[Mission Rang C] L'art du Ninjustu Médical [Mako ft Shiranui/ Totestu]

 :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Invité




La famille Tomoe était une grande famille ninja, possédant des justus médicaux. Elle ne voulait pas rejoindre le village pour un souci de neutralité. Mais avec le Shodaime rakaige ça avait bien changé et cette dernière se sent prête à ouvrir les négociations. La mission était donc de nous rendre sur place pour ainsi négocier leur intégration au village. Évidement cet accord était quelque chose de crucial pour le village.

J’avais accepté cette mission, car la négociation me plaisait. Après tout, c’était dans le sang de ma famille. Même si je ne mettais jamais réellement entraîner, mais c’était un léger détail. La mission était de rang C. Certes rien de dangereux, mais l’échec n’était pas envisageable. Je ne devais pas prendre ça à léger. Ce n’était pas un chat qui allait se paumer ou quoi que ce soit, mais l’amélioration du village. Malheureusement, je n’avais pas l’esprit patriotique, mais si je faisais cet exploit, c’était tout bénef pour moi.

J’arrivai alors à l’entrée du village, avec mes deux autres compagnons, genin comme moi. Je leur fis signe de la main aussitôt pour montrer mon arrivée. Le premier était un Inuzuka accompagné de son chien, ils se ressemblaient à s’y méprendre. L’autre venait du clan Meikaku, il avait une tête de frimeur. Moi, j’étais un simple sans nom, sympa pour m’imposer. Je pris alors les devants en me présentant dès ma salutation.
« Yo’, je suis un guenin tout comme vous. J’ai envie de faire bref pour les présentations. Au lieu de savoir vos goûts et couleurs, j’aimerais connaître vos compétences s’il vous plaît. Pas de vos compétences ninja, je ne sais pas si ça sera utile pour cette mission ahah. Je ne me cache pas d’être assez bon en négociation après. Je suis assez bon pour séduire le client tout en restant dans mes intérêts. Je parais d’un naturel confiant avec mon côté calme même si les animaux n’ont jamais réussi à me supporter. »

Rien qu’après cette phrase, j’entendis le chien grogner, il n’aimait pas ma présence. J’avais pris la précaution de pas tellement m’approcher. Ma main avait un peu trop souffert à la dernière rencontre d’un Inuzuka. J’enchaînais alors :
« Il faudrait se décider sur celui qui va diriger la négociation, je ne demande pas forcément un chef de groupe. Mais quelqu’un va mener en premier les idées, passer à « l’attaque ». Un autre qui va tâter l’ambiance et prendre la parole quand il sentira que c’est la bonne occase, il pourrait être utile si jamais on est dans un mauvais mood. Il faudrait un autre, qui puisse servir de support, dans le sens qui va apporter des informations aux deux autres membres. Ça peut être des exemples ou des preuves. Quelqu’un qui connaît bien le village et qui a une bonne culture. Pour l’instant, c’est ce qui me vient en tête. Dernière chose, ça parait débile, mais essayons de paraître présentable. Je ne demande pas de sortir le costume de cérémonie. On doit instaurer la confiance d’être notre arrivée. Je ne pense pas qu’arriver avec 2 katanas avec plein de cicatrice sur la gueule ça va nous aider… Ah et il faudrait un cadeau, c’est toujours bien. Vous en pensez quoi ? »



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Meikakû Tõtetsu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 25
Messages : 11





商談 - L'art du Ninjutsu Médical



« しょうだん »


Parmi les montagnes, de pourpres irradiées, l'air frais venu des champs de renoncules, des prés de l'alpe à l'aube grisaillée, se mêlait à la senteur des aspérules, accompagnant les trilles du pinson, les chants joyeux du merle, rossignol - Le chœur de la nature au diapason du murmure de l'eau qui batifolait.

Le vent coquin, soufflait sa brise matinale et maligne, caressant sa peau halée, soulevant la cape de sa tunique noir et doré. L'éclipse des cumulus patientait tel un guetteur, en pleine contemplation de ce tableau idyllique qui se dessinait devant lui.

La raison de sa présence en ces lieux reculés n’avait d’objet personnel, en effet, le Genin pensif avait été convié par la haute instance de Kumogakure. L’ombre de la Foudre désireuse de vouloir s'accaparer les services médicaux de la prestigieuse famille Tomoe, un clan particulièrement doué dans l'art de l'Iroujutsu. Cette prise d'initiative de la part du Shodaïme n'était en aucun cas surprenante, surtout lorsqu’on avait eu écho de leur aisance dans le domaine des soins.

En effet, ce groupuscule d’eiseinin pourrait s’avérer être un atout non négligeable pour le village caché des cumulus. Par conséquent, les négociations se devaient d’être fructueuses, l’échec ne serait, bien évidemment pas toléré.


~~


Se dirigeant vers le portail, celui-ci passa par les ruelles commerciales animées, ces dernières affluaient de manière significative en dépit des récents événements historiques - l’intronisation de la matriarche, une élection qui haussait sensiblement l’animosité de la ville. Bon nombres des commerçants saluèrent le Meikakû avec gaieté, une petite partie des Meikakû expatrié au village faisaient partie des piliers commerciales Kumojin, ceux-ci nourrissaient un grand respect parmi les marchands, du fait de leur produits uniques.

Parvenu à proximité du portail ornementé de l’insigne foudroyant, où se situaient les nombreux passages étroits permettant d’entrée et de sortir du village caché, le basané en se rapprochant plus subtilement et ralentissant sa marche nonchalante distingua deux silhouettes avant de se faire lui-même rejoindre par un troisième individu.

Manifestement, le lumineux ne semblait pas être le dernier à être arrivé sur les lieux. Sa coiffure légèrement  soignée, sa tenue vestimentaire qui différait de ceux de ses compagnons, la sienne étant beaucoup plus raffiné, et dénonçait une certaine allure. Tout ce panel en disait long sur la personnalité plus que singulière du Genin, qui aux premiers abords, devait apparaître comme étant une personne prétentieuse – même si cela apparaissait légèrement avéré.

L'héritier du clan lumineux se positionna aux côtés de l’Inuzuka et de son majestueux canidé sans émettre un mot, lui faisant un bref signe de la tête en guise de salutation. Immédiatement après son arrivée, celle du dernier membre de l’équipe s’en suivi, un retardataire…

« Ôsu. Si tu penses être bon pour parlementer alors je crois qu’il vaudrait mieux que tu mènes la danse. Pour ma part, je serais celui qui tâtera l’avancée de la situation et te soutiendra  au cas où les choses tournerai en notre défaveur. » Rétorquait calmement l'adolescent.

Son regard se posa sur chacun des deux Genin, il ferma délicatement ses paupières avant de reprendre de manière sereine.

« C’est inutile, nous sommes des shinobi, pas des hommes d’affaire. Nous devons nous montrer sous notre véritable nature si nous souhaitons avoir un minimum de crédibilité vis à vis de notre client. Nous continuerons cette discussion en chemin, allons-y. » Proposait-il avec fermeté et placidité.

Tõtetsu fit rapidement volte-face suite à ses dires, sa cape noirâtre se souleva légèrement au fil des pas machinales qu’il entreprenait, celui-ci ne voulant pas s’éterniser à l’intérieur de ces murs. Il ne partageait pas forcément le même point de vue que son homologue, préférant jouer franc jeu avec le clan Tomoe. Le Gesshôku s’affichait tout de même curieux de savoir ce que pensait l’homme-bête suite aux planifications prévus.


© GS'

_________________

途轍食- Gesshôku no Tõtetsu
« All shadows of clouds the sun cannot hide like the moon cannot stop oceanic tide; but a hidden star can still be smiling at night's black spell on darkness, beguiling. Life throws challenges and i will use my light to conquer it - I am the eclipse of the clouds, the one that makes its lightning judgment depriving you of your eyes. »
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Akira
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 20
Messages : 18
Tomoe.
Shiranui en avait entendu parler, bien sûr. Les bavards en avaient plein la gueule des histoires sur les clans installés aux alentours du village du pays de la foudre. Pour tout dire, on parlait de cette famille spécialisée dans l'Irou-Justsu jusqu'aux terres centrales du pays du feu et bien que la famille de l'Inuzuka n'ait jamais eu besoin de leurs services, il savait qu'elle serait un atout conséquent pour le village et ses habitants.

Que d'honneur de se savoir impliqué dans de telles négociations. Au point que, sans réelle surprise, le Genin s'en retrouva un tantinet nerveux. Jusqu'alors ses missions n'ont toujours été que d'ordre pratique et physique, qui n'impliquait jamais grande réflexion ou attention. Transports de marchandises, constructions, surveillances. Rien de bien compliqué en soi. Non. Ce qui lui grignotait ainsi l'échine n'était autre qu'un mélange étrange. Quelque chose de perdu entre de la nervosité pure et une excitation certaine. Le jeune homme ne sut d'ailleurs pas y mettre mot et sa Ninken, observatrice, se contenta de sourire en légères babines retroussées. Mais c'est surtout sur le chemin en direction des grandes portes, que Shiranui sentit ses pieds fourmiller. Sa démarche était pauvre en charisme et sa colonne raide d'angoisse. Il faisait presque peine à voir.

▬ Détend toi un peu. Inspire. Expire. Pris la peine de dire Tessaiga d'une voix qui se voulait plus douce qu'à l'accoutumé. Inutile de jouer de ces habituels enfantillages au risque de voir se présenter devant la grande et célèbre famille Tomoe un jeune Shinobi compressait par le stresse. Shiranui exécuta les conseils de sa presque sœur en souffles maîtrisés et étonnement silencieux. Quiconque en le voyant ainsi l'aurait imaginer respirer comme un buffle, mais il n'en était rien. En quelque minutes, et avec la présence n'en déplaise rassurante de la samoyède, le jeune adulte reprit du poils de la bête. Il revêtit son épaisse fierté et se posta devant la porte.

Visiblement il était le premier sur les lieux et n'eut -heureusement- qu'à attendre cinq petites minutes avant que le troisième coéquipier ne débarque. Curieusement, Tessaiga se mit sur ses gardes, laissant échapper d'entre ses crocs un léger grognement chargé de méfiance. Son sourire se muta en un rictus malveillant et même en présence du second membre de l’équipe, la Ninken ne lâcha pas l'individu des yeux.

▬ Si vous êtes la parole, nous serons vos yeux et vos oreilles. Quatre valent mieux que deux ! Tessaiga et moi même resterons sur la défensive, un peu en retrait au cas où un ennemi aurait eu la même idée qu'nous. On n'doit surement pas être les seuls à vouloir nouer des liens avec la famille Tomoe.  

Tessaiga appuya les mots de son humain d'un hochement de tête. Si la situation avait été à la détente, sans doute se serait-elle permit une petite remarque sur la capacité "extraordinaire", voir même "légendaire", de negociation de Shiranui. Mais elle se retint, gratifiant l'humain à l'odeur bizarre d'un nouveau grognement qu'elle pensa amplement mérité. Suivant le plus jeune des deux Genin à reculons, l'Inuzuka leva légèrement sa main vers le ciel et offrit à l'autre jeune homme un sourire confiant.

▬ Si tu es aussi bon en négociation que tu le prétends, alors j'pense que tu sauras faire comprendre aux Tomoe que notre cadeau sera une place au sein d'notre village. 



_________________

黄金色 狼 Ōgonshoku Ookami
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


J’écoutais attentivement les réponses de mes collègues et je ne pouvais m’empêcher de lâcher un sourire. Ça faisait plaisir de voir de tels individus, oh que j’allais m’amuser avec cette mission ! Je regardais en premier le membre du clan Inuzuka, sa phrase m’avait intéressé vis-à-vis du cadeau. Je lui répondis alors, d’un air très calme :

« Je ne sais pas si arriver dans un village aux constructions, c’est forcément le meilleur des cadeaux ahah. Mais disons qu’offrir un vrai cadeau, c’est d’envoyer un message. Je ne pense pas que la famille va signer le contrat tout de suite, ça serait trop beau. Au moins avec le cadeau, on montre notre bienveillance et qu’on est plus que des kunai ambulant. Comme tu dis, on ne sera pas sûrement les seuls et ils ont déjà été pris des contacts. »

Je redressais alors mes lunettes, pour reprendre ma parole et donner un air plus sérieux. Je fouillai dans ma sacoche et sorti une boîte. Je m’empressai de le montrer tel le st graal et montra ce qu’il refermait : un pinceau fin.

« On leurs offrira ça, et peut-être que ça va les motiver à signer le papelar. C’est un pinceau précieux, fait avec un bois précieux par les plus prestigieux artisans de ce pays qui se trouve exactement à notre village. En bref, une belle façon de leur montrer notre bienvenue ! Et en plus, c’est le Raikage qui paye, je lui ai envoyé la facture… »

J’avais assez monopolisé l’attention et perdre le temps à mes collègues. Il était temps de partir ! On passa alors, avec fière allure, les grandes portes du village. On allait partir en mission, j’étais tellement excité que je parlai à voix haute :

« C’est bon ça, ces gars-là ont l’air déterminé et intéressant. Je pense qu’on va bien s’éclater ! »

Notre grande marche débuta. C’était toujours impressionnant de voir à quel point le village était haut. On traversa le paysage montagneux avec une atmosphère assez austère. J’évitais de trop tergiversé sur la mission, je connaissais mon rôle et je devais l’appliquer. Mais malgré ça, j’avais plusieurs craintes. On ne devait pas être les seuls à s’intéresser à cette famille. On était que des genins, on ne savait pas quel genre de personnes on pouvait rencontrer. D’ailleurs, la famille devait être forcement des ninjas pour pratiquer un justu médical. Quel genre de personne ça pouvait bien être ? Pour donner plus de vie à notre voyage, je décidais de prendre la parole :

« Dites, vous savez quoi sur cette fameuse famille ? Vous pensez que malgré que la mission soit de rang C, qu’on se trouve face à un danger supérieur ? D'ailleurs je me rends compte que je ne connais pas la durée du voyage ahah ! »

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Meikakû Tõtetsu
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 25
Messages : 11





商談 - L'art du Ninjutsu Médical



« しょうだん »


Les arbres dénudés enrobés de givre savouraient le silence des monts, le vent polaire et matinal fouettait férocement les corps et engendraient des formations de glace qui s’extirpaient au moindre souffle. Bien heureusement pour l’héritier lumineux, son atour sombre le couvrait et l’empêchait de faire face aux effets néfastes du froid.

Tõtetsu était perpétuellement ancré dans cette attitude d’observation continue, un état d’esprit qui le définissait de par sa manière à entretenir des liens avec autrui. N’étant pas particulièrement affable en temps normal, l’enjeu actuel le contraignant à s’ouvrir toujours un peu plus.

Ses iris aux teintes d’automne s’attardèrent longuement sur ses compagnons, qu’il dévisagea du coin de l’œil dans son dos. De même que, durant la prise de parole du plus bavard du groupe, d’innombrables pensées l'assaillaient, se pressaient, se bousculaient, se dérobaient puis s'éloignaient. Pouvaient-ils lui faire confiance ?

Kaminari no Kuni, le Meikakû n’avait encore jamais dépassé les frontières de la Foudre, n’ayant eu vent que de quelques échos de ce qu’il se tramait dans certaines contrés étrangères, notamment par le biais des commerçants et voyageurs des quatre coins du globe, venant profiter des quartiers animés du cœur-marchand Kumojin. Néanmoins, le jouvenceau connaissait la majeure partie du Pays et ses recoins, s’étant baladé avec son clan nomade avant la création du village.

« J’ai eu vent de quelques rumeurs à leur égard...  Il s’agirait d’une respectueuse famille composée principalement d’eiseinin. L’Iroujutsu étant apparemment leur marque de fabrique, certains sont de très haut niveau de ce que j’ai pu entendre. » Disait-il en rapportant ce qu'il lui a été dit.

Toujours en tête de groupe, le Genin du haut de ses quinze ans démontrait les prémices d’un esprit de leader-ship prononcé pour son jeune âge. Il dévia légèrement la tête s’attardant plus en détail sur le chemin à suivre, son ouï fine ne délaissant pas pour autant ses équipiers. Adoptant perpétuellement une démarche sereine et calme, bien que rapide, ceci parmi les monts ornés de nuages blanchâtres à leur sommet.

«  Le domaine du clan Tomoe se trouve à l’Ouest, à proximité des Chutes sans fins, on devrait y arriver d’ici deux bonnes heures en accélérant un peu la cadence. C’est possible, il se pourrait que nous ne soyons pas les seuls à vouloir enrôler cette famille, il faudra rester prudent. » Rajoutait Tõtetsu posément, tout en mettant en garde ses compagnons.


© GS'

_________________

途轍食- Gesshôku no Tõtetsu
« All shadows of clouds the sun cannot hide like the moon cannot stop oceanic tide; but a hidden star can still be smiling at night's black spell on darkness, beguiling. Life throws challenges and i will use my light to conquer it - I am the eclipse of the clouds, the one that makes its lightning judgment depriving you of your eyes. »
Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Akira
Genin de Kumo
avatar
Expérience : 20
Messages : 18

Akira était sceptique quant à cette idée de cadeau. Ses lévres muées en petite moue pouvaient surement en témoigner. C'est que cette Kunoichi n'a jamais été une très grande habituée des faveurs et des attentions. Pour dire, elle trouvait cela quelque peu... étrange, et avait du mal à saisir le concept. Mais d'un autre côté, aussi connue était cette famille Tomoe, sans nul doute étaient-ils du genre à se complaire de telles obligeances. Sur le coup, l'Inuzuka n'avait d'autres choix que de faire confiance à son coéquipier et ce, malgré cette aversion que lui portait Sesshomaru. D'ailleurs elle réprimanda son compagnon à quatre pattes d'une légère tape sur le museau qu'il s'empressa de rétorquer d'un grognement.

▬ Mais il pue !
▬ Shh, pas si fort !

Au grand dam du jeune homme, le Ninken n'avait pas tout a fait tort. Cela devait probablement être imperceptible pour des narines humaines, mais Akira devait avouer qu'il y avait une espèce d'effluve lourdement musquée qui prenait d'assaut les naseaux pour en peindre les cloisons à bon d'aigreur. C'était désagréable... Mais ce n'était qu'un détail qui n'influençait en rien la réussite de la mission. C'est donc en petits signes de mains qu'Akira tenta de dévier l'attention du concerné en profitant des paroles du plus jeune pour rebondir et ainsi éviter le sujet.

▬ D'après une histoire que m'a un jour raconté mon frère. Commença la jeune femme, visiblement incertaine de sa source. Au pays du feu, il s'dit que certains membres du clan auraient portés secours à de nombreux habitants d'un village après que ces derniers aient été prisonniers d'un énorme incendie. Si c'est vrai pas étonnant que d'autres groupes souhaitent faire d'eux des alliés.

Pour ne pas "succomber" au parfum écœurant de son équipier, Akira leva les yeux vers le ciel. Il faisait beau en ce froid bien entamé. Le ciel était clair comme eau de roche, c'était visiblement l'une de ces journées comme l'hiver vous en offre parfois, en manière d'excuse, comme pour équilibrer ce trop plein de rudesses de la région. Une douceur inhabituelle caressait bois et roches comme un souffle de printemps et l'Inuzuka trouva de doux arômes dans quelques brises venant de l'ouest.

Ainsi dans l'instant, écoutant avec attention les paroles du jeune Genin, Akira bondit sur le dos de son Ninken et prit un peu les devants. Ô elle ne cherchait pas à prendre la place de leader du garçon, tant bien même elle avait toujours eu une âme d'alpha, elle ne se permettrait pas de jouer à ce genre de petite jeu de domination avec un enfant. Non. La jeune femme avait bien assimilé la situation, de ce fait, prit la décision de partir devant.

▬ Continuez de garder ce rythme de marche, je m'avance pour faire du repérage. Promis je reste à portée.  Et sur ces mots, ils partirent au galop.


_________________

黄金色 狼 Ōgonshoku Ookami
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


Je voyais l’Inuzuka partir avec son chien en avance pour faire du repérage. Je ne savais pas si c’était vraiment nécessaire, mais on était jamais trop prudent. Plus j’avançais, plus une certaine douleur à l’estomac commençait à apparaître. Fier comme j’étais, mon visage restait impassible face à ce mal de ventre. Et malheureusement, je ne pouvais m’empêcher de lâcher de l’air. Évidement, c’était inaudible. Cependant, le fait que c’était indolore restait à débattre. C’était dans ce genre de moment que je regrettais ma gourmandise.

« Je ne pense pas que ça soit une bonne idée que je chie maintenant. J’irais au p’tit coin plus tard, c’est dans le mental tout ça. » Pensai-je naïvement.

D’un coup, on s’arrêta une barrière, délimitant le domaine de la famille Tomoe. Signe qu’on était belle et bien arrivé. Quelqu’un apparut alors, sûrement un attendant. Il nous fit de brève salutation et nous guida jusqu’à la demeure. L’endroit était magnifique, on était sur une terrasse faite en pavé. On entendait le ruisseau non loin avec le bruit du roseau qui tapait contre le sol. On sentait une certaine austérité dans l’endroit. Tout était calme, on aurait oublié que dans ce pays, il eut de terribles guerres. Comme si c’était coupé du monde. Sans prévenir, tout le monde entendit un gargouillement de mon ventre. Ailleurs, je n’en ferai rien, mais là, je me sentais bien gêner.

« Il fallait prendre une consultation si vous vous sentiez mal ! » , se moqua l’individu. Une vulgarité faillit sortir de ma bouche. J’attendis qu’il tourne le dos pour lui faire une grimace et mes deux majeurs. « Je vais les ramener à ce foutu de village et les foutre dans un taudis de merde ! » , murmurai-je avec les yeux remplis de passion. Je pouvais sentir le regard désespéré de mes collègues qui me prenaient pour un bouffon.

L’homme ouvra alors les portes en toiles, au moment où je marchais sur le sol en bois, une grande pression me vint. Je n’étais pas pour autant stressé, mais on pouvait sentir la présence d’un individu redoutable. Je n’étais pas un ninja sensoriel, mais je pouvais sentir que quelqu’un de fort vivait ici. La pression augmentait de plus en plus, l’air en devenait irrespirable. En ouvrant le dernier volant, menant à la pièce, une épaisse fumée se dégagea. Ça sentait le tabac à plein nez, j’entendais une immense expiration.

« Bienvenu, Kumojin »


Une voix de baryton proclama ces mots qui résonnèrent dans toute la demeure. La fumée nous empêchait de voir le client. On s’asseyait tous en tailleur, devant une table. Je mettais mis plus en avant, pour montrer que j’allais être le premier à parler. J’attendais que ce voile gris se dissipe pour mieux voir la personne. Je m’attendais à tout, un vieux barbu bien monstrueux remplis de cicatrice. Ou alors un sage, longue barbe, aussi bon en médecine qu’en cassage de gueule.

L’écran de fumé se dissipa peu à peu, une forme frêle et petite se montra. On voyait de plus en plus claire, mais le résultat semblait étrange. On vit alors un adolescent, avec une paire de lunettes abîmés, un chignon mal fait et des habits sales. À côté de lui, se trouvait un bon gaillard, allongé en train de fumer, il était complétement désintéressé par nous. Il commença à tousser énormément et prit d’un coup une voix plus aigüe. Il avait l’air d’être plus jeune que nous, je ne comprenais pas vraiment le délire ambiant. L’adolescent prit la parole, timidement : « Excusez-moi, quand je respire la fumée de mon oncle ça me donne une voix grave et gênante… Je me présente Tomoe Takeda, le chef de cette famille et j’ai demandé cette négociation suite au décent de mon père, l’ancien chef. »



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mission : Mahou a besoin de thunes [Rang B] (accomplie)
» places au 1er rang, bonne chose ou pas ?
» COMICS PLACE : la petite émission
» Avis de marché - Paris - Musée Rodin - Mission de restaurateur conseil - conservation préventive
» Onde à bulles, l'émission BD de Radio Campus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de la Foudre :: Kaminari no Kuni-
Sauter vers: