Blackout ─ Fujiwara Rantaro.

 :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Shuryo Unagi
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 125
Messages : 33
Une énorme douleur me lacérait le front, comme si je venais de me prendre la plus grosse des cuites de ma vie. J'avais du mal à ouvrir mes paupières qui étaient lourdes, alors que je luttais pour me remémorer de la veille. Aurais-je été agressé ? Non, mon corps ne présente aucune marque et je n'ai mal qu'aux cheveux. Je soupire longuement, exhalant une puissante bouffée alcoolisée; qui au final expliquait tout. Ce n'était pas une comparaison, je venais juste de me prendre une énorme cuite.

À côté de moi, une demoiselle aux jolies formes se rhabillait. Elle venait d'enfiler ses sous-vêtements et je n'avais aucun souvenir de ce que nous avions pu faire ─ à mon grand malheur ─, mais présageait que nous n'avions pas fait que du théorique. Alors, je haussai un sourcil interrogatif qu'elle remarqua et se permit de me faire la morale. Je ne l'écoutais qu'à demi-mot, mais ses jolies lèvres envoûtantes semblaient s'ouvrir pour divulguer des mots bien trop grossiers pour une si petite personne. Alors qu'elle venait de terminer son sermon, j'extirpai un long bâillement montrant mon intérêt pour celle avec qui j'allais peut-être passer ma vie, ─ je préfère préciser ici le sarcasme, je ne connais même pas son prénom ─, elle enfila son pantalon beige et se mit en quête de son haut. Quant à moi, n'étant pas du matin, je me levais simplement en la poussant vers la porte de sortie, bien qu'encore trop faiblement vêtue. Je voulais profiter de ma matinée à ne rien faire, sûrement pas permettre à une inconnue de m'importuner.

C'est en sortant de ma chambre sous les applaudissements de deux de mes frères, Hibe et Taemasu, que je me rendais compte que ces deux-là avaient désormais des ragots me concernant... du moins, un de plus sur mon impitoyable liste. Taemasu prit la parole en premier, tout en offrant quelques pièces à mon plus petit frère.

"Bien joué Hebi, tu gagnes le pari."
"Je peux savoir ce sur quoi vous avez parié ? Que je passe la nuit accompagné ?" soupirai-je, tant accusateur que complice.
"Du tout, que crois-tu. J'ai simplement misé sur le fait que lorsqu'elle partirait, il lui manquerait au moins un vêtement."

Je perçais du regard mon frère, de quatre ans mon cadet. Bien joué, me dis-je. Mais en regardant dehors, je me rendais compte qu'il était aussi plus tard que prévu, j'avais planifié de me rendre au marché éphémère qui s'était monté en plein centre du village; c'était à moi de faire les courses pour la fratrie. Un haut noir des plus simples, une veste grise que je nouais autour de ma taille en cas de vent frais et un pantalon café feront l'affaire. Ma paire de chaussures enfilée, je franchissais le pas de la porte en passant en trombe à côté de la fille encore légèrement dénudée qui attirait les regards des hommes passant à côté sans même prêter attention à elle. Je serais sur la place du marché d'ici trois ou quatre minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Fujiwara Rantaro
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 220
Messages : 78
Le train de vie d'un sabreur est particulier. Certains jours, on s'entraine durement jusqu'au coucher du soleil pour parfaire sa maîtrise du sabre et espérer être reconnu comme un maître parmi ses pairs. D'autres jours, on part acheter des légumes au marché. Aujourd'hui, Rantaro était parti acheter des légumes au marché, et maintenant il rentrait chez lui. Ca arrive.
Malgré tout, il avait quand même son sabre bien attaché dans le dos. Ca pouvait paraitre stupide mais il l'avait constamment sur lui, probablement car sans son arme, il était à peine plus dangereux qu'un civil. Et de nos jours, même dans un endroit aussi bien gardé qu'un village caché, les choses peuvent déraper très rapidement. En vérité, on pourrait trouver un paquet de justifications quant au fait qu'il trimbalait son arme démesurément grande juste pour faire ses courses, mais la vérité, c'est que Rantaro est un type assez bizarre et beaucoup trop attaché à son épée. Comme tous les autres sabreurs, se défendrait-il si on l'interrogeait à ce sujet.
Mais aujourd'hui ? Aujourd'hui, il n'allait clairement être interrogé par personne. En effet, tous les regards n'étaient pas rivés sur lui, mais vers une bien jolie jeune femme. Bon, certes, il se peut que son succès soit surtout dû au fait qu'elle ne portait pas grand chose, mais nous allons préférer la théorie de la beauté hypnotisante. La pauvre, comment elle a fini là ?

Hmmm. Allez, il allait faire une bonne action. Lui prêter sa veste, sans doute ? Oui, ce serait le mieux. Puis qui sait, si ça se trouve, elle s'avèrera être de bonne compagnie le temps qu'il la raccompagne jusqu'à chez elle ! Ouaip, il allait définitivement aller lui proposer de lui prêter sa veste.
Le Sabreur prépara son plus beau sourire en s'approchant d'elle, et ouvrit alors la bouche.

A ce moment précis retentit un bruit assourdissant. Etaient-ce les trompettes qui annonçaient la fin du monde ? Franchement, ça aurait pu. Mais non, c'était simplement un rot.
Mais pas n'importe quel type de rot ! Non, c'était le genre de rot capable d'arracher à n'importe quel soulard son rire le plus gras.
Sauf qu'il était pas dans une soirée entre bonhommes là, oh non. Rantaro faisait face à une jeune demoiselle qui paraissait encore plus outrée que tous les gens dans les environs.

Hmmm. Merde.

Telles étaient les pensées du Sabreur après s'être prit une méchante gifle comme on en fait plus. Un excellent début de journée, définitivement.
Il marcha quelques mètres en direction de l'homme le plus proche, et lui tendit le petit sac dans lequel se trouvaient les vivres qu'il venait d'acheter.

"Dis, ça te dirait de me tuer ? Tu pourras prendre mes courses si tu veux."

Le mec à qui il tendait le sac avait pas l'air à la rue, il aurait sans doute mieux valu faire cette proposition à quelqu'un de moins bien fringué. Mais là, Rantaro ne pensait pas à faire une bonne action, il voulait juste quitter ce monde immédiatement et sortir des mémoires au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Shuryo Unagi
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 125
Messages : 33
Je me retournais en écoutant le bruit d'une claque. Propre ! Le son était net, transcendant, mais j'étais en plein pas de course et je n'arrivais qu'à distinguer le visage de celui qui s'était pris la bruyante. Des cheveux longs, noirs, lisses et bien vêtu. Je ralentissais la cadence en me rendant compte qu'au final, j'aurai peut-être plus d'intérêt à admirer les alentours. D'ores-et-déjà sur la place du marché, je m'arrêtais devant le stand des fruits, premier sur ma liste, regardant les pommes et les poires. Même dans le Pays de l'Eau, le climat leur permettait de pousser. C'était la saison, en plus ! Toutefois, ma réflexion fut interrompue par un garçon. Des cheveux longs, noirs, lisses et bien vêt-... tiens ? C'était la victime de la gifle. Sans attendre et après sa missive, je regardais l'intérieur de son sac. Pas de fruits, exclusivement des légumes. Le jugeant du regard, je me contentais de lui répondre de façon nonchalante.

"Bonjour. Je t'aurais bien tué pour des pommes et des poires, mais tu n'as là que des légumes. Libre à toi de me suivre le temps que j'achète de quoi faire un dessert pour mes frangins; je t'achèverai si je n'ai pas d'inspiration pour le plat principal. lui dis-je ironiquement. Oui, c'était une réelle invitation à me suivre, car j'avais remarqué son sabre et préférait avoir un bretteur de mon côté que dans l'équipe adverse.

_________________
TAEMASU : #994033
UNAGI : #666666
HEBI : #599933
REON : #334A99
Revenir en haut Aller en bas
Fujiwara Rantaro
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 220
Messages : 78
Un "Huh ?" avant de prendre ses distance.
Voilà le genre de réponse sur lequel Rantaro aurait misé. Mais ce type, lui, venait au contraire de lui répondre de la manière la plus nonchalante possible. Alors il était passé à trois pommes et deux poires de la mort ?

"Ok, félicitation, tu m'intrigues."

Ayant pratiquement déjà oublié l'humiliation d'il y a quelques instants, le shinobi lui emboita immédiatement le pas.

"Fujiwara Rantaro, porteur de Magatsu-Izanagi, enchanté !"

Sa première réaction en voyant cet inconnu était qu'il avait pas l'air à la rue, mais à l'observer de plus près, cet homme n'avait rien de commun avec le villageois moyen. Ca ne se voyait pas forcément sous ces vêtements mais ce type était clairement musclé. Quelque chose d'assez facile à déceler pour le Sabreur car lui-même était plus musclé qu'il n'y paraissait. Forcément, le métier de shinobi demande d'avoir un corps en forme - enfin, à moins d'être un Akimichi, mais ça c'est encore autre chose. Du coup, si cet homme était un frère d'arme, quel pouvait être son rang ? Le menton reposant légèrement sur sa main droite, Rantaro se décida enfin sur quelque chose.

"Je mise sur un chunin spécialisé dans les attaques à distance. Du Suiton, sans doute ?"

Il ne l'avait jamais aperçu au village. Cela dit, il ne pouvait pas prétendre connaître tout le monde au village, donc pour ce qu'il en savait, cet inconnu est un résident plus ancien que lui. Et il aurait des frères, apparemment ? Depuis le temps, le shinobi s'imaginait avoir croisé ou entendu parler de tous les gens intéressants du coin, mais cette matinée à priori anodine semblait lui prouver le contraire. Ce type, et peut-être même sa famille aussi, l'intéressaient grandement.

"Finalement, j'avoue que je ne suis plus trop d'humeur à mourir. Si j'aide à payer pour ce dessert, j'ai le droit de m'incruster ?"

Ce dialogue était COMPLETEMENT surréaliste. Mais vu comment ce type a réagi à la première chose qu'il lui a dit, quelque chose le laissait penser que ça pourrait passer.

Ou bien il se ferait rembarrer.
Qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Shuryo Unagi
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 125
Messages : 33
"Shuryo Unagi. Enchanté de même." lui répondis-je avec politesse. Je le voyais me juger, embrassant ma silhouette de haut en bas ─ après tout j'avais fait de même quelques minutes plus tôt ─ avant de supposer ma spécialisation. Venait-il sincèrement d'omettre mon arme ? Alors, m'apprêtant à le corriger, je remarquais que Toraitondo était restée chez moi. Je n'étais pas quelqu'un d'organisé et mon départ en retard de ce matin me fit l'oublier; mais soit. Je lui répondais en lui donnant de réelles informations cette fois.

"Non, oui, et non. Je ne suis pas chunin mais genin, en effet spécialisé dans les attaques à distance. Toutefois, je ne maîtrise pas grandement le ninjutsu, encore moins l'affinité Suiton. C'est par ici. sautai-je du coq à l'âne tout en m'attelant au stand des poissons. Pourquoi pas, il y avait de très grandes carpes que j'avais appris à cuisiner pendant nos déplacements : elles sont légions dans les eaux du pays. Quant à ta proposition, ce serait avec plaisir. Mes frères aiment faire de nouvelles rencontres, surtout lorsque celles-ci apportent le dessert. Ça me permettra d'investir dans une belle bouteille, plutôt." concluais-je. La bouteille en question ne se trouverait pas dans ce marché, j'avais déjà ma petite idée et le sujet m'était familier. Alors, je lui indiquais la direction à suivre de l'index, comme pour lui signaler qu'il fallait faire demi-tour.

"Tu n'es pas le premier sabreur à te définir par ton arme que je croise, lui fis-je remarquer d'un ton aussi interrogatif que juge. Cette phrase était déchiffrable par "Qui de vous deux a le plus de valeur, toi ou ton arme ?" mais taisait mon point de vue pour cette fois. Si son nom doit m'être familier, ce n'est pas le cas. Qu'est-ce qui rend ton arme unique ?" questionnai-je cette fois, par curiosité. Lui aussi, au final, m'intriguait.

_________________
TAEMASU : #994033
UNAGI : #666666
HEBI : #599933
REON : #334A99
Revenir en haut Aller en bas
Fujiwara Rantaro
Chūnin de Kiri
avatar
Expérience : 220
Messages : 78
Unagi, de la famille Shuryo. Certain de n'avoir encore jamais entendu parler d'eux, Rantaro nota soigneusement ce nom dans sa tête pour s'assurer de ne pas l'oublier. Le shinobi veillait en effet à toujours se rappeler du nom de ses connaissances, ne serait-ce que parce que franchement, il n'y avait rien de pire que d'en être réduit à feinter parce qu'on ne sait pas comment désigner son interlocuteur.
Au final, sur ses déductions, il avait vu juste pour le combat à distance mais par pour le reste. Woops. Bah, il aura au moins cerné le plus important - en tout cas, c'est ce qu'il se dit histoire de se consoler sur l'instant, tandis qu'il suivait gentiment le Shuryo dans ses courses.
Ce dernier accepta tranquillement sa requête, confirmant ainsi au Sabreur qu'il mangerait donc en compagnie de ses frères. C'était définitivement une des rencontres les plus rapides de tous les temps, après quelques minutes Rantaro était déjà parti pour aller manger et boire un coup chez sa nouvelle connaissance. Oui, boire un coup, parce qu'ils allaient maintenant se prendre une bouteille ! En vérité, le shinobi n'était pas particulièrement porté sur l'alcool. En revanche, il aimait pouvoir se permettre d'acheter de bonnes bouteilles, preuve qu'il appréciait le luxe. Avec de la chance, il parviendra un jour à s'élever au delà de sa position de Genin et les missions payeront mieux. En attendant, il économise, ce qui lui permet notamment des petites folies comme décider de financer partiellement les courses d'un type qu'il ne connaissait pas il y a vingt minutes.

La remarque sur les Sabreurs arracha un sourire à Rantaro. Maintenant qu'il y pensait, c'est vrai que sa manière de se présenter avait fait réagir un autre sabreur, il y a maintenant quelques temps. Kuriariare Abe - c'était son nom - avait complimenté sa modestie. Unagi, lui en revanche, semblait plutôt neutre à ce sujet. Est-ce qu'il était en train de remettre en question l'importance du sabre chez un sabreur ? De l'expérience de Rantaro, le talent du sabreur était quelque chose d'important qu'il fallait constamment améliorer, autant que possible. Mais seule une bonne lame saura exploiter tout le potentiel de son porteur. Peut-être qu'il voyait beaucoup trop loin, mais dans le doute, il prit la parole :

"Disons qu'avec une arme de qualité moindre ... même le plus talentueux des hommes voit ses compétences bridées. Du coup je tâche d'apprécier la mienne à juste valeur. Elle est ma partenaire, nous accomplissons nos objectifs ensemble. Quant à ce qui la rend si particulière ... disons qu'entre autres choses, je peux attirer vers moi celui qui a le malheur d'entrer en contact avec elle."

Elle avait d'autres particularités, mais il aurait sans doute de meilleures occasions de faire l'étalage de ses compétences. La discussion était devenue subitement assez profonde aux yeux de Rantaro qui souhaita calmer un peu les choses :

"Et toi ?"

D'un coup, une curiosité presque enfantine l'habitait.

"Si le ninjutsu n'est pas ton domaine d'expertise, quelle arme manie-tu ? Est-elle spéciale, à tout hasard ?"

Il n'avait jamais entendu parler d'une arme légendaire autre qu'un des nombreux sabres. Mais qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Shuryo Unagi
Genin de Kiri
avatar
Expérience : 125
Messages : 33
Un vrai passionné. Une explication en entraînant une autre, j'ai même eu le droit à une outrospection du sabreur et ça, c'est beau. Cependant, en ce qui concerne ses trois questions, les trois questions qu'il me posaient pouvait se satisfaire d'une seule et même réponse que je n'avais même pas besoin de prononcer. Alors que nous nous dirigions en direction de notre maison, je me contentais de lui offrir un sourire malicieux et lui répondre.

"Nous sommes bientôt arrivés. Tu auras l'occasion de la voir. Nous sommes arrivés, je vais te présenter mes frères, Taemasu et Hebi." lui dis-je, tout en ouvrant la porte.

Les deux sus-nommés ne s'étaient pas entraînés davantage aujourd'hui et profitaient de pouvoir se relaxer sur le sofa. Après tout, cela fait presque six jours que sans cesse, le plus jeune perfectionne ses poisons en se servant de mon frère aîné comme d'un mannequin en bois, tandis que ce dernier dépasse les limites que lui imposent son corps en résistant de plus en plus. Quant à moi, je ne m'entraînais pas. Je n'étais pas aussi appliqué qu'eux et il est vrai que, même si je réussissais à m'en sortir au cours des missions, j'étais assez envieux de leurs talents... et je ne parle même pas de Sanshōuo. Lui, c'est un prodige. J'ai hâte qu'il revienne, du moins, en espérant qu'il cesse de tout brûler pour contempler les flammes. Quant à Reon, s'il est le dernier de notre fratrie, il est le plus prometteur. J'étais le moins appliqué, le moins attiré par le pouvoir... et pourtant, l'envie me démangeait de lui proposer un duel. Les sabreurs m'ont toujours inspiré dans mes mouvements.

"Tu nous présentes ? demandait Taemasu avant de se faire couper la parole par Hebi.
- Si c'est pour lui que tu as foutu la fille dehors, permets-moi de te dire que je ne cautionne pas envoya-t-il avec un grand sourire avant de reprendre : Sans vouloir te vexer, l'ami ! C'est juste qu'il préfère les blonds habituellement." termina-t-il par un rire à moitié étouffé. Heureusement pour lui, il n'était pas crédible.

Il ne me fallut qu'un instant pour saisir mon arbalète et l'armer en direction de mon plus jeune frère, moi aussi avec un sourire. Connaissant mon frangin, je savais qu'il allait lui aussi armer la sienne en ma direction et nous nous faisions mutuellement face, rictus affichés.

"En parlant de ça, quand est-ce que tu nous présentes quelqu'un ? Il doit bien rester une ou deux filles que tu n'as pas encore faites fuir dans le village, non ?" rétorquai-je comme une pique lancée à son égard. Taemasu rejoint les côtés de Rantaro, se frottant les mains. Alors, il lui adressa la parole, comme pour lui donner le choix sur la suite des événements.

"Les choses commencent à devenir sympathiques ! Les deux bougres vont se tirer dans les pattes en rigolant comme des enfants; mais si tu veux te joindre à eux, c'est le moment. C'est comme ça qu'on se défoule, nous, les Shuryo. Nous ne sommes pas plus que des lions qui se battent pour obtenir le territoire de l'autre, pour au final nous le partager. Alors, qu'en dis-tu ? On les laisse s'affronter, ou tu préfères te mettre aux côtés de l'un des deux ? Je me mettrais en face pour équilibrer l'affrontement." expliquait Taemasu avec son calme légendaire. D'une voix sereine, il venait littéralement de proposer à un inconnu de se mêler à un potentiel deux-contre-deux, ou simplement observer. Qu'allait-il faire ?

_________________
TAEMASU : #994033
UNAGI : #666666
HEBI : #599933
REON : #334A99
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» recherche blackout d aile us
» Blackout MT / Anthony84 [Pièces carbones maison P8]
» Blackout devient payant.
» [Connie WILLIS] Blitz tome 1 : Blackout
» Blackout Maverick 2013 by Polo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato-
Sauter vers: