avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Devoir travailler à domicile n’est pas chose aisée. Le manque de bureaux, d’aide et de moyens se fait ressentir mais malgré ça, je réussis à traiter les dossiers les plus urgents. J’ai assuré aux membres du jury que, moi Kage, tout les genins auront une place et seront convenablement formés et c’est un engagement que je vais tenir. Seul problème ; Nous manquons cruellement de Jonins.
▬ … Mais en fait nous manquons de tout ?
C’est un constat qu’il m’était difficile de faire lorsque je n’étais qu’un simple ninja mais, du haut de ma nouvelle position, la situation me paraît bien moins positive qu’autrefois. J’épluche les dossiers, lis en diagonal les documents par moments puis m’arrête sur une fiche, celle d’Akimichi Buta.
▬ Il doit y avoir une erreur. Mh.
Je me lève, sors de la pièce et demande plus amples informations auprès d’un homme chargé de m’épauler dans mes tâches. Il consulte le dossier, effectue quelques vérifications et revient vers moi en m’affirmant que « tout est en ordre » et que rien a été oublié concernant cet individu.
▬ Soit. C’est original.
Cet Akimichi Buta n’a presque rien fichu ces trois derniers mois. Sa dernière mission remonte à il y a une semaine. C’est à croire qu’entre temps, il est parti se la couler douce aux pays des neiges, observer les cascades gelées et les aurores boréales. Cet individu a été payé à ne rien faire pendant bien trop longtemps.
▬ Faites le venir.
▬ Ici ? Maintenant ?
▬ Maintenant, oui … Ici … Toute compte-fait, non. Ce sera dehors. Sur le terrain d’entraînement six. Je me prépare et j’y vais.
Je n’ai pas encore de bureau ou de pièce me permettant de convier cet idiot et je sens qu’il va faire n’importe quoi dans mon appartement. Je l’ai déjà vu à l’oeuvre, l’Akimichi est capable de déféquer en n’importe quelles circonstances. Ceci-étant, je prends mes précautions, prépare mes affaires et m’en vais.

***

Une heure plus tard, l’homme est sur place. Il ne s’est évidemment pas pressé et m’a fait perdre un temps fou. L’entretien a à peine commencé que je songe à le punir, à lui coller quelques amandes pour mauvais comportement et – éventuellement à l’envoyer au trou pour quelques jours.
▬ Bonjour. Alors mon bon Buta, comment sont tes journées en ce moment ? Calmes, n’est-ce pas ?
On fera difficilement plus calme ! Très prochainement elles ne le seront plus, j’en fais mon affaire.

Il n’a ni équipe, ni travail, ni responsabilités au sein de son clan. Il procrastine tellement qu'à sa place, je déprimerais. Buta en revanche n'a pas l'air malheureux, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Akimichi Buta
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 350
Messages : 93
Il y avait forcément erreur sur la personne. Moi ? Convoqué ? Aujourd'hui, là tout de suite ? Putin mais j'avais clairement d'autres choses à faire. J'avais ce bon petit plat en maintien au chaud qui m'attendait dans le four, pour une fois que j'avais pris le temps de cuisiner je devais m'interrompre dans un tel moment ? Hors de question, il attendrait.

« ITADAKIMASUUUU ! »


Quel appetit et que ce fut bon. Un poulet rôti, la recette de grand-père, transmise de génération en génération, miam, un goût formidable. Bon ce n'était pas tout ça, mais avec cette histoire j'avais bien perdu trois bon quart d'heure sur le rendez-vous qui m'avait été fixé. D'ailleurs ce n'était même pas mentionné qui demandé cette convocation. J'hésitais donc à m'y rendre, mais dans le doute...

Rendu au terrain d'entrainement numéro six, sur place, il y avait deux hommes, dont un que je connaissais, le dénommé Shinichi. J'avais effectué une mission d'escorte avec lui il y a quelques temps. Qu'est-ce qu'il pouvait bien me vouloir ? et surtout en quel honneur se permettait-il de me convoquer de la sorte ? En revanche l'homme derrière lui, je ne savais absolument pas qui cela pouvait bien être, sans doute son petit ami.

« Tu me convoques maintenant Shinichi, c'est nouveau ça ? Tu te fous de ma gueule c'est ça ? Et lui c'est qui ? Ton garde du corps ? »


Comment se passe mes journées en ce moment ? C'est vrai que je n'avais pas branlé grand chose depuis quelques semaines maintenant, mais bon, personne n'était vraiment venu me faire la remarque alors j'avais pu en profiter pour prendre quelques vacances. Mais il est vrai que mon chantier avait maintenant un retard colossal, que j'allais devoir rattraper.

« Mes journées se passent bien en effet, mais qu'est-ce que ça peut te foutre au juste ? Rassure-moi, tu ne m'as pas fais venir ici pour me poser ce genre de questions à la con ? »


A peine deux minutes que nous étions face à face, et déjà j'avais envie de lui cracher au visage. J'avais horreur de cet air supérieur qu'il prenait sans arrêt, et de manière inconsciente en plus. Toujours à se mêler de ce qui ne le regarde pas, monsieur j'ai un garde du corps et je suis un ninja d'élite du village. Redescendant en pression, j'essayais de comprendre ce que signifiait tout cela. J'avais malheureusement peur de comprendre, avait-il pris du grade le bougre ? Non je ne pouvais pas y croire.

« Allez parle Shinichi, c'est quoi cette mise en scène ? J'ai loupé un truc dernièrement c'est ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Buta ne comprend pas. Il me demande qui est la personne qui l’a fait venir à moi et enchaîne les grossièretés. Il n’est pas au courant, c’est certain. L’Akimichi ne sait pas que j’ai été élu Kage il y a peu et converse avec moi comme si j’étais le premier quidam. Ce n’est pas plus mal en un sens. Ainsi, je vais pouvoir voir la tête qu’il va tirer lorsque je lui apprendrai la nouvelle et le forcerai à se mettre sérieusement au boulot.

▬ Ah non ! Je n’oserai pas faire ça voyons. Je sais très bien que tu es un homme occupé, quelqu’un d’important au sein de ton clan et il ne me viendrait SURTOUT PAS à l’idée de t’appeler sans raison.
Si seulement il n’y en avait qu’une de raison … Si seulement.

Mon interlocuteur est réellement dans le flou. N’étant pas totalement idiot, il commence ceci-dit à entrevoir et à anticiper l’éventuel « problème ». Buta s’imagine avoir – je cite ; « loupé un truc ». Je ne vais pas le faire mariner plus longtemps. Après tout, j’ai moi aussi des choses à faire et plus vite nous aurons réglés cette histoire, plus vite je pourrais passer à un autre dossier.
▬ Je suis chef du village, Buta. Kage, Mizukage même pour être plus exact. J’ai été nommé il y a cinq jours déjà. Tu n’avais pas remarqué ?
Bien sûr qu’il n’avait pas remarqué. L’Akimichi vit dans un petit monde fait de nourriture, d’alcool et de jeux. Soyez certains que si demain son poulet disparaît, Buta le verrait. À côté de ça, la moitié de la population pourrait se volatiliser du jour au lendemain qu’il ne remarquerait rien d’anormal.
▬ J’ai accès à pas mal de documents dorénavant, y compris à tes rapports de missions. Outre le fait qu’ils soient rédigés avec les pieds et parfois avec autre chose, …
Je ne dirai pas quoi. Je pense qu’il a tout à fait compris de quel papier je faisais allusion
▬ … Ce qui m’a choqué c’est leur très faible nombre. Ces deux dernières semaines, tu as réalisé quinze fois moins de mission que la normale. Une explication ?
Qui sait ! Sur un malentendu, il se peut peut-être qu’il en ait une. Qu’il se soit passé quelque chose pouvant justifier cela, qu’il soit tombé malade, se soit perdu dans le fin fond du néant infini, qu’en sais-je.

▬ En tout cas, j’ai ce qu’il te faut
Je sors de ma poche deux fiches pliées en quatre et les lui tends :
▬ Vu que lire tes rapports relève de l’exploit et que les autorités compétentes perdent plus de temps à déchiffrer tes mots qu’à exécuter eux-même la mission en question, tu vas faire quelque chose qui ne nécessite pas de rédaction. Tu t’occupes de ces deux genins.
Pauvre d’eux. Je les plains.
▬ Félicitation Buta, te voilà sensei.
Ce n’est pas une promotion, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Akimichi Buta
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 350
Messages : 93
J'en croyais pas mes oreilles, Shinichi, ce bougre était donc vraiment devenu Shodaime ? C'est clair, je ne pouvais décidément plus le saquer, et je crois qu'il me le rendait bien.

« Qu'elle mouche a piqué le conseil du village pour te nommer Mizukage hein ? »


Les choses étaient donc complètement différentes maintenant. Lui, chef du village, ça ne présageait rien de bon pour moi. Il ne m'appréciait pas, alors il allait très certainement fourrer son nez partout pour me faire travailler un maximum. Fini la belle vie, les longs repas, les pouffiasses... Avec un peu de chance il n'avait pas encore mis les nez dans mes rapports, et j'allais pouvoir rattraper tout mon retard avant qu'il ne s'aperçoive de quoi que ce soit.

Et merde. J'avais pensé trop vite. Il avait déjà bel et bien mis son nez dans mes dossiers, et c'était bien là le problème, le dernier datait d'une bonne quinzaine. Et je l'avais d'ailleurs bien bâclé. j'allais devoir trouver une excuse qui tienne la route pour me sortir de cette galère.

« J'étais en RTT, le conseil du village ne te l'a pas dis ? J'avais besoin d'un peu de repos, c'est bien normal vu les chantiers que je me suis tapé ces derniers mois, non ? Bon certes j'ai pris un peu de retard, mais c'est bon je reprends le boulot demain, promis. »


Promesse que je n'allais bien évidemment pas tenir, j'espérais que ça ne se lise pas trop sur mon visage, mais le doute me vint lorsqu'il me tendit deux papiers soigneusement pliés. C'était quoi ça ? Des fiches shinobis ? C'est nouveau ?

« M'occuper de ces deux Genins ? »


Je vois, il débloquait complètement. Comme ci j'avais que ça à foutre de m'occuper de deux subalternes. Hors de question que j'accepte ça demande. Car j'osais espérer que ce soit une demande, même s'il ne l'avait pas vraiment formulé en tant que tel. Moi, Akimichi Buta, sensei, chef d'équipe. Mais bien sûr, en plein rêve le nouveau Kage...

« Moi ? Sensei ? Mouahaha ! Tu te fous d'ma gueule c'est ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
En RT quoi ? Qu’est-ce que cette histoire au juste ? Buta essaie de me rouler dans la farine, j’en suis certain. Il tente de s’expliquer mais cela ne tient pas. Je suis certain que personne ne lui a donné l’autorisation de chômer à ce point. Le village manque d’effectif, nous avons un milliard de chantier sur le feu et ce n’est même pas la peine de songer à un repos de plus de trois jours.
▬ Hum.
Je tousse. Voilà une façon tacite de lui dire : « Non, tu reprends le boulot maintenant. » Il n’a ceci-dit pas compris la portée de mon propos. C’est triste. Je vais devoir utiliser des mots pour lui permettre d’entrevoir ce que n’importe quel ninja normalement constitué aurait dû saisir depuis bien longtemps ; A savoir qu’il doit se mettre au boulot et exécuter mes ordres !

▬ Non Buta, je n’oserai pas me moquer de toi ainsi. Je suis très sérieux. Vois ça comme … Une chance. Une chance de montrer aux jeunes shinobis et aux plus anciens qui tu es. Tu peux superviser des genins, les aider. En somme leur permettre de devenir de meilleures personnes.
Étant lui-même un être vil et plein de défauts, j’ai dû mal à croire qu’il parviendra à aider autrui à devenir « une meilleures personnes » mais qui sait … Sur un malentendu … Les chiens peuvent parfois enfanter des chats.

▬ Au cas où tu n’as toujours pas compris, c’est un ordre.
On ne sait jamais. La plupart du temps, mes dires entrent dans une de ses oreille puis repartent aussitôt de l’autre. Là au moins, j’ai bon espoir que le mot « ordre » le ramène à la raison et le pousse à m’écouter. En soi, je ne lui demande pas la lune. Je veux simplement qu’il réalise ce que tout ninja digne de ce nom doit faire ; Son boulot.
▬ Des questions ? Si non, tu peux t’en aller et convoquer ces deux jeunes gens. Je vais faire en sorte qu’un troisième élément vous rejoigne très bientôt.
Parce que oui, superviser deux genins, ce n’est rien ! De nos jours, on forme des équipes de trois ! À titre personnel et malgré mon poste de Kage, je gère quatre enfants !
Revenir en haut Aller en bas
Akimichi Buta
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 350
Messages : 93
J'y crois pas, il ne blaguait donc pas, et souhaitait vraiment que je prenne en charge une équipe de nouveaux Genins. Non merci, sans façon, mais c'est gentil de me l'avoir proposé hein. Jouer les nourrice, ce n'est pas mon style, et je risquais fortement de perdre mon calme avec des gosses.

« Tu perds ton temps Shinichi, ton offre ne m'intéresse pas du tout. J'ai bien d'autres choses à faire que de me préoccuper de gamins prépubères. »


Merde... ça s'appelle de l'abus de pouvoir non ? Un ordre, arrête un peu, tu sais très bien que j'ai qu'une seule envie, c'est me torcher avec cet ordre. Ne te fais pas prier Shinichi, laisse-moi tranquille, je travaillerai sur mes chantiers comme prévu, fais pas chier. Grrr, ce bougre, plus les secondes passaient, plus son air calme et autoritaire me tapait sur le système, mais malheureusement je devais reconnaitre que je n'étais pas en position de force sur ce coup.

Un coup de bluff, voilà ce que je devais tenter. Qu'allait-il faire après tout si je n'acceptais pas de m'occuper des mioches ? Me balancer en prison ? Nan quand même pas ? Si ?

« Un ordre tu dis... Et si je refuse ? »


L'heure de vérité, lâche l'affaire Mizukage-sama, trouver un autre clampin pour faire ce job, j'ai d'autres chats à fouetter tu le sais aussi bien que moi. Peut-être devrais-je insister sur le fait que sans moi, les chantiers de construction au village n'allait plus avancer comme il le faudrait. J'avais encore des arguments en réserves, mais je n'étais pas certains qu'il soit prêt à les écouter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Il conteste, fais comme si mon ordre n’était qu’une proposition, une demande qu’on peut refuser selon son gré. Je crois qu’il n’a pas compris comment les choses fonctionnent à Kiri. Je décide, il obéit. Je donne des ordres, il les applique. C’est comme ça et pas autrement. Buta essaie de me pousser à bout, veut voir si je vais céder. Mais il se trompe s’il croit que je vais le laisser avoir le dernier mot.
▬ Si tu refuses, tu es un opposant, un traître. Les traîtres vont en prison et attendent leur jugement.
Et parfois même ils sont décapités ! On ne fait pas dans la dentelle à Kiri. Je doute qu’il me tienne tête encore longtemps maintenant ! Un sourire narquois se dessine sur mon visage. J’ai gagné, je le sais. Il va plier.
Et contre toute attente, alors qu’un shinobi normal aurait ravalé sa fierté et accepté de superviser des élèves, Buta refuse. Il faut dire que l’homme n’a rien d’un ninja lambda ; Il est profondément stupide. À ce titre, il n’a pas le sens de la mesure.

Tandis que l’Akimichi me fait part de son refus, je pousse un soupire, tourne la tête vers mon assistant et ordonne :
▬ Très bien. Emmenez le en prison.
Et sans plus de mot, mon assistant s’avance vers l’Akimichi et lui dit :
▬ Akimichi Buta, vous êtes en état d’arrestation pour refus obtempérerez. Vous serez incarcéré en attente d’un jugement. Jugement qui pourra survenir dans le mois, l’année ou la décennie à venir. Vous n’avez ni le droit de parole, ni le droit de visite, ni aucun autre droit. Veuillez me suivre s’il vous plaît.
On aura difficilement fait plus explicite. Ah … Ce chûnin, ce zèle, c’est vraiment bon d’être entourés de gens capable d’effectuer vos ordres. Si seulement Buta pouvait faire parti de ces gens là. À défaut, l’homme au gros bide va passer quelques jours au trou. Qui sait, l’obscurité et la faim lui permettront peut-être d’y voir plus clair.
Aussi bizarre que cela puisse paraître, je suis de son côté. Celui de Kiri. Je fais ça pour lui, pour nous … Et aussi un petit peu pour moi je le concède.

***

Trois jours plus tard, toujours pas de nouvelles de Buta. C’est à croire qu’il est mort. Trois jours sans manger … Ça l’a peut-être rendu fou. Dans le doute, je songe à me rendre aux geôles.
Revenir en haut Aller en bas
Akimichi Buta
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 350
Messages : 93
Soixante douze heures exactement s'étaient écoulées depuis mon incarcération pour avoir refuser l'ordre que m'avait donné ce Mizukage. Je ne comprenais pas vraiment quelle politique il voulait instaurer en agissant de la sorte, mais certainement pas un village libre de droits. Alors que d'habitude les autres prisonniers eux avaient le droit de manger, moi, on m'avait laissé dans ma cellule, sans même venir me voir une seule fois. Je vois, ce n'était pas vraiment une sentance, mais encore une fois du chantage...

Effectivement, Shinichi est un individu loin d'être bête, et j'étais pas si bête pour le croire bête justement. Euh... bref, en gros, il avait très bien compris comment je fonctionnais. Étant légèrement corpulent, et surtout membre du clan Akimichi, mon organisme a un besoin vital d'être alimenté constamment. Sinon, eh bien c'est la mort, tout simplement. Je pense qu'il a compris ce mécanisme, et cette mise à l'écart de quelques jours n'est qu'une façon pour lui de me faire comprendre que si je n'accepte pas sa proposition, je ne serais plus nourris, et donc je vais mourir, comme une merde, en quelques jours. Oui, car là où certaines personnes normalement constituées peuvent survivre environ trois semaines sans se nourrir, je ne peux personnellement survivre que cinq jours, pas un de plus. C'est comme ça...

Trois jours donc, durant lesquels j'ai cédé plusieurs fois dans ma tête, mais mon inconscient me disait de lutter, de continuer à rester tel que je suis... Malheureusement, ce n'est pas comme ça que ça se passe. Enfermé tout ce temps, j'étais vraiment très très amaigris, les joues presque creuses, le ventre à la limite du plat, j'étais tout simplement méconnaissable, et je crois très franchement que personne ne m'avait vu dans un tel état. J'allais devoir capituler, c'est certain, ou crever, si personne ne venait me voir. D'après mes calculs, c² est égale à a² plus b², et donc que ce bougre de Shinichi ne devrait plus tarder à se pointer dans cette putain de cellule pour se foutre de ma gueule vu mon état.

« Bingo... »


J'avais vu juste, pile à l'instant prévu, j'entends les verrous de ma geôle s'ouvrir, et la porte basculer, un homme entrait. Rien qu'à son pas, je savais de qui il s'agit, notre cher Mizukage. Alors que je gisais là, allongé au sol, je le sentais me regarder, quelle humiliation...

« Alors ça te fait quoi de me voir dans cet état ? Hein ? Voir un gros lard si maigre ? Rien sans doute... Tu as gagné Mizukage-sama, mais sache qu'un jour, tu me le paieras, cette humiliation ne restera pas impunie... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Je rejoins les geôles de Kiri et demande aux gardes d’ouvrir la porte. Un d’entre eux me demande si je souhaite être accompagné et je réponds négativement à cette question. Buta n’a ni mangé ni vu la lumière depuis trois jours, je doute qu’il soit en mesure de me blesser. Je doute d’ailleurs qu’il soit en mesure de se lever. La porte de fer s’ouvre et l’homme gît sur le sol. Je n’ai pas ouvert la bouche que Buta me confie avoir « perdu ». Il cède et accepte de s’occuper des genins. Dans la foulée, il se me met en garde. D’après ses dires, je vais lui payer cet affront.
▬ Un jour, oui. Un jour.
Pour une fois, je veux bien croire l’Akimichi. Je suis certain qu’il n’oubliera pas ce que je lui ai fait subir. Bien sûr qu’il tentera par tous les moyens de me rendre la monnaie de ma pièce. Cette humiliation ne peut rester impunie et le souvenir de ce séjour en prison restera à jamais gravé dans sa mémoire. Mais quoiqu’on en dise, cela fait mes affaires. Qu’il se souvienne. Qu’il se rappelle. Qu’il garde en tête cette simple relation de cause à effet : Tu désobéis, tu subis.

▬ Je suis ravi de voir que tu as retrouvé la raison ! Gardes, vous pouvez le libérer. Et lui donner à manger. Il est trop maigre.
Aux dernières nouvelles, un Akimichi maigre est comme un sabreur sans arme ; Il ne sert à rien.
▬ On se voit demain, au même endroit que la dernière fois. J’ai des choses à te montrer et des papiers à te faire remplir.
Il n’a pas pris les fiches de ses élèves. Celles-là même que je lui avais tendu la dernière fois et qu’il n’avait pas daigné prendre. Voyons voir si cette fois, il se comporte différemment vis-à-vis de mes ordres et de ces documents qu’il se doit de lire et de prendre en considération.

***

Le lendemain matin, je revois un Buta obèse sur le terrain d’entraînement numéro six.
Eh bah. Comme quoi … Ce régime forcé de trois jours n’aura pas servi à grand-chose. L’homme a repris du poids à une vitesse ahurissante. C’en est presque surnaturel.
Revenir en haut Aller en bas
Akimichi Buta
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 350
Messages : 93
Suite à cet emprisonnement, je devais avouer avoir été plutôt bien reçu par les services médicaux de sa majesté le Mizukage. Dorloté comme il se devait, nourris plus que convenablement, ils m'avaient remis sur pieds en moins de temps que je n'aurais pu l'espérer. Le bougre, il en avait de la chance, tout ce monde à son service, tous ces gens avec la seule et unique préoccupation, celle de lui rendre la vie la plus facile possible. Argent, hommes de mains, nourriture... Moi aussi j'aurais aimé avoir tout ça ! Bon sans les responsabilités derrière, je ne pouvais malheureusement pas me faire la moindre idée de la quantité de travail qu'il pouvait avoir.

Vingt quatre heures s'étaient écoulées, et je devais donc me rendre à nouveau au sixième terrain d'entrainement, afin de recevoir les consignes de Shinichi. Celles que j'avais malheureusement accepté de recevoir pour sortir de ce trou dans lequel j'étais entrain d'agoniser.

Sur place il m'attendait déjà, le visage fermé, comme à son habitude. Il me gonflait à toujours donner l'impression d'être pressé, un jour je le giflerais. Et pourtant je ne suis pas pour la violence hein, je suis clairement pacifiste au fond, mais ce genre d'individu, je pense qu'il n'y a que les coups qui fonctionnent. Encore que... j'étais à peu prêt persuadé si je lui mettais des gros pains dans la tronche, il serait encore capable de me dire calmement un truc du style "Buta, ton énervement n'a pas lieu d'être, je te suggère de cesser immédiatement" MAIS TA G*EULE !!!

« Mizukage-sama... »


Lui dis-je sur un ton moqueur. Il savait clairement que je n'en avais que faire de son pseudo titre de chef du village, ce gars avait été choisi par je ne savais qui et surtout je ne savais comment. Personnellement, on ne m'avait pas consulté pour ce choix, alors bon. Si père était encore là... Avec tout ce que le clan avait pu faire pour ce village, recevoir ce genre de reconnaissance, deux putains de Genins, c'était vraiment du foutage de gueule. Mais bon j'avais accepté, à présent il fallait assumer, comme à mon habitude.

« Explique donc, qu'on en finisse avec ces conneries... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87

Buta est pressé. L’Akimichi souhaite mettre fin à son calvaire. Calvaire qui, si vous voulez mon avis, ne fait que commencer. Gérer des élèves n’a rien de facile. Il s’agit d’un travail de tous les instants. Travail que l’intéressé va devoir réaliser sans quoi il retournera en prison dans les plus brefs délais.
Quoiqu’il en soit, je m’approche de l’obèse shinobi, lui tends deux fiches avant d’affirmer :
▬ Ce sont désormais tes élèves. Un Hiyari et un … Disons un shinobi. Ce sont deux genins de la brume. Pour le moment, ils sont faibles mais j’ai bon espoir qu’ils progressent en ta compagnie. Tu vas devoir les aider à s’améliorer. En ce sens, tu devras réaliser des entraînements de groupe, des travaux personnalisés et tout un tas d’autres tâches de ce genre.
Je dis ça avec une telle simplicité alors que moi-même je ne fais pas le quart de ce que je préconise. Entraînement de groupe ? Mon équipe n’en a fait qu’un. Travaux personnalisés ? Allez savoir à quoi correspond cet obscur concept. Je trouvais l’expression jolie alors je l’ai lâché sans le moindre complexe. Le fait est que je ne sais même pas à quoi cela fait référence.

▬ Quand tes genins deviendront chûnin, tu seras libéré. Comprends donc par là que plus ils progressent, mieux c’est pour toi. Je te confierai des missions, tu devras les exécuter en leur compagnie. Dans la mesure du possible, demande à l’Hiyari ou à l’autre gus de rédiger le rapport.
En temps normal, c’est au chef d’équipe de signer le torchon et de décrire les activités réalisées au cours de la besogne néanmoins dans le cas présent, je consens à faire une exception.
▬ S’il leur arrive quelque chose, tu es responsable, cela va de soi mais je préfère te le préciser. Sait-on jamais. As-tu des questions ? Si oui, tu peux les poser. Dans le cas contraire, je pense que nous pouvons nous séparer. C’était un plaisir de discuter avec toi. Je te convoquerai sous peu pour recevoir des nouvelles de toi et de tes petits protégés.
Ce « As-tu des questions » était rhétorique. Je n’ai pas que ça à faire de répondre aux interrogations de l’Akimichi. D’autant que mon exposé m’a paru très clair. Emballé c’est pesé comme on dit, je rentre chez moi. Du travail m’attend. Buta aussi a à faire désormais. J’ai hâte de le revoir dans quelques jours. Je suis sûr qu’il aura une pléthore de bonnes nouvelles à m’apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Akimichi Buta
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 350
Messages : 93
Il me tendit deux fiches, comportant toutes les informations nécessaires pour connaitre les deux personnes qu'il me refilait. J'allais devoir prendre le temps de lire tout ça, la galère franchement... Ou alors, j'avais peut-être une autre idée, mais mieux valait que j'évite de lui en parler, je ne suis pas certain qu'il approuve mes méthodes, bien que les siennes n'étaient pas louables non plus.

L'objectif était donc de les faire devenir Chûnin, le plus rapidement possible, afin de m'en débarrasser. La question était de savoir comment pouvaient-ils bien le devenir ? J'imagine qu'il allait falloir beaucoup de travaille, surtout si ces shinobis étaient aussi faibles que Shinichi le prétendait. Obtenir un grade comme le mien au sein de l'armée du village n'était pas spécialement chose aisée. Oui, il fut un temps où je me bougeais un peu plus le cul. D'ailleurs si j'avais continué sur cette voie, je ne serais peut-être pas là à cet instant.

Devenir chef d'équipe signifiait beaucoup de choses visiblement, et surtout, cela faisait de moi leur responsable. Bordel c'était loin de faire mes affaires ça, j'allais devoir me faire respecter bien comme il fallait pour éviter qu'ils ne fassent n'importe quoi. Autant, je ne craignais pas pour ma sécurité, mais pour la leur un peu plus, pas certains que deux bras me suffisent pour les défendre en combat si besoin. Fais chier, j'en voulais pas moi de toutes ces responsabilités, et je n'avais qu'une envie, lui jeter tous ces papiers à la tronche, mais je savais que si je le faisais, retour à la case prison, malheureusement. J'étais piégé, et devais me faire à cette idée.

« Ça va j'suis pas leur père non plus... »


Quoique, j'étais loin d'imaginer à quel point j'aurais un rôle important à jouer dans leur éducation, et pourtant, c'était loin d'être des gamins. Sur leur fiche, ils n'étaient pas si jeunes, la vingtaine d'année environ. Mais merde... Comment pouvait-on être simple Genin à cet âge là ?

« Pas de question. Ce plaisir était partagé, cher Mizukage. »


Qui voulait très subtilement dire un truc du genre "ta g*eule, je t'emm*rde", mais bon, ça je n'avais pas le droit de lui dire de vive voix, d'autant que je suis sûr qu'il serait capable de me renvoyer en taule pour de simples mots ce tortionnaire. Je tournais à mon tour les talons afin de vaquer à mes occupations. Quelles étaient-elles d'ailleurs ? Rencontrer mes deux disciples ? Non quand même pas déjà, une pause s'imposait, alors direction le restoooo !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Travail vectoriel
» gros travail de vectorisation
» [SOFT] AMIGALOOK : Totalement inutile ,rien que du travail à l'oeil !! [Gratuit]
» pas à pas ... travail du papier calque.
» Normal ou non : crafty arrête sa découpe en plein travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato-
Sauter vers: