un tel assaut. Mieux encore que ce fauve que ce Noah avait maîtrisé, sommairement. Des dons donc aussi nombreux chez l’adversaire ? Perspective n’envisageant aucune sérénité.




▬ Tokuto-san… Qu’est-ce qui se passe ?



Les muscles se crispant, la voix grasse de l’homme que nous devions protéger raisonnant dans l’allée excitant d’autant plus les bêtes se tenaient ici, ma personne en faisant parti.




▬ T’inquiète, Blacksmith-san… T’inquiètes…



Murmure à peine audible tandis que je m’étais exprimé à mon vis-à-vis. Ainsi s’encraient dans mon esprit ces images, nouvelles informations. Un effort de mémorisation à la mesure du danger perçu aussi bien chez ma personne que dans celle qui se trouvait derrière. Après tout, rares sont les occasions où l’on pouvait avoir une telle adversité. Sept ? Huit ? Neuf ? Combien étaient ces bêtes ? Une question qui fit frissonner l’ensemble de mon épiderme. Résurgences du passé, un passé décidément geôlier de ce qui me constituait actuellement, de ma conscience. Souvenirs d’un enfant proie des hommes et des éléments. Proie de cette meute de loups qui ne semblait agir comme leur espèce leur dictait de faire.

Toutefois, un blocage. Devant mon champ de vision, les regarder haleter. Haleter à mon tour, attendre le premier mouvement de l’autre. Le premier frétillement. La première brise. Attitude similaire pour des bêtes se faisant face. Mes mains empoignant mon tsuba, les genoux fléchis, grognements contenus. Premier pas de leur part, avance rapide, jusqu’à voir le premier se mettre dans la trajectoire de mon fer fendant l’air. Coupe nette. Corps au sol, l’animosité se tarissant sèchement. Envie tiraillant ma chair. Envie de mesurer encore ce métal aux organes de ces bêtes. Expression satisfaite. Appréhension cependant. Se placer ci-contre la charrette, à vive allure. Protéger mon dû, à tout prix.




▬ Oooooy ! Gardez les yeux ouverts, les frères… Que j’puisse fumer ceux qui s’cachent.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hasagi Noah
Jōnin de Kumo
avatar
Expérience : 520
Messages : 126


⚊ Santoryu... ONI GIRIII !!!

Ses vêtements étaient en lambeaux, et le sang perlait à son front. Autour de lui, des corps de loups qui jonchaient le sol, inconscients et ensanglantés. La cible de l'attaque du bretteur était un joueur de flûte, qui parvint à stopper son coup en effectuant un pas sur le côté beaucoup trop vif. Sérieusement ? Non, ce n'était pas qu'un simple pas de côté. Son adversaire avait usé de son chakra afin de se propulser. Mais ce ne serait pas suffisant pour stopper la bête verte dans son élan. Tournoyant à son tour, il assaillait le flûtiste d'attaques aussi violentes les unes que les autres.

⚊ Ta force finira par te perdre... Vibrato !!

Soufflant dans son instrument, l'air autour de Noah se mit alors à trembler, avant qu'un puissant courant ne vienne le propulser contre un arbre loin derrière, alors qu'il crachait un filet de sang par la bouche. Comment avait-il fait son compte au juste ?! Bizarrement, l'orgueil de ce "musicien" avait dut le pousser à fournir quelques menus explications.

⚊ Je suis capable de contrôler les sons environnants, et de les modifier à ma guise. Les vibrations causés par tes katana sont une prodigieuse source d'attaques... Je t'en remercie.

Esquissant un sourire narquois, le flûtiste attendait là. Noah, silencieux, s'aidait de ses katana pour se relever, avant de reprendre sa respiration. Il devait faire le vide dans son esprit, et réfléchir à la suite. L'attaquer de front ? De côté ? Tenter une feinte ? Se replier ? Beaucoup trop d'options. Mais tout d'abord, il devait vérifier quelque chose.

⚊ Qui es-tu, et que veux-tu ?
⚊ La même chose que vous, shinobi. Accomplir ma mission. Des gens hauts-placés en veuillent visiblement au forgeron que vous escortez. En tant que mercenaire, je me contente de répondre à la demande... Nous sommes pareils, ne penses-tu pas ?

C'était donc ça ? Finalement, la réponse ne lui plaisait pas. Mais au moins, son adversaire était fort. Esquissant de nouveau un sourire, Noah mordait la poigne de son katana fermement, avant de s'élancer de nouveau. Incrédule, le flûtiste haussait les sourcils, avant d'esquiver son offensive, et d'utiliser une nouvelle fois son attaque bien ennuyante.

⚊ Vibratoo !! N'as-tu pas entendu mes mots ? Tu ne pourras pas me vaincre, qu'importe le nombre de fois où tu-
⚊ Fermes-là !

Bondissant à nouveau, Noah fut une énième fois projeté au sol, commençant à sérieusement se blesser. Mais il en fallait beaucoup plus pour venir à bout du Jônin. Les minutes passèrent alors, et Noah multipliait les attaques. Le flûtiste ne parvenait pas à comprendre. Mais en même temps, il n'y avait pas grand chose à comprendre. Le cactus enchaînait les assauts et continuait d'échouer. Et pourtant, son sourire ne faisait que s'agrandir. Après un long moment de combat stérile, un énième Vibrato fut lancer... Mais cette fois, l'alcoolique restait debout, souriant.

⚊ C... Comment ?!
⚊ Si je ne peux pas te vaincre... Alors je deviendrais juste plus fort jusqu'à en être capable !!!

Et ses lames s'abattirent, tranchant le torse de son adversaire, surprit par ce soudain revirement de situation. Noah avait finit par s'habituer à la secousse provoquer par la technique ennemie, et s'y était adapté. C'était ainsi qu'il avait survécu dans la nature au fil de toutes ces années. Une capacité effrayante qu'était sa détermination. Le joueur de flûte, reculant de quelques pas, souffla une dernière fois dans son instrument, faisant fondre une armée de volatile sur le bretteur avant de disparaître. Après s'en être débarrassé, le cactus soupira, se laissant tomber au sol. Le corps ensanglanté, il réfléchissait. Comment Tokuto s'en sortait, pendant ce temps ?


_________________
✢ Hasagi no Densetsu ✢
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bleach 667 - Bigger, Louder, Stronger
» [Gordon, Noah] Le médecin d'Ispahan
» Kurt et Noah
» HOMMAGE A NOAH
» Noah GORDON - la médecin d'Ispahan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-
Sauter vers: