Les os-tilités continuent (PV. Ikeda Jun'ichirō)

 :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

La journée est déjà bien avancée lorsque Nozomi met les pieds hors de sa chambre. Elle se frotte les yeux en descendant les escaliers et manque de tomber alors qu'elle arrive en bas. Le demoiselle observe le grand sac posé à côté dans l'entrée, le départ est pour bientôt.
L'héritière prend place à la table du salon et observe le mur avec un sourire satisfait. Un long croc trône en face d'elle, maintenu par deux clous. Il est le symbole de sa réussite, mais il lui sert aussi d'objectif, elle doit faire mieux. La demoiselle englouti rapidement son déjeuner et quitte le domicile familiale.

Les rues du village sont plutôt agitées aujourd'hui, le marché est en cours. Nozomi observe les petits stands qui se sont formés sur la place principale. On trouve beaucoup de plantes venant du marais, réputées pour leurs effets bénéfique sur la santé.
Il y a aussi du cuir d’alligator et différents ingrédient d'alchimie. La jeune fille prend le temps de fouiner dans les produits locaux, avec un peu de chance elle trouvera un accessoire intéressant à offrir à Ri...dkjbecnfsgnu ! Elle secoue la tête.

Une dizaine de minutes passent et finalement ce n'est pas un objet qui attire l'attention de l'héritière. Au milieu de la foule elle remarque un étalon qui fait remonter des souvenirs d'il y a plusieurs années.
Nozomi se fait un chemin à travers les passants et arrive au niveau du cheval, pas de doute possible. Elle pousse un dernier paysan -qui n'ose pas l'insulter après s'être retourné et elle se plante devant l'animal en souriant.

"Salut Muteki, ça fait longtemps. Où est Jun'ichirō ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Il était enfin revenu dans ce marais. Le marais de Funabashi, où sa petite escapade avait failli lui coûté la vie quatre ans plus tôt. Quelle idée, aussi, de faire un détour en dehors des sentiers battus, à travers champ, au nom de la seule aventure ? Une mauvaise, en tout cas. Alors que le cavalier se dirigeait vers sa destination, il se remémora ses souvenirs douloureux... mais aussi les doux. Après tout, il avait fait la rencontre de personnes affectueuses, dont la maîtresse des os et celle de maison, respectivement Kaguya et Seizu, qui avaient laissé une marque indélébile sur l'âme du jeune homme. Et c'est en compagnie de la première qu'il avaient repoussé de nombreux alligators, dos contre dos, les doigts tremblant d'adrénaline, l'un profitant du sens du service de l'autre. D'ailleurs, il devait la remercier. Depuis que la petite fille lui avait appris comme elle le pût à malaxer son chakra, pour marcher sur l'eau, le nomade avait répété quotidiennement l'exercice jusqu'à le rendre élémentaire. Ainsi, il était de retour à Funabashi, et avait laissé son cheval près du puits pour échanger deux ou trois mots avec un vieil homme assis sur un banc, dont la sagesse visible au coin des ses yeux lui apporterait sûrement des informations sur sa proie.

Soudain, une fille se mit à crier.

...

Tiens, du grabuge.

Jun'ichirō se retourna instinctivement vers sa monture, au cas où. Et il n'en revint pas. À défaut de tomber nez-à-nez avec l'engeance de Tahm puis de rendre visite à ses amies avec la tête du reptile en trophée, la maîtresse des os contrecarra ses plans.

Nozomi !

Ni une, ni deux, il se rua sur la petite fille pour l'enlacer.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Des bras qui l'entoure, Nozomi lève les yeux -Jun'ichirō. Elle sourit et profite du moment, elle ne pensait pas qu'il avait pu autant lui manquer. Finalement c'est le regard de deux passants qui la fait se libérer de l'étreinte. Nozomi leur lance un regard assassin avant de se tourner vers Jun.

"On dirait que je ne m'étais pas trompée. Je suis contente de vous revoir Jun'ichirō. Mais faites attention, mon clan est connu dans le village, on pourrait mal interpréter certains gestes. Mon maître n'aimerait pas savoir que vous enlacez l'héritière du clan Kaguya."

L’adolescente rit et grattouille l'oreille du cheval. Elle observe le voyageur, il n'a pas vraiment changé. Elle en comparaison a pris au moins vingt centimètres et commence à développer ses courbes féminines, peu mises en avant par sa tenue simple. Elle s'est aussi laissée pousser les cheveux et a fait deux petites nattes avec ses mèches noires. Elle s'approche à nouveau du jeune adulte et lui saisit le bras en observant les passants qui les fixaient avec un grand sourire aussi explicite qu'un majeur levé.

"Qu'est-ce que vous êtes venu faire dans le coin ? L'odeur du marais vous a manqué ? Ou bien vous avez entendu parler du marché de Funabashi ?"

D'un geste elle l'invite à la suivre, autant profiter des retrouvailles pour faire une petite balade.

"Si vous avez des questions sur les produits locaux n'hésitez pas à demander."
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Ainsi donc il n'avait pas rêvé. Kaguya Nozomi, en personne. Ou plutôt devrait-il dire... en chair et en os. Il se laissa guider par son amie, tout souriant, et invita Muteki à les suivre sans même lui tenir les brides. Le destrier vagabondait librement et sans aucun problème, après tout. Les rares fois où son maître, alors piéton, s'enquérait à le guider par les rennes, étaient celles où ce dernier ne savait pas quoi faire de ses mains. Mais il avait une adolescente dans la fleur de l'âge à couver des raisons de sa présence. Le marché de Funabashi ? Il en avait déjà entendu parler, certes, mais l'évènement ne l'intéressait plus depuis son dernier passage dans la région. C'était un rassemblement somme toute classique. Bondé, mais classique. Et son expérience de marchand itinérant lui avait offert de précieuses mises en garde contre certains vendeurs à la démarche... mal intentionnée.

Eh bien, si ton maître dit quoi que ce soit, je lui en toucherais deux mots ! dit-il d'un ton complice en bombant légèrement le torse, les joues encore rouges de ses retrouvailles avec la maîtresse des os. Je me suis entraîné pendant ces quatre dernières années, tu sais. Grâce à toi, je peux marcher sur l'eau... et même sur les murs ! Et tu ne devinerais jamais de quelles prouesses sont capables ces muscles-là, enchaîna-t-il en désignant ses biceps.

Des heures et des heures de pratique hebdomadaire. Un entraînement devenu rituel, ayant rapidement trouvé une place dans sa routine matinale. Le début fut difficile, pourtant. Sans guide pour l'aiguiller, sinon le fantôme de la voix de Nozomi, il était resté au point mort pendant des semaines. Et puis l'étincelle était venue, un bon jour, alors qu'il méditait à l'orée d’une clairière, entouré par les animaux et la forêt – un authentique conte de fées. Il s'amusait à penser qu'un petit corbeau, perché sur la branche de l'arbre contre lequel il était adossé, lui avait soufflé de quoi trouver l'inspiration. Ou était-ce l'écureuil à ses pieds ?

Quoi qu'il en soit, de sympathiques rencontres.

Je peux porter Muteki, oui. Et tu sais à quel point il est lourd !

Jun'ichirō partagea un regard complice avec la fille, tout aussi amusé par sa plaisanterie que par la réaction faussement premier degré de sa monture. Avec le temps, ces piques étaient devenues monnaie commune. C'est de bonne guerre, disaient les joues étirées du jeune homme.

Et c'est d'ailleurs pour évaluer mon niveau actuel que je suis revenu ici. En plus de venir te voir, bien évidemment, ma... petite Nozomi. (Il rit doucement, une subtile once de gêne dans sa voix.) Bon sang, tu serais presque en âge de rejoindre les Hasaïjins. Tu as rudement grandi, ça me fait plaisir à voir. Dire que je t'ai sauvée des crocs de cet affreux alligator ! Et en parlant de chose monstrueuse...

Le cavalier demanda à sa consœur de patienter un petit instant, le temps qu'il allât chercher son carnet de voyage dans le paquetage de son cheval. Il feuilleta rapidement son journal puis, tombant sur la bonne page, l'ouvrit complètement. Le schéma sommaire d'une... sorte de... reptile ? ... prenait toute la place.

Il est beau, n'est-ce pas ? Je me suis récemment mis à dessiner.

Et cela se voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Un sourire nostalgique se dessine sur les lèvres de la petite Nozomi alors que Jun'ichirō parle de son entrainement et lui compte ses exploits. Elle observe la voyageur à l'air plus confiant que jamais alors qu'il lui montre une page de son carnet, sur laquelle trône un magnifique dessin du... Tahm ? Nozomi lève un sourcil, c'est le Tahm hein ? Elle offre un sourire poli à Jun.

"C'est horrible, mais je pense que Muteki vous l'a déjà dit. Après je suis pas la mieux placée pour parler, si je voulais dessiner le Tahm je pense qu'on ne le reconnaîtrait même pas. Vous au moins vous avez la bonne forme, je pense qu'avec le temps vos croquis seront excellents."

Elle relâche ensuite son emprise sur le bras du dresseur de chevaux et se pointe du doigt avec fierté.

"Moi aussi j'ai continué à progresser depuis la dernière fois. Je suis allez régler son compte à ce reptile l'an dernier. Ça a été un sacré combat." Elle remonte la manche gauche de sa tunique et désigné une entaille cicatrisé d'environs vingt centimètres qui part de l'épaule et descend sur son bras. "J'ai gardé le croc en souvenir. Et j'ai appris deux trois choses sur le marais par la même occasion."

La jeune femme garde son sourire, il n'est peut-être pas encore temps pour Jun de savoir que le véritable Tahm n'est pas celui qu'ils ont rencontré.

"Vous avez parlé de Hasaïjins, qu'est-ce que c'est ?"

La curiosité peut se lire dans les yeux de Nozomi, elle qui n'est jamais allez plus loin que la frontière de Kiri ne connait pas les coutumes des autres pays.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

LE REPTILE ? TU VEUX DIRE, L'ALLIGATOR QU'ON A COMBATTU ENSEMBLE ?

Le nomade tombait sur les fesses. Au sens figuré. Il était en partie retourné au pays de l'Eau à cause de cet ennemi, afin de se venger, et voilà que le jeune homme apprit soudain l’inutilité de son entreprise. La maitresse des os était déjà passé par là. Et, si fière de sa prouesse, elle narguait son compagnon d'arme sans peut-être même le savoir.

Jun'ichirō relâcha un long souffle d'exaspération.

Quelle idée... Enfin... Je suppose que je dois te féliciter... Donc félicitations...

Mais l'aventurier se rattrapa aussitôt pour ne pas perdre la face devant Muteki. Il gratta l'arrière de son crâne, ferma les yeux, bomba le torse, s'étira ; puis se greffa enfin un sourire radieux sur son visage angélique. Il ne lui en fallait pas plus pour sublimer les apparences. Car il n'y avait pas de paysage plus horrible aux yeux de l'éleveur de chevaux qu'un banc de faciès déformés par la tristesse ou la peur. Le monde se devait être joyeux ! Agréable à vivre. Sain.

Allez, je veux tout savoir. Était-ce une rixe à armes égales ? Avait-il la moindre chance de te battre ? Je suis sûr que tu es devenue surpuissante après toutes ces années ! Déjà qu'à l'époque, avec ton tourbillon d'os, tu brillais de talent ~

Le cavalier saisit délicatement le bras de la jeune fille et inspecta sa plaie avec un grand sourire. Visiblement, ce devait être un affrontement dantesque. Il avait hâte d'en entendre tous les détails pour nourrir son insatiable soif d'aventure. Il n'aurait qu'à s'imaginer dans les traits de Nozomi.

Et pour le coup des Hasaïjins, ce n'est qu'une expression comme une autre venant de mon désert natal. C'est une bande de mercenaires ayant beaucoup de sbires, et ce de tout âge. Le pays a tendance à les imputer de recruter nos jeunes en perdition sociale... Oui, le sable recèle un bon nombre de dangers. Tu devrais y faire un tour !
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Fierté, le mot est écrit sur le visage de la jeune fille alors que le cavalier du désert semble avoir du mal à se remettre de la nouvelle. Nozomi remet sa manche en place et invite Jun à la suivre à travers les rues de la ville.

"Venez, on sera plus au calme chez moi pour que je vous raconte." Les yeux saphir de la demoiselle se posent sur Muteki. "Je te ferais apporter un seau d'avoine."

Le duo ainsi que leur compagnon animal quittent donc la foule du marché et arpente la petite ville de Funabashi jusqu'à atteindre la demeure des Kaguya. Les deux gardes de l'entrée se lancent un regard interrogateur en voyant revenir l'héritière moins d'une heure après son départ, qui plus est accompagnée d'un étranger. Mais aucun n'ose exprimer ses pensées et le petit groupe passe donc la porte en bois menant au manoir.
Si la demeure des Seizu possède un jardin très bien décoré, celui des Kaguya est à la complète opposée. L'herbe est taillée mais l'endroit est quasiment vide. Hormis quelques mannequins de bois dont les entailles témoignent de leurs années d'expérience et un arbre solitaire dans un coin de la muraille de bois, tout est sobre.

Nozomi laisse Muteki en compagnie de plusieurs servants dont la tâche sera de veiller au bien-être du cheval, puis elle désigne l'entrée de la propriété à Jun.
Le bâtiment est très similaire à ceux de la ville. Principalement en bois, monté sur de petits piloris afin de prévenir une éventuelle montée du marais et un toit descendant pour laisser couler l'eau lors des fortes pluies. Il y a toutefois quelques poutres qui semblent plus blanche que la moyenne.

"Ça ressemblait déjà à ça quand vous êtes venu la première fois. On ne fait pas beaucoup de travaux dans la région."

L'héritière ouvre la porte à son invité et tombe nez à nez avec son maître, qui la fixe avec son habituel air sérieux. L'attention du shinobi passe ensuite sur le voyageur, son regard semble vouloir évaluer le sunajin.

"Ah, maître Satoko, je me suis permise d'inviter Jun à la demeure. Il souhaite en savoir plus sur mon combat contre le Tahm."

"Tant que tu n'es pas en retard pour l'entrainement."

Le regard inquisiteur du maître de Nozomi semble cependant indiquer qu'il aimerait voir l'intrus à l'EXTERIEUR de la propriété. Mais la jeune fille n'y prête pas attention et entre en faisant signe à Jun'ichirō de la suivre.

"Tu sais que ton père n'est pas en ville en ce moment. C'est pour ça que tu te permet d'inviter des hommes dans ta chambre ?"

Les joues de Nozomi virent au rouge pivoine alors qu'elle lance un regard assassin à Satoko.

"Rin est venu parce-qu’il suit Amako partout ! Et vous devriez savoir que mon père n'a rien à faire de ma vie amoureuse, c’est le cadet de ses soucis."


C'est vrai, après tout ce n'est pas comme si il avait prévu de la marier, elle pouvait faire ce qu'elle voulait. Mais de toute manière elle n'avait pas invité Jun pour ce genre de raisons !
La demoiselle s'empresse de traverser le couloir, ne manquant toutefois pas de repasser sa tête une fois au bout de ce dernier pour répondre à la pique de son maître.

"Et on ne va pas dans ma chambre !"

Le visage encore un peu rosie, Nozomi entre dans le grand salon où trône toujours le croc de la créature des marais. Fièrement, la demoiselle le désigne du doigt.

"Voici la preuve de ma réussite. Vous souhaitez toujours que je vous raconte l’histoire ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Ce fut une visite guidée... rondement menée. Mais d'une originalité inhérente au pouvoir que l'on pourrait considérer de sombre de la maîtresse des os. Ainsi, son clan avait parfait cet art depuis des générations ; et les différentes structures que le chemin du cavalier l'illustraient avec brio. Il avait notamment posé son regard sur des poutre en os, ouvragées, qui n'avaient étrangement rien de malsain. Et pourtant, d'aucuns l'auraient mépris pour un bois poncé et ciré, dont le cœur d'ivoire ne devait se trouver qu'en un certain endroit de Yuukan.

Jun'ichirō suivit son guide à travers le domaine, attirant les foudres de son maître, semble-t-il, qui eut le chic d'arracher un sourire au jeune homme. Serais-je le nouvel amant de Nozomi ? pensa-t-il alors que son rictus grandit jusqu'à ses oreilles, l'idée qu'une petite fille aussi menue fût une véritable mante religieuse le rendait... joyeux. On ne connait pas un livre sans l'avoir ouvert, après tout ; et le nomade se rendit compte qu'il n'avait lu que la quatrième de couverture, quatre ans plus tôt.

D'une énième tirade enthousiaste jetée au visage de son maître, la Kaguya emmena son ami dans le grand salon du domaine. Elle n'eut pas besoin de montrer son trophée pour que l'aventurier l'aperçût. Il trônait là, impérieux, magistral, sur le mur, accompagné des haut-faits de son clan. Ainsi, elle avait apporté sa pierre à l'édifice ; elle avait accompli un fait d'armes digne de ceux de ses ancêtres. C'est... Jun'ichirō ne put terminer sa pensée. Tantôt, il s'était plaint de la défaite du reptile, mais toutes ses mauvaises émotions s'étaient définitivement volatilisées à la vue de cette pièce. Pour lui, vaincre l'alligator n'aurait été qu'une anecdote qui l'aurait rendu fier ; pour son amie, ce fut bien plus important.

S'il te plaît, raconte-moi. Je suis persuadé que tu ferais une bonne conteuse ~
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Une bonne conteuse hein ? Nozomi rit et s'empresse de s'asseoir sur le tatami, invitant son camarade à faire de même. La jeune fille se frotte les mains et ferme les yeux alors qu'une faible lumière bleu recouvre doucement ses doigts.
La jeune femme reste silencieuse quelques secondes, plongée dans ses souvenirs. Des filaments en os sortent du bout des doigts de sa main droite, elle s’emmêlent entre elles pour former une première forme -un petit lézard. Le même processus a lieu avec la main gauche, mais la forme est cette fois celle d'un homme batonnet. La jeune fille souffle et ouvre les yeux pour observer ses créations, toujours reliés à ses doigts par de petites tiges en os.

"Désolée, ça demande beaucoup de concentration." Nozomi bouge le petit doigt -la figurine de l’alligator ouvre la gueule. "Ok." Elle referme la gueule de l'animal en os. "Ça s'est passé il y a un an environs, je suis retournée dans le marais, bien décidée à prendre ma revanche." La figurine humaine gonfle ses muscles inexistants. "Je n'ai pas mis longtemps à retrouver l'île, je vous passe les détails, mais j'ai réussi à faire revenir notre grand ami. Il n'avait pas l'air heureux de me revoir et n'a pas attendu pour m'attaquer. Vous vous souvenez des techniques doton ? J'ai eu droit à la même chose en entrée. Mais cette fois j'étais prête ! Ça a été facile à esquiver et j'ai pu contre-attaquer avec un coup bien placé dans le flanc, un peu comme vous aviez fait même si je n'ai pas pu trancher aussi profond que vous."

Alors qu'elle parle, les deux maquettes en os s'animent pour donner une image aux paroles de la jeune fille. L’alligator se jette sur l'humain, qui évite et le met un coup de poing dans le côté désormais exposé.

"Le coup a eu le même effet que durant notre affrontement, le Tahm est tout de suite passé à la vitesse supérieure. Rugissement, la terre qui se fend sous mes pieds et BAM !"

L'alligator en os ouvre à nouveau la gueule et un petit os en sort pour se diriger vers l'autre figurine. Nozomi sourit, le souvenir de ce moment lui est particulièrement agréable. L'héritière bouge les doigts de sa main et la figurine humanoïde semble comme s'enrouler autour de l'os pour l'éviter.

"Je suis un peu plus agile que quand j'avais dix ans. Et j'ai aussi de nouveaux tours."

La Nozomi en os tend ses bras et lance de petits morceaux d'os sur l'alligator qui se protège avec sa queue.

"Mais c'est à ce moment que j'ai commencée à devenir trop confiante, j'ai lancé plusieurs attaques en pensant que je pourrais facilement esquiver tout ce que le monstre aurait à m'envoyer. Ce combat m'a bien servit à cerner les limites de mes réflexes actuels."

Les deux marionnettes dansent à la mesure des paroles de la demoiselle, entrant dans un duel au corps à corps que l'humaine semble dominer, jusqu'à un mouvement brusque de la tête de l'animal qui vient toucher le bras de son adversaire. Nozomi désigne son épaule gauche de la tête et rit jaune.

"J'ai vraiment cru qu'il allait emporter le bras avec son attaque. Mais au moins il m'a offert un bel angle sur son œil." La poupée d'os enfonce son bras dans la tête du monstre, qui cesse de bouger. "Voila comment ça s'est fini." Les os retrouvent leur place dans les mains de Nozomi, qui fait craquer ses phalanges. "Ensuite j'ai ramené sa tête au village et j'ai gardé un croc comme trophée. Si vous cherchez le crâne, il est dans le bureau de mon père."

La Kaguya observe son interlocuteur et désigne la table.

"Vous souhaitez peut-être boire ou manger quelque-chose ? Il me semble que c'était ce qui vous manquait la dernière fois que nous nous sommes vu."
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

La maitresse des os semblait avoir gagné en puissance depuis leur dernière rencontre. Et c'était un détail important à souligner, car la fille impressionnait déjà à l'époque le nomade incrédule. Jun'ichirō s'imagina ainsi le combat par l'intermédiaire de ce spectacle de marionnettes, n'ayant rien à envier au clan Ningyo de son désert. C'était d'une grâce et d'une aisance folle – signe qu'elle maîtrisait son Hiden à la perfection. Le combat avait dû être dantesque. L'aventurier aurait payé cher pour assister en direct à la mise à mort de l'animal, mais il dut se contenter de l'histoire de son amie pour se mettre quelque chose sous la dent.

Et en restant dans la même image, Nozomi proposa à son invité de s'asseoir à la table pour rompre le pain ensemble.

Non merci, ma bonne amie, je suis rassasié. J'avais prévu de traverser les marais jusqu'au lac pour éprouver le cuir du reptile, et un tel combat ne pouvait vraisemblablement pas être bâclé le ventre vide. Le village voisin, sur la route principale qui mène jusqu'ici, était très accueillant. Quoiqu'un peu coincé sur les bords.

D'ailleurs, en parlant d'accueil et de générosité à toute épreuve, un sujet de conversation pertinent traversa l'esprit de l'éleveur de chevaux. Funabashi abritait certes le clan Kaguya, maitres des os, mais les nobles Seizu formaient une famille tout aussi importante. Et l'héritière de ces derniers lui avait laissé un souvenir chaleureux au cœur.

Comment va Amako ? Et surtout, comment vont les canards ? plaisanta-t-il en tirant une chaise pour s'y asseoir. Enfin, vu votre relation d'il y a quatre ans, je gage que vous avez gardé le contact entre vous. Mais si ce n'est pas le cas... (Le jeune homme laissa une moue terminer sa phrase.) Tout compte fait, je prendrais bien un verre d'eau fraiche ! En souvenir du bon vieux temps ~. De l'eau claire, attention. Ne vas pas me refourguer votre sel aqueux des marais !

Car il lui fallait prendre des forces avant de proposer des passes d'armes à sa consœur guerrière.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Amako hein ? Nozomi sourit à son ami du désert et hoche la tête.

"Nous sommes toujours très proches oui, mais aujourd’hui elle doit s'occuper des invités de sa famille, donc vous n'aurez pas à faire fuir des canards." Elle rit quand le souvenir lui revient. "Vous aviez vraiment l'air fier de vous quand vous avez enfin compris le langage de ces anatidés."

Nozomi se relève pour aller vers le couloir, toujours souriante.

"Hm, pourtant le sel des marais est très réputé. C'est très utile à un pays principalement composé de marchands de pouvoir conserver ses denrées alimentaires dans du sel de qualité." La demoiselle fait un signe dans le couloir à un servant qui s'empresse d'aller récupérer une ruche d'eau. "Vous avez pu observer de nouveaux animaux de la région depuis la dernière fois ? Vous avez eu l'occasion d'écouter le chant des baleines peut-être ?" Le sourire de la jeune fille est toujours aussi sincère alors que le serviteur commence à verser un grand verre à l'invité de la maison. "J'ai eu l'occasion de bouger un peu plus depuis ces quatre ans et je dois dire que c'est une des plus belle chose qui m'a été donnée d'écouter."

L'héritière fait un signe au larbin qui s'incline et se retire. Puis elle vient se rasseoir en face de Jun et penche la tête.

"En parlant de découvertes, vous avez mentionné votre maîtrise du chakra. Vous voulez me montrer ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

La conversation se déroula dans un cadre sain, les deux amis se partageant des anecdotes pour rattraper le temps perdu, l'un se livrant à l'autre sans barrière ni idée derrière la tête. Jun'ichirō avait tissé de nombreux liens avec autant de personnes au cours de son périple à travers Yuukan, mais peu étaient celles qu'il daignait retrouver au prix d'un détour conséquent. Nozomi était l'une d'entre elles : une petite fille valant bien le sacrifice de semaines entières. Et lorsqu'elle avoua qu'elle avait pu sortir de son village au cours des quatre dernières années, goûtant ainsi aux prémices de l'aventure, le jeune homme ne put s'empêcher de se montrer enthousiaste. Son amie avait véritablement l'étoffe d'une voyageuse intrépide.

Je me suis attardé sur tes fameuses baleines, oui ! lui répondit-il d'un grand sourire. D'étranges créatures. Bien trop imposantes à mon goût, si je peux me permettre. Je ne suis même pas certain que la Dernière Ombre puisse les gober, haha ! Sinon... je ne pense pas être devenu un expert de la faune local, mais j'ai tout de même des croquis plein mon carnet. Et des souvenirs, plein les mirettes. Je me demande ce qui se cache dans les abysses ~

Le nomade prit une gorgée d'eau, décala sa chaise, se releva, puis s'affaira à faire rouler ses épaules.

Quant au malaxage de chakra...

Soudain, il prit appui sur ses jambes pour bondir jusqu'au plafond, virevoltant en plein saut afin de tourner sur lui-même. Appliquant une couche de chakra adhésif sur la semelle de ses bottes, il se colla à l'une des poutres blanches de la charpente, la tête alors pendue vers le bas. Une prouesse trahissant un entrainement quotidien depuis ces quatre dernières années.

Tada ~

Jun'ichirō salua la maîtresse des os de la main avant de les poser sur sa taille, l'air de rien.

Et tout ça, c'est grâce à toi. Je t'en serais éternellement reconnaissant, la remercia-t-il d'un clin d’œil complice.

Il interrompit le flux d'énergie de ses pieds pour se laisser retomber auprès de son amie, s'autorisant une cabriole dans les airs pour ne pas se manger le sol – mais amortir la chute grâce à un savant mélange de physionomie humaine et de chakra.

Mais arrêtons de nous noyer dans le passé. L'avenir nous appartient ! Après le Tahm, aurais-tu une nouvelle cible en tête ? Si ce n'est ton ronchon de maître, dit-il d'une octave plus grave qu'à l'accoutumée, singeant sciemment le timbre du concerné. Garde ton goût de l'aventure et tu le surpasseras à coup sûr. Puis tu auras peut-être une chance de me battre ? Héhéhé.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Jun l'observe, la tête en bas, les pies fixés au plafond avec un grand sourire. Nozomi le regarde avec fierté, comme si son petit oiseau pouvait enfin voler de lui-même.

"Ce n'était pas grand chose, et vous m'avez beaucoup aidé ce jour, je devais vous aider en retour."

Une fois sa cabriole effectué, Jun'ichirō fait dévier la conversation vers un autre sujet, l'avenir. Nozomi regarde le plafond, sa nouvelle cible ? Elle sourit et regarde Jun.

"Après ce que vous venez de dire, j'aurais tendance à penser que vous êtes la prochaine cible. En plus ça nous aidera à faire étalage de nos nouveaux talents." Nozomi fait craquer ses épaules et son dos. "Et comme ça maître Satoko sera satisfait, il préfère lorsque je m’entraîne sur de vrais ennemis."

D'un geste de la main, la demoiselle invite le cavalier à la suivre dans la cour extérieure du domaine. Satoko est déjà présent, assis en tailleur sur l'herbe, les yeux fermés.

"Tu m'explique pourquoi il est toujours ici ? Ton père t'a pourtant expliqué qu'un animal de compagnie nuit à la concentration." Il soupire et se relève pour faire face aux deux arrivants. Son regard froid se pose sur le visiteur du désert. "Vous n'êtes pas le bienvenue ici. Sachez que si je tolère votre présence, c'est parce-que vous avez aidé mon élève par le passé." Il se tourne vers Nozomi. "Tu es prête à commencer ?"

La demoiselle désigne Jun du doigt. "Je veux m’entraîner avec lui maître." Elle s'incline poliment devant son supérieur.

Le Kaguya lève les yeux au ciel. "Je me doutais bien que c'était pour ça. Vous savez vous battre j'espère ?" Satoko croise les bras et jauge Jun'ichirō du regard, plus que cela, il semble même sentir l'énergie qui émane du guerrier de Suna.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Oh, le maître des maîtres des os ! Cela ferait-il de lui le surarchimaître des os ? divagua le jeune homme dans ses pensées en posant ses yeux sur le concerné. Celui-ci imposait de sa présence, ce fut certain – hélas, plus en mal qu'en bien. Il existait des hommes capables de rallier les foules d'une simple phrase jusqu'au discours engagé, et d'autres dont les mots agissaient comme d'innombrables dagues acérées pour le moral. Et il semblait que le maître Satoko penchait plutôt du second bord. Un comportement froid, incisif, auquel on ne peut s'attacher mais que l'on peut et doit toutefois respecter. Un maître dans son domaine ayant investi toute son énergie pour s'entraîner et entraîner ses pairs, et non améliorer un tact pourtant crucial dans toute manœuvre d'éducation d'autrui. Mais son talent n'avait plus à convaincre quiconque – le niveau de Nozomi suffisait amplement pour faire taire toutes les mauvaises langues. Ainsi, Jun'ichirō habilla son visage d'un beau sourire poli pour ne pas froisser le vieil homme tandis qu'il crachait son venin habituel, gagea le jeune homme en dodelinant de la tête.

Comment pourrait-il en vouloir à un être aussi sympathique et mignon, après tout ?

Vous savez vous battre j'espère ?

Le nomade papillonna des cils. On venait de lui parler ? Pendant un bref temps, il avait éteint son cerveau pour se concentrer sur son parfait langage gestuel, à défaut d'écouter son interlocuteur pour mieux lui répondre. Mais il réussit néanmoins à faire le lien entre leur arrivée devant le maître d'armes, et le fait que Nozomi lui avait attribué le joli titre guilleret de prochaine cible à abattre, sans devoir passer pour un débile écervelé.

Ce qu'il était sûrement à de nombreux égards.

Combattre ?

Il lui fallut un peu de temps pour relancer la machine.

Je veux dire... oui, oui, pourquoi pas combattre ! Je n'ai pas l'habitude d'affronter de tels talents, dit-il en désignant son amie, mais je ferais de mon mieux. Je n'ai pas eu la chance d'avoir un tel maître de renom, haha. Seulement des carcasses d'arbres morts ! Et des alligators, rajouta-t-il d'un clin d’œil complice offert à la fille.

Ainsi, il promena son regard aux environs afin d'imaginer où pouvaient-ils se battre.

Auriez-vous des armes en bois ? J'ai laissé ma nagamaki sur mon cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Nozomi
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 265
Messages : 73
Les os-tilités continuent. (PV. Ikeda Jun'ichirō)

Nozomi rit discrètement alors que son maître observe l'invité d'un air blasé. Il tend son bras et un long bâton en os se façonne lentement dans sa paume. Il lance l’arme au clown et se rassoit en tailleur pour observer l'entrainement.

L'homme désigne le jardin d'un geste de la main. "Je vous laisse faire quelques passes sans rien dire."

Nozomi sautille sur place et se met en garde, des os aux bouts arrondis poussent sur son bras alors que son regard couleur océan est fixé sur Jun. Ses yeux ne laissent plus rien transparaître, tous ses sens sont en alerte alors qu'elle remonte sa garde.



La Kaguya calme sa respiration, elle laisse quelques instant à son adversaire pour bien jauger son arme nouvellement acquise et lui fonce ensuite dessus sans sommation. D'un geste agile elle se décale au dernier moment sur le côté et tente de surprendre Jun en frappant plutôt ses jambes pour le faucher. L’attaque est un peu maladroite, la jeune fille a l'habitude de frapper des mannequins sans jambes, mais elle compte plutôt sur la surprise que sur l'efficacité.

Dans son coin, Satoko observe silencieusement, son regard ne laisse rien transparaître de ce qu'il pense, mais il est très probable qu'en plus de la qualité de la forme des attaques des deux combattants, il va également juger la maîtrise du fond qui alimente les techniques.
Revenir en haut Aller en bas
Ikeda Jun'ichirō
Genin de Suna
avatar
Expérience : 835
Messages : 264
LES OS-TILITÉS CONTINUENT (PV. Kaguya Nozomi)

OST | The Fields of Ard Skellig :
 

Jun'ichirō inspectait son arme avec... perplexité.

De l'os. Elle était faite d'os. Mais pas n'importe lequel, non. Celui du maître de la jeune Nozomi, ayant allongé et extirpé son cubitus, ou son radius, voire les deux fusionnés en une branche massive, afin d'en faire un bâton d'un mètre et demi. L'aventurier jongla entre dégoût et admiration. Par chance, il en avait vu de toutes les couleurs durant son périple, ce qui ne laissait au spectacle qu'un goût d'aventure jusqu'alors inconnue.

C'est incroyable !

Le nomade s'amusa alors à brandit son arme improvisée ici et là, soupesant son poids et mesurant brièvement la résistance du matériau. Mais si un os était naturellement solide, celui d'un Kaguya devait l'être davantage. Hélas, durant cet examen très sommaire, l'éleveur de chevaux eut le malheur de croiser le regard de son ami. Et c'est ce qui donna à l'adolescente le signal tacite de lancer les premières hostilités.

OST | La distancia para un duelo :
 

L'épéiste dressa rapidement un bilan de la situation. Du pugilat contre un bâton ; la rapidité contre l'allonge. L'aventure avait pu assister aux prouesses de la maîtresse des os, et savait donc à quel point elle pouvait se montrer dangereuse en mêlée. Et cela sans prendre en compte ses aptitudes inhérentes à son clan d'abomination, dont la faculté de hérisser son corps entier d'excroissances osseuses tranchantes.

En somme : le cavalier devait l'empêcher de s'approcher davantage.

Reculant un pas après l'autre afin d'encaisser la salve de coups, guidant la partie faible de son bâton sur les poings menaçants de son adversaire, Jun'ichirō ne lâchait pas cette dernière du regard*. Le rythme était certes soutenu, mais encore tolérable. Ce n'était qu'un simple échauffement ; une période de calme avant la tempête. Et le jeune homme en eut la confirmation lorsque Nozomi se décala soudain sur le côté pour lui tacler les jambes.

Dans un réflexe survenu des centaines de fois, l'éleveur de chevaux planta son arme dans l'herbe pour y prendre appui avec force**. Les tibias de la fille se brisèrent contre l'os de son maître ; l'épéiste s'éleva dans les airs afin de s'éloigner du combat, passant à plusieurs mètres du dos de son ennemie.

Pas mal !

Jun'ichirō empoigna le manche de son bâton à deux mains.

Tu as failli m'avoir, haha.

Se concentrant sur son arme de fortune, l'Ikeda se demanda s'il pouvait y insuffler du chakra. Et c'est avec stupeur, mais satisfaction, que la réponse fut positive. Il leva alors son arme près de son flanc droit, fin prêt à accueillir la charge de la Kaguya d'une frappe dont elle se souviendrait longtemps***. Si bien sûr elle daignait revenir en mêlée. Mais si elle hésitait trop longtemps, Jun'ichirō ayant plusieurs tours dans son sac, il en profiterait pour la surprendre d'une fente en avant****.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Riyoko Ikeda - La rose de Versailles (Lady Oscar) T1
» Riyoko Ikeda - Très cher frère
» Akihisa Ikeda - Rosario + Vampire T1
» [osni] Ikeda Ryoji - superposition
» Ryoko Ikeda - La rose de Versailles T3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni-
Sauter vers: