L'eau et le sable... [Team Shinzô PV Team Shinichi]

 :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Monzaemon Shinzô
Genin de Suna
avatar
Expérience : 380
Messages : 141
Lorsque Shinzô posa le pied sur le sol, la première chose qu’il fit, fut de dégobiller ce qui lui restait dans l’estomac, sur l’armure noire de Gattsu. Avant même que le Genin ne puisse protester, l’assassin lui lança un regard noir qui aurait pu faire fuir un scorpion géant. Puis il essuya la bile au bord de ses lèvres et se redressa en fixant l’horizon, comme si tout ce qui venait de se passer n’avait jamais eu lieu. En saisissant son ombrelle et en l’ouvrant -malgré l’absence totale de soleil à cause des nuages- il rappela à ses deux compagnons de route la raison pour laquelle ils avaient fait cet insupportable trajet en bateau depuis le pays du vent jusqu’à celui de l’eau.

« Puisque nous sommes en territoire "ennemi" il est primordial d’agir sous couverture. »

L’ancien prisonnier n’avait pas vraiment apprécié son petit voyage en bateau. D’abord parce qu’il avait été malade pendant toute la traversée jusqu’à maintenant, mais aussi parce qu’il avait eu le temps de constater à quel point il était entouré d’une belle bande de bras cassés. Gattsu était, comme son physique pouvait l’indiquer, une armoire à glace dépourvu d’intellect. Quant à l’autre, qui devait attendre le second paragraphe de ce rp pour qu’on en parle, c’était un Nara et Shinzô détestait les Nara depuis que leur doyen avait tenu tête à Shinzô pendant l’élection du Kazekage. Il n’avait donc même pas pris le temps de mémoriser son prénom et l’avait méprisé durant tout le voyage. Enfin, quand il n’était pas en train de vomir.

« Gattsu tu sera notre garde du corps et puisque tu es un illustre anonyme tu n’as pas besoin d’alias. En fait, tu dois juste la fermer et obéir, c’est limité donc parfait pour toi. »

Ça, c’est fait.

« Le Nara sera mon disciple et il aura le droit de l’ouvrir seulement si je l’y autorise. Il répondra au doux nom de Soichi Manuke. »

Inutile de préciser que la partie inventée de ce pseudonyme veut dire « imbécile » dans une autre langue.

« Quant à moi je serai Karasu Dorai, marchand itinérant originaire du pays du vent, venu ici pour vendre aux Kirijin… du sirop d’agave. »

Oui, du sirop d’agave. Contrairement à ce que l’on pouvait s’imaginer, Shinzô ne blaguait pas. Il était même tout à fait sérieux et c’était pour cette raison qu’il avait choisi ce bateau et cette date pour se rendre au pays de l’eau. La cargaison du navire était pleine à craquer de l’une des seules et unique denrée que les ninjas de Kiri s’arrachaient littéralement et dont Kaze no Kuni était le principal exportateur. L’agave est une plante qui pousse essentiellement dans les zones arides et désertiques du pays et on en trouve à foison autour des oasis. Certains agaves sont cultivés sur plusieurs générations afin d’en faire des mets d’exceptions pour l’alcool -le Mezcal- et le fameux sucre dont parle le marionnettiste. Fort heureusement pour lui, il n’avait pas eu de mal à convaincre -par la force- le propriétaire de cette cargaison de lui céder pour une somme ridicule afin qu’il puisse, grâce à cette couverture, espionner tranquillement le village caché de la brume. Bien qu’il aurait souhaité s’y rendre seul, il avait choisi d’emmener avec lui deux Genins -qui ne manqueraient à personne- afin qu’ils lui servent d’homme à tout faire voir, en cas de problème, de sacrifices nécessaires à sa fuite.

« Si vous vous en tenez au plan, vos têtes resteront vissées sur vos épaules. »

Sur ces mots, Shinzô fit un pas en avant. Il était sûr et certain que l’un d’entre eux allait ouvrir la bouche pour dire une sottise, mais il espérait, au fond de lui, que le silence règnerait en maître jusqu’à Kiri no Gakure. Touchante naïveté.

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Gattsu
Genin de Suna
avatar
Expérience : 15
Messages : 20

« Adventures : Part I »




Yare yare daze...


Un liquide à l'odeur putride et à l'aspect vomitif venait recouvrir une partie de l'armure noire, laissant dégouliner quelques gouttes le long de celle-ci. Ton regard s'apposait sur le semi-homme qui se remettait non sans mal de ses émotions et de son mal de mer : un regard provocateur qui se confrontait à celui d'un assassin, qui aurait pu faire fuir un des scorpions géants dans le désert du diable. Essuyant d'un bout de chiffon -à défaut de te retenir d'utiliser le corps du hobbit-, tu essuyais ta carapace chevaleresque sans dire un mot.

Tu tendais l'oreille afin d'écouter les indications de " Karasu Dorai ", toujours dans le silence total. Au fur et à mesure de ses mots et de ses idées, tu comprenais que l'affaire allait être tout autre qu'une simple mission de reconnaissance sans embûche. Tu repensais alors à ce qui avait bien pu t'amener sur ce navire qui s'amarrait dans l'archipel du pays de l'eau.


Un jour plus tôt...


Le soleil se couchait sur les grains de sable du pays du vent : voyager de nuit n'était guère la meilleure solution dans un désert qui reste avant tout une zone naturelle très dangereuse de part les incidents élémentaires ou les bestioles que l'on pouvait trouver. Rester à Suna n'était là que l'unique solution.

Tu croisais le chemin de cet homme, petit, moche et au regard hautain. Bien que tu n'étais pas du genre à calculer ceux qui t'entourent, tu pouvais facilement deviner que lui t'avais remarqué, pour une raison ou pour une autre. C'est alors que la mission de te rentre au pays de l'eau en sa compagnie pour espionner l'évolution qui se fait dans ce pays et la tension actuelle qui y réside, t'étais confiée. Sans rechigner l'aventure et le danger, tu acceptais en prenant connaissance des modalités avant d'aller simplement te coucher.

Il était bien sûr là que de la poudre aux yeux : aucune mission officielle ne t'avait été confiée. Ce n'était là que le fruit d'un fourbe qui avait falsifié un document et qui avait très certainement déjà repéré son pion grâce aux fiches shinobi auxquelles ont accès les hauts gradés : des documents du domaine militaire sur les effectifs du village.

C'est ainsi que tu te retrouvais ici. Bien que le fait d'élaborer un plan aussi poussé te soit un peu douteux et que les circonstances de ta venue et de ta convocation en ces lieux assez originales, tu ne prêtais pas attention à la raison réelle : tout ce qui t'importait, c'était également de savoir ce qu'il se passe dans ce pays bleuté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nara Soichi
Genin de Suna
avatar
Expérience : 35
Messages : 11
Il y avait toujours quelque chose d’envoûtant dans l’appréhension de l’inconnu. C’était d’autant plus vrai lorsque le chemin pour y arriver défiait toute logique. Il l’avait compris rapidement, que cette mission officielle n’était qu’un tissu de mensonges. Parce que déjà, on était venu le voir, lui et pas un autre. Au-delà de l’attitude revêche de ce qui devait être le pire chef d’équipe, rien ne semblait tenir la route. Aucun plan établi au préalable, à peine le temps de se préparer. Aucune chimie entre les trois membres de l’équipe. Peut-être était-ce justement ça qui rendait le tout si plausible. Le regroupement médiocre de trois shinobis s’improvisant marchands en plein territoire ennemi. Soichi avait hâte de voir ce qui découlerait de cette histoire.

Shinzô parlait beaucoup. Aimait-il le son de sa propre voix? Peut-être était-ce la nécessité de justifier quelque chose qui le poussait à parler autant. Tout semblait volontairement exagéré chez lui et malgré les flots d’insultes et de bêtises et de vomis qui sortaient de lui –heureusement, il lui avait épargné une salve de bile contrairement à Gattsu-, le Nara se voyait incapable de réprimer ce rictus amusé. Il le devinait libre et désinhibé, l’enviant presque pour sa propension à dire tout ce qui lui passait par la tête, sans souci de faire l’unanimité ou non. Un bien grand personnage, en somme.

Pour l’autre comparse, c’était tout à fait l’inverse. Placide, il n’avait pas placé un mot de tout le voyage. Soichi avait bien vu le regard qu’il avait offert à Shinzô, s’imaginant que tout son vocabulaire était composé de sons monosyllabiques et d’expressions faciales redoutables. Dans tous les cas, il se sentait plus en sécurité de le savoir à ses côtés plutôt que de l’autre côté du champ de bataille. Le mastodonte émanait l’une de ces auras à faire glacer le sang.

Quant à Soichi, il ne savait trop où se placer. L’aventure lui parlait, la fatalité de voir ce plan cahoteux échouer n’ajoutait qu’un soupçon de plaisir malsain à l’affaire. Il n’avait pas l’intention de nuire, mais il pouvait difficilement voir comment ils pouvaient réussir quoi que ce soit. Il s’était porté volontaire pour s’occuper de la cargaison; dans le cas d’un danger immédiat, il ne se voyait pas être des plus utiles. Tandis qu’ils voyaient du pays, son esprit vagabondait vers ces terres qu’il explorait pour la première fois, en direction du pays de l’eau. Qu’est-ce qu’il faisait ici, de toute manière?

«Est-ce que ton estomac va mieux, cher maître?»

Quitte à être en territoire ennemi, aussi bien évité de mentionner la « mission », si une telle chose existait seulement. Pour l’heure, il était Soichi Manuke, un disciple qui ne savait vraisemblablement pas vouvoyer son maître, mais qui prenait plaisir à lui rappeler les déboires de son estomac. Sans vraiment chercher de réaction du regard, il observait la nature, prenait note de la végétation, du relief. Au cas où ça puisse servir.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87


Les pupilles dorées du Kitase se projetèrent à l’horizon. Le village de la brume était encore loin. Comme souvent lorsque la marche était longue et fastidieuse, Shinichi songeait à des moyens originaux et peu vraisemblable de raccourcir son trajet. Ainsi, le Mizukage se voyait déjà ordonner à Buta de créer des ponts, d’aménager les marais, d’abattre les forêts et de créer des routes en pente – le fait qu’elles soient en pente a son importance.

▬ Je pense que nous n’arriverons pas à bon port avant demain matin, au mieux. Vous souhaitez faire une pause et retarder notre arrivée de quelque heures ou préférez-vous continuer ?  
Si Nobuo l’avait entendu, il se serait sûrement esclaffé. Lui, demander l’avis d’autrui ? C’était un évènement rare qui méritait d’être souligné. Le chef de file de la brume ne concertait que très rarement ses semblables. C’était là une ses plus grande tare. En règle générale, l’homme prenait une décision et l’imposait aux autres. C’était sa méthode, sa façon de faire.
▬ Alors ?  
Si le Mizukage posait la question, c’est qu’en vérité les deux options lui convenaient tout à fait. Dans le premier cas, ils rentreraient à l’aube, aux alentours de cinq heures du matin et pourraient se reposer quelques heures avant d’entamer une nouvelle journée de labeur. Dans le second cas, le trio serait rentré pour neuf heure mais se serait reposé durant la nuit.

▬ Mh ?
Un bruit alerta le balafré qui tourna aussitôt les talons. Au loin se trouvait une charrette. Trois marchands faisaient route vers dieu sait où. Un sourire se dessina sur les lèvres du Kitase. L’homme avait une idée en tête. Finalement, au diable la concertation. Au diable l’avis de ses deux collègues.
▬ Suivez moi.
Et sur ces mots, Shinichi fit quelques pas avant de saluer les marchands. Habillé en civil, les hommes à qui il s’adressait étaient normalement loin de se douter à qui ils avaient affaire.
▬ Bonjour voyageurs. Pouvons-nous savoir où comptez-vous vous rendre avec toute ces …
Le Mizukage s’arrêta, tenta de deviner quelle était la marchandise transportée avant d’abandonner la procédure. Shinichi aimait les belles et bonnes choses cependant son talent pour les reconnaître à l’œil ou à l’odorat était à parfaire.
▬ Toutes ces choses.
Il s’arrêta net et dévisagea les trois hommes. La tête d’un d’entre eux ne lui revenait pas …
Clairement pas. En effet, le personnage a l’armure sombre était doté de traits et de mimiques peu agréable à l’oeil. Comme dit précédemment, Shinichi aimait les choses harmonieuses. Et forcé de constater que le faciès de cet homme n’était pas de plus sympathique. Quoiqu’il en soit, l’ombre de l’eau mit ses pensées de côté. Il envisageait de prendre place dans la charrette et d’être amenés à Kiri par ces hommes. Un grand Kage ce Shinichi.
▬ En ce qui nous concerne, nous sommes des shinobis de Kiri. Je suis Kitase Shinichi, enchanté de vous rencontrer.
Enchanté ... Enchanté, façon de parler. Le Kitase n'en pensait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Fujiwara Rantaro
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 220
Messages : 78
Vivement qu'on soit au village.

C'est tout ce à quoi j'étais fichu de penser depuis, quoi, près d'une heure ? En temps normal, je resterais sur mes gardes, mais la situation dans laquelle je suis est assez particulière. En effet, je ne suis pas en compagnie par le shinobi moyen, mais d'un individu exemplaire désigné par ses pairs pour diriger. Un individu qui représente tout ce à quoi moi, qui part de nulle part et désire aller aussi haut que possible, aspire.
Je me tiens aux côtés du Mizukage !
Si j'avais su il y a dix ans que je me retrouverai un jour en train de travailler avec quelqu'un d'aussi important !
...seulement voilà, nous sommes partis en mission, et maintenant nous revenons. C'est long. Depuis notre départ, j'ai eu bien assez de temps pour digérer l'excitation et je dois avouer que là de suite, marcher aux côtés du Mizukage n'est pas très excitant. Je n'ai généralement pas le temps de m'ennuyer lorsque je voyage car mon instinct de survie me pousse à rester aux aguets, mais là je suis aux côtés d'un sabreur de génie, et je n'ai même pas encore parlé de mon autre compagnon. Il doit avoir facilement deux fois mon âge, à comprendre : il a survécu à beaucoup plus de combats que moi. Du coup, qu'est-ce que j'ai à craindre ? Eh bien rien du tout, et savoir cela fait que je me relâche, que je le veuille ou non. Quel calvaire de savoir qu'il ne va rien se passer pour les quatre prochaines heures ...
Le Mizukage brisa alors le silence, et proposa de s'arrêter reprendre des forces. Woaw, il faut avouer que c'est rassurant de voir que notre chef n'hésite pas à s'intéresser à l'opinion d'autrui lorsqu'il doit prendre une décision.
Quant à ce qu'il venait de dire ... s'arrêter était une proposition alléchante, mais entre ce qu'on veut et ce dont on a besoin, il y a souvent un décalage. Autant directement rentrer au village, je suis de l'avis qu'il n'y a pas meilleur endroit pour se reposer que chez soi. Ah, mais le Mizukage ne s'est pas adressé qu'à ma personne. C'est vrai que moi, je suis encore capable d'assurer la marcher un moment, mais peut-être que mon autre compagnon souhaiterait se reposer un peu ? Je ne voudrais pas lui imposer de continuer la marche si jamais il était fatigué. Je pris alors la parole :

"Je serais d'avis de continuer la marche, mais si vous désirez une pause, il n'y a aucun problème."

Voilà, la balle est dans le camp de l'ainé, il sait que cela ne me dérangera pas s'il exprime le désir de reprendre des forces.

...

Une charrette ? Je jette un coup d'oeil à mes deux compagnons, dont l'expression me confirme qu'ils entendent aussi quelque chose. Oui, ce doit être une charrette. Quelques instants plus tard, j'emboitais le pas du Mizukage qui décidait visiblement de l'approcher.
Autant dire que le groupe qui conduisait cette charrette était vraiment spécial.
L'un d'entre eux était assez petit, tandis qu'un autre, en plus d'être un colosse, portait une armure comme je n'en avais jamais vue jusqu'à aujourd'hui, et je vais pas me lancer sur le truc qui lui sert sûrement d'épée. Mais il y a également un troisième homme. Pas bien vieux. Pas bien jeune. Pas un nain. Pas un colosse en armure lourde. Le fait qu'il n'y avait au premier coup d'oeil rien de notable à son sujet fit rapidement de lui le plus intriguant à mes yeux. Le Mizukage interrogea alors ces hommes sur leur marchandise, mais rechigna à donner le nom exact de ce que la charrette contenait. Mais ... pourquoi ? Pourquoi ne dit-il pas tout simplement "Pouvons-nous savoir où comptez-vous vous rendre avec tout ce sirop d'agave" ?

Oh.
Notre leader serait-il en train de tester mes connaissances ? Si c'est le cas, il va vite se rendre compte que je ne suis pas juste bon à trancher ses ennemis avec mon épée.
C'est alors que je réalisais qu'il était en train de mettre en place un petit stratagème, abandonnant temporairement son rôle de chef en se faisant passer pour un simple shinobi comme les autres. Il est en effet fort probable que ces marchands et leur garde du corps n'aient pas la moindre idée de qui est le Mizukage tout récemment élu. Très bien, je ne suis pas encore certain de comprendre le but de tout ceci, mais je jouerais également la comédie.

"Fujiwara Rantaro, enchanté."

Je marquais une très courte pause, et reprit :

"Ca fait des années que je ne suis pas allé à Kaze. Il y fait aussi chaud que d'habitude j'imagine, puisque l'agave semble y pousser toujours aussi abondamment."

Comme quoi, ces dernières années n'auront pas été gaspillées. Si je n'avais pas déjà eu pour travail d'escorter des marchands effectuant ce même trajet pour les mêmes raisons, alors j'aurais échoué le test du Mizukage, qui sait désormais qu'il ne faut pas me prendre à la légère. Impossible d'oublier l'odeur de ce sirop après avoir passé toute une mission à veiller sur une charrette qui en était remplie. C'est plutôt amusant comme situation, j'arrive presque à me voir dans leur garde du corps. En plus balafré, certes, mais j'arrive à me voir.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Saru Sennin
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 25
Messages : 13
MONKEY PAW

Hum.

La vie avait pris. Pris un détour surprenant. Il y a quelques mois. J'étais tranquille. Et maintenant. Maintenant, je parcours le monde. Je parcours le pays. Hum. C'est ce que font. Ce que font les ninja. Surprenant. Agréable. Correct.

Le mizukage m'a proposé. Proposé de suivre. Proposé de voir. Proposé de tester. Intelligent. Sage. Digne. Digne du chef. J'ai accepté. Savoir. Découvrir. Comprendre. Mon but. Il est là.

Un autre. Un autre est venu. Un débutant. Si on peut le dire. Comme moi. Un débutant. Fort. Plus que moi. Peut être. Sûrement. Plus au courant. Plus sage que moi. Sue ce que sont les ninja. J'ai écouté. J'ai retenu. J'ai participé. Important. Pour savoir, il faut faire. Important. Hum. Ça c'est passé. Correctement. Je pense. Et c’est maintenant l'heure. L'heure de rentrer.

Marcher. Sur le sol. Plat. Pas l'habitude. Mais on change. Moins agréable. Que sauter. Sauter d'arbre en arbre. Grisant. Libre. Le vent. Sur le visage. Mais ils marchent. Alors je marche. Les ninja savent t'ils ? Savent ils sauter ? D'arbre en arbre ? Savent ils grimper ? Je me demande. En même temps. Peu de forêts. Moins que chez moi. Ils n'ont pas besoin. Pas besoin de savoir Ils doivent nager. Je ne sais pas. Pas le faire. Pour m'occuper, je pense. A ce que j'ai vu. Les gens que j'ai rencontré. J'essaie de graver. De graver leur image. Dans ma mémoire. Important. Le savoir. Important.

Silence brisé. Le kage parle. Il demande. Continuer ? Faire une pause ? Hum. Je m'en moque. Je ne suis attendu. Je ne suis pressé. Marcher. S’arrêter. Pareil pour moi. Je regarde. Regarde le jeune. Peu m'importe. J'attends la réponse. Réponse du jeune. Qui ne sert à rien. Il me demande. Mon avis. Je n'en ai pas. Je hausse les épaules. Peu me chaud.

Mais.

Le kage s’arrête. De son propre chef. Il regarde. Un véhicule. Hum. C'est son rôle ? Le rôle des ninja ? Surveiller ? Hum. Intéressant. Je reste en retrait. Je regarde. Un petit bonhomme. Étrange. Tête de voyou. Un grand. En fer ? Machine ? Humain ? Humain, a l'odeur. Et un dernier. Fatigué. Visiblement. Je le suis. Le chef. Et il parle. Se présente. Il ne dit pas. Qu'il est le chef. Hum. D'accord. Je note. Le jeune. Se présente ensuite. Et parle. Agave. Quoi ? Qu'est-ce que c'est ? Je ne sais pas. Une plante. Sûrement. Il dit. Dit que ça pousse. A moi.

Je m'avance un peu et grogne.

« Ermite des singes. Bienvenue. »

Je me penche ensuite. Vers l'avant. Salut. Respect. Je recule. Je me demande. Demande ce que. Ce que le chef a vu. Pourquoi il a fait. S’arrêter cette charrette. Leur odeur est étrange. D'accord. Mais la mienne. La mienne aussi. Ils ne sont. Sont pas d'ici. C'est sur. Mais est-ce assez ? Non. Je doute. Je ne sais pas. Hum.

Le plus grand. A l'air étrange. Méchant. Hum. Gardien. Sûrement. Je ne l'aime pas. Pas trop. Tête de méchant. Le petit aussi. Tête de voyou. Mais j'essaie. De garder la tête claire. Ne pas se fier. Tout ce qui. Ce qui est or. Ne brille pas.

Je me place. Derrière. Derrière le chef. Et le jeune. Et j'attends. Je regarde.

J'apprends.
©️ Eurydyce
Revenir en haut Aller en bas
Monzaemon Shinzô
Genin de Suna
avatar
Expérience : 380
Messages : 141
Les nuages sombres du pays de l'eau s'amoncelaient un peu plus au dessus de leur têtes. A n'en pas douter, il pleuvrait d'ici moins d'une heure mais l'orage pointait déjà le bout de son nez.

" Soichi, si tu ne sais pas tenir ta langue, je peux l'arracher de ta bouche et te la faire manger de force. "


Après avoir foudroyé du regard son interlocuteur, Shinzô posa les yeux sur les trois énergumènes qui venaient d'apparaître sur leur chemin. L'assassin paria sur un groupe de ninjas, même s'il aurait préféré tomber sur des bandits dont ils auraient pu tirer de précieuses informations. Malheureusement, sa première intuition était la bonne : ils n'avaient pas fait un jour de marche que déjà, leur route croisait celle de Kirijin. Intérieurement l'assassin jubilait mais bien sûr, il n'en laissa rien paraître. Son plan fonctionnait et jusque là aucun des deux abrutis n'avait encore ouvert la bouche pour dire une bêtise. Il souhaita donc conserver l'avantage en répondant positivement à la proposition du chef du groupe.

" Une escorte supplémentaire n'est pas de refus. La route jusqu'à Kiri est semée d'embûche... Quant à moi je suis Karasu Dorai humble marchand de Kaze et voici mon disciple, Soichi Manuke et Gattsu, le protecteur de notre convoi ! "


Kitase Shinichi, Fujiwara Rantaro et... l'ermite des singes. Shinzô enregistrait chaque informations soigneusement tout en observant avec attention les visages de ces hommes. A l'avenir, s'il avait besoin de copier leur apparence, cela ne lui demanderai qu'un bref effort de mémoire. Mais pour parfaire son déguisement, il lui faudrait plus de renseignements. C'est pourquoi il engagea la conversation en invitant Shinichi à s'assoir à côté de lui à l'avant de la charette.

" S'il y a bien quelque chose qui ne change jamais à Kaze, c'est le soleil de plomb et le hurlement du vent ! Asseyez-vous ici Kitase-san et goûtez moi un peu ce sirop d'agave ! "

L'expression joviale du marionnettiste n'était que pure fiction. Empruntée à Jun'ichiro et Atotsugi, cette façon de parler et d'agir détonnait complètement avec son tempérament taciturne. Mais puisqu'il avait troqué sa robe à tête de morts pour la traditionnelle tenue des marchands de Kaze, il était bien obligée de tenir un autre rôle que d'habitude. Celui de Karasu Dorai lui demandait d'être accueillant comme l'oasis Tsubasa et chaleureux comme le désert du diable. Peut-être un peu trop d'ailleurs... cette manière d'être pouvait facilement éveillé les soupçons d'une personne suspicieuse. A la place de Shinichi par exemple, il aurait perçu l'invitation comme un traquenard pour l'empoisonner avec un bouteille de sirop piégé.

Mais Kiri n'était pas Suna et à coup sûr, cet homme n'avait pas le même caractère paranoïaque que Shinzô. Alors sans doute accepterait-il de goûter l'une des spécialités du pays du vent. Quoiqu'il arrive, l'ancien prisonnier jouerait sa partition jusqu'à ce qu'il ait obtenu les informations qu'il attendait. Pendant ce temps, le sirop trônait dans la main qu'il tendait vers Shinichi.

Revenir en haut Aller en bas
Nara Soichi
Genin de Suna
avatar
Expérience : 35
Messages : 11
En effet, Shinzô parlait beaucoup. Était-ce là l’attitude qu’un maître devait avoir face à son apprenti qui s’inquiétait de son état? S’était-il embarqué dans une aventure dont le principal intéressé peinait à tenir son rôle? Bien que Soichi déplore le manque de rigueur du chef de groupe, il avait également ses raisons d’être ici. Normalement, il n’y avait que très peu de chances de trouver ce qu’il cherchait, mais la faible probabilité valait tout de même l’aventure. Ces idées se chahutaient dans son esprit, formant un marasme aussi épais que les ombres qu’il appréciait autant. Peut-être qu’il avait tout faux, mais ce serait bête de ne pas essayer, n’est-ce pas? Shinzô était le catalyseur parfait.

C’est pourquoi il ne répondit pas au chef de la « mission ». Ne lui offrit pas la chance de soutenir son regard non plus. Il ne le ferait pas, n’avait pas intérêt à le faire non plus. Plus ils arriveraient près de leur objectif, moins il en aurait l’occasion. Alors, qu’avait-il à craindre? Il n’avait que peu de respect à distribuer, il devait choisir avec rigueur les heureux élus.

L’approche d’un trio attira son regard. Des patrouilleurs? L’idée n’était pas saugrenue, il y avait sûrement de nombreuses raisons de vouloir surveiller les terres, même en écartant la paranoïa liée à un espionnage quelconque. Douce ironie. Ces hommes avaient vu le combat, avaient dansé avec leur propre mortalité auparavant. Ce regard dur, cette disposition droite et solide. Il était évident qu’ils avaient perdu quelque chose. Peut-être de la candeur? Soichi se sentait bien dans son rôle de marchand, au final. Il n’avait rien connu de la guerre, n’avait combattu que pour le plaisir de se battre, sans rien mettre en jeu. Une bénédiction autant qu’une malédiction, si on lui demandait son avis. Il sourit à l’approche des Kirijins, rassuré de voir que les routes étaient bien gardées. Il les laisse bien évidemment se présenter en premier.

«L’honneur de vous rencontrer est mien, shinobis de Kiri. Je me présente, Soichi Manuke, apothicaire et apprenti marchand.»

Il avait peut-être ajouté le statut d’apothicaire à la dernière minute, mais c’était avant tout par souci de crédibilité. Les connaissances en médecine des Nara n’étaient pas que pour faire bonne impression. Il céda sa place à l’avant du convoi pour permettre à l’un des ninjas d’y prendre place, allant plutôt retrouver Gattsu à l’arrière, ainsi que les deux autres. Il écouta Shinzô parler, n’osant certainement pas couper la parole à son maître. L’apprenti savait où sa place résidait. Il cru bon répondre à la remarque concernant à chaleur à Suna.

«Il fait de plus en plus chaud, d’ailleurs. La fraîcheur de l’hiver cède sa place tranquillement. L’agave augmente proportionnellement en qualité.»

Le ton était posé, empreint d’une légèreté qui aidait à renforcer l’aise dont il faisait preuve ici. Évidemment, d’avoir des shinobis capables pour les escorter ne faisait que les rassurer davantage. S’adressant aux deux autres présents à l’arrière, Soichi prit la parole à nouveau.

«Il s’agit de mon premier voyage hors de Suna, je dois vous avouer que je ne m’attendais pas à un changement aussi drastique dans la température. Vous patrouillez beaucoup vos terres? De quoi faudrait-il se méfier?»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Soul team par fadoo
» Team Peeta ou Team Gale ?
» demoniac-team
» Hello la HTC team
» POK Team !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni-
Sauter vers: