Compatriotes [PV Shin]

 :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37

Voilà donc quelques heures que Himura, l’épéiste borgne et manchot, revint du village caché du sable. Elle y était partie pour une mission mais aussi pour voir un vieil ami à elle avec qui elle partage plusieurs histoires qui ne sont pas nécessaires de raconter. Partie donc plusieurs semaines, elle est enfin de retour au Pays de l’eau, plus précisément au village caché de Kirigakure. Elle salua sa fille, passa voir la progression de ses élèves, partagea la situation du pays des sables à ses collègues et put enfin s’adonner à un plaisir personnel, la boisson.

Sans perdre de temps, elle se rendit à la petite taverne de rue où elle aimait boire un coup. La nuit venait de tomber, les jours étaient visiblement de plus en plus courts dans ce pays. La fin de l’été approchait et le début de l’automne se faisait sentir à grand pas. Son pas était cependant comme toujours assez lent, prenant le temps de marcher vers sa destination sans la moindre précipitation.

Alors qu’elle entra dans le petit stand, elle put reconnaître une personne, quelqu’un qu’elle n’avait pas vu depuis quelques temps. Il semblait déjà assis et mangeait déjà. Restant debout quelques secondes, elle se dit que dans ce village, a fortiori dans ce stand, il n’y avait pas la place pour se battre, ni aucune raison. Aussi, elle se mit à côté de lui, à sa droite sans dire un mot. Elle s’était de placée de manière à ne pas le voir dans sa vision périphérique. Puis passa commande avec un ton toujours aussi froid et manquant de sentiments, chose propre à la guerrière :

- Un bol de ramens et du saké, merci.

Elle posa quelques pièces sur le comptoir avant de recevoir sa boisson, se servant immédiatement. Regardant discrètement l’homme en inclinant sa tête, elle put voir qu’il avait gagné une belle balafre sur le visage, elle manqua de peu d’esquisser un sourire, avant remettre son regard vers son verre qui était déjà vide et de replonger dans une mélancolie. Se resservant, elle en profita pour lui lancer quelques piques :

- Ce n’est pas moi qui t’ai fait ces blessures. Cela voudrait dire que tu t’es affaibli, ou bien qu’il était beaucoup plus fort que prévu.

Mais qui était cet homme ? C’était Kitase Shinichi, un guerrier avec qui elle avait croisé le fer plusieurs fois dans le passé. C’était un homme de talent, assez pour la mettre en difficulté. Elle l’avait rencontré lors de missions opposées, mais c’était là la première fois qu’elle le voyait ici. Que faisait-il ? Elle s’en moquait ce n’était pas ses affaires, tant qu’il ne menaçait pas la paix du village il pouvait faire ce qu’il voulait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Après avoir déambulé seul dans les rues de Kiri pendant dix à quinze minutes, je m’arrête, entre dans ce qui paraître être un restaurant et demande :
▬ La même chose que ce monsieur.
Le restaurateur suit mon regard, observe la commande du client tandis que je m’installe sur un tabouret adjacent au sien. L’homme d’une cinquantaine d’années a bientôt fini son plat et ne tarde pas à s’en aller, me laissant seul ou presque. J’attends patiemment que ma commande arrive et hausse un sourcil en voyant le bol arriver. De loin, le plat paraissait de bien meilleure qualité que de près. Quoiqu’il en soit, je ne souhaite pas offenser le restaurateur et vais au moins faire l’effort de goûter. Bien que la présentation du bol soit douteuse, son contenu est plus que correct une fois en bouche. Ce n’est pas de la haute gastronomie mais le rapport qualité-prix est tout à fait honnête.

La clochette sonne. Quelqu’un entre. Je ne fais pas l’effort de me retourner mais reste en alerte. Sait-on jamais. Le client, ou plutôt devrais-je dire la cliente, s’assied à la place où se trouvait le cinquantenaire quelques minutes plus tôt. Sa voix claire, neutre et peu féminine ne m’est pas inconnue. Je tourne machinalement la tête et reconnais alors Shana. La femme de quelques années mon aînée commande un bol de ramen puis mentionne subtilement – ironie quand tu nous tiens – mes cicatrices. Sans le moindre tact, la kunoichi à la chevelure rose bonbon émet plusieurs hypothèses quant aux causes de ma blessure.
▬ Ou bien encore qu’ils étaient deux.

Je ne l’avais pas vu venir ce second shinobi tapis dans l’ombre. Heureusement, la prédiction de la sorcière m’avait permis d’éviter une attaque en traître.
▬ Quoiqu’il en soit, je suis encore loin de t’arriver à la cheville. Un œil et un bras en moins …
C’était une mauvaise blague un tantinet provocatrice mais peu importe. Je me saisis d’un bout de poisson et le porte à ma bouche avant de boire de l’eau. Ceci-fait, je reprends :
▬ Tu es ici depuis longtemps ? Décidément, tout le monde s’est donné rendez-vous à Kiri. Les Hiyori, toi, moi …

On dirait presque le début d’une mauvaise boutade. Les Hiyori, Shana et Shinichi sont à Kiri … Avec un peu de chance, des membres de mon clan ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez. Aux dernières nouvelles, je suis – avec mon frère – le seul Kitase de la brume. J’aimerais faire en sorte que cette situation change mais qui sait, mes lointains cousins sont peut-être tous décédés.
▬ En ce qui me concerne, je suis ici depuis quelques mois. Je n’envisageais pas de rester au début mais disons que des choses ont fait que.
Ma blessure s’est infectée et je n’ai pas eu d’autres choix que de rester ici afin de guérir. Quand enfin j’étais pleinement rétabli, mon frère avait pris ses aises.
Revenir en haut Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37
Deux ? Ils étaient deux ? C’est juste ça la raison ? Shana se montrait un peu déçue de sa réponse, surtout venant d’un grand guerrier tel que lui. Elle exprima cette réaction par un simple soupir, léger et bref. Pour elle, les vrais guerriers cherchaient les moyens et ne s’entouraient pas d’excuses... Continuant donc de boire tranquillement en attendant mon repas, je poursuivis la discussion, toujours avec un ton plus que neutre, mais pas austère. :

- Donc tu t’es affaibli. Je t’ai connu à une époque ou deux individus n’étaient pas un problème pour toi. Tu manques de discipline.

C’est alors qu’il lança un petit tacle, tout aussi subtil, sur le fait que la Kirijin était bien plus estropiée que lui. Elle manqua de sourire pendant plus d’une seconde, se contentant de gesticuler la lèvre de deux trois millimètres. Cela était sans doute le maximum qu’elle pouvait faire pour l’instant, peut-être qu’avec un peu d’alcool en plus elle pourrait se montrer plus expressive. Mais elle ne pouvait pas laisser cette phrase passer impunément, il en allait de son honneur de shinobi :

- Il y a beaucoup de choses parmi lesquelles tu ne m’arrives pas à la cheville, Kitase.

Le bouillon arriva enfin, posant son verre, Shana s’empara de baguettes et commença à manger, toujours de la même main, la gauche. Son bras droit, bien que réparé, était plus un bonus pour la femme, un accessoire. Elle ne s’en servait que rarement, pour avoir passé la quasi totalité de sa vie avec un seul bras, manger a une main n’était qu’une formalité pour elle.

Le sujet du village fut mentionné, malgré leurs altercations, cela est vrai qu’ils ne se rencontraient que sur des champs de bataille ou dans des villages beaucoup plus petits. Maintenant qu’elle y pense, c’était la première fois qu’elle le croisait sans avoir son arme à la main. Et ce n’était pas vraiment un lieu où la discussion était possible. Autant profiter de ce moment de sérénité tout en profitant d’un bon repas.

- Je vis ici depuis presque 20 ans désormais, je suis ici depuis le création du village et même avant quand ce n’était qu’un groupuscule de clans. Les Hiyori, que tu mentionnes, en faisaient partie. Ils sont très respectés ici. Tu as de la famille chez eux ?


Goûtant un premier morceau de viande, elle continua de parler après quelques secondes de répit. Se rendant compte qu’elle avait posé une question personnelle, chose qui était rare pour elle.

- Si tu comptes rester que vas tu faire ? Poursuivre une vie de mercenariat ou t’intéresser aux affaires du village ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
« Je me suis ramolli » ; « Je manque de discipline » ; Que de reproches fait par la kunoichi de la brume. Je n’en attendais pas moins d’elle. Le tact n’a jamais été la qualité première de Shana. La jeune femme a toujours eu une attitude en adéquation avec son apparence : directe et abrupte. Loin de vouloir débattre longuement avec la demoiselle, je lui donne raison lorsqu’elle affirme m’être supérieur dans bien des domaines.
▬ Assurément.
Voilà qui coupe court à ce concours d’égo. Bien que fier comme un coq en règles générales, je n’ai pas spécialement envie de perdre mon temps à ça ce soir.

Je porte une à deux cuillères à ma bouche puis bois une gorgée avant de répondre à mon interlocutrice :
▬ De la famille ? Parmi les Hiyori ? … Pas vraiment, non. Pas que je sache en tout cas.
Autrefois mon clan et le leur étaient alliés. J’imagine qu’à ce titre une ou deux alliances ont du voir le jour mais c’était il y a plus de cent ans. De là à parler de famille, n’exagérons rien. Les manipulateurs de glace ne se souviennent d’ailleurs probablement pas de nous, les Kitase. En effet, bien que robuste, notre famille a toujours été un clan mineur affilié aux Hiyori. Et ce, au même titre qu’une dizaine d’autres familles de renom.

▬ Je suis ici depuis quelques mois déjà. J’ai arrêté de travailler à mon compte lorsque je suis arrivé. Je ne compte pas reprendre … Normalement.
J’en ai terminé avec la vie de mercenaire. Cette dernière ne va d’ailleurs pas me manquer. Voyager, escorter, tuer des gens qui me sont inconnus afin d’aider à la croissance de telle ou telle organisation … C’est éreintant à la longue. Qu’on se le dise, exécuter ce genre de besogne ne m’a jamais dérangé. En revanche ne pas savoir pour qui on roule a parfois quelque chose de déstabilisant. De la même façon, passer d’un camp à l’autre au gré des paies et des contrats est perturbant. Travailler pour Kiri a cet avantage ; Je sais à peu près pourquoi et pour qui je fais ce qui m’est demandé. Il y a là une forme de cohérence.

▬ Je ne sais pas. Nous verrons bien.
La vérité c’est que je le sais. Oui, je compte m’investir dans les affaires du village. Oui je lorgne responsabilités et oui je ferai ce qu’il faut pour les obtenir. Je n’ai cependant pas envie de dévoiler à haute voix mes intentions. Après tout, je ne suis ici que depuis quelques mois.
▬ Pour le moment, je cherche des Kitase, les membres de mon clan. Ils sont originaires du pays des Neiges et ont migrés en même temps que les Hiyori. Je me demande si Nobuo et moi sommes les derniers de notre lignée.
Pour le moment, ça m’en a tout l’air. Notre famille s'est diluée et a peu à peu disparu. Les quelques membres de mon clan encore en vie ont dû oublier qui ils étaient. Qui sait ... Certains sont peut-être devenus boulangers avec le temps.

▬ Vingt ans. C'est beaucoup.
Peut-être même trop pour une femme comme elle.
▬ Je ne m'attendais pas à ça de ta part. Tu m'as habitué à plus de frivolités.
De mémoire, Shana est de celles qui voyagent, qui parcourent le monde. Loin de rester vingt années au même endroit, elle est une personne en quête d'aventure et de nouveaux horizons. En ce sens, sa déclaration me surprend.
Revenir en haut Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37
Ainsi il ne s’intéressait pas aux affaires de Kiri ? Bah, cela lui allait bien. Du moins je croyais. L’ayant combattu de nombreuses fois, je m’attendais à quelque chose de ce genre, mais parmi les nombreux guerriers que j’ai rencontrés, Shinichi était l’un des rares que je ne voyais pas se poser. Son abruti de frère peut-être, ce dernier était plus du genre à aimer les grasses matinées et vivre tranquillement en paix dans un coin comme celui-ci, d’ailleurs, je me demandais où il était ce bon à rien.

L’entendre parler de son clan disparu me rappelait le mien qui lui fut exterminé. Enfin, au moins je n’étais pas comme lui, si les Kitase n’étaient plus que deux, moi je pouvais avoir la chance d’avoir mon père qui a fait son devoir en se refaisant sa vie tout en pondant une portée de nouveaux Himura dans la nouvelle génération. Ce paternel m’engueule encore beaucoup à ce sujet d’ailleurs, me rappelant que ce n’est pas parce que j’ai une grande longévité et une longue période de procréation que je n’ai pas à me ‘poser’. Ha ! A d’autres.

Je peux comprendre que pour Shinichi, le fait de rester vingt ans au même endroit peut sembler long, mais c’est là que j’ai fui étant plus jeune avec mon père. Et nous n’avons pratiquement pas bougés depuis.

    - Si tu préfères, cela fait vingt ans que cet endroit me sert de refuge, sans que cela ne puisse m’empêcher de voyager aux quatre coins du monde. Après tout, la plupart des sous gagnés dans cette vie de mercenariat étaient pour le bien de ce village. Je n'ai pas trouvé non plus de meilleur moyen pour subvenir aux besoins de ma fille. Par exemple, quand on à du s’affronter à plusieurs reprises pour des intérêts divergents, là aussi c’était pour le village.


Craignant que mon repas refroidisse, je pris plusieurs bouchées tout en poursuivant la conversation. Même si ce gars était un potentiel ennemi, j’appréciais de manger et de discuter un peu avec lui.

    - Et ton idiot de frère aux flèches, il se trouve où en ce moment, il ne te suit plus partout comme d’habitude ?


Rien que penser à sa face de gland m’énervait. Toujours dans les recoins à patienter pour infliger un coup bien placé avec une de ses flèches.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Vingt ans que la kunoichi vit ici. Sa vie de sédentaire ne l’a cependant pas empêché de voyager ou d’accomplir de sombres requêtes. D’après ses dires, c’est dans le but d’aider le village de la brume que la jeune femme m’a affronté à plusieurs reprises par le passé. En effet, une partie des sommes récoltées a été reversée à Kiri et a donc soutenu la croissance locale. Croissance qui, au vue des résultats de la Kirijin face à ma personne, n’a pas dû être fabuleuse.
▬ Tu n’as pas dû gagner grand-chose dans ce cas.
Oups. J’ai pensé à haute voix. Sarcastique de nature, je n’ai pas pu m’empêcher de lâcher ce commentaire incisif. A tous les coups, Shana va rebondir sur cette phrase et me provoquer. Moi qui voulais passer une soirée calme, c’est probablement fichu. A moins que les bouchées qu’elle s’enfile à vitesse grand V – et qui ont probablement refroidies depuis l’arrivée du plat – n’apaisent ses ardeurs.

Je profite de ce laps de temps pour manger un bout à mon tour et pose les baguettes sur la table lorsque mon interlocutrice mentionne ce stupide archer qui me sert de frère.
▬ Il est là, au village. Il continue de me suivre mais qui sait où il se trouve actuellement. Normalement il ne devrait pas tarder à passer des tests pour recevoir son grade. Je m’attends au pire.
Le connaissant, il serait capable de se rétamer à tel point qu’on ne lui octroierait même pas le grade le plus faible. Le jeune homme a toujours eu un don pour ce qui est d’échouer. C’est à croire qu’il le fait exprès.
▬ Peut-être qu’être ici et côtoyer d’autres ninjas va l’aider à …
Légère pause. Plusieurs fins de phrase me viennent en tête. Parmi elles, citons : « Se sortir les doigts des fesses » ; « Progresser un minimum » ; « Honorer son nom et à être à la hauteur de mes espérances ». Au final, je ne choisis aucune de ces options et termine sobrement :
▬ Être  plus autonome.
C’est peut-être le plus important au fond. À l’heure qu’il, mon idiot de frère est incapable de se débrouiller seul. Il me suit à la trace comme si j’étais le gourou d’une association bienfaitrice. En ce qui me concerne, à son âge, j’étais déjà devenu adulte et indépendant.

▬ Mais bref. Tu as une fille donc. Première nouvelle. Je me rends finalement compte que je ne sais rien de toi. Cela fait longtemps ?
Shana, mère … Il manquerait plus que je sois tonton ou grand-père et la boucle serait bouclée. Comme quoi, les apparences sont trompeuses. Moi qui voyais en la jeune femme une guerrière sanguinaire, incapable d’instinct maternel, je me suis vraisemblablement fourvoyé.
Revenir en haut Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37

Je ne pris même pas en compte la remarque cinglante de Shinichi, du moins j’essayais de ne pas m’énerver. Je n’étais pas du genre à oublier de tels propos. Tôt ou tard, cela lui serait renvoyé. Il ne voit pas que le peu d’argent gagné par chacun des habitants a permis à un tas de ruines de devenir un havre de paix tel qu’il était aujourd’hui.  Mais non, ce malpoli ne pouvait pas voir ce genre de choses. Un peu déplacé de la part d’un miséreux sans honneur qui n’a fait que retourner sa veste.

- Peut-être, mais je ne travaille pas pour le plus offrant, quitte à mettre mon honneur de côté.

Il ne pouvait pas voir les efforts collectifs menés, ni l’ardeur et la passion mise pour essayer d’avoir un endroit qu’on pourrait appeler « maison » et espérer d’un quotidien. Non, quelqu’un comme lui ne pouvait absolument pas comprendre ce genre de choses. Quelque part, je le plaignais ce type. Cela ne m’étonnerait pas qu’il finisse au fond d’un trou oublié de tous.

Je n’écoutais même pas les propos sur le frère de Shinichi, à vrai dire, je n’en avais rien à faire. Il était aussi insignifiant que lui après tout.

Evidemment qu’il ne savait rien de moi, comme moi je ne savais rien de lui, les seules fois ou on avait un semblant de communication c’était quand on se frappait dessus avec nos épées. Quand on essayait de se trancher l’un l’autre avec nos lames. Et je ne parlais que très très peu de ma vie, car premièrement il n’y avait rien à dire de particulier puis dans un second temps, j’aimais être discrète dessus. Mais bon, le fait que j’ai une fille n’était une surprise pour personne et absolument pas un secret à cacher.

- Elle va avoir dix-sept ans cette année si je me souviens bien. Une bonne kunoichi avec beaucoup de potentiel.

J’avais fait la moitié de mon bol, il ne restait que les pâtes à finir.

- Tu n’as pas d’enfants toi ? C’est la période où tout le monde commence à en avoir pourtant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Un sourire se dessine sur mon visage. En effet, j’ai longtemps été un mercenaire sans scrupule, prêt à travailler pour l’un des parti puis pour son exact opposé. Pendant un bon moment, je n’ai fait que suivre l’argent. Soit dit en passant, je n’ai pas honte de cette époque. Si c’était à refaire, je le referais. En effet, c’est grâce à ces aventures et à ces contrats que je suis devenu l’homme que je suis à l’heure qu’il est. En ce sens, je ne changerais pour rien au monde le passé si l’occasion m’en était donnée.

La conversation se poursuit et les réponses à mes questions ne tardent pas à tomber. La progéniture d’Himura à dix-sept ans. S’il est vrai que ce détail ne me choque pas dans un premier temps, il est faux de croire que je ne tilte pas aux dires de la kunoichi.
Dix-sept ans ? La fille d’Himura serait donc plus âgée que Nobuo ? En supposant que mon interlocutrice ait mon âge, cela voudrait dire qu’elle ait eu son premier enfant à dix ans seulement … Sans même m’en rendre compte, j’hausse les sourcils et observe plus attentivement la sabreuse. Elle ne peut décemment pas être beaucoup plus âgée que moi ? Allez savoir. Je ne sais rien d’elle en vérité. Il se peut qu’elle ait la quarantaine passée et soit tout simplement bien conservée. La solution la plus simple étant souvent la meilleure, je ne pose pas plus de question et estime – à tort – l’âge de ma camarade avant de répondre :
▬ Je vois. Non. Ni enfant, ni femme, ni famille, si ce n’est mon frère.
J’ai dans la tête de retrouver les autres descendants de mon clan mais pour le moment, jusqu’à preuve du contraire, Nobuo et moi ne sommes que deux.

▬ La période est en effet propice à ça. Plus de rixes, plus de guerres, le calme plat, les villes se multiplient et les enfants naissent par millier. Tout est presque trop beau en un sens.
D’aussi loin que je me souvienne, il n’a jamais été aussi facile de concevoir la naissance d’un enfant qu’aujourd’hui. Tout les voyants sont au vert. Le monde entier connaît une formidable croissance et les guerres ne sont plus qu’un lointain souvenir pour certains. Ceci-dit ce n’es pas ma priorité, loin de là. J’ai d’autres desseins et ceux-ci n’impliquent en rien une femme ou un môme.
▬ Dis. Une question me vient à l’esprit. Maintenant que nous sommes officiellement et, de façon durable, dans le même camp ; Que va-t-il se passer ?
Plus d’affrontement ? Plus de gueguerre ? Sommes-nous censés devenir amis ? Mon dieu. Ce serait là une bien triste évolution à notre relation.
Revenir en haut Aller en bas
Himura Shana
Jōnin de Kiri
avatar
Expérience : 115
Messages : 37

Ni femme ni enfants ? Cela ne m’étonnait pas d’un gars comme lui, toujours solitaire, je ne savais pas vraiment ce qu’il voulait. Que pouvait bien lui apporter un village comme le nôtre ? Je ne sais pas.  Au moins, si il y restait, il pouvait y trouver un foyer, une maison, je pense que ce sont des trésors précieux, peut-être s’en est-il rendu compte. Cela le rendrait beaucoup plus intéressant.

Le guerrier mercenaire posait là une question intéressante par la suite. Comment notre relation allait évoluer maintenant qu’on était dans le même camp. Cela me faisait bizarre de penser à ça, car je n’ai jamais autant discuté avec quelqu’un que j’ai manqué de tuer à plusieurs reprises. Bah, je suppose que la réponse était simple à mes yeux, ou devrais-je dire, à mon œil.

Je ne pris pas la peine de lui répodre immédiatement, terminant d’abord mon repas. Avant d’aborder le cuistot qui cuisinait tranquillement derrière son comptoir :

- Servez à boire à cet homme.

C’était le meilleur geste que je pouvais lui faire. Et de loin. S’il restait vraiment ici, je pense qu’il serait un allié de qualité. Et j’ai plus foi en ses capacités qu’en la majorité de pleutres qui peuvent composer le monde. Echanger des coups avec lui m’a en quelque sorte permis d’apprendre à le connaître, et je n’avais pas besoin d’en savoir plus sur lui. C’était maintenant un allié, rien d’autre à rajouter.

Pour la première fois de ce repas, je regardai Kitsase droit dans les yeux, tendant mon verre au sien, je voulais être néanmoins sûre d’une chose :

- Puis-je te faire confiance Kitase Shinichi ?


La parole donnée et les actes étaient des gestes importants et sacrés pour moi, j’espère qu’il avait bien compris cela.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Expérience : 310
Messages : 87
Peut-elle me faire confiance ? Allez savoir.
Je n’ai pas envie de m’avancer et de répondre positivement à cette question. Elle me connaît, elle sait ce que j’ai fait et ce dont je suis capable. Je pourrais très bien lui répondre que oui, lui dire que j’ai changé mais qu’est-ce que cela peut bien lui apporter ? Une forme de sérénité ? Si oui alors Shana est bien naïve. Par le passé, j’ai affirmé plusieurs fois à mes employeurs que je leur serai fidèle, que je les aiderai quoiqu’il arrive. Cela ne m’a néanmoins pas empêché de leur tourner le dos ou de passer à l’ennemi si ce dernier payait mieux.

▬ J’apprécie le geste. Je ne bois cependant plus.
C’est faux. Il m’arrive de boire en de rares occasions et lorsque la situation s’y prête. Je fais cependant croire le contraire à mon interlocuteur de sorte à éviter une conversation qui, si elle s’éternise, va s’avérer gênante et ennuyeuse.
Sur ces mots, je mets le verre de côté, me lève et me prépare à m’en aller. Mais avant ça, je tente de répondre le plus honnêtement à la question de la kunoichi de la brume :
▬ Du reste, je pense que tu connais la réponse à ta propre question. C’est non. Tu ne peux pas et tu ne dois pas me faire confiance. J’en suis désolé. C’est comme ça.
Cela fait bien longtemps que j’ai abandonné mes principes ou l’honneur. Ces valeurs ont du sens à mes oreilles et j’aimerais pouvoir me targuer d’être un homme pieux néanmoins ce n’est pas le cas. Je nourris de grandes ambitions et, par moments, laisse ces dernières me contrôler. Pour l’heure, mes intérêts et les siens convergent, c’est pourquoi nous sommes alliés. Cette situation peut durer des semaines, des mois voire des années. Si elle peut résister au temps et ne pas être altérée et ce jusqu’à ma mort alors tant mieux. Je sais cependant que si les choses venaient à changer, je ferais tout pour qu’elles aillent dans mon sens, quitte à trahir et décevoir pour la énième fois. On peut faire semblant, se voiler la face, le fait est qu’on ne change jamais vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Shin Musha Gundam
» [MG[Shin Musha Gundam (il est a la mode lui)
» Shin Musha
» [MANGA/ANIME] Hôshin
» Mes chers compatriotes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Densetsu :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato-
Sauter vers: